Crêt de la Perdrix depuis la Scie Granjean


Crêt de la Perdrix depuis la Scie Granjean

  • Altitude départ : 745
  • Altitude sommet : 1432
  • Dénivelé : 725
  • Temps de montée : 2h00
  • Temps de descente : 1h30
  • Orientation : Nord
  • Balisage : aucun balisage (sauf sur le bref tronçon du "Sentier Claude Berthet")
  • Itinéraire :
    • possible avec des enfants
    • en boucle

Itinéraire

Cet accès au sommet du Pilat par son versant Nord, via les vallées de la Sordière et du Dorlay, semble peu pratiqué par les randonneurs, les lieux étant plutôt du genre paumé et sauvage (d’ailleurs ici rien n’est balisé...), mais quelle belle découverte ! Certes, il faut braver les innombrables bouts de pistes, chemins et sentiers non marqués sur la carte IGN, mais ce handicap  (d'ailleurs bien caractéristique du Pilat) une fois surmonté, le jeu en vaut vraiment la chandelle.


Montée : du parking, faire quelques mètres vers le hameau, puis sur un bout de route qui part à droite (SW). Poursuivre dans le prolongement sur un joli chemin dallé en sous-bois, rive gauche du ruisseau. Passer la station de pompage à gauche, et s’engager aussitôt sur le chemin de terre qui  monte en épingle à droite (NE - on quitte déjà le ruisseau !). Laisser ensuite un chemin à gauche, poursuivre en face. Le nôtre va obliquer progressivement vers la gauche. À un grand croisement de 6 chemins (!), prendre le 4e en partant de la droite (ou le 2e de la gauche) : il est dallé et monte assez fortement. Peu après, nouveau croisement, de 4 chemins cette fois, prendre celui d’en face (SSW, le 2e depuis la gauche). Laisser ensuite un chemin à gauche, poursuivre sur le chemin dallé.


Au croisement 980, on rejoint la piste montant à droite depuis Doizieux et le Bruchet : il faut continuer à monter en face, plein sud, sur le chemin dallé - la suite comme sur le topo Crêt de la Perdrix à partir de Doizieux par le vallon du Bois du Boeuf (en boucle) : suivre d’abord ce chemin en rive droite du ruisseau de la Sordière, et  traverser plus haut une piste (1039m). Là, continuer la montée en face jusqu’à l’endroit où ce chemin se transforme en lit du ruisseau... Traverser alors ce dernier à gué, et poursuivre la montée rive gauche sur une raide sente (cairn), parallèle au ruisseau. Lorsque le ruisseau disparait, on peut alors poursuivre la montée soit sur la sente toujours assez bien tracée et cairnée, soit directement dans la ravine désormais bien sèche mais aussi bien caillouteuse. On débouche vers 1270m sur un bon chemin en bordure du plateau de la Jasserie. Prendre alors ce chemin à droite, puis quand il rejoint le GR7, emprunter ce dernier à gauche jusqu’à la Jasserie toute proche (1308m). Il reste à continuer à monter en face dans les pâturages (nombreuses traces, franchissement de la route d'accès) jusqu’au sommet du Crêt de la Perdrix (table d’orientation) bien visible d’ici.


Descente : redescendre du sommet et, comme à la montée, prendre à gauche au premier croisement (1400m). Mais dès le suivant (piste E-W), prendre cette dernière à droite (E). Après 300m env., prendre à gauche (N puis NW) le bon chemin qui redescend à gauche de l’altisurface, jusqu’à ce qu’il arrive à proximité du monument aux victimes du crash du Dakota en 1944 (au bord de la route). Et là, on s’engage à droite sur le chemin ("Sentier Claude Berthet" sur IGN, seul tronçon balisé (VTT et PNR) du jour…) qui se dirige vers l’Est en pente douce, en longeant toujours l’altisurface.


Ce chemin va pénétrer en sous-bois et obliquer vers le S. Au pt 1277 il vire à droite. 250m plus loin il faudra quitter ce "Sentier Claude Berthet" pour descendre sur le chemin à gauche, raide et caillouteux (NE puis N). Vers 1120m (j’ai mis un cairn à gauche), il bute sur une très large piste, quasi horizontale (à partir de là ne plus se fier à IGN), qu’on va suivre à droite. Il faudra la quitter après 8’ environ, pour s’engager sur le bon chemin qui s’en échappe en descendant vers la gauche (NE, j’ai mis un second cairn).


