Pierre-sur-Haute : Petit tour par la Richarde
et le Col du Béal depuis la station de Chalmazel

Pierre-sur-Haute : Petit tour par la Richarde
et le Col du Béal depuis la station de Chalmazel

  • Altitude départ : 1120
  • Altitude sommet : 1634
  • Dénivelé : 715
  • Distance : 14,5 km
  • Temps de montée : 2h30
  • Temps de descente : 2h45
  • Orientation : Toutes
  • Balisage : Marques rouge-blanc et ligne continue de poteaux en bois sur le GR3 de Pierre-sur-Haute au Col du Béal. Marques jaune-blanc du Col du Béal à la station de Chalmazel.
  • Itinéraire :
    • possible avec des enfants
    • intéressant en raquettes
    • en boucle

Itinéraire

Fortement conseillé en hiver (à raquettes), mais réalisable aussi en toute saison, ce très bel itinéraire sur les hauteurs des Monts du Forez est nettement plus court que celui du topo "Pierre-sur-Haute. Grand tour à partir du Col du Béal" (présenté par ailleurs sur ce site) dont il reprend certains trajets, mais en sens inverse.


Du pied des pistes de la station de Chalmazel (1117m), remonter la piste principale (piste des Granges) sous le télésiège, à l'extérieur et à gauche de la piste, à la lisière du bois (parcours raquettes). Après la gare d’arrivée, poursuivre la montée en tirant franchement à gauche, toujours à l’extérieur et à gauche des pistes qui descendent du plateau sommital. Passer à droite d'une petite station météo et se diriger ensuite à vue vers l’entrée de la base militaire qui occupe le sommet de Pierre-sur-Haute (1620m)


Faire ensuite le demi-tour de la base par la droite (Ouest), en longeant son enceinte. Puis repérer au pied du versant opposé (Sud) les quelques bâtisses des burons de la Richarde, et s’y rendre en ligne directe. Là, remarquer en particulier la très belle petite chapelle des bergers (1500m). Remonter ensuite vers la base militaire, en direction des quelques rochers de la Chaize, et en faire le demi-tour cette fois-ci par l’autre côté (à droite, Est). Au point le plus haut, on aperçoit, quelques mètres derrière la clôture, la croix sommitale sur son rocher (incluse dans la base !)


De retour vers l’entrée de la base, repérer en-dessous, entre les rochers de la Chapelle à gauche et la gare d'arrivée du téléski de Pierre-sur-Haute à droite, le tracé du GR3 (NW), bien balisé et marqué par une ligne continue de très hauts et très nombreux poteaux en bois (rouges en principe), qui vous mènera jusqu’au Col du Béal (une seconde ligne de poteaux, à gauche de celle-ci, balise la route militaire d’accès à la base : ne pas la suivre, car même si elle débouche aussi au Col du Béal, elle est beaucoup plus banale et n’offre pas les mêmes vues sur les lointains). On passe ainsi successivement au Col de la Chamboite (1483m), au sommet rocheux du Procher (1544m) puis à celui tout aussi rocheux de Peyre Mayou (1542m), d’où le Col du Béal est enfin visible en contrebas.


Au Col du Béal (1390m, gîte et auberge), repérer sur la droite en arrivant, un très vaste parking : du fond de ce parking, emprunter la trace horizontale, plein Est, qu’il va falloir suivre pour revenir à la station de Chalmazel. Bien balisée (marques blanc-jaune), elle rejoint puis longe la lisière d'un bois bien visible à gauche (au passage, oratoire de Ste Catherine sur la gauche). Puis après une immense clairière, elle pénètre en forêt et amorce la descente vers la station. On peut laisser le refuge de Chapouilloux à gauche et rejoindre ainsi la route en-dessous. La prendre à droite puis, à gauche, suivre le sentier qui borde la petite piste d’initiation des Campanules et ramène à la station.


Précautions

Carte IGN 2732 SB conseillée. En hiver, rester toujours à gauche et en-dehors des pistes de ski (parcours raquettes), du pied des pistes jusqu'au plateau de Pierre-sur-Haute. La petite boucle entre le sommet et les Burons de la Richarde se fait à vue (pas de traces en général, à éviter par temps de brouillard). Attention, il peut faire très froid sur ces hauteurs (vents parfois violents), prévoir des équipements en conséquence.


Commentaires difficultés

Pas de difficulté particulière.
0.0/5 (0 votes)

Topo créé le :

Depuis la N89 entre Boën et Noirétable, prendre à proximité de Boën / La Fabrique la D6 en direction de Chalmazel. De là, traverser le village et poursuivre vers Col du Béal-Station de Chalmazel. Quitter ensuite la direction du Col et se rendre à la station.


Hébergement(s) associé

Situation




Sortie du 21-02

Retour dans le Forez

Dôme enneigé de Pierre-sur-Haute en vue

Après avoir fait le plein de crêts du Pilat, je comptais d’abord renouer avec le Forez via le tour du lac de Grangent. Mais au dernier moment j’ai choisi de retourner dans mes Monts du Forez, délaissés depuis trop longtemps. En effet, si je voulais encore me payer une (ultime ?) belle rando raquettes, c’est là et pas ailleurs qu’il me restait une chance de trouver pas trop loin d’ici de la bonne neige en continu.

