Quand les Dieux s'en mêlent

bacalao
08-12-2018 07:30:05

Miam miam , merci Pascal pour cette nouvelle mouture des Arches du Vercors  . La chasse au trésors est relancée .

Le must ce serait que tu nous offre ,un de ces jours, la même chose pour le massif de la Chartreuse, que tu  as du farfouillé, de fond en comble , à la recherche de toutes ces perles de la nature .

Désolé d' être aussi impatient mais tu nous as rendu accro à ce genre de ballade .......

pascal sombardier
07-12-2018 16:04:29

La liste des arches du Vercors avec photos et commentaires a été réactualisée. Il y en a maintenant plus de 170. À voir ici : http://www.pascal-sombardier.com/2018/12/les-arches-du-vercors.html


pascal sombardier
03-09-2018 17:30:31

Comme me le disait un ami hier : la moisson 2018 est bonne en Vercors. Si j'avais déjà repéré la fenêtre de Plautret en passant sur la crête il y a quelques années, je ne m'imaginais pas qu'elle était si grande. L'itinéraire qui la traverse et la vire qu'on atteint au beau milieu de la falaise constituent un itinéraire particulièrement ludique et intéressant. Nous l'avons réalisé ainsi le 26 août dernier avec Bacalao, Niko, Mathilde et Guilain. À voir sur mon blog : http://www.pascal-sombardier.com/2018/08/la-fenetre-de-plautret.html

 


pascal sombardier
17-08-2018 15:50:14

La petite dernière est due à Bacalao qui l'a aperçue en levant les yeux vers la Luerte du Glandasse. Elle était bien cachée en haut d'un petit cirque fermé, et il fallait la voir. Mais comme elle semblait inaccessible, nous avions convenu d'essayer de l'atteindre en rappel depuis la crête. Guilain Debossen, Éric Babbini et moi avons donc accompagné Bacalao le 12 août dernier et ce fut fait dans la bonne humeur sous un soleil éclatant. On n'attendait plus vraiment une arche de cette envergure et de cette beauté, surtout dans un secteur que nous avons tant prospecté. Le nom d'"arche inattendue" que lui avait donné son découvreur fut donc retenu. Nous l'avons estimée à 15 m de hauteur (au prix d'un rappel en biais de près de 40 m). Ses mensurations et sa situation en haut de ce joli petit cirque en font une des plus remarquables des Alpes. Je remercie encore Laurent de sa découverte, qui nous a permis de retrouver le souffle de nos explorations d'il y a 10 ans, dont Bivouak fut le plus actif rapporteur. Plus de détails sur mon blog : http://www.pascal-sombardier.com/2018/08/l-arche-inattendue-de-la-luerte.html


pascal sombardier
09-02-2018 20:30:20

Mille excuses de répondre à ce post avec un peu de retard. Je n’avais pas vu qu’il m’était adressé. C’est que l’appellation « aux Jonquilles » a été donnée à cette arche non par moi, mais par François Lannes et Pascal Souvion sur Bivouak. Ils ont été les premiers à en parler et ont donc ce droit (« first documented » comme il se dit dans les associations internationales). Que quelqu’un l’ait vue avant, c’est certain, mais si elle n’a fait l’objet d’aucune documentation publique (textes, croquis ou photos dans des archives municipales ou plus largement ailleurs), on ne peut affirmer qu’elle ait été connue autrement que par quelques bergers ou chasseurs locaux. Comme vous le dites, il n’est pas certains que ceux-ci lui aient donné un nom. Les rares noms que l’on trouve sur les vieilles cartes font référence à une caractéristique géologique (pertuis, pertusa, fenêtre…), et souvent, il s’agit d’un simple point de repère. Si le site n’est pas stratégiquement intéressant pour les communautés locales (et c’est le cas pour cette arche qui est tout de même bien à l’écart des lieux de vie que vous évoquez), elle ne suscitera guère d’intérêt, et en tout cas, pas celui que nous y trouvons. Je précise que si, longtemps après une documentation publique, quelqu’un sortait de son chapeau un nom soi-disant traditionnel, il lui faudrait prouver qu’il a réellement été utilisé en fournissant des documents. J’utilise le conditionnel, mais le cas s’est déjà produit, et n’est toujours pas résolu…

D’autres éléments peuvent en outre nourrir votre réflexion :

- D’abord le fait que Pascal Souvion (Scal) connaît bien le pays et ses habitants avec qui il a eu beaucoup d’échanges.

- Je peux aussi vous apporter mon expérience personnelle, ayant moi-même de la famille à Châtillon. Il m’est arrivé de rencontrer plusieurs fois, à Font-Froide et ailleurs, des anciens très actifs de Châtillon. Ils connaissaient effectivement cette arche de vue, mais sous aucun nom. Je leur ai parlé de la Troisième arche située en face et ils ont été très surpris. Trois ans plus tard, je les ai d’ailleurs retrouvés là-bas où ils avaient pris l’habitude d’emmener des amis.

  • Suite à un article dans Montagnes Mag, j’ai reçu en 2013 une longue lettre manuscrite d’un habitant d’Archiane issu d’une vieille famille du hameau. À 84 ans et après une vie passée à crapahuter dans les montagnes alentour, il se disait très intéressé et demandait des renseignements sur l’accès à certaines arches, car il ne connaissait que celle de Tussac. Je tiens cette lettre émouvante à la disposition de ceux que cela concerne, François et Scal en particulier.
  • À la suite de ce post, François ayant voulu contacter ce Monsieur, il a appris qu'il était décédé 2 ans après m'avoir envoyé cette lettre. Paix à son âme de montagnard.
  • L'article du Montagnes-Mag de 2013 est lisible ici : https://www.fichier-pdf.fr/2017/07/26/16-26-arches-mm389/


bacalao
29-01-2018 19:40:23

0


bacalao
28-01-2018 11:00:09

pascal sombardier
L'arche aux Jonquilles, pourquoi pas ? Mais il faut attendre de savoir comment les bergers ou les chasseurs locaux l'appelaient, s'ils lui ont donné un nom.... Étant donné qu'on la voit comme sur la photo ci-dessous depuis la crête sous Font Froide, elle n'a pas pu leur échapper, les alpages du Royou étant, même aujourd'hui, assez actifs :

 


François LANNES
16-06-2011 21:20:33

Guillaume, Pour faire suite à ta photo du ravin des Arches ci-dessus, en voilà une autre, qui change un peu le panorama... Note que c'est assez facile de trouver d'où elle a été prise ! Par contre, elle te permettra de voir mieux où tu te trouvais quand tu as fait la tienne, de photo. Ce jour de février-là, avec le grand soleil que l'on voit, et dans ce décor complètement hors-de-tout, fut une bien belle journée... Je ne l’oublierai pas ! .


Luc
15-06-2011 20:48:06

No comment, c'est superbe!


ced
15-06-2011 08:36:07

Oui assez impressionnant ce ravin !! Je ne sais pas si j'oserais y aller...


GLaG
14-06-2011 23:13:53

François LANNES
Et si en plus il y a un pré au fond ?!
Je déterre cette discussion (page 5 de ce fil) sur le ravin des Arches pour rajouter une image où l'on voit bien ce pré, du moins je le suppose. Bien attiré moi aussi par ce coin, depuis que je l'ai vraiment regardé d'en haut, depuis les abords de la Tête Chevalière...


François LANNES
15-11-2010 22:07:46

Bonjour OscarMa ! Quelle n’a pas été ma surprise (bonne) en voyant ton courriel arriver dans la boite-mail, sous le titre « Quand les Dieux s’en mêlent » ! ! ! Cela faisait quelques temps déjà que les récits de ces balades fabuleuses, faites avec Scal dans le Glandasse et l’Archiane, n’étaient pas revenus sur le devant de la scène. En même temps que ces mots : « Quand les Dieux s’en mêlent », un peu magiques pour moi, je le confesse, resurgissaient aussi toutes les sensations d’alors qui avaient été si fortes, et si douces à la fois… Oui, je l’admets, une petite larme a failli perler au coin de l’œil. On a beau être des « durs », on n’en a pas moins sa sensibilité. Alors j’ai ouvert Bivouak, presque religieusement, pour regarder la photo dont tu avais annoncé la mise en ligne. C’était comme si toutes les beautés de ces endroits hors du commun – arche aux Jonquilles, Grande Combe, ranc Papillon, Trustipi, Troisième arche - remontaient, d’un coup, tous ensemble, à la surface… L’émotion était là… Plonger dans quelques souvenirs, même si ce n’est pas l’avenir, c’est pas tant mauvais qu’on pourrait le craindre. OscarMa, tu évoques le nom, l’appellation, sous laquelle nous avons décrit l’arche, et du coup fait connaître ces lieux. Un nom est… quelque chose de très difficile à trouver. Enfin : très difficile à trouver « bien ». La preuve… Ce nom, choisi dans la foulée des émotions du jour, ne pouvait en fait que servir à distinguer cette arche, parmi d’autres arches, en attendant que le Nom, le vrai, ressurgisse de la mémoire des anciens du pays. Ça oui, le nom donné par les anciens, c’était la solution, la seule qui puisse être valable et sans conteste à nos yeux. Mais malgré les recherches faites, rien n’est revenu jusqu’à nous de l’appellation ancienne ou même d’une appellation des anciens, et ce « nom temporaire » qui s’était imposé dans l’instant n’a trouvé aucun toponyme à qui passer le relai. Voilà où en sont les choses. Dans la proposition que tu fais se perçoit comme une envie de « vouloir rendre à César ce qui lui appartiendrait ». Oulàlà ! ! L’intention, si tel était le cas, peut être louable, mais elle ne correspond pas à l’état d’esprit qui me sert de guide et - je crois pourvoir le dire sans m’avancer trop – Scal est aussi sur cette longueur d’onde. La nature est grande, et surtout elle appartient à tout le monde… Merci pour la belle photo, qui réussit à mettre en avant (ce qui est difficile vu les lieux) la dimension de l’arche ainsi que le paysage alentour, splendide avec ses arbres sans feuille et avec la neige qui s’accroche aux branches des conifères. Souhaitons que cet endroit magique continue de vivre dans le calme, pour que sa beauté puisse emporter les visiteurs qui passeront là dans un tourbillon de rêves. Voilà ce qui compte. A bientôt sur Bivouak.