Descendre ce chemin (ignorer les départs de voies à gauche et à droite) jusqu’à ce qu’il arrive au Chirat des Cassons, 1070m, signalé sur IGN – à partir d’ici la carte est à nouveau fiable). À cet endroit il ne faut pas manquer de grimper sur le rocher à gauche : il offre une superbe vue notamment sur la vallée du Dorlay et les Scies tout en bas, et une autre plus à droite vers le NE sur la crête vers le Chaux de Toureyre, où la forêt est rayée de nombreux chirats. Ce chemin vire ensuite au SE. Au croisement vers 1020 (absent de la carte IGN !), continuer à descendre en face (SE). Et au croisement suivant (980), prendre le chemin de gauche (N). À partir d’ici la descente se poursuit en compagnie du Dorlay, qui coule en contrebas à droite : on entend d’abord son murmure, puis on l’aperçoit et on s’en rapproche de plus en plus, jusqu’à devoir le traverser à gué. On le suit ensuite de très près (une partie de ses eaux envahit même parfois un peu notre voie dallée…), rive droite, puis gauche, puis droite à nouveau, jusqu’au retour à la Scie Granjean, qu’il reste à traverser jusqu’au parking.


À noter : 1. Qu’on peut bien sûr faire aussi la boucle dans l’autre sens - mais je conseille vivement de se familiariser d’abord avec les surprises du terrain en la faisant une première fois dans le sens ci-dessus. 2. Que de nombreuses variantes existent assurément (mais là encore sans garanties…). J’en ai pour ma part exploré partiellement deux qui pourraient s’avérer intéressantes ; je les signalerai ici même en commentaires si leur intérêt se confirme…


Précautions

Je conseille fortement d'emmener ce topo (exceptionnellement !) ainsi que la carte IGN (2933 ET, Massif du Pilat), et de porter des chaussures étanches...


Commentaires difficultés

L'absence de balisage et le nombre élevé de chemins et pistes non répertoriés sur IGN peuvent poser de sérieux problèmes d'orientation (mais le topo est là pour ça !).
0.0/5 (0 votes)

Topo créé le :

A47, sortie La Grand Croix > Saint-Paul-en-Jarez > la Terrasse-sur-Dorlay > Doizieux par D 76 > D120 jusqu'à "Les Scies", puis "Scie Granjean" (toujours marqué "Les Scies") : se garer à gauche sur le terre-plein juste avant le virage à 180° et le pont sur le Dorlay, face aux maisons du hameau.


Situation




Sortie du 06-01-2018

Boucle ratée...

La Scie Granjean

Première sortie de l’année, première découverte de l’année : un nouvel itinéraire d’accès au Crêt de la Perdrix ? Ça alors ! Tout content de ma trouvaille toute fraîche, faite un peu par hasard en explorant tous les recoins de l’IGN du Pilat, je me lance donc ce samedi, vu que la météo s’annonce correcte (des éclaircies et du vent, un peu...). Eh ben c’est parti pour une belle boucle toute neuve, toute bien tracée sur ma carte, d'environ 3 heures dans la matinée, tout près de chez moi.

À la montée, pas de gros problème. Il y a bien eu un peu d’hésitation pour trouver cette fichue Scie Granjean, marquée "Les Scies", après avoir passé le "vrai" hameau des Scies… Mais bon, un habitant de ce coin du bout du monde, qui errait par là, me l’a confirmé, et m’a même indiqué le départ de mon chemin, merci à lui. J’ai évidemment regretté de devoir quitter si vite le joli sentier dallé le long du joli petit ruisseau, mais les sérieux problèmes liés aux deux croisements successifs de 6 et 4 chemins (sans aucun balisage évidemment) ont vite accaparé toute mon attention et bien chauffé ma boussole. Mais bon, j’ai pris mon temps, et finalement j’ai fait les bons choix, vu que je suis à chaque fois arrivé là où j’avais prévu d’aller. Et puis une fois revenu sur "mon" itinéraire bien-aimé du Bois du Bœuf, c’était évidemment du gâteau, je pouvais fermer les yeux, ça roulait tout seul malgré la raideur des pentes. Mais quand j’ai vu que tous mes cairns avaient été soigneusement explosés par je ne sais quels sagouins (ben voyons, qui donc y a intérêt ?), j’ai pas aimé, et je me suis évidemment appliqué à tous les reconstruire (ça prend du temps de faire un cairn qui se tienne…).

