Crêt de la Perdrix depuis la Scie du Bost
par le GR7, redescente directe (variante)

Crêt de la Perdrix depuis la Scie du Bost
par le GR7, redescente directe (variante)

  • Altitude départ : 800
  • Altitude sommet : 1432
  • Dénivelé : 650
  • Distance : 6,5 km
  • Temps de montée : 2h15
  • Temps de descente : 1h15
  • Orientation : Nord-Ouest
  • Balisage : dans la montée, blanc-marron du PNR du Pilat, plus blanc-rouge (GR7) à partir du carrefour 986. Plus rien dans la descente, sauf quelques cairns.
  • Itinéraire :
    • possible avec des enfants
    • en boucle

Itinéraire

Depuis 2018, cet itinéraire remplace "officiellement" celui, plus direct mais aussi plus sauvage et plus raide, qui permettait de relier la Scie du Bost à la Jasserie, et donc au Crêt de la Perdrix, via le Saut du Gier. Si l’accès au Saut du Gier reste balisé (mais marqué comme "aller-retour obligatoire" !), la suite (comportant le passage le plus raide mais aussi le plus ludique) ne l’est plus…


Ce nouvel itinéraire vers la Jasserie balisé par le PNR est nettement plus long (5,3 km au lieu de 2,6) et nettement plus "doux", plus facile… et moins pittoresque que l’ancien ! Il n’est toutefois pas sans intérêt (passage à gué du Gier, superbes chirats, belles fenêtres sur les Monts du Lyonnais…). Pour rester dans la logique de ce nouveau parcours familial "pour tous", je propose ici une boucle avec une descente qui emprunte certes au début (facile) l’ancien sentier débalisé, mais qui le quitte ensuite, dès qu’il plonge dans la très raide descente des blocs du chirat à hauteur du Saut du Gier, pour une variante (raccourci) beaucoup plus soft.


Montée : Du parking, continuer à monter un peu jusqu’à la maison, derrière laquelle on prend à gauche (panneau) le bon chemin en pente douce. Au panneau suivant, au lieu d’obliquer à droite sur le chemin dallé (ancien itinéraire du PNR vers la Jasserie via le Saut du Gier), on continue en face comme indiqué (nouvel itinéraire du PNR vers la Jasserie ; 5,3km). Il suffit ensuite de suivre le balisage blanc-marron. Ce chemin va traverser le Gier à gué, passer dans ou sous plusieurs chirats. À un carrefour de 5 chemins, continuer en face. Au carrefour suivant de 6 chemins (panneau, Paumet, 986m), on bute sur le GR7, qu’on va suivre dorénavant (à droite, dir. la Jasserie, 3,5km ; double balisage GR+PNR). Nouvelles traversées de chirats. À la fourche 1190 (panneau), on a le choix pour rejoindre la Jasserie entre le GR7 en montée à gauche (S, 1,3km) ou le PNR en légère descente à droite (SW, 1,4km) ! On peut préférer le GR, plus direct… Aux deux fourches suivantes, prendre en montée à droite. On sort peu après de la forêt, face à la Jasserie, qu’on rejoint.


Il reste à poursuivre en face jusqu’au sommet du Crêt de la Perdrix (après avoir traversé la route d’accès) bien visible désormais : table d’orientation, magnifique panorama par temps clair.


Descente : Redescendre à la Jasserie. Puis prendre l'ancienne voie classique (aujourd'hui débalisée) qui descend (raide) en contrebas de la Jasserie, à gauche (quand on lui fait face). Suivre ce bon sentier qui va pénétrer en sous-bois, d'abord quasi horizontal, puis descendant, d'abord W, puis NW (garder ensuite cette dernière direction). La trace, parfois un peu moins évidente, n'en reste pas moins toujours visible (vu que cet itinéraire reste heureusement toujours bien fréquenté). Quelques cairns aident à la progression.


Quand on croise une première piste, poursuivre la descente en face sur un chemin caillouteux ; mais après 80m env., il faudra quitter ce large chemin pour prendre à droite une petite sente d'abord horizontale puis descendante. Plus bas, on va croiser une seconde piste : là aussi, continuer en face (gros cairn) et suivre la trace entre les arbres.


 Vers 1040m (belle vue à droite sur les hautes parois du site d’escalade du Saut du Gier), on va quitter notre sentier "classique" (qui plonge en face, de plus en plus raide, vers le fameux "mur") et s’engager à gauche (cairn) sur un plus large et confortable chemin descendant. C'est le début de notre variante, en fait un bon raccourci. On va traverser un chirat (quelques blocs moussus), laisser un vieux chemin empierré qui descend à droite, puis après un cairn on va obliquer à droite et descendre en pleine pente.


 À partir de là, il suffit de suivre les cairns qui jalonnent cette très agréable sente sur son épais tapis d’aiguilles de pins, toujours dans la même direction. Il longe grosso modo un vieux chemin creux, pierreux et peu confortable, à gauche (tout en y revenant brièvement). Les deux finissent par rejoindre, vers 900m, le chemin de l’ancienne voie classique (peu avant son virage en épingle au niveau du grand chirat). Il reste à le suivre jusqu'au parking un peu plus bas.


Précautions

éventuellement, carte IGN 2933 ET du Massif du Pilat.


