Crêt de la Perdrix par la Scie du Bost et
le Saut du Gier

Situation

Saut du Gier
  • Altitude départ : 800
  • Altitude sommet : 1432
  • Dénivelé : 630
  • Distance : 8 km
  • Temps de montée : 1h45
  • Temps de descente : 1h15
  • Orientation : Ouest
  • Balisage : marron/blanc
  • Itinéraire :
    • en boucle
  • Accès : De Saint-Chamond, il faut prendre la direction du village de la Valla-en-Gier. La route, longe en rive gauche le Barrage de Soulages, construit sur le Gier. Puis, elle passe sur la digue du Barrage de la Rive. 500m plus loin, on laisse partir à droite, la route de La Valla-en-Gier, pour prendre la direction de La Croix du Planil, col à 846 m d’altitude, qui permet de rejoindre la vallée du Dorlay .On longe la rive gauche du Gier. La route passe en rive droite de la rivière. 600m plus loin environ, dans une épingle, on prend une petite route en direction de La Scie du Bost, point de départ de la randonnée. Le parking est gratuit, mais si j’ose dire, les places sont chères. Ce qui s’explique par un parking petit, un paysage magnifique et la proximité de la cascade.


Proposé le Alain Bellon

Itinéraire

Dans le hameau de la Scie du Bost, un panneau indique le Saut du Gier. Le chemin, d’abord plat, devient très raide en forêt. Il coupe de nombreuses pistes d’exploitations forestières et le balisage blanc/marron, a un peu vieilli.

On s’approche d’un Chirat , l’un des plus grands du Pilat.

Les Chirats sont des coulées d’éboulis rocheux, qui peuvent parfois atteindre plus d’un kilomètre de longueur. Ils se sont formés lors de la dernière grande glaciation.

Après quelques raides lacets en forêt, on revient près d’un autre Chirat et on atteint le Saut du Gier.

Le Gier, qui prend sa source à la Jasserie, s’encaisse dans une gorge, atteint une zone de gneiss gris-rose clair qu’il franchit par une cascade de 120m en plusieurs ressauts. En hiver, avec son orientation nord-ouest, la cascade gèle en partie, rarement totalement. Le site est magnifique et d’une grande sauvagerie.

Du pied de la cascade, on revient de 100m sur ses pas, pour suivre le panneau qui indique la direction de la Jasserie.

Après avoir gagné 150m de dénivelée, le sentier devient plus humain. Dans ce versant nord-ouest, la montée en forêt, en cette saison, se fait toujours à l’ombre et la randonnée est une course vers la lumière.

On sort de la forêt en arrivant à la Jasserie, baignée de lumière, ce qui la rend encore plus sympathique.

Il suffit de traverser les prairies et de monter au Crêt de la Perdrix, doté d’une table d’orientation.

Plusieurs variantes d’itinéraires sont possibles pour le retour. Le plus simple est de reprendre l'itinéraire de l'aller, ce qui permet d'admirer le Saut du Gier avec une lumière différente.

===========================================================

Attention : Début 2018, cet itinéraire a été débalisé par le PNR du Pilat entre le Saut du Gier et la Jasserie !   Lire à ce sujet les mises à jour et les variantes ajoutées ci-dessous par Geoffroy Rémi.


Précautions

Difficile en période d'enneigement.



Commentaires itinéraire

Geoffroy Rémi
04-02-2022 22:08:39

1. MISE A JOUR SUITE AU DEBALISAGE DE L'ITINERAIRE ENTRE LE SAUT DU GIER ET LA JASSERIE :

a. Précisions concernant la montée du Saut du Gier jusqu'à la Jasserie :

Juste avant d'arriver au Saut du Gier, à la fin de la traversée du chirat, bien repérer à droite vers 970m le début de la raide montée dans les blocs (le panneau correspondant a été enlevé). Grimper droit dans la pente dans ces blocs (très raide) sur env. 80m. Puis la pente s'adoucit progressivement. Continuer à monter toujours dans la même direction en suivant la trace entre les arbres (quelques cairns). Attention toutefois : vers 1110m., avant d'accéder à une première piste qu'il faudra traverser (très gros cairn à 1125m au débouché sur la piste !), il y a une fourche pas très visible mais cairnée où il faut bien prendre à droite (si jamais on loupe cette sente, il faudra, au débouché sur la piste, prendre cette dernière brièvement à droite jusqu'au gros cairn). Poursuivre ensuite la montée de l'autre côté de la piste. Plus haut, à 1200m, on traversera une seconde piste. La suite et la fin sont bien marqués (bon sentier) jusqu'au débouché sous la Jasserie.

