JeunouKiKrak
06-10-2015 10:44:34


Citation:Par contre la différence je ne la ferai pas tant entre randonneur et coureur, mais plutôt entre randonneur ou coureurs "seuls" et coureurs en compétition. Bien analysé :) Je parlais d'un phénomène de société où il faut toujours aller plus vite, pas du coureur "seul" qui fait cela pour son plaisir. Chacun est libre de s'adonner de façon qu'il veut à sa pratique de la montagne. Après cela force est quand même de constater qu'il y a plus de en plus de ces trails massifs organisés. J'étais il y a peu dans les Alpes maritimes où l'on m'a parlé du fait que c'était devenu un "business" pour certaines sociétés privées qui font de la tune avec des droits d'inscriptions assez prohibitifs.
Citation:On voit quand même pas mal plus de gens qui randonnent en basses. En ce qui concerne les chaussures basses, je sors à 80% en chaussures basses, mais ce sont des chaussures de rando basses, pas des chaussures légères de course. En cela le débat "tiges hautes - tiges basses" n'est pas d'actualité.
Citation: Et non c'est pas un effet de mode puisque la Saintélyon a fêté ses 60 bougies l'an passé... la 6000D a vu le jour au début des années 90.. D'accord là dessus, il y aussi des brocantes réputées depuis 1 siècle ... et il y a maintenant des vides greniers à tous les coins de rues où c'est le grand n'importe quoi. Ce que je trouve exagéré c'est cette multiplication de ces manifestations qui deviennent de plus en plus une occasion pour certains de faire un peu de tune en jouant sur l'égo de chacun. Mais bon, comme déja dit sur le forum "ski" c'est un "Papa" qui dit tout cela. hein ! :wink:

yougs
03-10-2015 13:30:48

Greg, t'es un poète , et je te sens bien faire un trail un jour :-)


Michel Pila
03-10-2015 07:01:38

Super Greg, tu me rassures !


anonynmous
01-10-2015 21:30:45

Ce midi, au départ du parc Karl Marx, montée sèche et rapide qui chauffe bien quand on est à froid jusqu'à la ferme des Vouillants. De la roche, des lacets, des blocs : pas de doute on est déjà en montagne. Je joue à la marelle entre les lapiaz polis par les passages, la forêt odorante me chatouille les narines, le souffle s'accorde à la foulée, je suis heureux d'être là. Passé la ferme, la vue s'ouvre sur la Chartreuse, le Néron et son arête célèbre se livrent sans retenue, un panache de nuages incongrus dans ce bleu parfait s'étire au dessus de Chamechaude. A droite ou à gauche ? C'est parti pour la gauche, vers les encorbellement somptueux de la combe Vallier. Salutations d'usage aux deux grimpeuses dont les dégaines tintent sur le baudrier. Elles aussi ont la banane. La pente se fait parfois un peu raide, le rythme ralentit, je marche un peu, m'arrête même pour admirer ces coulées noires et bleues des falaises surplombantes. Le chemin replonge dans la combe, la forêt se fait dense, les racines même pas traîtresses, je trace, le corps saturé de bien être. A gauche ou à droite ? C'est parti pour la droite pour une petite grimpée qui permet de prendre pied sur le chemin du Génie. De là, on domine la combe Vallier. C'est beau, on voudrait que cela ne s'arrête jamais. Alors on continue, arrivé au pré Faure et ses tables de pique nique, à gauche direction le désert de l'Ecureuil. Le chemin grimpe insensiblement pour s’élever à flanc au dessus de la cime des arbres, caressées par la lumière parfaite du mois d'octobre. Les foulées s'allongent, grisé par la splendeur et l'effort. J'arrive déjà au désert de Jean-Jacques Rousseau et son fabuleux canyon forestier. L'ataraxie n'est pas loin, j'ai le sourire scotché au visage. Mais il est temps de rentrer bosser, un dernier effort et je rejoins de nouveau le pré Faure puis un chemin secret qui dégringole dans la combe Vallier sans fioriture. Foulées bondissantes, virages relevés, un beau toboggan où je joue comme un gamin. Un petit coup d'eau à la fontaine et le parc Karl Marx est déjà là. Il est pas deux heures, la douche sociabilisante de rigueur et me voilà au travail, la tête plein de rêves. Vive la course en pleine nature !


