Traversée du Vercors par la GTV.

Traversée du Vercors par la GTV.

  • Altitude départ : 220
  • Altitude sommet : 1560
  • Dénivelé : 5600
  • Distance : 80 km environ km
  • Temps de montée : 2/4 jours
  • Orientation : Toutes
  • Balisage : Cairns, marques de peintures, pancartes.
  • Itinéraire :
    • en boucle

Itinéraire

Il n’y pas un tracé de la Grande Traversée du Vercors mais plusieurs parcours. Votre cheminement se fera en fonction du temps disponible que vous avez, et, des difficultés que vous souhaitez gravir tout au long de ces 80 kilomètres.

En dépliant les cartes, vous verrez très simplement que l’axe le plus long part de Grenoble pour arriver à l’extrême pointe au sud du Vercors au village de Chatillon-en-Diois. A vous ensuite d’agrémenter ou non cette ligne en ajoutant ci et là un sommet, un petit tour sur les balcons, suivre à flanc les crêtes…

La GTV, vous l'avez compris, est une rando aux multiples facettes. A vous d'y tricoter de multiples combinaisons.

. Parcours A : en suivant le GR 91 de Grenoble à Chatillon-en-Diois.
- Suivre le tracé GR 91 sur la carte, l’ascension commence par le Parc Karl Marx à Fontaine > Moucherotte > Les Allières > Refuge de Roybon > Corrençon > cabane de Carrette > Jasse de la Chau > Cabane de Pré Peyret > bergerie de Laval d’Aix > le Dome > Col de la Raille et descente sur Chatillon-en-Diois.
- Difficulté technique : facile (R1).
- 80 km et 3600m de dénivelé positif environ.

. Parcours B : GR 91 auquel on ajoute les options ‘sommets’ Moucherotte, Pic St Michel, Cornafion, Grande Moucherolle, Grand Veymont et le balcon Est.
- Grenoble > Parc Karl Marx à Fontaine > Moucherotte. On reste sur la ligne de crête puis cabane des Ramées > Pic Saint Michel > Col de l’Arc > balcon Est > Roc Cornafion > Col Vert > Pas de l’œil et suivre les cairns à flanc de l’arête jusqu’au Col des Deux Sœurs > Grande Moucherolle en traversée > Col des Moucherolles > Pas de la Balme > Balcon Est > Pas de Berrièves > Refuge de la Jasse du Play > puis de la Chau > Pas de la Ville > Grand Veymont > Pas des Bachassons > Plaine de la Queyrie > puis traversée du haut plateau de Peyre Rouge en passant par Jasse de Peyre-Rouge > Les Quatre Chemins du Jasneuf > Pré Imbert > bergerie de Laval d’Aix > le Dome > Col de la Raille et descente sur Chatillon-en-Diois.
- Difficulté R4.
- 5700 de dénivelé positif environ

Parcours C :
C’est votre parcours, à vous! Combinaison des deux cheminements précédents. Il prendra compte de vos désirs. Vous tricoterez donc entre crêtes, sommets, balcon Est, GR 91 et les immensités des hauts plateaux du Sud du Vercors.

* * *

Invitation au tricotage par Guillaume Laget. N'hésitez pas à lui poser des question sur www.bivouak.net/forum/viewtopic.php?t=1411&id_sport=2, et à prendre un grand bol d'air sur www.tetras.org/.

Voilà une suggestion d'itinéraire entre le Grand Veymont et le Pas de la Balme. Attention, il y a beaucoup de hors-sentier, des passages raides, des pierres qui partent sans raison apparente. L'eau est rare, l'orientation peut-être difficile. La neige et les névés (jusqu'au mois de juin) rendent ces itinéraires impraticables (en tout cas ce n'est plus de la randonnée pédestre).
Bref, une rando magnifique mais à entreprendre seulement par des randonneurs entrainés, autonomes et muni de la carte IGN correspondante.