b. Précisions concernant la descente de la Jasserie jusqu'au Saut du Gier :

Descendre (raide) en contrebas de la Jasserie, à gauche quand on lui fait face, au niveau de la fontaine (le panneau a été enlevé). Suivre ce bon sentier, bien visible d'en haut, qui va pénétrer en sous-bois. Il est d'abord quasi horizontal, puis descendant, d'abord W, puis NW (garder ensuite cette dernière direction). La trace, parfois un peu moins évidente, n'en reste pas moins toujours visible, vu que cet itinéraire reste heureusement toujours bien fréquenté.
Quand on croise la première piste (1200m), poursuivre la descente en face sur un chemin très caillouteux ; mais après 80m env., il faudra quitter ce chemin pour prendre à droite (cairn) une petite sente d'abord horizontale puis descendante. Plus bas (1125m), on va croiser une seconde piste : là aussi, continuer en face (au gros cairn) et suivre la trace entre les arbres.
A une fourche à 1035m, prendre le sentier à droite (la voie de gauche constituera une variante nettement plus facile - voir ci-dessous). De plus en plus raide, ce passage d'une petite centaine de m de dénivelé dans les blocs demande de l'attention, surtout si le rocher n'est pas entièrement sec - c'est sans doute à cause de ce passage (que j'appelle parfois "le mur") que cette partie de l'itinéraire a été débalisée.
En bas, on arrive ainsi au niveau du Saut du Gier (970m, à droite). A gauche, on poursuit la descente, désormais balisée, jusqu'à la Scie du Bost.

=====================================================================================================

 2. COURTE VARIANTE DE MONTEE :

Cette variante permet d'éviter le "mur"... mais elle est peut-être encore plus "sportive" (et ludique) ! Pour cela, il faut avancer jusqu'au pied de la cascade du Saut du Gier, et là remonter, au mieux, le gros éboulis de blocs (chirat) qui se dresse devant vous. C'est assez exigeant (faut aimer), mais pas vraiment difficile (bien sûr les blocs doivent être bien secs). Vers le haut de l'éboulis, juste avant le sous-bois, tirer à droite et rejoindre ainsi, en sous-bois, le sentier de l'ex-voie normale qui passe justement par là... et qu'on suit jusqu'à la Jasserie.

3. DEUX VARIANTES DE DESCENTE :

1) à partir de la piste 1125m, au niveau du gros cairn : un peu plus longue que l'ancienne voie normale, cette variante très facile emprunte de confortables chemins forestiers. Elle permet d'éviter à la fois les passages caillouteux les plus casse-pattes, et, plus bas, à hauteur de la cascade, le raide "mur" de 80m., qui par terrain humide, neigeux ou, pire, verglacé, peut s’avérer particulièrement glissant et donc casse-gueule à la descente.
Arrivé à la piste 1125, la suivre à gauche (Sud) en descente d'abord douce, puis plus prononcée (ignorer les départs à gauche et à droite). Quand elle oblique à droite, à la fourche (1070m), prendre la voie descendante de droite. A la fourche suivante (990m), prendre la voie descendante de gauche. Celle-ci va rejoindre plus bas le petit ruisseau du Grand Creux, qu'on suit sur quelques mètres, avant de poursuivre la descente (NW) jusqu'au parking de la Scie du Bost.

2) à partir de la fourche 1035m : cette petite variante permet juste d’éviter le passage le plus raide et parfois bien délicat de la descente, à savoir notre "mur" de 80m.
A la fourche vers 1035m (vue à droite sur les hautes parois du site d’escalade du Saut du Gier), quitter l'ex sentier "classique" (qui va plonger en face vers le "mur") et s’engager à gauche (cairn) sur un plus large et bien plus confortable chemin descendant. On va alors traverser un chirat (quelques blocs moussus), puis laisser un vieux chemin empierré qui descend à droite. Continuer en face en sous-bois, et après un cairn, obliquer à droite et descendre en pleine pente.
À partir de là, il suffit de suivre les cairns qui jalonnent cette très agréable trace sur son épais tapis d’aiguilles de pins, toujours dans la même direction. Elle longe grosso modo un vieux chemin creux à gauche, pierreux et très inconfortable  (mais elle va y revenir brièvement). Les deux finissent par rejoindre, vers 900m, le chemin de la voie balisée classique, peu avant son virage en épingle au niveau du grand chirat. Il reste à la suivre jusqu'au parking un peu plus bas.

