Mont Pelat depuis Saint Pierre d'Albigny


Mont Pelat depuis Saint Pierre d'Albigny

  • Altitude départ : 581
  • Altitude sommet : 1543
  • Dénivelé : 962
  • Distance : ? km
  • Temps de montée : 2h
  • Temps de descente : 40min
  • Orientation : Sud
  • Balisage : jaune sur font vert
  • Itinéraire :
    • en boucle

Itinéraire

Prendre la piste indiqué " Les Martyrs de la Frasse". arrivée à un grand replat (830m), une première patte d'oie, prendre le chemin plus étroit de gauche puis une centaine de mètre plus loin à un autre carrefour, celui de droite en bien meilleur état.

Remonter encore longuement le versant ombragé sans trop de virages jusqu'au fond du vallon. Puis par une dernière pente ensoleillée et quelques lacets, atteindre le col de la Sciaz (1338m) au milieu de la forêt. Vous aurez ici une petite indication du vent local.

A la croix du col de la Sciaz, prendre plein nord et remonter la piste de ski par un large chemin jusqu'au sommet.
A voir sur le web

Précautions

Pas de source sur le parcours...


Commentaires difficultés

Déco vraiment facile. L'attéro proche du départ du chemin est assez technique, en contre pente. On peut se poser un peu plus bas ou à l'attéro de Montlambert, ce qui nécessite une autre voiture
0.0/5 (0 votes)

Topo créé le :

se rendre à St pierre d'Albigny, prendre la route menant au hameau du Péchet puis les Garniers. Continuer la route jusqu'au bout du goudron, proche de la Fésanne. La piste débute au bout de la route goudronnée.


Situation




Sortie du 13-10-2012

La couronne de stratus sous les cretes

Un petit incident de vol qui aurait pu mal finir.....

Ce matin je me dirige vers l'endroit le plus nuageux de la région, le Sud resplendit dans les premières lueurs du matin, la Dent de Crolles émerge d'une mer de nuages diaphane. Même le Mont blanc brille sous les premiers rayons du jour alors que je traverse Montmélian. Mais le Morbié Pelat, mon objectif, reste depuis l'aube dans de sombres nuages gris métal dont il n'est pas exclu que des gouttes en tombent encore....

D'un optimisme néanmoins débordant, je gare la voiture devant l'attérro dont on ne distingue que l'amusant www.bivouak.net/album_photos/photos-id-24086-id_sport-16.html, le reste étant absorbé par ces épaisses nuées humides. Marchons, nous verrons bien. Les coteaux pétaradent de détonations sèches. Mais dans quoi tirent-ils donc? On n'y voit rien ??? Je croise un puis deux chasseurs fort aimables, et puis deux autres encore, presque des enfants, le premier tient bien dans ses deux mains un fusil à lunette - option totalement inutile dans ce brouillard - , il semble suivre à la lettre les recommandations du papa concernant les procédures de sécurité... me voilà rassuré. Plus haut ce sont deux chiens de chasse efflanqués qui me prennent en affection, nous ferons un bout de chemin ensemble, eux bien sagement dans mes talons, laissant parfois jaillir du profond silence qui nous entoure un aboiement rauque qui me fait systématiquement sursauter.

Au col de la Sciaz, point de non retour en cas d'éclaircie, le ciel bleu incite à poursuivre la balade. De furtives apparitions des coteaux laissent entrevoir les premières vraies couleurs d'automne, un régal. Alors que les derniers mètres sont parcourus, l'inquiétude du vent fort, annoncé bizarrement par météoblue, disparaît, de même que celle de la visibilité trop réduite, bien qu'il y ait un stratus épais heureusement décollé du relief. C'est donc avec un plaisir consommé que je déplie la voile non loin du sommet où sont postés en vigie d'autres carnassiers.

Place au vol !

Après avoir scrupuleusement suivi le protocole de préparation du matériel, je m'élance dans une petite brise idéale, la voile bien propre monte impeccable - quoi qu'à y réfléchir, elle n'est quand même pas montée bien vite – et je cours dans la pente de plus en plus raide. À peine mes pieds ont-ils quitté le sol qu'il me semble étrange de voir la trajectoire anormale de l'aéronef, l'aile plombe sévèrement tout en tirant à gauche. Un rapide regard vers le cône de suspentage me confirme ce que j'avais bien observé durant la phase de décollage, il est nickel... Pendant quelques secondes j'ai pensé à me poser en travers de la pente et puis je me suis dit que je devais être dans un rabattant sournois, peu probable mais quoi d'autre ? Les secondes m'ont paru très longues. Avec ce taux de chute invraisemblable, impossible de rejoindre le terrain, en plus il me faut garder du frein à droite pour conserver le cap... J'escompte bien sortir de cet étrange phénomène en passant sous la barre de nuages qui bouche l'horizon. Moi qui voulais justement descendre vite pour passer sous ces nuages afin de conserver la visibilité correcte, je suis servi.