> Grand Veymont / Pas de Berrièves : par les crêtes
La crête est belle et sauvage, et occupée par de nombreux bouquetins. On évite ainsi le haut de la station de Gresse-en-Vercors et ses pylônes désaffectés et rouillés sous le pas de la Posterle.

> Pas de Berrièves / Pas de Serre-Brion : par le plateau ou par le Balcon Est. A ma connaissance la crête n'est pas praticable entre le pas de Berrièves et le sommet de Malaval ; deux options :
- le plateau par la Jasse-du-Play, facile techniquement mais il est facile de se perdre. On rejoint soit le sommet de Malaval puis le pas de Serre-Brion par la crête, soit le pas de Serre-Brion directement par le plateau. Même si la suite de l'itinéraire emprunte la crête, je conseille fortement de descendre voir la vire de Serre-Brion : 5mn de descente raide et délitée pour arriver sur une magnifique vire à flanc de falaise.
- ou bien par le Balcon Est dans sa partie la plus belle, la plus sauvage mais aussi la plus délicate (c'est impraticable en hiver, très dangereux jusqu'au mois de juin et la disparition des névés dans les couloirs que croise le sentier, et cela reste vertigineux en été). Magnifique si les conditions sont bonnes. On arrive à la cabane de la Peyrouse, et de la on peut remonter par le pas de Serre-Brion.

> Pas de Serre-Brion / Pas Morta : par la crête.
Série de petites montées et descentes, alternance de petites pointes et de cols et brêches. Brêches d'où partent de nombreux couloirs, dont seuls deux sont plus ou moins praticables : le couloir de la Peyrouse et le Pas Etoupe. Mais c'est de la rando avec les mains en terrain très délité...Les bouquetins sont là.

> Pas Morta / Pas Ernadant : par le Balcon Est
Redescendre le pas Morta, suivre le sentier du Balcon Est jusqu'à dépasser le sommet nord du Playnet. Remonter un grand pierrier (trace) qui se prolonge en un couloir pierreux. Remonter le couloir jusqu'à une zone de rochers rougeatres et terreux : traverser sur la droite pour rejoindre des zones herbeuses moins raides. On suit quelques traces mal marquées ; passer sous une arche naturelle et atteindre le pas Ernadant.
L'aller-retour jusqu'au sommet du Playnet est conseillé !

> Pas Ernadant / Pas de la Balme : par la crête
Suivre au mieux la crête...! Il n'y a pas de passage technique, c'est parfois laborieux, mais très sauvage. On arrive au Pas de la Balme et on a sous les yeux tout le chemin parcouru.

* * *

. www.raidnordique.com/trek_vercors.html a réalisé une traversée du Vercors en février 2006. Il aura grand plaisir à vous donner des infos si vous le contacter.
. www.geol-alp.com/h_vercors/lieux_vercors/mouchrole.html > Website où vous trouverez des explications sur la géologie des Pas de la Balme, Grande Moucherolle, Grand Veymont.

Précautions

Problème majeur : l’eau. Elle est très rare tout au long du parcours. Il n’est pas inutile de doubler la ration que vous emportez d’habitude en randonnée. Nous avons tourné avec trois litres chacun mais quatre seraient pas mal (faut aussi penser à la popotte du soir si vous n'etes pas proche d'une source). Avoir le pied marin sur quelques portions des balcons Est, la traversée de la Grande Moucherolle, le Roc Cornafion et les nombreuses zones de lapiaz que vous rencontrerez.


Commentaires difficultés

De R1 à R4. La difficulté variera selon le parcours choisi : le GR 91 ne présente pas de problème majeur, tandis que les deux trois pas d’escalade pour gravir la Grande Moucherolle vous engageront différemment dans cette traversée de la GTV. Par ailleurs, de bonnes notions d’orientation sont nécessaires, il arrive parfois de se retrouver dans la poisse : nous avons testé et ne comprenons encore pas d’où vient l’erreur (enfin j’assume!).
0.0/5 (0 votes)

Topo créé le :

Grenoble ou Chatillon-en-Diois pour une «intégrale» de la GTV. Si l’on dispose de peu de temps, on peut à plusieurs endroits prendre en cours de route et/ou quitter le tracé de la GTV. En cas de fatigue ou de météo peu clémente, un retour en vallée est également plutôt aisé. Donc, Grenoble ou Chatillon-en-Diois, à vous de voir.