A noter que ces deux variantes peuvant aussi se prendre, bien sûr, à la montée, mais là ce serait vraiment dommage de se priver du plaisir exceptionnel de cette superbe voie ex-normale, une des plus emblématiques du Pilat ! La seconde variante, peu tracée, est d'ailleurs difficile à trouver à la montée, et beauoup plus facile à découvrir dans le sens descendant - elle a d’ailleurs sans doute été tracée pour ça, je pense, par des vététistes ou des trialistes pour lesquels le "mur" ci-dessus est évidemment infranchissable...

Geoffroy Rémi
30-04-2018 20:42:39

Je viens de constater (voir ma sortie du 18/04/2018, Crêt de la Perdrix par la Scie du Bost et le Saut du Gier) que le balisage blanc-marron du PNR du Pilat vient d'être soigneusement effacé entre le Saut du Gier et la Jasserie. Cette initiative compliquera singulièrement la tâche des randonneurs, notamment pour celles et ceux qui viendront dorénavant effectuer pour la première fois le superbe et traditionnel itinéraire décrit dans ce topo. Si on suit la nouvelle "logique" des responsables du Parc, il faudrait donc désormais :

  • soit faire le trajet encore balisé Scie du Bost - Saut du Gier en aller-retour ("obligatoire", est-il écrit !!!) ;
  • soit prendre le long trajet de substitution (n° 4) proposé à présent et balisé par le Parc pour se rendre de la Scie du Bost à la Jasserie, et qui ne passe évidemment plus par le Saut du Gier ;
  • ou alors faire les deux successivement (?!) ... sans parler du retour à la Scie du Bost !

 Ou alors attendre que notre itinéraire mythique ci-dessus, désormais débalisé après le Saut du Gier, soit cairné par nos (vos) soins ?

Ahlala !

Sortie : Douce canicule à la Perdrix

Que faire á Sainté un jour de canicule annoncée ?

Les Alpes, trop loin, donc trop chaud dès le départ forcément tardif une fois sur place (sauf á se lever á un horaire de Mt Blanc... pas question !).

Donc rester dans le coin, et pour ça rien ne vaut un petit Pilat au départ de la Scie du Bost : 810m, c'est ce que j'ai trouvé de plus haut (donc de moins chaud) comme point de départ, si on veut pouvoir se payer ensuite un petit dénivelé correct á l'ombre ; donc ici une montée de près de 500m toute en sous-bois, raide mais justement, c'est comme ça que je les aime ; montée suivie de 130 petits mètres á découvert, mais c'est rien ça, deux fois un petit quart d'heure au soleil, en plus c'est toujours venté lá-haut. Donc á 8 h. pile, c'est parti pour une petite matinée de maintien en forme...

Et tout s'est passé comme prévu, même que j'ai eu un petit vent bien frais durant toute la montée (mais plus dans la descente, rien n'est parfait), j'ai presque regretté de ne pas avoir emmené mon coupe-vent, et puis non, pas la peine, donc une petite heure (56' je crois) pour la montée á la Jasserie, + un petit quart d'heure au soleil (et dans la douce brise attendue) jusqu'au Crêt de la Perdrix, un délice. Les hautes herbes ondulaient voluptueusement sous les effets de la brise, et un immense troupeau de vaches sillonnait le plateau en meuglant, suivi d'une myriade de petits veaux.

Au sommet, 2 pékins de passage, pas de Mt Blanc ni de Vercors, trop brumeux mais je m'y attendais, et hop je redescends. Oh mais j'ai un peu de temps de rab, et donc je décide une fois revenu á la Jasserie de rajouter un petit aller/retour dans mon cher vallon du Bois du Boeuf, raide et ombragé á souhait lui aussi. Un plaisir de plus - et 150m de dénivelé supplémentaires qui ne peuvent pas faire de mal. Je ramène aussi quelques fleurs pour tenter de les identifier une fois revenu á Sainté...