scal
14-11-2010 21:56:50

Salut OscarMa avec ses dimensions et son emplacement c'est effectivement une arche superbe :) pour le nom, n'ayant pas ( encore ? ) réussi à retrouver la toponymie locale nous avons essayé de faire le maximum :wink: néanmoins ta proposition est très sympa même si pas vraiment nécessaire, je t'ai adressé un message perso à ce sujet


anonynmous
13-11-2010 09:40:27

Merci à Scal et François. Il ne sera jamais trop tard pour découvrir cette superbe Arche. Par contre le nom est "faible". Je propose : " l'Arche perdue de Franscal " [/img]


ldfa
22-06-2008 23:13:22

J'en profite pour remercier Scal et François pour cette découverte. Et pour remercier Pascal et toute la bande pour la "ballade" de de samedi. Denis


scal
22-06-2008 21:49:50

Archiane doit rougir de plaisir !! à toutes ces merveilles il faut désormais rajouter le geste auguste de Guilain, belle technique à maîtriser à la perfection sinon la pierre ne le pardonne pas :) pendant que vous preniez un bain de chaleur j'étais parti prendre le frais au dessus pour quelques jours. Le temps de vérifier que l'arche Jallifier en est peut-être bien une ( les lames calcaires se touchent ) d'exécuter une respectueuse révérence en passant devant le Château du Roy : de reconnaître la face cachée de l'arche de Trustipi : et enfin, de vérifier qu'ils étaient toujours là et ils le sont !! tandis que les premières brebis arrivent sur la Ville, les Bachassons, le Jas Neuf et Peyre Rouge pour une nouvelle estive...


pascal sombardier
21-06-2008 22:19:00

Nous sommes allés ce jour voir la Troisième arche d'Archiane, et tenions à remercier Scal et François pour nous avoir révélé cette merveille que Guilain considère comme majeure, "l'un des plus beaux sites naturels des Alpes". L'aventure a commencé dans sa voiture, millésimée 1952 (on n'a pas dépassé le 60...) qui n'avait jamais chargé + de 2 personnes (Denis Idfa et JMG étaient avec nous). Notez l'adresse du site de Guilain... Et nous avons donc commencé à marcher vers 12 h... Nous avons trouvé l'arche vers 14 h en passant par le belvédère de Bénevise. C'est beau ! Les aiguilles qui dominent ce versant sont d'une beauté à couper le souffle, mais ce n'est pas toujours très "confortable" comme approche... : Nous confirmons la mesure du span : 18 m 50, mais nous avons inauguré une nouvelle méthode de mesure de la hauteur : il suffit d'accrocher une pierre au bout d'une corde fine, de la lancer plusieurs fois jusqu'au point haut de la voûte, et de mesurer ensuite la distance entre un repère établi au cours de ces lancers et cette pierre. Le bilan est ici de 8 m. Encore merci à vous


scal
09-06-2008 18:58:22

voyons voir :shock: pour la première l'impression est confirmée : mais pour la seconde... ça me semble compromis... ( au passage : la photo de Pascal est splendide ! )


anonynmous
09-06-2008 13:57:27

pascal sombardier
J'ai l'impression de voir 2 arches sur cette photo: 1 à peu près au milieu, l'autre légérement à droite et en dessous. Me trompe-je?


Bernard MAZAS
07-06-2008 06:14:42

Un grand bravo les gars ! c'est vraiment grandiose ! Côté météo ce WE ne s'annonce pas très brillant, ce qui a beaucoup d'avantages, pour les découvertes d'arches et de champignons. Enfin, avec un peu de chance on devrait échapper à l'impôt sécheresse cette année. Une bonne nouvelle : dans les Hautes Alpes, nous avons largement dépassé les 65 jours annuels. Statistiquement, il devrait faire beau maintenant jusqu'au 31 décembre.


scal
05-06-2008 21:44:30

--> Et vous en avez encore beaucoup des comme ça ??? à priori ça devrait se compliquer un peu plus , mais bon comme la pluie semble bien convenir aux arches va savoir...


anonynmous
05-06-2008 12:38:37

Bravo aux deux Aventuriers des Arches Perdues. Belles moissons...


pascal sombardier
05-06-2008 11:45:13

Les arches ne vont peut-être pas pousser, mais s'il continue à pleuvoir comme ça, l'érosion va s'accentuer, et on a toutes les chances de voir bientôt, dans le Vercors, des structures comme celles-ci, qui sont vraiment bluffantes : http://www.naturalarches.org/gallery-Venezuela-Kekenan.htm


GLaG
05-06-2008 10:57:09

Splendide !!! Et vous en avez encore beaucoup des comme ça ??? Le week-end s'annonce pluvieux, les arches vont-elles encore pousser comme des champignons ?


scal
05-06-2008 00:59:45

une journée à Archiane : pour accéder à la grande vire nous avons choisi de remonter la rampe inclinée bien visible, et qui débouche à la base du Couron elle se termine en petit couloir où il faut jouer des mains pour franchir une paire de ressauts on progresse alors très agréablement sous les fayards jusqu'au couloir où se niche l'arche ; François à coté du pilier donne l'échelle ... les dimensions sont imposantes mais ce qui frappe c'est la puissance que l'arche dégage avec son pilier un dernier coup d'œil avant de repartir... plutôt que de descendre directement par le couloir, il est intéressant d'aller chercher le fond du cirque sous la Tête du Jardin et de revenir paisiblement par le vallon ce dimanche l'Archiane était bien au dessus de l'étiage ; ici une des résurgences temporaires sous les grottes de Tournières dans un spécial Glandasse des Epines Drômoises la signification du nom Archiane se posait déjà et sans certitude concernant la réponse : faut-il y voir l'arc pour la forme du cirque ? ou bien la racine p.i.e 'ar' = l'eau pour la résurgence ?[p.i.e : pré-indo-européennes] moi j'y vois presque les reflets d'une incroyable couronne :)


Rafaël Rodon
04-06-2008 18:11:10

Waahou!!! :shock: Respect messieurs.


pascal sombardier
04-06-2008 08:26:20


Citation: Le couple amphibie Scalannes va-t-il nous trouver quelque chose de nouveau et d'exceptionnel qui nous fasse bondir dans nos fauteuils ?... On en a besoin... Aussitôt dit, aussitôt fait.... Amphibie, mais aussi inoxydable, inaliénable, incroyable, invraisemblable... Merci et bravo !


scal
04-06-2008 00:57:32

Il est sûr que j'aime la billebaude et que c'est un bonheur, mais François de son coté voit haut et loin et ce n'est pas tout à fait par hasard que ces découvertes de plus en plus incroyables se succèdent, il y a du bon génie la dessous... dimanche avec l'humidité poisseuse le Diois respirait de toutes ses pores et ce fut un régal de plonger dans cette haleine verte. A ce plaisir là s'est rajoutée la joie presque insolente de réaliser ce qui était pressenti, mais la découverte a dépassé les espérances, et rapidement l'arche nous a imposé sa force et sa puissance, ce fut magistral !! avant de découvrir plus avant cette journée, voici deux vues qui "posent " le " monument " : l'arche à l'abri de son écrin de verdure de quoi couper le souffle !!


François LANNES
03-06-2008 22:08:48

Grave, je ne sais pas… Mais ajouter une intervention de plus, dans ce long fil « Quand les Dieux s’en mêlent », n’est pas aussi anodin qu’il peut y paraître. Cela nécessite, à chaque nouvelle fois, de veiller plus précisément au choix des mots. Ce n’est pas que je sois habituellement négligent sur cet aspect, mais au point où en sont les choses, je trouve que les événements obligent à plus de précautions… En préambule, je tiens à revenir sur une phrase de Pascal Sombardier, écrite en début du fil. Pascal décrivait le Glandasse en expliquant : « Nous nous disions que c’était le dernier terrain d’exploration » !!! Rien ne pouvait être mieux prédictif que cette conviction. En effet, les explorations que Scal et moi avons faites tout au long de ce mois de mai ont montré combien la remarque était vraie. Les deux arches que nous avons racontées ici, l’arche aux Jonquilles puis l’arche Trustipi, sont bien là pour attester de cette remarquable intuition. Comment aurait-il été possible de mieux percevoir que ne l’a fait Pascal ce que seraient les possibilités de ce terrain calcaire que constituent non seulement le plateau du Glandasse, mais aussi tout l’ensemble de la vallée de l’Archiane ? Scal et moi, comme emportés par un maelström infernal, en avons encore fait les frais, avant-hier lors de notre quatrième sortie… Il y a une semaine, en observant depuis Trustipi les reliefs sous la Grande Pigne, de l’autre côté de la vallée d’Archiane, une zone des falaises attirait l’attention. Malgré le grossissement des jumelles, rien de net ne pouvait être détecté. Dans cette falaise intermédiaire, une conformation de la roche apparaissait comme un porche. Noire, impénétrable à l’œil, cette formation pouvait laisser envisager une autre perspective. Oui, à y réfléchir de très près, la possibilité que ce soit une autre arche pouvait s’envisager. Toutefois, entre la réalité d’une arche et une très forte envie que cela soit une, il y a une différence importante. Et l’euphorie dans laquelle nous baignions, à Trustipi, incitait plutôt à la prudence, et à la deuxième alternative plutôt qu’à la première. Ne craignant plus la pluie, compte tenu de l’entraînement passé, nous allions voir sur place avant-hier, donc. Parmi les compétences de Scal, et elles sont nombreuses, il y en a une de précieuse : son savoir-faire à trouver les bons passages dans les terrains du Diois. Il suffit de lui expliquer où l’on veut aller, et puis de le suivre : ce n’est pas plus difficile ! Tout devient alors enfantin. Il n’est pas de chemin, voire pas de trace de chemin, voire même de chemin qui n’a plus été fréquenté depuis des années, qui lui échappe !! Je pensais avoir ce sens là, celui de l’observation du sol, celui de comprendre où passe et s’en va la trace ténue, reliquat fragile des temps anciens et de nos prédécesseurs en ces lieux oubliés, mais non ! Je prends avec lui, et avec un plaisir à chaque fois renouvelé, des leçons d’observation… Imaginez ! Une forêt de fayards, large, longue, avec des arbres à ne plus arriver à les compter. Bref, une vrai meule de foin. Imaginez un fayard, un seul, dans lequel serait planté un anneau qui servait d’antan à attacher les mules pendant que le maître se repose. Et bien cet arbre, celui-là ! il le voit, et bien sûr le prend en photo. J’étais bluffé… Plus tard, nous arrivions dans le secteur visé. Le choix avait été fait d’arriver par la vire supérieure, et donc par-dessus la zone où se trouvait notre relief potentiel. Tranquillement, nous entamions la descente du couloir, raide et dans un éboulis. Ici, la végétation est encore importante, et de grands arbres coupent les perspectives. Nous avancions sous le couvert de la verdure, quand la voûte de l’arche nous est apparue sur la gauche, au travers des feuilles. Dès le premier instant, dès le premier coup d’œil, nous avons compris les dimensions du site… Enorme ! L’incrédulité nous bloquait sur place. L’incrédulité, mais aussi la joie de voir se concrétiser ce qui n’était jusque là qu’un potentiel, une possibilité d’arche. Faisant quelques pas de plus vers la droite, de façon à ouvrir le panorama, nous nous sommes alors trouvés devant un spectacle à couper le souffle !! Une arche énorme, plus grande encore que l’arche aux Jonquilles, était là en face, à une trentaine de mètres… Nous n’en revenions pas… Les cris de joie, les éclats de rire, fusaient sans interruption… Perçant un contrefort de la falaise qui s’avance vers la vallée, marquée dans sa voûte par de nombreuses coulées noires, s’appuyant sur un massif pilier de calcaire blanc, dominant un vide profond, cette arche offrait à nos regards son impressionnante présence… Nous étions complètement ahuris… Dans une accolade déclenchée par un tel enthousiasme, nous nous tapions sur les épaules, et manifestions ainsi notre bonheur partagé !!! Arriver au sommet d’un 8000 vierge ne m’aurait probablement pas fait plus d’émotion… La séance de photos a bien duré une demi-heure. A droite, à gauche, depuis le bas, vers le haut, avec les feuilles des arbres, sans le personnage… Il n’y avait plus de fin ! Avec la corde qui traîne toujours au fond du sac, et le double-mètre de bricoleur que j’avais pris à tout hasard, nous avons procédé à la mesure : 18.5 mètres de largeur ! Quant à la hauteur, sans pouvoir la mesurer, nous l’avons estimée à une bonne dizaine de mètres… Comme l’a dit Scal par la suite « Là, ça envoie gros !! Ouch !!! ». La suite de la journée n’a été qu’euphorie, vous vous en doutez. Mais il fallait bien rentrer quand même… Alors nous sommes redescendus, à Archiane, et sur terre… Depuis le parking du village, le tournis nous prenait la tête. Aux trois points cardinaux de cette vallée, cachée dans un replis de la roche, ou cachée par les feuilles des arbres, ou encore bien visible à celui qui sait, ces arches, l’une magnifique, l’autre angoissante, la dernière impressionnante, brillaient comme les joyaux d’une couronne incroyable. Un mois, à peine, que tout cela a commencé… Ce n’est que le lundi soir que l’idée est venue, et parce qu’il fallait bien la distinguer des autres, nous avons imaginé d’appeler cette dernière arche : « La troisième arche ».