Arrivé sous le stratus, le taux de chute est toujours aussi mauvais, c'est une certitude, si je n'en trouve pas la cause rapidement, dans deux minutes je suis dans les arbres... Alors je scrute encore la voute du parapente qui est décidément parfaite, vérifie si la pédale de frein n'est pas sous tension, mais non tout est normal. Maintenant je réfléchis au dernier vol et à la raison qui aurait fait perdre à ma voile six des huit points de finesse qu'elle avait encore la semaine dernière... Invraisemblable. Alors que la cause semblait perdue, je regarde parapente52.free.fr/materiel/images/materiel1.GIF, et c'est là que j'ai vu la raison de ce désagréable comportement : l'élévateur C fait une petite clé discrète dans le système de mouflage du frein, réduisant sa longueur de quatre ou cinq centimètres. À peine ai-je voulu toucher cette anomalie que la sangle s'est dénouée, redonnant à la voile sa belle finesse habituelle.

Bien que diablement bas dans le vallon, l'inquiétude quant au point à atteindre a instantanément disparu. C'est dans ces moment là qu'on apprécie les performances incroyables de ces chiffons volants. Au dessus du terrain ensoleillé et sous la barre de stratus, il faut commencer à préparer l'approche, c'est à ce moment, alors que je n'avais plus goût au vol, que je suis entré dans un thermique doux. Oh pas un pétard infernal, non, juste une petite brise qui m'a permis de tenir encore et encore. Au bout d'un bon tiers d'heure, mes petites misères du début du vol sont vite oubliées, je tourne largement dans un air limpide au dessus des vignes, moments délicieux qui s'étirent dans le temps. Je serais prêt à tenir des heures dans des conditions si douces, là, à peine 200 mètres au dessus de l'attéro doucement balayé par le thermique qui vient du fond de la large vallée.

Je me pose finalement à peu près bien si l'on excepte la bouse de vache fraiche qui me fait déraper à l'instant même où je touche le sol. Voilà un vol étrange en deux parties, la première à la Hitchcock, la deuxième qui s'est distendue savoureusement, un peu comme cette version fabuleuse d’www.dailymotion.com/video/x12u5v_hotel-california-the-eagles_music magnifiquement interprétée par des Eagles vieillissants, mais encore parfaitement aptes à jouer unplugged leur tube légendaire.

Photos de la sortie

Commentaires

Marc Billat
14-10-2012 18:58:30

On a failli se retrouver sur ce sommet. C'était l'objectif du jour, mais la vue depuis Albertville sur la basse combe de Savoie, n'était vraiment pas belle. Demi tour, vers le "bleu" et un vol au dessus de Bozel.

montagne-a-vaches
13-10-2012 22:31:31


Citation:Je me pose finalement à peu près bien si l'on excepte la bouse de vache fraiche qui me fait déraper à l'instant même où je touche le sol. "De toute cette histoire, je vous dit, moi, il y a une seule chose à retenir : ON N’EST VRAIMENT BIEN… QUE SUR NOTRE BONNE VIEILLE TERRE !" Je trouve que cette citation du capitaine Haddock à la fin de "on a marché sur la lune" illustre à merveille ton CR. J'ai cherché l'image correspondante mais je ne l'ai pas trouvée, dommage.


  • Horaire : 2h
  • Dénivelé : 962 m
  • Altitude chaussage : 0 m
  • Altitude déchaussage : 0 m
  • Risque avalanche : 0/5

Autres sorties

Date Titre Auteur
16-11-2019

Un vol mouvementé

1 Michel Pila
02-06-2019

Vol en Bauges

4 Michel Pila
25-11-2018

Délivrance

5 Michel Pila
30-09-2018

A la première heure

2 Michel Pila
06-05-2018

Le ciel des Bauges

5 Michel Pila
18-02-2018

Toujours plus haut

1 Michel Pila
08-04-2017

Décollage au milieu des crocus

5 Michel Pila
19-03-2016

Les montagnes russes

3 Michel Pila
23-12-2015

Une belle petite sortie même si je ne pensais vraiment pas redescendr...

Michel Pila
19-12-2015

Dédicace à Michel

Anny
07-12-2015

Profitant de ce temps incroyablement beau et d'une relative améliorat...

Michel Pila
29-08-2015

Reprise dans les Alpes

3 Michel Pila
16-11-2014

Prendre un but !

7 Michel Pila
08-05-2014

J'aime bien quand un plan se déroule sans accro. Aujourd'hui est u...

6 Michel Pila
28-11-2013

beau vol avec une montée magnifique dans 30 de fraiche au sommet...

norman bideau
16-03-2013

En arrivant sur le parking à coté du terrain d'atterrissage, la bell...

8 Michel Pila
09-11-2012

Après un petit intermède familial délicieux au bord de la Méditerr...

5 Michel Pila
20-10-2012

...

5 Bipbip
22-10-2011

La brume froide et visqueuse est restée au fond de la vallée de l'Is...

11 Michel Pila
25-03-2011

Peut-être par excès de prudence – bien que les enregistrements mat...

10 Michel Pila
19-02-2011

Je ne sais pas si j'aurais fait cette sortie (que Véro avait repéré...

10 Michel Pila
12-02-2011

Belle rando, les 3/4 dans la forêt. Lorsque l'on débouche au sommet...

3 Marc Billat

Identification

( ) bivouak.net

Social Media