Situation




Sortie du 12-11-2004


Notre GTV de ces 12 et 13 novembre 2004 s'est déroulée de Richardière à Villars-de-Lans en passant par le Grand Veymont, le balcon Est, La Grande Moucherolle.
Cela correspond au parcours B mais notre GTV s’est transformée en PTV, c’est-à-dire en P‘tite Traversée du Vercors, à savoir que nous avons zappé les extrêmes nord et sud du massif.
Trois raisons à ce zapping : les aléas de la météo, les horaires (d'hiver), et nous, p’tits randonneurs à la découverte d’un immense massif.

Deux journées de marche signifient de revoir les tracés décrits dans le topo ci-dessus, car pour joindre le nord et le sud sur deux jours, il faut courir, ce qui n’est pas prévu ; ou bien marcher toute la nuit, ce qui ne l’est pas non plus ; ou bien encore éviter le maximum de dénivelé en restant alors sur les hauts plateaux et balcons mais nous trouvons bien dommage de ne pas gravir les hauts lieux qui jalonnent la crête orientale du Vercors. Difficile de concilier tout cela d’autant plus que nous connaissons très peu ce massif. Des zones sont totalement dans l’ombre : si dans Belledonne par exemple nous savons à quelques minutes près à quelle heure nous arriverons au sommet, il n’en va pas de même ici où au dénivelé s’ajoute l’inconnue de la distance kilométrique.

Bref, nous verrons bien…

6h40 - Hameau de la Richardière. Merci à Pasc pour la dépose en bout de route à 1200m. Il fait encore nuit, et bien froid, lorsque nous commençons la montée au Pas de l’Aiguille. Le Mont Aiguille sort de la mer de nuage.

7h30 - Nous foulons les hauts plateaux. Givrés. Mais grand beau. Superbe Mont Aiguille qui, jusqu’à la Grande Moucherolle ne nous quittera plus. Quelques minutes après le refuge de Chaumailloux, nous quittons le classique sentier qui mène à la cabane de Pré Peyret afin de prendre un sentier qui coupe en son centre le plateau de Peyre-Rouge. Le cheminement est grandiose dans cette immensité. Seuls repérages : les cairns et le sommet du Grand Veymont.

8h40 - Nous traversons les belles prairies de la plaine de la Queyrie. Le Grand Veymont tout doucement se rapproche. L’Arbre Taillé et d’anciennes carrières romaines jalonnent cette prairie, vers 1800m.

9h20 - Pas des Bachassons, ravitaillement en eau possible. La source n’est pas encore gelée. Petit coucou à la cabane des Aiguillettes quinze minutes plus tard, fort mignonne.

11h00 - 360° au sommet du Grand Veymont. Clic-clac dans la boite. Descente sur le Pas de la Ville. Puis sur Gresse-en-Vercors.

11h45 - Pique-nique sous le Pas de la Ville avant d’attaquer le long, très long, trop long balcon Est en direction de la Grande Moucherolle!

> Petite remarque : au Pas de la Ville je suggérerai de rejoindre la Jasse de la Chau, puis celle du Play et le Pas de Berrièves, voire le Pas Morta encore plus loin avant de descendre sur les balcons. Cela diminuerait la longue traversée sur les balcons.
En gros, il s’agit de tricoter avec la crête entre balcons et hauts plateaux afin d’apporter un peu de piquant à cette traversée. Cela signifie aussi dénivelé et horaires supplémentaires. Mais cela permet de rompre la monotonie du cheminement sur le Balcon Est.