scal
03-06-2008 21:33:56

bon, il va falloir qu'on tombe les masques........ les palmes et le tuba :lol: avec ce ciel tourmenté il faut s'attendre à tout ! j'ai même surpris François dans une posture fâcheuse, pensez donc ! en train de mesurer sa corde !! peut être une apnée qui a mal tourné ?? ... c'est grave ?


ced
03-06-2008 14:38:33

Bonjour, Merci pour ces récits agrémentés de leurs photos : cela fait une lecture passionnante ; on s'y croirait : comme d'habitude !


pascal sombardier
03-06-2008 12:33:54

Bon, tout ça, c'est très bien. Mais avec cette météo sinistre, on s'ennuie un peu. Le couple amphibie Scalannes va-t-il nous trouver quelque chose de nouveau et d'exceptionnel qui nous fasse bondir dans nos fauteuils ?... On en a besoin...


scal
31-05-2008 18:56:06

quelques mots lancés en paysage, puisés à la source des bons moments et c'est la saveur des heures pleines qui renaît... merci François ! face à face entre arche et Archiane terminus rando au pieds de l'arbuste, au delà il s'agit d'escalade vue d'ensemble depuis le chemin de ronde le retour par le pas de Sambardou


François LANNES
31-05-2008 00:28:29

Trustipi… Quel nom !! Une consonance si exotique, et une sonorité bien fruité… Avec un tel nom, nous pourrions nous croire très loin d’un massif préalpin… Et pourtant. La falaise du rocher Trustipi n’est même pas verticale. Elle penche vers l’avant, comme si elle voulait tomber. Le surplomb ainsi formé, paraît énorme et il s’échappe vers le haut en une ligne élégante, légèrement bombée. Nous marchons à son pied, à l’abri des gouttes de pluie, mais pas à l’abri du vent qui pousse fort dans le dos. Au sol, les pierres orangées créent une lumière et une ambiance presque irréelles, tellement cette teinte est surprenante. Sous les pas, les pierres claquent, un peu comme des ardoises qui seraient écrasées par de lourdes chaussures. Cette musique claire nous accompagne tout au long de l’avancée L’impatience monte, car il tarde de tourner l’angle rocheux, au bout, là-devant. Derrière cet angle doit se trouver l’arche, repérée ce matin depuis un balcon aérien du ranc Papilllon. Scal et moi le savons mais nous n’osons vraiment y croire. Cette vision faite à la jumelle, et de bien loin, se réalisera t-elle sous nos yeux ? Ce serait trop beau… Au bout donc, il y a un petit replis de terrain qui cache encore le vaste panorama que nous attendions. Mais ce n’est que partie remise, car le replis n’est pas long. Et en deux minutes, c’est fait : nous y sommes ! L’arche est là. Enchâssée dans un raide éperon, d’un trou ovale, plutôt petit, elle est bien réelle. Les jumelles disaient vrai. C’est magnifique… Ici, la bordure du Glandasse forme un cirque, dont les proportions ne sont ni trop grandes, ni trop petites. Tout apparaît dans le même coup d’œil, et pourtant les dimensions sont loin d’être ridicules. Ce qui marque tout de suite, c’est la raideur de ce cirque, vers le fond et à gauche duquel est placée l’arche. Ce qui marque ensuite, c’est cette herbe dans la pente du cône, si verte et si épaisse. Comment se peut-il que cette herbe pousse, là, alors que nulle part ailleurs dans les contreforts de Glandasse nous n’en ayons vu d’identique ? C’est certainement une bizarrerie du sol, qui permet ici, ce qui n’est pas possible ailleurs… Avant de descendre, avant d’essayer d’atteindre le trou de l’arche, nous profitons de ce panorama supérieur. La joie est à son comble ! Quelle merveille, quel cadeau que d’arriver dans un tel lieu, et de voir ce que la nature et les millénaires ont façonné, à petits bouts… Nous rions. Le haut du cirque est fermé par une courte falaise, d’une dizaine de mètres de hauteur. Au pied de cette falaise, comme s’il s’agissait d’un chemin de ronde, une zone plate, de quelques mètres de large, permet de circuler d’un bout à l’autre du demi-cercle. Un tas de pierre, éboulé de la falaise, constitue le seul obstacle sur ce chemin de ronde. Et là, bien au centre de tout cet ensemble, une grotte s’ouvre, face au cirque, face au superbe panoramique dominant le village d’Archiane. Cette cavité fait une dizaine de mètre de profond, sur la moitié en largeur, et est largement assez haute pour y tenir debout dedans, sur un sol plat… Tout est fait, ici, pour que s’installent les bergers, surveillant les troupeaux paissant dans le petit alpage du cirque, en dessous. D’ailleurs, à gauche du porche, un petit mur de pierres sèches fait comprendre que les hommes se sont installés là et y ont peut-être passé de longs moments. Nous nous tournons vers l’arche. Elle est bien toujours à sa place. L’accès à son trou paraît difficile. Peut-être est-il même impossible par ce versant ? En effet, une partie rocheuse en dessous de l’ouverture, laisse penser que l’escalade sera nécessaire. Ma foi… Il faut s’approcher, et tout s’éclaircira alors : ce sera tout bon ou tout mauvais ! Les premiers pas dans la pente du cirque sont beaucoup plus prudents qu’on ne l’aurait imaginé. L’herbe est mouillée, dense, donc glissante. Et le sol ne présente aucun gradin qui faciliterait l’équilibre. Le piolet est très agréable dans de telles circonstances, bien qu’il n’y ait en fait aucun danger réel si ce n’est de se râper le fond du pantalon ! Cette approche lente vers l’arche est impressionnante ! Descendant donc prudemment, ayant bien en face de soi l’éperon percé du trou ovale qui ressemble de plus en plus à l’œil d’une bête sauvage, s’enfonçant dans le fond de cet entonnoir lugubre, je sens une forte émotion me pénétrer. Le moment est magique, mais quand même un peu angoissant. J’ai un temps d’hésitation. Une halte, pour profiter du spectacle si fort, sert aussi à m’acclimater à cette ambiance si sévère tout à coup. Finalement, ce voyage jusqu’ici n’a rien d’anodin, ni rien d’aussi facile qu’il n’en avait l’air vu du haut. Heureusement, une bonne trace de chamois coupe la pente, à l’horizontale, juste à niveau de l’arche. Y arrivant, nous l’empruntons, et nous rapprochons confortablement de l’arche. Toutefois, ce chemin ne dure pas assez longtemps pour arriver à notre but, et si la trace des chamois part dans de raides contreforts rocheux, nous restons un peu seuls, dans une pente très raide, caillouteuse, suspendu au-dessus d’un vide qui se creuse beaucoup trop pour être raisonnable. En un mouvement fébrile, je traverse jusqu’au bosquet d’arbres, qui a poussé au pied de l’arche. Je me cale entre les petits troncs et la roche, à moitié rassuré seulement. Ici se termine la randonnée du vertige. La suite, c’est de l’escalade, et il y faut la corde pour continuer. A d’autres… Une force me pousse à revenir en arrière, sans tarder. Je l’explique à Scal Il faut arrêter ici. Faisant demi-tour, rapidement les choses vont mieux, et nous retrouvant à nouveau dans des zones acceptables, le sourire revient. Nous profitons encore de tout cela, c’est si beau… Retour au chemin de ronde… Nous montons maintenant sur le plateau. C’est là que Scal remarque les traces, évidentes, d’un chemin d’antan. Les pierres de l’éboulis ont été poussées de part et d’autre de la ligne de passage, et finalement cela constitue ainsi un net chemin pour les troupeaux de moutons, et peut-être aussi pour des animaux de bât ? En une dernière photo, nous disons « au revoir » à l’arche Trustipi, sachant pertinemment que les « gens d’avant » lui ont déjà donné un nom. Nous tâcherons de le retrouver… Rejoindre le pas du Sambardou n’est pas très compliqué, grâce à la connaissance que Scal possède du Glandasse : les points de repère et l’intuition nous y amènent en une demi-heure environ. Là commence une descente de grande qualité, je dirais même une descente de grande classe. Ce chemin du Sambardou est vraiment magnifique, et aussi très impressionnant sous les hautes falaise de calcaire qui le dominent constamment. Il est aussi continûment ponctué de passages exposés vers le bas, qui demandent de garder toute son attention en éveil : interdiction de glisser !! Traversant sur cette longue vire boisée, ce Sambardou concluait d’une magistrale façon notre journée. Et encore, nous n’en faisions pas la plus belle partie, me disait Scal !!! Qu’est-ce que cela doit être, alors, que la partie de vire vers les quatre chemins ! La dernière demi-heure se fît sous une pluie plutôt dense, et nous étions contents de revenir à Archiane et de retrouver la voiture. Quelle belle balade, vraiment !


pascal sombardier
27-05-2008 21:31:35

Très fort ! Et votre manière de présenter les choses est sympa... Bravo Mais une arche par jour, c'est trop ! http://galynette.webdynamit.net/sortie470_photo1.html Guilain est rentré cause météo, et il reviendra en juin, avec un programme particulièrement chargé....