Commentaires difficultés

Aucune pour l’itinéraire de montée via le GR7 : bien balisé, il remplace dorénavant, pour le PNR, le superbe et classique sentier direct qui reliait traditionnellement la Scie du Bost à la Jasserie, et qui a été débalisé fin 2017 entre le Saut du Gier et la Jasserie. Par contre, l’itinéraire de descente, quoique facile, demande un peu d’attention car il n’est pas (ou plus) balisé. De la Jasserie à la bifurcation 1040, il emprunte la partie supérieure de l’itinéraire classique débalisé. Et de la bifurcation 1040 à la Scie du Bost, il emprunte un raccourci, confortable mais non balisé (il est toutefois cairné), qui permet d’éviter le passage le plus raide de l’itinéraire classique.
0.0/5 (0 votes)

Topo créé le :

de la N88, sortie Saint-Chamond - Izieux. Après l’église d’Izieux, suivre la D2 dir. Le Creux - La Valla-en-Gier. Après avoir longé le barrage de Soulages, quitter la dir. de la Valla et prendre à gauche (digue du barrage de la Rive) la D76 vers la Croix du Planil. Dans un virage en épingle à gauche de cette route, la quitter et prendre en face la petite route vers la Scie du Bost (et le Saut du Gier). Tout au bout, se garer à droite (petit parking, obligatoire), juste avant le panneau Le Bonnefond.


Situation




Sortie du 18-12-2018

Vive la Sibérie !

Chirat (vue partielle)

Beau temps annoncé… Je pars donc ce matin pour refaire, à titre d’entrainement, une ènième mais toujours stimulante montée/descente à la Perdrix depuis la Scie du Bost. Vais-je y trouver la neige ? Et si oui, à partir d’où ? Si c’est dans les raides blocs au niveau du Saut du Gier, tant pis, je reviendrai en arrière pour prendre mon raccourci préféré…

Mais une fois parti, passé 9h, je tombe sur le fameux panneau récent (je l’avais déjà oublié celui-là !) m’interdisant le vieux trajet classique (débalisé, donc) et m’enjoignant à prendre le nouveau qui fait un sacré détour par le nord. Ah non, ça risque pas, leur trajet pépère, ils peuvent se le… Et là, soudain, moment d’hésitation : au fait, il passe par où ce nouveau trajet ? Et si… ??? Choix cornélien : d’un côté le plaisir de recrapahuter dans les blocs… et de l’autre, la curiosité devant l’inconnu. Et finalement je ne résiste pas : la curiosité est un vilain défaut ? Tant pis, c’est parti !

Bon, pas de surprise, c’est cool comme prévu. Pépère. Et super bien balisé. Parfait pour les familles. Jamais bien raide (on peut garder les mains dans ses poches tout du long). Mais bon, y a quand même quelques bons côtés : le gué sur le Gier (en-dessous de son Saut, et tout maigrelet), de superbes chirats, de jolies fenêtres sur les Monts du Lyonnais… Et puis la neige, en effet, au-dessus de 1000m, d’abord juste saupoudrée dans les seules clairières, puis un peu partout, puis de plus en plus épaisse, même en sous-bois. Aucune trace, ni humaine, ni animale : petit plaisir de fouler de la belle neige vierge (elle a dû tomber cette nuit ?). Et puis ça va se corser un peu, car vers 1200m le ciel bleu disparait soudain pour faire place à un brouillard de plus en plus dense : enfin de l’imprévu, du suspense, du mystère ! Et en effet, pour mon plus grand plaisir, la fin de la montée va me procurer quelques petites angoisses (j’aime bien me faire peur) : par deux fois, je me trouve en pleine purée de pois devant une fourche sans la moindre indication : à droite ou à gauche ? Évidemment je n’ai pas pris ma carte, inutile pour un parcours que je connais par cœur - sauf que là…). J’y vais donc à l’instinct… deux fois à droite (?)... Et ça marche, puisque je déboucherai sans coup férir à la Jasserie vers 11h10.

Toujours sans aucune visibilité, mais je m’en moque, j’arrive 20’ après dans une neige bien épaisse au sommet de la Perdrix : toujours tout seul bien sûr, tout est blanc, la table est toute givrée, on ne voit strictement rien, il souffle un vent glacial ("ça sibère" comme on dit par ici) : Halleluyah ! Vive la Sibérie ! C’est quand même mieux que si on voyait, bêtement, le Mont Blanc derrière le Crêt de Botte, non ?

Il va même se produire un petit miracle dans ce spectacle en noir et blanc : rien que pour me narguer, soudain un pâle disque lumineux perce la brume…le soleil ! Mais au bout de 3-4 secondes il redisparaît, définitivement ! M’en fous, j’ai juste eu le temps de le prendre en photo !

La descente, par le haut du chemin traditionnel débalisé, puis par mon raccourci préféré (cairné en grande partie par mes soins…), sera rapide et sans aucun problème. Sur ce versant et en sous-bois, la neige disparait rapidement, et la trace sera parfaitement visible malgré le tapis de feuilles mortes au sol. Toujours sans avoir croisé le moindre être vivant, j’arrive à la Scie du Bost vers 12h45 : je suis dans les temps, et content du voyage. Inespéré vu le choix de l’itinéraire du jour, pas franchement exaltant a priori !

 

Photos de la sortie


  • Horaire : 3h40
  • Dénivelé : 650 m

Identification

( ) bivouak.net

Social Media