anonynmous
30-09-2015 20:16:26

Loïc
et pour les nuissances peinture-rubalises-fanions, c'est juste le temps de l'évènement.
Ah bon !? Je me suis baladé récemment dans le centre de Grenoble et on voit encore cette horrible ligne jaune de l'ultra-trail d'il y a un mois. Déjà que cette ville n'est pas belle, alors arrêtons de l'enlaidir encore plus. :evil:


anonynmous
30-09-2015 20:11:54

Pour chipoter à propos de Val Pelouse, c'est quand même un endroit particulier où ne s'entassent pas que des randonneurs. Bon nombre vont juste profiter de la vue énorme depuis les pentes de la montagne d'Arvillard, se faire un barbeuk au chalet du milieu, cueillir des myrtilles à 5 min du parking, mater les deco de parapente ou de deltaplane, etc... Malgré "la foule", c'est un endroit que j'aime bien où l'on croise des gens qu'on ne voit pas habituellement en montagne. Après il n'y a pas à aller bien loin pour s'en écarter, et la majorité des randonneurs vont aux Grands Moulins via le refuge de la Perrière. Et il n'y a jamais grand monde sur les crêtes de la montagne d'Arvilllard, juste au dessus, qui doivent être d'ailleurs fabuleuses en ce moment. En courant ou en marchant :wink:


GLaG
30-09-2015 13:13:49

Loïc
et pour les nuissances peinture-rubalises-fanions, c'est juste le temps de l'évènement.
Oui, personnellement le seul point dérangeant serait pour moi justement que les zones les plus sauvages et sensibles soient parcourues d'un coup par des centaines de personnes, mais j'ai quand même bien l'impression que les organisateurs de course choisissent intelligemment les itinéraires. Comme tu le dis la rubalise et les fanions ont disparu dans les 3 jours (ou à la première pluie pour la peinture), ça ne me dérange pas du tout sur le principe que des courses en montagne existent, même si personnellement je n'y vois, pour moi, aucun intérêt. De même les petits panneaux "km vertical" j'ai du mal à comprendre que des gens aient besoin de ça pour aller courir ou marcher, mais ça ne me dérange absolument pas qu'ils soient posés, surtout que c'est toujours fait sur des sentiers déjà entretenus et balisés...
Citation:l faut savoir choisir ces sites mais les gens même en randonnée s'entassent, suffit de monter à Achard - Crozet ou comme dimanche à Val Pelouse (+60 voitures à 14h) alors j'ai salué plus qu'une poignée. Mais je savais où je mettais mes runnings. Oui : je suis passé à Val Pelouse dimanche matin aussi, à mon retour au parking vers 9h il y avait déjà 5 ou 6 voitures. C'est ce que je disais "à part quelques sites" : Val Pelouse est blindé, alors qu'aux sources du Gargoton je n'ai jamais vu plus de 3 voitures (dont la mienne) garées. Pareil partout : un gros parking blindé et tout autour des tas d'autres départs de balades tout aussi sympa avec personne...Course ou rando, ça ne me dérange pas du tout que les gens préfèrent se concentrer, au contraire, ça laisse plus de possibilités pour moi qui préfère les coins peu fréquentés : Et ça me fait plus de myrtilles, mûres et champignons à ramasser au passage :-)


anonynmous
30-09-2015 12:27:27

Et bien le débat s'ouvre et de façon constructive. Pour être randonneur, coureur, compétiteur et organisateur, je peux vous dire que tout se recoupe. Quand vous prenez la moy/h de bons nombres de traileurs en compétition, ça équivaut à des moyennes semblables à celle d'un bon randonneur (sans les pauses). Et faire découvir des zones sauvages aux traileurs (compétition) semblent problématique, suffit de regarder ce qui se passe du coté de Val Tho et du PNV... et pour les nuissances peinture-rubalises-fanions, c'est juste le temps de l'évènement. Par contre les parcours permanents -type station trail- sont le souhait des communes et stations de ski qui souhaitent attirer et développer leur attractivité en dehors de la saison blanche. "qu'en randonnée sauf en plein été sur les itinéraires les plus parcourus, on peut ne croiser qu'une poignée de personnes de la journée" il faut savoir choisir ces sites mais les gens même en randonnée s'entassent, suffit de monter à Achard - Crozet ou comme dimanche à Val Pelouse (+60 voitures à 14h) alors j'ai salué plus qu'une poignée. Mais je savais où je mettais mes runnings.