Rafaël Rodon
27-05-2008 21:24:05

Grandiose, le mot est juste. Votre jardin est vraiment sympas.


GLaG
27-05-2008 20:55:06

Grandiose, ce coin :shock: :shock: Merci pour le commentaire illustré !!


scal
27-05-2008 20:36:42

il sera plus sage que je me contente d'illustrer ton récit captivant, car finalement moi aussi j'ai hâte de découvrir si Trustipi a tenu sa promesse... il n'y a pas d'accès à Glandasse sans formalités préalables , il faut s'en acquitter consciencieusement d'un pas égal ensuite selon l'humeur, les couloirs se hissent d'un jet ou non au cœur des enchevêtrements rocheux ces fines lames calcaires ne sont pas encore du sommet, mais plus tout à fait de la vallée, leur charme vient d'ailleurs... au ranc Papillon on s'en extirpe par une jolie pente de gradins herbeux, à négocier avec prudence sur le plateau le temps ne s'améliore pas, sans pour autant se gâter trop et cela fait notre affaire ! la balade devient alors très agréable, dans un secteur oublié par le monde l'éclat orange des rochers de Trustipi domine la grisaille de Veyranche, le ciel peut verser cela importe peu cet abri a du voir passer des générations de bergers mais pour l'heure c'est une autre bonne étoile qui semble guider les pas de François... quand il s'agit de merveilleux, Glandasse est toujours à la hauteur... :)


François LANNES
26-05-2008 23:44:35

Perdu un rayon de soleil, ça se peut bien ! Pour ce qui concerne la Livanos, je n’ai pas le bon azimut. Quant au bronzage des filles, il me faudrait sûrement changer de jumelles… Que dire, après de telles photos du site de Guilain ??? Que nous ne sommes pas dans la même catégorie ? C’est probable… Oui, c’est probable… Et pourtant, proche de chez nous, il y a aussi moyen de s’émerveiller. Parfois, il est même des richesses dont on voudrait qu’elles ne s’épuisent point !! Le Glandasse, avec son versant nord-est, fait partie de ces endroits-là. Il en fait même partie définitivement… Comment faire pour arriver, par l’écrit, à vous transmettre ce goût si particulier que Scal et moi ressentons là-bas, là-haut ! lors de nos sorties ? Les mots auront-ils assez de saveur pour cela ? Les phrases seront-elles suffisamment aromatisées pour y parvenir ?? Je n’en suis pas sûr. Mais il est toujours possible d’essayer et, si le verbe n’y est pas complètement convaincant alors quelques images, choisies, parviendront sûrement à envoûter les dubitatifs ou les hésitants… Au début, nous sommes partis de l’extrémité sud : le pas des Clots. Ce fut alors la reconnaissance de la grande vire. Ce fut surtout la merveilleuse chance de connaître, et de faire connaître, cette grande arche, aux si belles proportions, et placée dans un site si majestueux. Le bonheur de cette « rencontre », l’admiration de cette rare sculpture de la nature, illuminent toujours ces moments de la journée où les occupations du quotidien desserrent un peu l’étreinte… Ensuite, Scal nous a emmenés dans la Grande Combe, juste au nord. Ce passage, cette faiblesse dans la falaise, l’attirait beaucoup car il menait tout près de la cabane de Châtillon. Persuadé que les bergers d’antan devaient emprunter ce cheminement pour rejoindre ou bien Menée ou bien Archiane, Scal voulait en vérifier la réalité et la facilité. Nous sommes alors montés, à travers un véritable goulot de bouteille, dans un immense cirque où les tours aiguës et les pinacles branlants donnaient le tournis tellement leur verticalité obligeait à plier la nuque. C’est du bord de l’une de ces arêtes rocheuses, observant toujours plus loin vers le nord du Glandasse, que nous avons compris la suite qu’il fallait envisager à ces reconnaissances : ce serait le Ranc Papillon !!! C’est ce dimanche, que nous y sommes allés… Le ranc Papillon !! Et nous avons vécu, une fois encore, l’éblouissement de l’enfant découvrant un cadeau presque au-delà de son rêve et qui n’en revient pas de sa joie, et qui rie parfois comme s’il lui était besoin de faire sortir ce bonheur qui ne trouve plus assez de place pour se loger dans son corps… Allant à gauche pour voir la pente d’herbe côté droit comme elle est belle ! Traversant ensuite à droite pour voir ce côté gauche et le porche où l’on vient de s’abriter de la bruine ! Rebondissant ainsi, depuis le bas jusqu’en haut du pas, nous avons remonté ce ranc Papillon, franchi le délicat ressaut final que l’humidité du jour compliquait plus que nous ne l’aurions souhaité, et sommes arrivés sur les crêtes finales. Heureux comme pas deux de cette belle balade. Oui, heureux aussi, parce que nous avions vu la suite, parce que nous avions compris que cette suite allait être plus belle encore, que ce que nous venions de voir le matin. Mais ne voulant pas aller trop vite en besogne, prenant les étapes dans l’ordre, nous sommes d’abord allés manger à la cabane de Châtillon. Là, nous avons rencontré un occupant temporaire du lieu, un vigneron du Diois, venu passer deux nuits sur les hauteurs du plateau. Coincé par le brouillard et la pluie, il nous a accueillis avec un grand sourire, et aussi avec un bon feu de bois dans le poêle !! Cette suite, qui nous démangeait d’aller voir, nous l’avions repérée à la jumelle, depuis un balcon suspendu, lors de la montée. Elle se trouvait loin au nord, après la combe de Veyranche, sous les rochers de Trustipi. C’était loin mais, par les reposants chemins du plateau, les distances ne sont plus les mêmes que dans le versant nord-est. Et finalement, c’est assez rapidement que nous y sommes arrivés. Longeant la falaise des rochers de Trustipi, abrités des rigueurs de l’après-midi par ces rochers aux couleurs si surprenantes mêlant le rouge au noir avec les gris et les jaunes du calcaire, marchant sur ces pierres détachées de la paroi comme si elles étaient des blocs faits pour construire un mur, nous sentions que nous allions enfin voir ce pour quoi nous venions. Nous savions que, derrière cet angle du rocher, le panorama pouvait ouvrir toutes grandes ses portes, et peut-être livrer un de ses joyaux. Nous le sentions, mais nous n’en étions pas complètement certains… Nous ne pouvions pas en être certains, bien sûr. Mais quand même, nous sommes ici dans le Glandasse ! Le Glandasse !!! Ce lieu si particulier. Ce pays si différent, si exceptionnel ! Ce territoire si envoûtant qu’une fois approché l’on ne peut plus résister à son appel !! Cette montagne si intimidante que même les plus inspirés ne trouvent plus les mots pour qualifier ses visiteurs téméraires… Le Glandasse… Pouvait-il ne pas être à la hauteur de ce qu’il nous avait déjà fait voir, de ses merveilles ??? … Euh… Il commence à se faire tard, ce soir… Je suis un peu fatigué. Scal, est-ce que tu pourrais raconter la suite ?


scal
26-05-2008 23:37:16

oui, il y a des phénomènes extraordinaires sur le site ! la structure " strongarm " est assez incroyable malgré ses dimensions modestes ; dans le big 10, avec Aloba ça devient géant !!! 77m de large 120m de haut , le jeu consiste à repérer le personnage au pieds :shock: -->En attendant une météo + clémente... c'est François, mais que fait-il ? il a perdu un rayon de soleil ? regarde si la Livanos est toujours là ? mate le bronzage des filles ? curieux...


montagne-a-vaches
26-05-2008 21:16:21

wooow ! eh ben ça c'est de l'arche !! Faut envoyer GlaG là bas !


pascal sombardier
26-05-2008 20:51:11

En attendant une météo + clémente, on peut consulter le site de la NABS. Guilain Debossens m'en a fait une visite commentée. Cela dépasse l'imagination. Comment la nature arrive-t-elle à créer de telles merveilles ? Par exemple : http://www.naturalarches.org/gallery-CAstrongarm.htm Je vous invite à consulter la rubrique sur le Tchad (Chad en anglais). Non seulement, on y trouve de très belles photos dans ce pays pratiquement pas exploré et malheureusement en proie à des problèmes humains graves, http://www.naturalarches.org/gallery-Chad-DjouliaOued.htm mais aussi des nouvelles photos aériennes en NB qui révèlent des arches gigantesques, peut-être les plus grandes du monde. On ne sait pas encore leur taille, mais on peut toujours rêver : http://www.naturalarches.org/gallery-Chad-AfricanWoman.htm


pascal sombardier
24-05-2008 12:42:41

L'arche aux Jonquilles, pourquoi pas ? Mais il faut attendre de savoir comment les bergers ou les chasseurs locaux l'appelaient, s'ils lui ont donné un nom.... Étant donné qu'on la voit comme sur la photo ci-dessous depuis la crête sous Font Froide, elle n'a pas pu leur échapper, les alpages du Royou étant, même aujourd'hui, assez actifs :


François LANNES
24-05-2008 11:16:18

Bravo messieurs ! Et merci pour l'info sur la mesure faite : ce "bébé" déjà âgé de quelques milliers d'années, est bien né ! Auriez-vous aussi pris le poids ?? Quant au prénom, et en attendant que les spécialistes du Diois le retrouvent dans les archives, celui d'"Arche aux jonquilles" pourrait -il faire l'affaire ?? Par ailleurs, tant mieux que vous ayiez eu du soleil. La journée a donc été belle, et cela vaut le coup, dans ces décors qu'offre le Glandasse.


scal
23-05-2008 23:06:17

c'est sympa :) sûr qu'avec ce soleil cela a du être une jolie escapade bien agréable. Après les mensurations on aura peut-être d'autres précisions dans quelques temps : des amis du Diois recherchent actuellement les infos sur la toponymie concernant Glandasse...


pascal sombardier
23-05-2008 21:30:47

Voilà, c'est fait. Avec Guilain, Denis et moi sommes allés à l'arche de François et Scal au Glandasse. Nous tenions à les remercier pour cette belle découverte qui nous a valu une journée exceptionnelle et ensoleillée, ce qui est rare en ce moment.... Guilain a mesuré l'envergure de l'arche : 17 m 50. Pas mal !