J’envisageais ce matin encore un départ depuis Jeansagnière, mais j’ai rapidement changé d’avis en voyant, depuis la route d’accès, les limites inférieures de la calotte neigeuse coiffant les hauteurs de ma montagne : pas envie de porter à nouveau, comme dans ma dernière rando dans le Pilat, sur plusieurs centaines de mètres ! Donc virage in extremis vers la station de Chalmazel, sachant qu’évidemment je n’y serai pas seul - c’est les vacances scolaires, donc…

Au pied de la station, vers 10h30, c’est, comme attendu, quasi l’affluence des grands jours, la piste des Granges grouille de monde. Bon, pourquoi pas, pour une fois ? Je me gare (assez loin, il y a déjà plein de voitures), je rejoins le pied de la piste, je chausse, et c’est parti.

Dans une neige bien dure et bien épaisse, les 500m de dénivelé d’une traite jusqu’à l’entrée de la base militaire, sous les nacelles bondées du télésiège au-dessus de ma tête et avec une animation sans cesse renouvelée sur la piste à ma droite, eh bien ça n’a pas été si pénible que ça, j’ai même trouvé ça plutôt drôle et distrayant ! Plus drôle en tout cas que mon chrono du jour, à savoir près d’1h20 pour la montée… ahlala, il n’est pourtant pas si loin le temps où je bouclais ça en 1h, sans raquettes il est vrai, mais quand même.

Bon, j’ai hésité à rajouter ma petite boucle vers les burons de la Richarde – j’ai toujours eu un faible pour cette sorte d’île déserte, ce joyau mystérieux perdu dans l'océan des Hautes Chaumes, ces quelques maisons aux pierres soigneusement ciselées mais aux volets toujours clos – mais vu l’heure, j’estime avoir le temps, et qu’il vaudrait bien mieux casser la croûte là en-bas que contre l’enceinte de la base militaire… Superbe descente-liberté jusqu’aux burons, pas la moindre trace, j’erre où je veux dans une neige de rêve ! Et c’est sur une des marches d’escalier bien sèches de la superbe chapelle des bergers que j’enfile mon sandwich et mon œuf… petit délice en plein soleil et avec juste ce qu’il faut de petite brise !

Je remonte vers 13h10 en direction du sommet, ça me fait une belle trace en V ! Aujourd’hui, les lointains sont tout brumeux (finis les panoramas grandioses du Pilat), on ne voit plus ni Alpes ni Monts Dore ni Puy de Dôme, mais qu’importe, les immenses étendues enneigées du Haut Forez suffisent à mon bonheur. Après un salut à la croix prisonnière du camp (la neige arrive presque jusqu’en haut du grillage, pour un peu on marcherait dans la base militaire sans le savoir !), je boucle mon tour de l’enceinte et m’enfile sur le GR.

Quoi, le GR a été damé ? Je commence à pester puis me rends compte qu’en fait ça doit être les chenillettes de l’armée, qui a dû préférer cette solution au déneigement spectaculaire d’autrefois (ils creusaient alors dans la neige de véritables tranchées, parfois de près de 2m de haut, du Col du Béal jusqu’à leur base !). Et en effet, un peu plus loin, le GR retrouve une allure normale (les chenillettes vont rejoindre la route militaire à gauche en contrebas).

Chemin faisant je savoure sans modération les ondulations et montées/descentes de ce sentier, au milieu de ce désert blanc qui me paraît aujourd’hui à la fois magique et presque infini (je ne me souvenais pas que c’était si long !), et où je ne croise presque personne, sauf aux abords du Col du Béal où les marcheurs (promeneurs !) abondent.

Au Col, il est passé 15h et j’ai une petite faim. L’auberge est ouverte, et j’en profite pour une petite halte : je ne résiste pas à un chocolat chaud et une part de tarte aux myrtilles, très bons, histoire de finir mon casse-croûte de midi un peu trop sommaire. Le retour à la station (le 3ème côté de mon triangle du jour) sera sans histoire, je n’y rencontrerai plus personne, et ne devrai déchausser qu’un peu en-dessous du refuge de Chapouilloux, peu avant de tomber sur la route et la station. J’y arrive juste passé 17 h, les skieurs sont sur le départ, la station se vide comme tous les soirs. Dans une bonne heure je serai de retour à Sainté, un peu fourbu mais très content de mon escapade impromptue dans le Haut Forez (à suivre !).

ps : 3 jours après, je suis retourné avec Sylviane au Col du Béal, d'où nous avons fait un aller/retour à raquettes du Col du Béal vers celui de la Chamboite. A peu près toujours autant de neige sur le GR, mais  ça commence à fondre pas mal par endroits sur la lande alentour. Du Procher, on a vu les militaires creuser leur fameuse tranchée sur leur route d'accès : au temps pour moi, donc, mais la tranchée est tout de même beaucoup moins profonde que ce que j'ai pu voir autrefois....

Photos de la sortie


  • Horaire : 5h20
  • Dénivelé : 715 m

© 2019 bivouak.net, ainsi que tous ses membres, ne sauraient etre tenus responsables en cas d'incident. Sachez faire preuve de discernement et de prudence en toutes circonstances. Soyez responsables..

Identification

( ) bivouak.net

Social Media