Papangue
14-06-2010 19:12:06

6beryeti
et réguler des populations de chamois, bouquetins et autres jolie bestioles fort gouteuses que les chasseurs ne pourront plus tirer eux-mêmes.
Attention cependant aux fausses idées et autres idées reçues. Je ne pense pas que beaucoup de chasseurs tirent les bouquetins (réglementation interdisant cela)... Que dire également des attaques qui ont lieu à l'intérieur même des parcs nationaux (zones centrales) où toute chasse est interdite ?

anonynmous
14-06-2010 14:24:56

... vaste sujet répondait le grand Charles, général de son état... Non, mais on va où là ? A la question "à qui profite le crime :?: " , je répondrais bien aux chasseurs. Mais c'est pas politiquement correct. Alors voilà, on avait des centaines d'attaques de moutons par des chiens sauvages (organisés, mais très cons) qui fonçaient dans le tas. Personne disait trop rien malgré les gros dégâts. Maintenant on a des loups (très organisés et souvent très parcimonieux), qui isolent des bêtes souvent (malades, faibles...) et les égorgent proprement pour manger et donner à manger aux petits. Bon, on se débrouille pour que les bergers restent en montagne avec les troupeaux, les enferment pour la nuit (comme ça se faisait avant...) et on les équipe de Patou (avec qui j'ai eu des relations soit distantes soit "amicales"... voire même "collante"... il reniflait mon sac et je voyais mon sifflard dans ses yeux). Et ça ne suffirait pas ? Allons donc... combien y a-t-il d'attaques réelles de loups comparées aux attaques de chiens errants ? La question qu'il faut peut-être poser est de savoir si le loup gêne les éleveur ou les chasseurs ? Parce que le loup n'est pas idiot. Si ses proies potentielles sont trop protégées, il va aller voir ailleurs... et réguler des populations de chamois, bouquetins et autres jolie bestioles fort gouteuses que les chasseurs ne pourront plus tirer eux-mêmes. Oui, parce que des scientifiques ont montrés, dans le Mercantour, qu'il y avait une corrélation entre le régime alimentaire des meutes de loup qu'ils suivaient à la crotte avec les variations de population des grands gibiers (chevreuils, chamois, bouquetins...etc...). L'espèce dont la population croissait le plus était celle qui était finalement la plus chassée. Etonnant , non ? :roll:


JeunouKiKrak
09-06-2010 19:11:58


Citation:Je reste persuadé que l'objectif est avant tout de communiquer pour faire monter la mayonnaise (et Louis Dollo est assez fort à ce petit jeu). C'est ce que je pense aussi. J'espère tout de même que la mayonnaise ne montera pas trop. On va en montagne entre autres pour y trouver une certaine tranquillité, si cela devient le même bazar cohabitationnel qu'en ville ... Pour la montagne d'Angèle, on peut encore y aller "discret" par le nord et pas en été, mais cela est évidemment illégal si toute la montagne appartient à ce type. Bon en règle générale j'évite le plus possible ce genre de lieu entre mi-juin et mi-octobre. Mais c'est sincèrement dommage pour les touristes :(


JeunouKiKrak
09-06-2010 19:01:22

La chute est pas mal !!! :lol: :lol:


montagne-a-vaches
09-06-2010 09:13:35


Citation:Des éleveurs font remarqués(ER) que d’autres interdictions existent notamment en escalade, pour la protection des rapaces. Ils rappellent le cas d’Archiane pour la protection gypaète barbu ou ce qui se prépare dans l’indifférence totale des pratiquants de la randonnée et de l’escalade dans les Calanques avec la création du Parc National. Je suis tout à fait d'accord, il faut des mesures d'interdiction pour protéger les espèces rares ! En conclusion afin de préserver les espèces protégées (comme le loup) il faut interdire la randonnée dans certains secteurs mais aussi et surtout les présence humaines permanentes comme avec le pastoralisme... (comparer les éleveurs avec des espèces protégées c'était osé non ???)


GLaG
09-06-2010 07:41:32

Et à quand la pétition pour demander l'abattage du troupeau en cas d'attaque de vaches :D


Thierry
09-06-2010 07:37:59

Johnny

Citation:Je pense que l'objectif est avant tout de communiquer sur d'éventuelles interdictions à des fins de lobbying (cf la personnalité de l'auteur de l'article), je doute quand même un peu qu'elles soient mises en place
Hum, hum .... :cry: http://www.kairn.com/news.html?site=www.ski-rando.com&ident=72099 Ça a l'air de vouloir se mettre en place, non ? Mais quelle autorité (au vu de cet article) met cela en place ? Et qui va respecter des interdictions qui semblent arbitraires ? Une façon de tordre les bras à l'administration pour obtenir gain de cause ? L'été météo ne sera peut-être pas chaud, mais les alpages risquent de l'être et particulièrement dans la Drôme où c'était déjà assez chaud :!: Je doute quand même que ça puisse dépasser l'interdiction ponctuelle et très locale (dans la drôme, il y a déjà eu d'autres sentiers interdits à cause de conflits avec des éleveurs, comme le GR vers l'alpage de Jiboui ou la montagne d'Angèle). Après, de là que ça puisse se généraliser dans une région touristique comme le Vercors où les gens viennent pour randonner... Je reste persuadé que l'objectif est avant tout de communiquer pour faire monter la mayonnaise (et Louis Dollo est assez fort à ce petit jeu). Si on se met à interdire chaque sentier présentant potentiellement un danger pour le randonneur, va y' avoir du boulot : http://www.ledauphine.com/rapace-footing-dangereux-un-joggeur-attaque-par-une-buse-@/index.jspz?article=312363&chaine=23 http://www.tdg.ch/geneve/faits-divers/randonneurs-attaques-vaches-reculet-2010-06-06