ldfa
20-05-2008 20:09:32

Félicitations à Pat, c'était pas facile ... pas beaucoup d'indice avant la dernière photo. Comme l'a signalé Pascal, ma sacoche de ceinture contenant un reflex, a fait une glissade fatale? dans les les vires, un peu avant le passage délicat de la 2eme photo. Avec le brouillard, il à très vite disparu ... J'e n'ai donc pas de photo à vous proposer de cette sortie .. sniff Cela nous a donné une (bonne) raison de parcourir les vires inférieurs sans succès (pour l'appareil). Donc, si une personne trouve une sacoche avec les reste d'un reflex, au pied du Gicon ou dans les vires supérieures, lors de la visite de cette Arche ou autres, merci de prendre contact avec moi. Sinon, comme l'a signalé Pascal, l'approche et la descente dans l'arche peuvent ce faire sans matériel d'escalade. Denis


pascal sombardier
20-05-2008 17:03:11

Gigon est une erreur d'IGN, mais c'est bien le Gicon, appelé aussi par erreur le Grillon (alors que celui-ci est + à l'est, près du Faraut). La face ouest, à gauche du Piéroux, où l'on grimpe (à ne pas confondre non plus avec le pic Pierroux, qui est sur la crête du Faraut... je sais, c'est compliqué...), est pleine de ressources... Ce sont surtout les étages de vires qui sont intéressants (je te les avais montrées depuis l'Hippocampe, Patrick), parce que l'arche n'est pas la plus belle qu'on ait pu voir. Elle est assez grande (une dizaine de mètres de "span" sur 6 m de hauteur), et se trouve 60 m sous la crête d'où elle reste accessible par des gradins assez faciles, mais mieux vaut ne pas faire le grand saut, comme l'appareil photo de Denis........


anonynmous
20-05-2008 13:36:57

Vers le Gigon, peut-être...


pascal sombardier
20-05-2008 13:19:04

Ce n'est pas vraiment ça. Je mets là une photo qui devrait élucider l'affaire... Si personne ne trouve, ça restera entre Dévoluards...


anonynmous
20-05-2008 12:57:29

En ce moment, l'atmosphère gapençaise est plus humide que chaude... Ca pourrait être kekpart du coté du Pic Ponsin, à moins que ce ne fut ailleurs... :wink: Les indices sont maigres.


pascal sombardier
20-05-2008 10:52:39

Il fallait bien un Gapençais pour réchauffer l'atmosphère... Mais, mon cher Patrick, peux-tu être plus précis ?


anonynmous
20-05-2008 10:23:15

Mais, mon cher Pascal, c'eut pu être sur le versant Ouest de la barrière Est... :roll:


pascal sombardier
20-05-2008 07:14:21

Les Grépoux doivent être encore complètement dans la neige... et si c'était à l'est, il n'y aurait pas le soleil l'après midi...


anonynmous
19-05-2008 23:02:28

Ca ne serait pas quelque part sur la barrière Est du Dévoluy...?


scal
19-05-2008 22:40:17

le soleil s'est levé mais le mystère reste entier... au hasard, dans les falaises sous la Crête des Grépou au nord du col de Drouillet ?


pascal sombardier
19-05-2008 20:27:58

Plus de brume à partir de 14 h, et un festival de reliefs tous aussi ahurissants les uns que les autres :


GLaG
19-05-2008 14:21:38

Pas mal tout ça..juste un peu trop embrumé pour que l'on puisse localiser facilement..mais ça a l'air sympa !!


pascal sombardier
19-05-2008 13:05:29

On peut déduire de ceci : http://www.bivouak.net/forum/viewtopic.php?t=5695&id_sport=2 1 - que c'est bien en Dévoluy 2 - que ce n'est pas si haut que ça Quant au matériel que tu évoques, Scal, il n'est dû qu'à l'approche par les vires multiples et aériennes qui caractérisent ce versant particulièrement riche et intéressant. En fait, on aurait pu approcher en randonnée classique et descendre à cette arche sans le moindre matériel. C'est un choix... mais c'est tellement mieux ainsi...


scal
18-05-2008 21:11:52

vous avez été bien vaillants malgré le sale temps... et voilà un joli coup de filet aux dimensions fort respectables ! vu l'équipement l'accès ne doit pas être simple, la présence de la neige, l'ambiance austère : c'est dans le Dévoluy haut perché ?


babas38
18-05-2008 21:00:56

Est-ce une nouvelle devinette?


pascal sombardier
18-05-2008 20:36:51

Alors, les gars, Scal, François et cie ! 15 jours ont passé, et pas de nouvelle arche ? Denis et moi, on en a attrapé une ce dimanche, malgré le brouillard et le froid. Le temps s'est levé l'après-midi, mais on était dans la descente... Des photos assez belle durant cette descente, à venir...


patrice.v
16-05-2008 10:29:45

ced
Ah je sens qu'il va y avoir du monde sur les abords de la Tête Chevalière ce week-end : après les Dévoluards les Chevaliers ??
Salut ced, du monde je pense pas, vu le temps annoncé pour ce week-end. Par contre il y aura moins de monde en faisant la traversée vers le pas de l'Aiguille. Les vrais CHEVALIERS sont pars là bas!!! si tu veux faire cette traversée, choisi un temps plutot claire. Salut et à +.


ced
16-05-2008 09:10:49

Ah je sens qu'il va y avoir du monde sur les abords de la Tête Chevalière ce week-end : après les Dévoluards les Chevaliers ??


Jean-Michel Pouy
16-05-2008 08:59:00

En vue inversée par rapport à la photo de François.

pascal sombardier
Les habitants de Chichilianne connaissent ce barrage. Il a été construit pour tenter de calmer les fureurs du "ruisseau", qui charrie des tonnes de caillasses qu'une carrière exploite en aval


François LANNES
15-05-2008 21:47:43

Je me suis arrêté là... Au-delà, je n'ai pas osé. Au fond, ce trait gris que l'on voit, c'est le mur de béton. Mais, comme pour Pascal, je sens bien "à l'intérieur" une envie qui reste, une curiosité un peu malsaine et insatisfaite qui me gratte... Et si en plus il y a un pré au fond ?!


pascal sombardier
15-05-2008 20:29:51


Citation:Je voyais aussi, incrédule, les pans de murs en béton, que des maçons intrépides étaient venus construire en un tel lieu de folie ! Comment diable avaient-ils osé venir travailler là, sous la menace des chutes de pierres !!! Aujourd’hui encore j’en reste impressionné au point de me demander si mon souvenir ne me trompe pas, et si ces murs n’étaient pas un rêve que j’aurais fait… Eh bien, non, François, tu n'as pas rêvé. Ce barrage en béton, nous l'avons vu aussi. Cela paraît très ancien, et il est recouvert par des blocs presque aussi gros que lui. Nous sommes montés encore 300 m au-dessus, et c'est là qu'est survenu l'accident... Les chasseurs m'ont demandé si j'étais allé jusqu'au "pré", apparemment un replat herbeux qui serait encore plus loin. Un endroit bien étrange à n'en pas douter... Les habitants de Chichilianne connaissent ce barrage. Il a été construit pour tenter de calmer les fureurs du "ruisseau", qui charrie des tonnes de caillasses qu'une carrière exploite en aval. Pardon Ced de ne pas t'avoir cité : c'est bien ta photo que j'ai postée là, et que je contemple depuis un moment sur Biv', parce qu'elle nourrit mes interrogations... Je ne suis pas sûr d'avoir envie de retourner dans cet enfer plein de mauvaises ondes, mais je ne suis pas sûr de pouvoir résister à l'envie d'y retourner..........................


ldfa
15-05-2008 07:25:19

Bonjour François Félicitation, bien localisé, elle est effectivement visible sur la D120 aux 2 endroits que tu sites. Tu dis que l’accès est long par l’Est … tu es passé par le chemin du col de Côte Chêvre ? Sur la photo, il semble qu’il y ai un couloir qui part au pied et qui monte sur la gauche, tu es allé voir au pied ? Et la dernière question … quelle taille ? ça à l’air tout petit … Denis


anonynmous
14-05-2008 22:34:15

Ced, je ne trouve pas bien que ce terrain soit comme le Dévoluy. Dans ces ravines, c'est bien différent et bien pire que beaucoup d'autres terrains : rien ne tient, finalement. Et au delà d'une certaine inclinaison, çà tombe. Le Dévoluy a, heureusement, essentiellement des endroits solides. Quant à l'arête "rocheuse" à laquelle tu fais allusion, le Malpasset est d'infiniment meilleure qualité. Cette arête, c'est de la terre posée là et mélangée avec des cailloux. Elle n'est pas si raide qu'elle n'en a l'air, mais c'est "bizarre". Jusque là je ne suis toujours pas arrivé à déboucher au sommet de la Tête Chevalière... parce que quand même c'est très exposé ! Pour les chamois, ils sont chez eux là-dedans. J'y ai vu des traces, dans la neige, affolantes de prise de risque. Enfin, pas pour eux j'imagine.


ced
14-05-2008 22:08:44

François, au vu de ce que tu décris, n'est ce pas finalement un endroit typiquement "dévoluard" ? :wink: J'ai retrouvé la photo que j'avais tout simplement mise sur Bivouak en effet pour ce topo http://www.bivouak.net/topos/course.php?id_course=2052&id_sport=2... Il y avait 3 ou 4 chamois sur la crête à cet endroit qui sont descendus au fond du cirque en quelques minutes dans un fracas de chutes de pierres invraisemblables ! Ca ne donnait pas envie de les suivre en effet... Il y a sur le côté une arête rocheuse délitée impressionnante également : peut être dans le style du Malpasset ?


François LANNES
14-05-2008 21:49:38

Pour répondre à Guilain et compléter ce qu'en dit Pascal : je suis allé quelques fois me balader là-dedans, mais je n'ai pas vu d'arche. La nature de la roche ou plutôt la nature des éboulis dont il est question là, ne me laisse pas penser qu'il pourrait y avoir d'arche. Le terrain est constitué de strates (assez souvent horizontales ?!), elles mêmes coupées dans le sens de la longueur, ce qui fait que cela constitue comme des blocs de roche à la queue leu leu, le tout tenu par une espèce de liant à base de terre... Ce n'est pas terrible comme solidité, et je doute fort que cela soit propice à la création d'une arche ! A mon humble avis, il vaudrait mieux chercher ailleurs, d'éventuelles arches, et je ne comprends pas bien d'où peut venir cette appellation. Pour la photo que Pascal a mise en ligne, je la trouve magnifique. Elle rend très bien l'ambiance inquiétante de ce fond de ravin. Un dimanche d’hiver, j’ai voulu aller voir ce qu’il pouvait y avoir dans ce fond. Le temps était gris, pas très froid. J’étais seul. A cause de la température légèrement positive, les flancs du ravin dégoulinaient d’humidité et, à intervalles réguliers, une pierre tombait des grandes hauteurs. Une fois passé le goulet d’entrée de la gorge, dominé par ces quelques trois cents mètres de caillasses à la presque verticale, en quarante de mètres seulement j’ai éprouvé une si forte sensation d’oppression, une si totale et terrible vulnérabilité, une telle impossibilité de me protéger bien que marchant le plus possible au milieu du ruisseau, que j’ai fait demi-tour inexorablement. J’ai crains de me casser la jambe parce qu’effectivement, là, c’est le risque tout à fait possible, et que je n’avais aucune envie que cela m’arrive… Dans un dernier coup d’œil avant de partir, je regardais le câble métallique posé sur le sol, qui filait vers le fond de la gorge, déchiqueté par endroit. Je voyais aussi, incrédule, les pans de murs en béton, que des maçons intrépides étaient venus construire en un tel lieu de folie ! Comment diable avaient-ils osé venir travailler là, sous la menace des chutes de pierres !!! Aujourd’hui encore j’en reste impressionné au point de me demander si mon souvenir ne me trompe pas, et si ces murs n’étaient pas un rêve que j’aurais fait… Une fois parcouru à l’envers ces quarante mètres et ressorti de cette gorge infernale, je suis monté dans le flancs est de la Tête Chevalière. Bien qu’étant encore un terrain branlant, j’éprouvais alors une tranquillité infinie à comparer de ce ravin des arches. Et la balade fut charmante…


ced
14-05-2008 21:48:40

Bonjour Pascal, Juste par curiosité tu la sors d'où la photo du cirque du ruisseau des Arches ? Je suis quasi sûr que c'est une de mes photos (je l'avais d'ailleurs peut-être postée sur biv il faudra que je regarde) ; si tu ne l'as pas trouvée là c'est sidérant car elle doit juste être sur mon petit site familial...