Là où les choses ont commencé à se gâter, c’est à la Jasserie, débarrassée de toute la neige de ces derniers temps. Ciel tout gris tout sombre, la Perdrix invisible dans les brumes, pas engageant tout ça. Et soudain, en quelques minutes, j’ai vu s’abattre sur moi, poussées par un vent glacial, de violentes rafales de pluie et de neige mêlées. Dans cette véritable tempête, difficile d’avancer, difficile d’y voir clair, et impossible de sortir la carte. J’ai donc vite renoncé à aller jusqu’à la Perdrix, et même pensé à me réfugier dans la Jasserie, pour une bonne petite bouffe bien au chaud ! Mais j’ai insisté, et courbé en deux j’ai commencé à m’engager sur le chemin du retour, entièrement à découvrir. Manque de bol, c’était pas le bon (au lieu de descendre, j’étais parti en montée vers les crêts, dans des rafales de plus en plus violentes… fallait-il que je sois perturbé pour en arriver là !). Ayant enfin compris mon erreur, j’ai alors fait demi-tour, en courant (pour me réchauffer) dans la bourrasque, et pensé redescendre par mon chemin de montée. Mais comme je suis têtu j’ai vite trouvé le bon chemin (dit "sentier Claude Berthier" sur la carte, mais pas balisé pour autant) de ma boucle de retour (descendante, évidemment !). Il pénètre vite en sous-bois, d’où plus de tempête… ouf !

Agréable, ce chemin finit par déboucher sur une très large piste (ah bon ? Rien de tel sur la carte…), qui va d’abord dans la bonne direction. Mais au bout d’un certain temps, rien ne va plus : alors que je crois être parvenu au point 1112, à l’Est du Bois de Font Noire, plus rien ne correspond, la piste se prélasse à l’horizontale, dans des directions non prévues, sous de superbes chirats… rien de tel sur mon itinéraire ! Que faire, sinon revenir en arrière pour refaire le point ? C’est à ce moment-là qu’un trialiste se pointe sur la piste : je lui fais signe, il s’arrête, sympa (dorénavant je ne dirai plus de mal des trialistes !), on discute, et il se confirme qu’en effet je ne suis plus dans la bonne direction. Il va même jusqu’à me suggérer, sans garantie, une vieille trace désaffectée qui pourrait, peut-être, me ramener vers les Scies ? Ragaillardi, je le remercie, et il repart sur sa piste (vers le Collet de Doizieux je crois).

Mais finalement je ne suivrai pas son conseil (sans doute judicieux) : je reviendrai en arrière pour emprunter une autre vieille trace tout aussi désaffectée, qui plonge aussi plein Nord et que j’avais repérée auparavant, mais sans oser la prendre. Évidemment elle a fini par disparaître bientôt dans les ronces, et j’ai alors continué hors trace à la seule boussole, sans carte (devenue inutile) au petit bonheur la chance, en maintenant obstinément mon cap. Plus bas, je suis tombé sur une autre piste désaffectée, très encombrée mais avec, incroyable, la trace récente du passage d'un deux-roues. Et grâce à…moi, un miracle s’est produit : j’ai débouché tout en bas pile poil dans les maisons de la Scie Granjean ! Je n’en suis pas encore revenu…

Cela dit, pas de quoi faire le malin : il me reste à revenir dare-dare sur les lieux, pour mettre sur bivouak une boucle plus présentable que celle-ci, conforme à mon projet initial, et retrouver ainsi mon aura de randonneur sérieux et fiable wink que je risque sinon de perdre définitivement.

Photos de la sortie


  • Horaire : 4h30
  • Dénivelé : 600 m

Autres sorties

Date Titre Auteur
13-01-2018

Boucle réussie

8 Geoffroy Rémi

Identification

( ) bivouak.net

Social Media