GLaG
30-09-2015 11:54:16

Loïc
effectivement, tu peux relancer le sujet sur "tige haute ou tige basse" qui peut aussi être une difference entre un traileur et un randonneur.
On voit quand même pas mal plus de gens qui randonnent en basses. Par contre la différence je ne la ferai pas tant entre randonneur et coureur, mais plutôt entre randonneur ou coureurs "seuls" et coureurs en compétition. Comme Greg le signale plus haut, dans le deuxième cas on a la notion de compétition et de chrono comparatif avec les autres, mais aussi tout ce qui va autour : peinture, rubalise, fanions avec interdiction de sortir de l'itinéraire prévu, parcours à peu près limité aux sentiers (même l'Échappée Belle c'est quasiment que du sentier, l'itinéraire évite les zones les plus sauvages), et plein de gens autour pendant la course (à moins d'être dans les tout premiers ou les tout derniers) alors qu'en randonnée sauf en plein été sur les itinéraires les plus parcourus, on peut ne croiser qu'une poignée de personnes de la journée.


Greg_
30-09-2015 10:03:53

Y'a pas que la performance dans la course nature... Plus qu'en rando je trouve, on y sent davantage le corps à corps avec la montagne, la part animale qui prend le dessus sur le ciboulot, les sens aux aguets, tout le corps tendu de très agréable manière, une vraie drogue ! Puis étonnamment, je suis beaucoup plus stable en descente en mode course à pied. Et aussi je suis plus "présent" quand je courre que quand je marche où lorsque c'est sur sentier, j'ai tendance à être dans mes pensées et plus vraiment là... Après se rajoute l'aspect compétition que je ne pratique pas et qui ne m'attire pas du tout : les rubalises, les peintures sur le sol, les dossards, les ravito, le classement, les chronos, les panneaux pris en photo par Michel, ça casse quand même pas mal l'ambiance sauvage qui m'attire par dessus tout en montagne. Mais bon, j'aime autant la rando, le côté contemplatif, la recherche d'itinéraire, le silence, le bivouac, marcher lentement, le nez en l'air ou dans les pelouses et la caillasse. Rando ou course à pied : deux modes de fonctionnement différents, très complémentaires !


anonynmous
30-09-2015 09:37:55

effectivement, tu peux relancer le sujet sur "tige haute ou tige basse" qui peut aussi être une difference entre un traileur et un randonneur.


montagne-a-vaches
30-09-2015 09:15:00

Loïc
Et puis un traileur c'est juste un randonneur qui va trottiner voire courir en descente.
Euuu... le randonneur dit qu'il voit pas que ça comme différence !!


anonynmous
30-09-2015 08:03:32

Je pense que les médias en font des caisses surtout pour l'UTMB qui s'est au passage auto-proclamé "course reine". Et non c'est pas un effet de mode puisque la Saintélyon a fêté ses 60 bougies l'an passé... la 6000D a vu le jour au début des années 90... Alors oui, il y a plus de pratiquants mais en aucun cas il ne s'agit de mode. Ceci dit le city-trail est très en vogue en ce moment. Et puis un traileur c'est juste un randonneur qui va trotiner voire courir en descente.


K-lys
28-09-2015 22:52:11

JeunouKiKrak

Citation:Mais qu'est-ce qui fait marcher les randonneurs, je me suis posé la question ce matin en apercevant un petit écriteau pour une nouvelle variété de marcheur, les trailers. Tous les cent mètres la signalétique annonce le reste à faire, la seule motivation c'est la course... Drôle d'objectif en vérité que d'aller plus vite que les autres. Dans un cadre aussi beau c'est étonnant...
Effet de mode ou de société sans doute ... Je suis bien de ton avis. Il y a quand même un truc intéressant dans le trail : les derniers admirent les premiers parce qu'ils font l'UTMB en 20 heures, les premiers admirent les derniers parce qu'ils le font en 45... Après, la compétition, c'est un concept assez étrange en soit...


JeunouKiKrak
27-09-2015 16:42:29


Citation:Mais qu'est-ce qui fait marcher les randonneurs, je me suis posé la question ce matin en apercevant un petit écriteau pour une nouvelle variété de marcheur, les trailers. Tous les cent mètres la signalétique annonce le reste à faire, la seule motivation c'est la course... Drôle d'objectif en vérité que d'aller plus vite que les autres. Dans un cadre aussi beau c'est étonnant... Effet de mode ou de société sans doute ... Je suis bien de ton avis.


 

© 2019 bivouak.net, ainsi que tous ses membres, ne sauraient etre tenus responsables en cas d'incident. Sachez faire preuve de discernement et de prudence en toutes circonstances. Soyez responsables..

Identification

( ) bivouak.net