JeunouKiKrak
08-06-2010 23:19:00


Citation:Je pense que l'objectif est avant tout de communiquer sur d'éventuelles interdictions à des fins de lobbying (cf la personnalité de l'auteur de l'article), je doute quand même un peu qu'elles soient mises en place Hum, hum .... :cry: http://www.kairn.com/news.html?site=www.ski-rando.com&ident=72099 Ça a l'air de vouloir se mettre en place, non ? Mais quelle autorité (au vu de cet article) met cela en place ? Et qui va respecter des interdictions qui semblent arbitraires ? Une façon de tordre les bras à l'administration pour obtenir gain de cause ? L'été météo ne sera peut-être pas chaud, mais les alpages risquent de l'être et particulièrement dans la Drôme où c'était déjà assez chaud :!:


Thierry
04-06-2010 07:41:20

K-lys
En même temps, le but est plus probablement de dégager de toute responsabilité les éleveurs en cas de plainte suite à des attaques de patous
Je pense que l'objectif est avant tout de communiquer sur d'éventuelles interdictions à des fins de lobbying (cf la personnalité de l'auteur de l'article), je doute quand même un peu qu'elles soient mises en place.


JeunouKiKrak
03-06-2010 19:29:08


Citation: j'évite donc comme la peste les alpages à patous C'est également ma façon de procéder, mais on n'est pas gagnant à tous les coups... Je vais encore samedi vers le Col de Rousset (Vercors sud), mais après je laisse tomber. De toutes façons je ne suis pas très amateur des alpages ou des forêts, ça limite... Mais cela m'est tout de même arrivé l'année dernière et ce n'est pas agréable. J'ai peur qu'aussi cela finisse mal un jour ... pour le patou ! Il suffit que le randonneur prenne peur et fasse vraiment du mal au patou (pierre, piolet ou autre ...) C'est peut-être pour cela aussi ces réflexions sur l'interdiction de randonner ...


K-lys
03-06-2010 11:54:13

En même temps, le but est plus probablement de dégager de toute responsabilité les éleveurs en cas de plainte suite à des attaques de patous


Greg_
03-06-2010 08:47:52

K-lys
Je me demandais quand même pourquoi ce problème était si important ici et ce que ca pouvait coûter pour que ca génère tant de passions. Je suis tombé sur cette page : http://www.reportage.loup.org/html/elevage/degats.html qui annonce des coûts dérisoires...
Ce n'est pas qu'une question d'argent il me semble. Il y a beaucoup de passion, d'amour dans ce travail particulier. Au cours de vacances à la ferme il y a quelques années en Ubaye, le couple d'éleveurs m'avait davantage parler de l'angoisse de chaque nuit. "On travaille la peur au ventre". La peur de voir de longues journées de travail réduites à néant, la peur de voir son troupeau décimé, la peur de travailler pour rien. Voilà ce dont ils m'avaient parlé, pas du manque à gagner en terme financier. En ce qui concerne l'interdiction, je me l'auto-inflige déjà j'ai l'impression... Comme je n'aime pas les chiens, à fortiori les gros chiens, (et ils me le rendent bien), j'évite donc comme la peste les alpages à patous :?


K-lys
02-06-2010 19:12:44

Je me demandais quand même pourquoi ce problème était si important ici et ce que ca pouvait coûter pour que ca génère tant de passions. Je suis tombé sur cette page : http://www.reportage.loup.org/html/elevage/degats.html qui annonce des coûts dérisoires... Franchement, s'il suffit de créer une taxe d'un centime par kilo d'agneau vendu en supermarché pour indemniser les éleveurs, je pense pas que stoppe la consommation... cette page aussi apporte quelques éléments : http://www.loup.org/spip/Indemnisations-des-dommages-causes,403.html Le fait de ne pas respecter un arreté à la con de ce type, c'est presqu un devoir civique...


JeunouKiKrak
02-06-2010 18:41:01


Citation:un emmerdement de plus provenant de certains bergers... Oui, ca se vérifie malheureusement souvent sur le terrain ... D'après ce qu'on entend, une question se pose : Pourquoi cela fonctionne t-il (apparemment) bien en Italie et en Espagne avec le loup ... et pas en France ? Il y a probablement une mauvaise volonté ... mais de qui ? :roll: Bon je reste prudent en mettant "apparemment" et "probablement" car je ne me base que sur des infos.
Citation:donc les zones seraient définies comment ? Ils déplaceraient les panneaux tous les jours ? ils interdiraient une montagne ? un massif ? Et si finalement cela arrivait je n'en tiendrai pas compte... Pareil pour moi ...