pascal sombardier
14-05-2008 17:44:43

Bonjour Guilain ! Le ruisseau des Arches de Chichilianne, peu d'hommes y sont allés, car c'est une monstrueuse saignée dans les marnes de la Tête Chevalière. C'est malsain et pénible : J'y suis allé voir tt de même par le fond il y a un an. Un tas de blocs et d'éboulis dans lequel mon compagnon s'est cassé la jambe, c'est tout ce que j'ai vu... J'ai eu le temps (en attendant les secours à Chichi) de discuter avec les chasseurs du coin qui vont parfois y observer les chamois : il n'y a pas d'arches là-dedans, d'après eux. Quant au Rocher de la Fenêtre, j'ai cru y voir un trou un jour, mais - était-ce une trouée dans les arbres ? - je ne l'ai jamais trouvé ensuite... L'arche du Platary est connue et même signalée sur IGN ("trou)". La voici : À bientôt !


anonynmous
14-05-2008 17:29:41

Le col de Menée semble offrir de joyeuses perspectives. Juste au-dessus de celui-ci, la carte mentionne "le Rocher de la Fenetre", plus bas vers le col du Prayet, la cime du platary abrite une jolie arche (que je n'ai pas encore visitée) et encore plus bas au-dessus de Chichilianne, le Ruisseau des Arches pourrait etre bien nommé, non ? Guilain


scal
13-05-2008 20:32:02

la photo me semble plus impressionnante que la réalité... pour autant n'oublions pas la sagesse des anciens proverbes : ' Chi va piano va sano.... chi va sano va lontano ' :)


François LANNES
13-05-2008 00:07:04

Scal a montré la photo du passage-clé de la Grande Combe. Le voilà en action dedans. Il s'en tire plutôt bien !!! Mais, il faut faire vite, vite, vite !!!


François LANNES
12-05-2008 23:14:49

Bonsoir Denis, Cette arche-là, c'est pas trop difficile. Elle est sur la falaise sud de Combeau, la falaise qui est au-dessus de la route allant au col de Menée et au-dessus du Serre de Lachau. On peut la voir très facilement depuis le carrefour de la route qui va à Benevise. Depuis ce carrefour, cette arche se voit bien, avec le ciel qui traverse l'ouverture. Le problème c'est plutôt pour y aller, parce que cela oblige à faire un bon détour par l'est. Me trompe-je ??


ldfa
12-05-2008 22:16:06

Pascal ne la connaît pas, donc je poste. De retour de ballade, voilà ce que nous avons repéré … (voir post plus haut) Prise en début d’après midi, l’accès à cette arche était envisageable. La météo, alternant grêle, pluie, et soleil plus la fatigue de mes accompagnatrices…. ce sera donc pour une prochaine fois. Pas plus d’indice … Denis


pascal sombardier
12-05-2008 20:58:30

Guilain Debossens va bientôt arriver dans la région. Il va avoir du boulot.... Les Biv'hk trouvent bientôt une arche par jour. Denis en a encore repéré une je ne sais où (allez, Denis, mets-la sur Biv', ta photo...). Et puis, il ne faut pas oublier que, dans le cirque d'Archiane, tout au fond, il y a aussi celle-là : http://www.bivouak.net/album_photos/photos.php?id=7172&id_sport=2


ldfa
12-05-2008 20:18:58

scal Je n’avais finalement pas de réponse à cette question. Je suis monté par un couloir plus au nord du pas des Clôts, et j’ai poursuivi à l’horizontale à la recherche du pas des Clôts par le haut sans le trouver. Je suis tombé sur cette arche pendant la recherche d’un couloir de descente…. Je suis retourné aujourd’hui, profitant d’une fenêtre météo convenable, faire quelques photos de cette arche, avec mes filles. Nous sommes montés par le pas des Clôts, et elle est située donc au sud, en direction de la vire de Châtillon. Une dernière photo de cette arche pour l’échelle La séance photo à été écoutée par un orage de grêle ….. Denis[/img]


scal
11-05-2008 13:52:51

-->aïe, aïe, aïe, quel mot choisir pour les amateurs du Glandasse ? difficile d'échapper au qualificatif qui s'impose :wink: malgré tout nous sommes restés vaillants et ce qui ne passait pas ici passerait peut-être par là, car bien sûr entre la faille des Assiers et Grande Combe il n'y a qu'une évidence : l'immense porche nous avons donc fouillé dans le détail un secteur logé au dessus d'une formation curieuse, qu'il a été tentant de dénommer ' la raie des fesses '. Hélas, soit nous ne sommes plus en odeur de sainteté soit nous avons manqué de flair, en tout cas l'accès au porche nous a échappé. Enfin peut-être s'agit-il là plus affaire de grimpeurs que de randonneurs... au début du couloir : gare aux parpaings ! le passage clé : ce n'est plus de la randonnée, gare à la chute ! la partie supérieure de Grande Combe chamois : la démarche du chevreau est mal assurée, il n'a que quelques jours , nous faisons demi-tour en rentrant nous avons fait une rencontre sympathique, celle de Pierre ( Baldensperger ) venu avec deux de ses camarades s'enivrer du parfum des jonquilles mais aussi de la garrigue... car en ce moment il y a une belle floraison sur cette montagne, n'est-ce pas Denis ? je n'arrive pas à situer l'endroit de ta découverte, peut-être entre le pas des Clots et la vire de Châtillon ou alors au dessus du pas des Clots vers le nord ?


babas38
10-05-2008 09:06:37

Et cette jolie faille se trouve où? serait-ce encore dans la combe Chenevoye?


Rafaël Rodon
10-05-2008 08:37:17

Comme quoi qui cherche trouve. On n'est pas là dans la même catégorie,mais moi j'ai bien,bravo Denis. Bon moi je remnote un peut le fil. Ou là là :!: 'est haut Bon encor un étage et c'est fini


ldfa
09-05-2008 23:07:04

Je fais court, il est tard ... Je suis allé me perdre dans le Glandasse vendredi, est je suis passé devant ça. Une vue de plus près: Voila, première tentative de post avec des images ici ... Denis


pascal sombardier
09-05-2008 19:24:37


Citation: les 3-4 heures de marche pour atteindre les zones intéressantes, semblait le décourager. Eh oui, place aux jeunes ! Pour dire vrai, ça fait 30 ans que je fréquente le cirque d'Archiane, pour l'escalade essentiellement, et chaque fois, avec mes compagnons, on se disait qu'il faudrait aller voir ce grand porche en pleine falaise des Assiers, où une vire vient du pas des Clots. J'ai cru comprendre que c'était l'objectif initial de Scal et François. Vraiment, ce porche attire irrésistiblement l'oeil, et je suis sûr que nos... (aïe, aïe, aïe, quel mot choisir pour les amateurs du Glandasse ?)... explorateurs vont y retourner. Et à Denis, qui est allé à Glandasse hier, je dis : n'avais-je pas raison sur l'ampleur du site ? Montre-nous donc ce que tu as découvert...


ldfa
09-05-2008 10:53:00

Je profite de la perche tendue par Pascal pour m’inscrire et confirmer ses dires. Effectivement, au sommet du rocher Combeau, nous admirions le Glandasse, et les 3-4 heures de marche pour atteindre les zones intéressantes, semblait le décourager. Plus pour longtemps ! Félicitation à François et Scal pour cette découverte et un petit bonjour à François que je dois appeler depuis des mois. Denis


François LANNES
08-05-2008 21:50:07

Quelques informations générales au sujet de cette arche, comme l’annonçait Scal : 1 – pour monter sur le plateau du Glandasse, il est commode de passer par le pas des Clots, 2 – la longue vire n’est pas toujours fréquentable, notamment à cause de failles qui la coupent. Ne soyez pas trop gourmands ! Cherchez les autres possibilités. 3 – certains passages (particulièrement un, 15 m de long) de cette vire sont faciles techniquement, mais très dangereux, parce qu’au-dessus de hautes falaises. Le danger est d’autant plus pernicieux qu’un certain nombre d’arbres, cachant la réalité de l’exposition, laissent croire le passage anodin. Mais glisser là ne laisse pas de chance de se récupérer car le toboggan ne fait que 5 à 6 m de longueur avant de passer le bord… La photo ci-dessous montre bien le problème : oui, c’est le « grand saut » que l’on voit à droite. Il ne faut pas s’engager sur ce passage si l’on n’a pas l’équilibre parfait ! 4 – Une remarque finale : nous n’étions pas partis là-dedans « la fleur au fusil ». Et de toute façon, le seul objet longiligne que nous ayons eu avec nous était le piolet, en bois pour ceux qui ne connaîtraient pas le mien !


babas38
07-05-2008 23:56:59

Merci pour le zoom. Le secteur a l'air bien sympatique


scal
07-05-2008 23:33:07

et bien félicitations à la maman, au papa et bienvenue au petit bout de chou :) voici l'agrandissement de la zone qui t'intéresse babas38, il n'y a pas d'arche à ce niveau, en tout cas aucune visible ni sur la photo ni sur le terrain. nous avons butté en dessous de ce secteur sur un ressaut qui domine la faille, notre équipement était insuffisant pour se lancer dans le couloir enneigé et raide qui semble prometteur


scal
07-05-2008 23:21:49

Papangue nous avions fait des repérages au préalable mais dans le but d'accéder à l'immense baume de la paroi des Assiers, on ne soupçonnait vraiment pas la présence de l'arche un topo ? Il y a désormais quelques indications pour rendre visite à cette arche et puis Glandasse est encore assez sauvage, c'est bien de le laisser ainsi... François rajoutera surement quelques informations d'ordre général


Rafaël Rodon
07-05-2008 22:20:21

C'est çà Pascal, en face de la vire donc. vue d'en bas (parking pour la vire) j'etais là tu comprendra mieu pourquoi avec un autre éclérage. Et félicitation à babas 38


babas38
07-05-2008 21:05:19

scal
Babas38, le secteur que tu indiques permettra peut-être de gagner le plateau ou quelque vire supérieure quand il y aura un peu moins de neige, sinon ce n'est pas l'arche mais y'a de l'idée...
Pour en revenir à la zone que j'ai entouré en rouge, tu pourrais pas faire un zoom avec la photo d'origine, juste pour voir ... car cela me laissait vraiment l'impression de distinguer une arche ... (Et au passage, rien avoir avec le sujet, simplement parce que j'ai envie de le partager, mais je viens juste d'être papa d'un petit garçon! mon 2ème)


pascal sombardier
07-05-2008 20:50:10

Tu es donc allé te perdre sur la crête en face, au-dessus du vallon creusé sous la barre de Chenevoye....


