Suc du Mounier : tour et sommet, depuis St-Jeures


Suc du Mounier : tour et sommet, depuis St-Jeures

  • Altitude départ : 1054
  • Altitude sommet : 1208
  • Dénivelé : 240
  • Temps de montée : 1h00
  • Temps de descente : 1h30
  • Orientation : Nord
  • Balisage : très intermittent (v. topo)
  • Itinéraire :
    • possible avec des enfants
    • en boucle

Itinéraire

Cette très brève sortie familiale sur "le suc de St-Jeures", un tout petit suc de l'Yssingelais (parmi beaucoup d'autres plus connus et plus fréquentés), n'est pourtant pas inintéressante, car pimentée par un joli petit final rocheux et une très belle vue panoramique depuis le sommet.


Montée : au début de la piste, repérer à gauche le départ d'un sentier (pt 1054), et s'y engager (S). Il va monter en sous-bois. Au croisement suivant (1106m), prendre le chemin à gauche. Peu après, quand ce dernier croise une piste (pt 1108), continuer en face. Le chemin descend doucement (SE) en lisière du bois, au pied du Suc du Mounier (m.j.). Lorsqu’il arrive en vue d’une maison (La Besseat, 1063m), s’engager juste avant le croisement de routes sur un chemin montant en épingle à droite : il entre en sous-bois, c’est le début de la montée vers le sommet (marques bleues intermittentes).


Après un grand lacet à gauche, à la bifurcation (1120m), prendre la voie de droite (celle de gauche, qu’on va prendre à la descente, va faire le tour du suc). Puis, vers 1135m, repérer à gauche, à angle droit, une trace montante peu évidente : c’est celle qu’il faut suivre pour accéder au sommet (SSE, quelques marques bleues). Quand la falaise sommitale apparait, la rejoindre. Il reste alors à surmonter les quelques gradins plutôt faciles qui mènent à la plateforme rocheuse du sommet. Là, on jouit d’une vue remarquable notamment sur St-Jeures (N), Araules puis, à sa gauche, les sucs du Meygal (NW), le Pic du Lizieux au S, etc.


Descente : on va commencer par faire le tour (presque complet) du suc. Pour cela, revenir en arrière par la trace de montée, puis le bout de chemin à droite du pt 1135. A la bifurcation 1120, quitter la voie de montée et prendre à droite le chemin du tour du suc (S puis NW). À la bifurcation suivante, prendre à gauche (on quitte le tour). Une bonne centaine de m. après, on croise un nouveau chemin (N-S) : le suivre à gauche vers le S (légèrement SW). Vers 1145m, il va buter sur une piste (également N-S) qui monte des Changeas : on la prend à gauche et, au grand carrefour 1043 juste après, on la quitte presque aussitôt pour le chemin qui part à angle droit vers la droite (W). 250m plus loin, nouvelle intersection (captage à gauche) : à partir de maintenant, il nous reste à descendre vers le Nord jusqu’au point de départ de notre rando.


On va donc tourner à droite (N). Puis peu après, à la fourche 1141, on pourrait prendre la voie de droite, qui mène, plein N, directement en sous-bois jusqu'au parking. Mais il est plus intéressant de choisir la voie de gauche, qu'il faudra suivre également, toujours en sous-bois, vers le N. Puis, vers 1090m, à une nouvelle bifurcation, prendre à nouveau la branche de gauche qui va sortir du bois et mener aux maisons de La Bruyère. Là, continuer brièvement sur le bout de route en face (W : le village d’Araules est tout près, droit devant), jusqu’au croisement (pt 1023) où on s’engage sur la piste à droite. 750m plus loin, à la dernière bifurcation, la branche de droite (E) mène en moins de 200m au parking de départ, tout près de la D 18.


Précautions

carte IGN 2835 OT


Commentaires difficultés

quelques gradins rocheux (faciles) sous le sommet
0.0/5 (0 votes)

Topo créé le :

par la N88, sortie Yssingeaux. Traverser Yssingeaux vers le Sud (D105>D988 puis D7 direction St-Jeures. A St-Jeures, suivre la D7 puis prendre à gauche la D18 (remarquer au passage, à gauche, le petit menhir du néolithique... surmonté d'une croix !). Passer le carrefour vers les Changeas et se garer, env. 750m après avoir pris la D8, au tout début de la piste qui s'en détache à gauche.


Situation




Sortie du 11-11-2018

Un petit suc pour la soif

Gradins sous le sommet

À la recherche d’une sortie à deux pour l’après-midi, qui soit à la fois brève et facile… et pas trop loin, j’ai donc repéré hier sur la carte ce petit suc "avec vue" encore inconnu, mais proche du Pic du Lizieux que nous avions visité en juillet.

Ce 11 novembre, il fait plutôt beau et frais, mais venté, c’est pas ça qui va nous arrêter. On arrive sur les lieux vers 15h, pas très tôt vu la brièveté actuelle des jours. Donc c’est bien ce qu’il nous faut, c’est parti. Le cheminement, alternant sous-bois et découvert, est très agréable, tout va bien jusqu’à la sente finale de montée, qu’on loupe magistralement (pas fait gaffe !). Mais qu’à cela ne tienne, comme on est partis pour faire le tour du suc, eh bien on continue ! Et après un tour complet par le Sud nous voilà de retour à la bifurc. 1120 : cette fois je redouble d’attention, et donc je trouve sans problème le départ du fameux petit sentier, pas très évident en effet ! Cette fois ça grimpe davantage, il faut rester attentif vu que les feuilles mortes au sol n’aident pas à voir le maigre tracé (et que les marques bleues sont rares…). Mais quand je vois se profiler les falaises au-dessus de nous, le doute n’est plus permis, c’est bien par là. Et nous voici au pied des gradins rocheux, 3 ou 4 marches assez hautes et pas très larges, sur lesquelles on se hisse au mieux, l’un derrière l’autre (amusant…).

Sur les gros blocs surélevés du sommet, le vent souffle si fort qu’on hésite à s’y balader les mains dans les poches en sifflotant… mieux vaut assurer son assise, bien calé sur ses deux jambes. Magnifique, le panorama, même si les lointains sont un peu brumeux. Un couple sympathique nous y rejoint peu après : ils sont de St-Jeures, ont fait tous les « grands » sucs du Velay, du Gerbier de Jonc et du Suc de Sara au Lizieux ou au Mézenc etc., mais jamais encore celui-ci, qui est à deux pas de chez eux. Ben alors… Mais cette fois ça y est, ils sont bien contents d’y être enfin montés, ça vaut le coup, c’est superbe !

Ils repartent avant nous, mais faut pas traîner, le soleil est déjà assez bas sur l’horizon. Donc on entame la descente sans tarder. On ne refera pas le tour du suc (une fois suffit), et on raccourcira un peu notre itinéraire de descente en zappant La Bruyère. Si bien qu’on arrivera à la voiture peu avant 18h, sans avoir eu besoin de sortir les frontales mais c’était tout juste (dommage, j’adore marcher à la nuit tombée...).

Photos de la sortie


  • Horaire : 2h50
  • Dénivelé : 240 m
  • Participants : Sylviane

Identification

( ) bivouak.net

Social Media