GLaG
02-06-2010 17:27:50

Le maire doit pouvoir utiliser l'argument "itinéraire dangereux"...mais ça ne tiendra pas forcément au niveau d'une commune toute entière, et par ailleurs c'est risqué : il suffit d'enlever les patous pour enlever le danger...ce qui n'est pas forcément la solution souhaitée par les éleveurs. J'ai plutôt entendu (sur le Vercors en particulier) parler de pression pour que les patous soient contrôlés dans les zones où ils posaient vraiment problème aux randonneurs (chiens très agressifs ou position des parcs à moutons mal étudiée) que l'inverse...Il ne faut quand ême pas oublier que c'est le tourisme qui fait vivre tout le territoire !


K-lys
02-06-2010 17:19:15

En y repensant un peu, je ne vois même pas quelle compétence de la commune pourrait justifier un tel arrêté... A la rigueur (mais je crois qu'il y a sur biv quelques élus de montagne), ce serait par l'artifice des pouvoirs de police du maire pour la protection de l’ordre public... mais avec un recours...


Xavier Valette
02-06-2010 16:38:04

Ce genre de sujet m'énerve tellement qu'à chaque fois, je n'arrive pas a structurer mes idées pour les retranscrire sur un forum. Je vais donc faire court : J'imagine que ce genre de chose n'a pas vraiment de chance d'aboutir car ça ne serait pas simple à mettre en place (si les troupeaux ont des patous, ils sont en liberté au moins la journée et donc mobiles ; donc les zones seraient définies comment ? Ils déplaceraient les panneaux tous les jours ? ils interdiraient une montagne ? un massif ? Et si finalement cela arrivait je n'en tiendrai pas compte... Je respecte les réglementations fondées sur la protection de la nature (et ça me coute puisque je suis coincé sur nombre de randonnées avec mes chiens) mais je ne suis pas près de respecter ce genre de règles qui sont à mon goût juste un emmerdement de plus provenant de certains bergers...


Thierry
02-06-2010 12:44:45

Sujet sensible, j'ai posé la même question sur le forum de la GTV, mon message a été aussitôt supprimé. ça ressemble effectivement à un chantage, le randonneur (et donc indirectement l'activité touristique) utilisé comme monnaie d'échange... Avec certaines contradiction, par exemple le patou décrit comme inefficace, mais en même temps sa présence serait à même d'interdire d'autres activités humaines ?


GLaG
02-06-2010 09:51:44

K-lys
Une forme de chantage au fond...
Je crois que tu as bien saisi :D Mais sans doute plus pour faire parler que pour aller réellement au bout : économiquement, ça ne tiendra de toute manière pas la route : les revenus du tourisme sont dans beaucoup de régions bien plus importants que ceux liés à l'élevage...je ne suis pas certains que les éleveurs aient bien intérêt à déplacer le débat dans cette direction.


K-lys
02-06-2010 09:38:47

http://www.kairn.com/article.html?id=1939 "Cette déclaration, tout à fait remarquable, demandant l'enfermement des troupeaux, est « la preuve que l'on a atteint les limites du seuil de tolérance des prédateurs. Mais aussi nous démontre que tous les moyens dit "de protection" (chien Patou, parc de nuit...) imposés aux éleveurs depuis 18 ans ne servent a rien » selon l’interlocuteur que nous avons eu. [...] Nous apprenons également de responsables agricoles comme de maires, qu’il est envisagé de prendre des arrêtés municipaux en vue de l’interdiction de randonner dans le Vercors sur certains itinéraires. Les accidents et incidents occasionnés par les chiens de protection Patou, par ailleurs imposés dans le cadre du plan loup et entraînant des procédures judiciaires à l’encontre des bergers « n’est plus supportable » nous dit on. Pour éviter de tels accidents, l’interdiction d’accès des randonneurs à la montagne apparaît comme étant la meilleure solution. " J'avoue être assez troublé par ce genre de réflexions... Si je comprends bien : le loup attaque les moutons, donc on protège les moutons avec des chiens, le chien attaque le promeneur, donc on interdit le promeneur... Quand on a la varicelle qui nous démange, la meilleure solution consiste rarement à se couper les mains... J'ai l'impression d'une pernicieux pavé dans la mare qui consisterait à éclabousser les randonneurs (assez neutres et nombreux) pour les pousser à souhaiter le "prélèvement" du loup en échange du droit de randonner... Une forme de chantage au fond... Quelqu'un en sait plus?


 

© 2019 bivouak.net, ainsi que tous ses membres, ne sauraient etre tenus responsables en cas d'incident. Sachez faire preuve de discernement et de prudence en toutes circonstances. Soyez responsables..

Identification

( ) bivouak.net