Rafaël Rodon
07-05-2008 20:15:00

Ok pour les "Ouillons de Chenevoye, mais non je n'ai pas continué sur la vire.


pascal sombardier
07-05-2008 19:55:51

En ce qui concerne la devinette de Rafaël, je crois reconnaître les ouillons de Chenevoye dont j'avais parlé récemment sur un autre fil, mais je ne vois pas d'où est prise la photo, à moins que tu aies continué + loin sur la vire....


Papangue
07-05-2008 19:33:35

Bravo les gars ! Vous aviez repéré l'arche avant ou vous êtes partis la fleur au fusil ? Vous allez rentrer le topo sur Biv' ? Pas de doublons je pense :wink: surtout si Pascal ne la connaissait pas :shock: Dire qu'il y en avait qui "nageaient" au Pic Blanc du Galibier ce jour là !


Rafaël Rodon
07-05-2008 19:31:44

Coïncidence encor !! Samedi alors qu’un massif nous séparait, François et scal étaient bénis par les dieux. Je fis moi, la rencontre d’une étrange créature. Plutôt démon que dieux il garde l’antre par laquelle je sortais accroché à une corde. J’ai eu cette fois ci le sentiment de ne pas être le bienvenu. Il a peut être de la rancune contre les gens de mon espèce car il a un piton planté dans l’épaule, preuve que je ne suis pas le premier à lui rendre visite. J’ai vite entrepris la remontée de l’étrange structure (cheminée ou arche ou les deux à la fois) que je venais de descendre en rappel. Pour respecter la tradition à laquelle François a fait allusion au début de ce fil le voilà en devinette.


scal
06-05-2008 23:44:58

bien vu Rafaël : voilà, je crois que ce fil tire à sa fin, Glandasse a bien voulu partager un peu de son intimité, j'espère que nous saurons la respecter et prendre soins des ces espaces remarquables au cours de ces journées il y a eu plein de coïncidences, un peu comme des signes et je n'oublie pas, entre-autres, le délicat parterre de jonquilles offert comme un bouquet lors de notre débouché à l'Echalas... un beau cadeau de bienvenue... si un jour il fallait baptiser cette arche, peut-être que l'Arche aux Jonquilles serait rendre un bel hommage, n'est-ce-pas François :) :) :)


François LANNES
06-05-2008 22:28:51

C'est la fin de mes réserves... Il me semblait que cette photo justifiait d'être affichée sur le fil. Merci Scal !


Rafaël Rodon
06-05-2008 21:34:03

Alors c'est là en bleu :?:


scal
06-05-2008 20:56:13

le final pour accéder à la pointe de Combeau n'a pas du être simple, j'ai quelques photos qui montrent une pseudo vire à pins 20m en-dessous environ Pierre, l'arche ne se situe pas à la Tête du Truc ( en occitan trusc = colline ) nous n'avons pas pu atteindre cette zone qui est barrée par la faille importante que l'on voit sur une des photos


pascal sombardier
06-05-2008 19:56:19

J'avais cru comprendre que vous y étiez dimanche. La coïncidence est alors vraiment troublante. J'aurais pu vous apercevoir aux jumelles, bien qu'on ne voit pas sur ta photo le sommet rocheux isolé de Combeau sur lequel nous étions : une vieille revanche à prendre. J'avais en effet tenté d'y monter en novembre dernier avec Bernard Mazas et PatdeGap par le versant sud. Mais nous avons bataillé dans les buis pendant plus d'une heure pour arriver devant un mur infranchissable, et la journée s'est terminé dans le Marichaume par le pas du Pastel. Ci-dessous, Bernard (à g.) et Pat, aux prises avec la végétation dioise :


scal
06-05-2008 19:36:58

tu est incollable, et effectivement il y a un bel effet de perspective qui confond les deux villages en levant un peu le voile on aperçois presque Pascal sur Combeau : "tu vois, si quelqu'un trouve encore une belle arche un jour, ce sera là" pour un peu alors que tu prononçais cette phrase nous prenions pieds dans l'arche ce samedi là...


pascal sombardier
06-05-2008 19:24:25

Oui, et le village aux toits rouges, c'est Bénevise, mais l'effet du télé-objectif fait croire qu'il s'agit d'un seul village.


scal
06-05-2008 19:20:55

tu es sûr ?


pascal sombardier
06-05-2008 19:07:04

Non, ce sont Les Nonnières, puisqu'on voit la Grande cascade du Sapet au fond.


scal
06-05-2008 19:00:28

Combau, Combeau : vue la beauté du site je crois qu'on a pas le choix, c'est d'ailleurs la forme Combeau qu'on retrouve par exemple dans le livre de Chirossel alors si je comprends bien Glag et Goupil, le village qu'on voit sur cette photo c'est Archiane ? Babas38, le secteur que tu indiques permettra peut-être de gagner le plateau ou quelque vire supérieure quand il y aura un peu moins de neige, sinon ce n'est pas l'arche mais y'a de l'idée...


Goupil
06-05-2008 17:31:36

balden
Je profite que le sujet soit relancé pour poser une question aux spécialistes du coin : arrivez-vous à lire (ou connaissez-vous) le nom qui figure sur la carte juste au-dessus à droite des Assiers ? "Tête du Truc" ??? Est-ce là que se situe cette nouvelle merveille ?
Pierre, sans prétendre aucunement être un spécialiste du Glandasse, je te confirme que je lis bien "Tête du Truc" sur l'ancienne série violette d'IGN.


pascal sombardier
06-05-2008 16:41:58


Citation:il était à peu près évident qu'étant donné l'enneigement encore abondant, nos découvreurs se soient dirigés dans des versants plein Sud. icon_wink.gif La preuve? Pascal était également dans le secteur! Oui, enfin, le sommet du Rocher de Combeau s'atteint par une vire plein nord, mais ce n'est pas haut en altitude... En revanche, je voyais le plateau du Glandasse encore bien blanc. Il fallait que Scal et François aient vraiment les fourmis pour tenter l'aventure si tôt... Si tout le monde fait comme eux, la saison va être mouvementée.


Goupil
06-05-2008 15:32:53

GLaG
Sinon, je peux maintenant détailler, c'est pas Archiane que l'on voit dans le fond sur la première image ? D'autre part les falaises du Glandasse sont assez particulières et reconnaissables (différentes de celles du Balcon Est, moins "franches" et plus boisées).
Glag, une fois de plus, je suis totalement de ton avis, pour moi c'est le vallon d'Archiane, c'est d'ailleurs la raison pour laquelle j'ai situé ça près du lieu dit "les Assiers". Comme astuce pour trouver la devinette, j'ajouterai qu'il y a aussi beaucoup de bon sens, il était à peu près évident qu'étant donné l'enneigement encore abondant, nos découvreurs se soient dirigés dans des versants plein Sud. :wink: La preuve? Pascal était également dans le secteur!


babas38
06-05-2008 13:59:53

ne serait-ce pas l'arche qu'il me semble distinguer sur votre photo?


pascal sombardier
06-05-2008 10:05:15

Et ce pays est si beau ! Voici le Rocher de Combeau, du sommet duquel nous contemplions le Glandasse ce samedi en nous disant "Il doit y avoir des arches là-dedans...". (ça n'a pas traîné....). En passant, j'aimerais savoir s'il faut écrire Combau (comme IGN) ou Combeau (comme on le voit + souvent).


anonynmous
06-05-2008 00:40:43

Les photos de cette nouvelle découverte sont splendides et très spectaculaires. Félicitations aux explos! J'espère m'y rendre avec Pascal dans quelques jours. Heureux au moins qu une certaine arche tant contreversée aille ouverte le chemin a l'exploration des merveilles cachées de notre région. Parce que là c'est une autre merveille que voilà. Guilain


Pierre Baldensperger
06-05-2008 00:10:31

Sensationnelle découverte ! Il faut croire qu'il y a décidément des canaux immatériels qui nous connectent... Déjà il y a quelques mois, d'étranges coïncidences s'étaient produites du côté de Garnesier... et là il se trouve que je relisais justement hier (et en détail car ça me démangeait !) le superbe fil sur le Rocher de la Ronde, l'Echalas et le Royou que vous aviez laissé à la postérité cet hiver. Vous le retrouverez sous le titre (peu évocateur) "Prospection au Pas de l'Arche" et voici le lien direct vers la page 7 où le sujet a surgi brusquement (suite à une relance de Pascal) : http://www.bivouak.net/forum/viewtopic.php?t=3782&postdays=0&postorder=asc&start=90&id_sport=2 Et c'est bien là que Pascal a évoqué la photo dans le livre de B. Jallifier au sujet des requêtes de François sur l'endroit dénommé "Grande Combe". A ce sujet, j'ai scruté les photos du Géoportail, et le Ranc Papillon y a l'air plus sympathique que ladite Grande Combe. Je profite que le sujet soit relancé pour poser une question aux spécialistes du coin : arrivez-vous à lire (ou connaissez-vous) le nom qui figure sur la carte juste au-dessus à droite des Assiers ? "Tête du Truc" ??? Est-ce là que se situe cette nouvelle merveille ?


François LANNES
05-05-2008 22:40:23

Mais non Scal ! Ce n'est pas après toi qu'ils causent C'est l'arche qui est très grande...