De passage pour la 3e fois de la matinée á la Jasserie, je refais le plein d'eau á la belle fontaine. Je dépose le sac, le bâton et les fleurs sur la margelle, et je remplis ma bouteille. Arrive un superbe chien (de la Jasserie?), mince et élégant, au beau poil noir tout ras, je le caresse un peu, il va flairer le bout de mon bâton, puis prend délicatement la plus belle des fleurs que j'avais cueillies dans sa gueule entre ses dents et part avec, visiblement très content de son butin. Je le vois se réfugier et s'allonger plus loin sous une table, bien á l'ombre. Le temps que j'y aille voir, je ne trouve plus ma fleur. L'a-t-il mangée ? S'est-il couché dessus ? Je n'en saurai rien. Décidément, les chiens m'étonneront toujours...


Sortie du 3.7.2015 :

J'ai refait cette sortie le surlendemain (moins le supplément du Bois-du-Boeuf). Vu que la chaleur est toujours aussi présente, pourquoi changer ? Mais je suis parti beaucoup plus tard (milieu de matinée), et dans la montée, pas de vent. Résultat, ça chauffe beaucoup plus, mais á l’ombre des grands arbres ça reste supportable.

Au débouché de mon sentier sous la Jasserie, 'mon' chien est lá qui me regarde monter ! Tiens me dis-je, je vais cueillir quelques fleurs... Il me voit faire, et au moment où j’arrive á sa hauteur, il se retourne d’un coup pour effectuer á toute allure un grand cercle sur le vaste parking, revenir vers moi tout content de son exploit… et prendre délicatement entre ses dents les quatre grandes fleurs que j’avais á la main !

Décidément c’est un chien qui aime les fleurs ! Mais cette fois je veux savoir ce qu’il en fait. Il va se coucher comme avant-hier sous une des tables, bien á l’ombre, dépose les fleurs devant lui et se met á jouer avec la première, un peu comme un chat avec une souris ! Puis il finit par prendre la fleur au bout de sa tige dans la gueule, il la détache et la croque tranquillement… Et il va faire de même, successivement, avec les trois autres, avant de se coucher de tout son long comme après un bon festin ! Un peu plus tard, je le vois qui plonge la tête dans la fontaine, les pattes en avant (pas facile, visiblement il a l’habitude) pour boire l’eau très fraiche de la source du Gier…

Satisfait du résultat de mon expérience, je commence á monter vers le sommet de la Perdrix. J’entends alors un individu hurler après le chien ('Dégage ! Dégage !'). Je me retourne : l’individu, du genre enveloppé, tente de prendre de l’eau á la fontaine mais il a du mal : après avoir grimpé péniblement sur la margelle, il tend vers le filet d’eau son bras… qu’il a un peu trop court ! Du coup il invective le chien qui s’était remis á boire… et qui, me voyant monter dans les pâturages, me rejoint á fond la caisse, se laisse caresser (consoler ?), puis redescend calmement vers la Jasserie, où l’individu enveloppé a renoncé á sa tentative.

Tout est donc pour le mieux, et je peux ainsi terminer tranquillement ma petite rando du jour, profitant d’un ciel qui vient juste á propos de se voiler, ce qui rend mon aller/retour au sommet puis ma redescente á la Scie du Bost parfaitement agréable…


  • Date : 01-07-2015
  • Durée : 3h15
  • Dénivelé : 780 m
  • Distance : 8 km

Autres sorties

Date Titre Auteur
03-02-2022

But, mais...

Geoffroy Rémi
15-03-2020

On a rencontré le Petit Prince !

Geoffroy Rémi
03-10-2019

Le Pilat, une montagne à vaches ?

Geoffroy Rémi
18-04-2018

Un sentier mythique du Pilat débalisé !

Geoffroy Rémi
15-12-2017

Pilat hivernal

Geoffroy Rémi
25-05-2017

Variantes de montée et de descente

Geoffroy Rémi
28-05-2014

Itinéraire : Scie du Bost - Saut du Gier - Jasserie - Vallon...

Geoffroy Rémi
Identification

Social Media