12h20 - Nous prenons donc pied sur le sentier du balcon Est pour une longueur et durée encore indéterminée. Quinze minutes plus tard, un petit ruisseau coupe le sentier, à moitié gelé, mais largement suffisant pour remplir les gourdes. Au loin, mais au loin, nous distinguons la Grande Moucherolle. Nombreux sont les plis sur la carte avant de prétendre caresser son flanc sud tandis que le genou de Franck aurait lui aussi besoin de caresses sur les coups de 14h00… Ouille ouille ouille…

15h15 - Cabane de Peyrouse. Nous faisons le point. En gros une pliure de carte est égal à une bonne heure de marche. Rapides calculs : nous pourrions être vers 20h00 à la cabane des Clos, ou 18h00 au Pas de la Balme au crépuscule, ou… redescente dans la vallée car le genou droit de Franck a quelques sauts d’humeurs. Bein on verra...

A la bifurcation vallée/Balme/les Clos, on décide de monter au Pas de la Balme. C’est le plus court chemin pour aller trouver un bivouac et par ailleurs la montée fait moins mal à Franck. Et en cas de ouille-ouille, nous rejoindrons Corrençon demain matin.

17h45 - Nous franchissons le superbe Pas de la Balme. A l’Est Belledonne, Oisans, Taillefer, Dévoluy sont totalement rosés ; la Grande Moucherolle quant à elle est en flammes tandis qu’une mer de nuage se confond avec l’horizon des plateaux W du Vercors dans des coloris rouges flamboyants. C’est vraiment magique et tellement dépaysant : cinq heures de marche sur les balcons deviennent au fil des heures un peu monotones.

S’agit maintenant de trouver un coin pour dormir : la première cabane fort jolie est fermée tandis que les locaux bétonnés de la station supérieure ouverts mais sales nous paraissent bien peu poétiques. C’est donc finalement dans un petit coin d’herbe que nous posons le bivouac, à 1800m d’altitude, sous le col des Moucherolles. Il est 19h30. Quelques instants plus tard, un grand feu apporte lumière et chaleur. Nuit étoilée. Petit vent, froid. Grandiose.

7h30 - On se lève. Chacun à son rythme pour sortir du duvet, chacun raconte sa nuit : froide, chaude, étoilée, puis les ronflements du type de gauche... hé oui... Bref, tout le monde n’a pas dormi de la même façon. En revanche, température extérieure identique pour tout le monde : -3°C.

8h15 - Décollage vers le col des Moucherolles.

9h00 - Nous découvrons au col, ahuris, l’incommensurable démesure du balcon Est : du Pas de la Ville à la Moucherolle, c’est carrément énorme. Vraiment, nous vous invitons à tricoter.

9h35 - Summit! Et le programme de la journée se déroule au nord entre deux mers de nuages : col des Deux Sœurs, Pas de l’œil, Roc Cornafion, Pic saint Michel et Moucherotte. Au loin le Mont Blanc. Tout cela paraît si simple… Allez on repart car il fait froid et le vent est vraiment très violent.

10h15 - Nous rejoignons le Col des Deux Sœurs et prenons un sentier qui longe à flanc la crête. Suivre les cairns, on reste à une altitude de 2000m environ afin de rejoindre le Pas de L’œil que, comme son nom l’indique, nous n’apercevrons jamais.
En effet, si tout cela est bien beau, si quelques chamois gambadent dans ces grands pierriers, si tout paraît simple… il n’en va pas de même peu après le point 2051m (un couloir qui descend sur les balcons, ça passe ou pas?) car nous nous retrouvons dans le brouillard le plus complet. On n’y voit rien. Troublant. On devine les cairns, puis plus de cairns.