François LANNES
05-05-2008 22:26:11

Oui Pascal, tu avais évoqué cette photo du livre de Bernard Jalliffier lors d'un fil que Scal avait démarré, l'automne passé, fil dans lequel il nous avait si bien, et si longuement parlé du Glandasse (dont il est un amoureux fini !!!) que j'avais été enthousiasmé de ses descriptions. Alors, pour en savoir un peu plus, je vous avais sollicité à mettre en ligne des vues de ce coin. C'est à ce moment-là que tu nous avais parlé de ces si belles photos, prises d'avion, et par lesquelles le Glandasse apparaît dans son impensable beauté... Jean Michel avait également participé à fournir quelques vues aériennes, dont une où tu montrais le pas de Sambardou. De cette séance-là, a commencé le virus du Glandasse qui, pour être moins connu (par certains de nos chers Bivouakeurs...) n'en est pas moins virulent que la fameuse "dévoluyte" qui, on le sait, faisait pousser des boutons sur quelques peaux sensibles... Infecté par le sus-nommé virus, l'hivers fut bien long à passer ! Le printemps, sacré coquin, nous a remis une telle couche de neige, qu'il a fallu se faire violence encore quelques semaines de plus avant de pouvoir monter là-haut. D’ailleurs samedi, il restait encore deux ou trois névés coquins, pour lesquels le piolet n’a vraiment pas été superflu !! Attention messieurs, il y a du nord dans cette exposition ! Pour expliquer à Guillaume, qui nous gratifie d’un panorama, une fois encore, qui laisse « baba », l’action se situe dans la partie sud du Glandasse. En regardant à la loupe, on peut remarquer une longue vire : c’est là, tout au bout…


scal
05-05-2008 22:24:07

quand tu parles de nain de jardin, pourquoi François se tourne vers moi en souriant ? :wink: je viens de regarder le livre de B. Jallifier on dirait bien une arche au premier plan, mais dans les hauts de Grande Combe et Glag ce n'est pas Archiane qui se situe dans cet axe là...


pascal sombardier
05-05-2008 21:58:45

En fait, j'ai déjà parlé sur Biv' (je ne sais plus à quelle occasion..) d'une photo aérienne de Bernard Jalliffier qui figure sur la 4e de couverture de son bouquin sur le Vercors. Il me semble qu'on y voit une arche (mais je ne suis pas absolument certain...). Il se trouve que cette photo montre les falaises de Glandasse et la cabane de Châtillon depuis le sud. Je ne crois pas qu'il s'agisse de vôtre arche, mais c'est le même coin. Quand on me parle d'une nouvelle arche découverte, je pense donc immédiatement à Glandasse.


GLaG
05-05-2008 21:54:29

Elle est dans quel coin, sur cette image prise l'avant-veille depuis le Mont Barral ?


scal
05-05-2008 21:50:00

je pense plutôt qu'elle fait pas loin de 8m de haut et pour l'estimation je l'ai faite à l'aune des 1.91m de François, le gaillard !! ( j'ose pas dire ma taille :D ) Pascal a aussi un bon coup d'œil, c'est bien Toussière avec l'antécime de la Pare et bien sur le Grand Ferrand masqué par Jocou


pascal sombardier
05-05-2008 21:49:35

C'est vrai ce que dit GLaG : François ! Aurais-tu rapetissé ?


GLaG
05-05-2008 21:41:18

Tu es grand, et assis, et loin de l'objectif...mais quand même, seulement 5m de haut ?? Sinon, je peux maintenant détailler, c'est pas Archiane que l'on voit dans le fond sur la première image ? D'autre part les falaises du Glandasse sont assez particulières et reconnaissables (différentes de celles du Balcon Est, moins "franches" et plus boisées).


pascal sombardier
05-05-2008 21:20:03

En tous cas, avec la dernière photo, on situe à peu près, puisqu'on voit, dans l'arche, le Grd Ferrand par dessus la crête du Jocou, et à droite, peut-être Toussière ?


François LANNES
05-05-2008 21:11:29

Vraiment... je suis "bluffé" par la sagacité dont vous faites preuve !! Parce que les indices de départ étaient quand même bien maigres. Il faudra que vous me racontiez les raisonnements que vous arrivez à faire, à partir d'une épine de sapin, ou d'un morceau de calcaire, ou encore à l'aide d'un rayon de soleil, pour vous y retrouver aussi vite et aussi juste !! A croire que vous avez passé trois vies, chacun, à parcourir les vallons et les crêtes de toutes nos Alpes, avant de venir sur Bivouak ! En tout cas bravo à vous pour avoir trouvé. Quelques réponses, maintenant. Les dimensions : comme nous n'avions prévu le "truc", nous n'avions pas pris le décamètre ! Bon, mais quand même, Scal a estimé (faudra lui demander comment...) qu'il devait y avoir 5 mètres de hauteur, et probablement 15 m de longueur. Je partage tout à fait ces données. C'est vrai, j'aurais pu compter le nombre de pas, pour la longueur. Toutefois, je ne l'aurais pas essayé pour la largeur, vu ce que vous avez entre-aperçu du versant nord (en fait, versant NE, plutôt), quelque peu abrupt !!!


Rafaël Rodon
05-05-2008 20:53:44

Avez vous une idée de la taille. ça a l'air plus grand que la fenêtre de la moucherolle (environ 15m), plus haut c'est sur. En tout cas elle est de toute beautés.


babas38
05-05-2008 20:40:17

ça a vraiment l'air splendide!


pascal sombardier
05-05-2008 20:31:41

C'est majeur ! Quand je pense que, la veille, du haut du Rocher de Combeau, j'ai dit à Denis "tu vois, si quelqu'un trouve encore une belle arche un jour, ce sera là" (tu peux confirmer, Denis), et je lui ai montré l'emplacement exact où vous êtes allés. Guilain est déjà au courant, et nous irons voir. Encore bravo !


scal
05-05-2008 19:57:42

Oui, nous sommes ici dans un des derniers bastions d''exploration mais à redécouvrir, car bien entendu ceux du cru en connaissaient certainement les moindres recoins ( mais où sont passés les toponymes... ) Goupil tu as décidément du talent, avec François nous sommes venus nous enficher dans la faille des Assiers, l'endroit est austère : pour exercer un peu plus ta sagacité, voici deux nouveaux clichés dont tu dois pouvoir commenter sans problème l'environnement :


Goupil
05-05-2008 10:07:05

Effectivement, je verrais bien ça, nettement au Sud du pas de Sambardou ? :wink: (la remarque de Glag est judicieuse, car dans l'angle en haut et à droite, je crois deviner une route). donc j'opte pour le secteur des Assiers dans l'extrême SE du Glandasse?


pascal sombardier
05-05-2008 09:09:31

Bravo à tous les deux pour cette merveille (Guilain va disjoncter...). J'étais au sommet de Combeau samedi avec Denis et nous observions le versant est de Glandasse. Nous nous disions que c'était le dernier grand terrain d'exploration, mais qu'il fallait des heures pour seulement y accéder. Serait-ce par là ?


François LANNES
05-05-2008 07:53:46

Oui Guillaume, tu fais une bonne déduction, pour l'éclairage au lever du soleil... Le problème c'est que nous avons mis cinq heures pour arriver à cet endroit, de jour (évidement), avec une pause casse-croûte (de toute façon je n'aurais pas tenu le coup sans reprendre des forces). Pour être prêt, à l'arche, à ce moment de la fin de nuit, cela ferait lever très très tôt !! Le problème aussi, c'est qu'il y a des passages en balcon au-dessus de hautes falaises, et que (personnellement) je n'imagine pas d'aller faire çà à la frontale. Il faudrait changer de stratégie...


GLaG
04-05-2008 23:17:50

Donc lever de soleil possible sur l'autre face, qui est la plus impressionante, en été...intéressant tout ça !!


François LANNES
04-05-2008 23:09:50

Au moment de la prise des photos, il devait entre 14h et 15h... Réponse indirecte à ta question, bien sûr.


GLaG
04-05-2008 22:20:24

Bon, et cette merveille, elle est orientée comment par rapport au soleil ? C'est quelle face qui prend le lever de soleil ?


scal
04-05-2008 22:16:14

à l'œil exercé de Glag aucun détail n'échappe, même le plus ténu :wink: c'est un moment extraordinaire de faire ce genre de rencontre, nous avons eu une sacrée chance ! Contrairement aux apparences les derniers mètres pour y accéder sont assez faciles, afin ça dépend du versant...


GLaG
04-05-2008 21:39:07

Moi je sais, mais c'est triché, Francois m'a donné une indication avant la rando...(je pense que l'arrière plan, vers le haut à droite, peut donner une indication).. Mais c'est magnifique ! Vous avez pu vous approcher ? Entre le lieu de prise de vue et l'arche ça a l'air raide et lisse ?


Rafaël Rodon
04-05-2008 21:21:12

Je ne sais pas si les dieux y sont pour quelque chose, mais pour sur l'endroit est magnifique. Bravo a tout les deux. Je n'ai aucune idée d'ou ça ce trouve, mais je connais l'émotion que procure ce genre de rencontre.


scal
04-05-2008 20:57:23

En effet, le joli mois de mai nous a réservé une ravissante surprise aussi inattendue qu'étonnante, à laquelle la bienveillance des dieux n'est certainement pas étrangère. En tous cas qu'ils nous pardonnent de dévoiler ici un peu de leur secret car voici la première vision dont nous fûmes gratifiés. Mais peut-être que certains d'entre-vous connaissent déjà ce magnifique endroit?


François LANNES
04-05-2008 16:47:56

C’est par l’intermédiaire de Bivouak que Scal et moi avons fait connaissance. La première sortie que nous avons faite, a eu lieu en Dévoluy. C’était la fameuse arête « Sous les jupes de la Baronne », au-dessus du pré de l’Aupet. Ce jour là, remontant l’arête dans un brouillard très épais, nous avions fini par retrouver le soleil juste au moment de toucher les falaises. Le souvenir de ce déboucher hors des nuages, face aux rochers jaunes et verticaux, restera pour nous deux définitivement en haut de l’échelle des sensations que la Randonnée peut fournir. Ce jour-là, nous avions été bénis des Dieux… Hier, ayant organisé une autre balade ensemble, la deuxième en fait, les Dieux se sont encore manifestés. Alors que nous cheminions sur une de ces vires à chamois, une de ces vires qui s’accroche et s’insinue entre deux falaises, alors donc que nous franchissions un petit éperon de pierriers, nous sommes arrivés devant une surprise de la nature… Une bonne, une merveilleuse surprise, une surprise comme c’est bien rare d’en voir en balade. Et particulièrement quand cela se produit dans un lieu magique, avec un décor grandiose… Nous avons mis un long moment à nous en remettre, assis, à parler, à regarder, à admirer !! Et même si, au bout d’une heure, il nous a fallu partir à cause du retour encore assez long à faire, elle nous est restée en permanence dans l’esprit et dans les discussions… Nous ne savons pas si ce site naturel est connu. Peut-être ? Mais le plaisir de vous en parler, et de vous en montrer les photos, est tel, que nous ne pourrions résister longtemps sans le raconter aux habitués de Bivouak. Toutefois, parce que Bivouak connaît des us et coutumes, nous avons pensé qu’il fallait les respecter, voire même qu’il fallait les ancrer dans la tradition. Alors, après cette introduction par l’écrit, Scal va prendre le relais en images, et vous proposer un « fil mystère ». A vous de trouver ! Nota pour Guillaume : tu possèdes une information d’avance sur les autres… N’en abuse pas.


 

© 2018 bivouak.net, ainsi que tous ses membres, ne sauraient etre tenus responsables en cas d'incident. Sachez faire preuve de discernement et de prudence en toutes circonstances. Soyez responsables..

Identification

( ) bivouak.net