Sous le Pas de l’œil, nous descendons plein nord (enfin, nous pensons avoir été sous le pas de l’Oeil) jusqu’à ce que nous nous rendons compte au bout d’un moment que les arêtes du Gerbier se trouvent à notre gauche et non à notre droite. P’tain?!!! Bein oui faut se rendre à l’évidence : grave erreur s’est produite lorsque nous avons rejoint le sentier vers 1800m, nous l’avons bêtement suivi dans le mauvais sens. Mais pourquoi? Histoire de ne pas se perdre idiot, Hervé allume son Gps qu’il croit vide de waypoints et là apparaît le Pas de l’œil (soigneusement entré par l’ancien propriétaire! Alalala…) Enfin, ça confirme le lieu où l’on se trouve pas! Le sentier Perronard est bien de l’autre coté du vallon.
Vu la purée de pois nous décidons de ne pas faire marche arrière et de poursuivre sur notre mauvaise route. Le temps que nous avons perdu à faire de l’orientation sera difficilement rattrapable. Quant à la vue ce n’est pas aujourd’hui que nous pourrons observer les belles couleurs des forets de la Fauge.

12h00 - Nous tombons effectivement comme prévu sur le téléski des Jaux. Grrr! Nous poursuivons la descente jusqu’à 1520m où une pancarte indique le sentier du Chalet de la Fauge (non indiqué sur la carte). Et c’est par un petit sentier bucolique en foret que nous rejoignons le vallon de la Fauge.

13h15 - Alors, alors? Cabane de Roybon et Gr91 jusqu’à Lans et éventuellement le Moucherotte ou descente sur Villars-de-Lans? Dur de poser le pour et le contre. On déroule la carte, on compte les plis. Ceux-ci vont nous faire arriver vers 18h30 au Moucherotte : dans la nuit donc mais aussi dans le brouillard. Peu d’intérêt sur le plan paysage. Bref calcul également, nous en sommes à 18 heures de marche environ depuis hier… n’aurions-nous pas mérité un peu de chaleur et de réconfort?!
Allez zou, option Villars, ses bières et ses restau! Nous rejoignons le village par un joli sentier qui longe le ruisseau de la Fauge. Par moment, un rayon de soleil transperce la couche de nuages et vient apporter un peu de lumière aux couleurs de l’automne. Nous voilà au Pont de l’Amour à 13h50 et trente minutes plus tard à déguster une bonne bière dans un restau bien chaud. Tchin, tchin!

15h00 – Office de Tourisme de Villars, nous prenons le car qui en cinquante minutes nous descend à Grenoble. Sourires à l’idée de terminer tout cela à pied. Mais oui, pour une prochaine fois!
Quelques additions donnent un peu le tournis à moins que ce ne soient les bières et les virages : sur ces deux journées, nous aurons fait environ 45km kilomètres, 2850m de D+, 3050m de D-, et 19h00 de marche. Un troisième jour aurait été bienvenu pour rejoindre Grenoble sagement.

Pour info, il faudrait ajouter à notre périple pour rejoindre Grenoble environ : 1000m de dénivelé positif (col Vert, Roc de Cornafion, Col de l’Arc, Pic saint Michel, Moucherotte) et environ 2200m de dénivelé négatif.

Et si nous étions partis de Chatillon-en-Diois... icon_wink.gif

Photos de la sortie


  • Horaire : 2 jours
  • Dénivelé : 2850 m
  • Participants : Croisés des dormeurs au refuge des Chaumailloux, une dizaine de randonneurs au Grand Veymont, quatre sur les balcons pi des chamois et bouquetins tout au long de ces deux journées.
    francky
    herve

Autres sorties

Date Titre Auteur
13-05-2010

Partis de Lans en Vercors jeudi 13 Mai à midi, arrivée à Clelles le...

Olivier Fritsch
21-08-2007

Début de traversé sous la pluie puis plus ou moins beau temps sur le...

Le dahu alpin

© 2020 bivouak.net, ainsi que tous ses membres, ne sauraient etre tenus responsables en cas d'incident. Sachez faire preuve de discernement et de prudence en toutes circonstances. Soyez responsables..

Identification

( ) bivouak.net

Social Media