Lac de Grangent rive gauche : Les Camaldules,
Pointe de Chamousset, Presqu'île du Châtelet

Lac de Grangent rive gauche : Les Camaldules,
Pointe de Chamousset, Presqu'île du Châtelet

  • Altitude départ : 425
  • Altitude sommet : 746
  • Dénivelé : 720
  • Temps de montée : 4h45
  • Temps de descente : 1h15
  • Orientation : Est
  • Balisage : pas de balisage, sauf quelques brefs passages (v. topo)
  • Itinéraire :
    • possible avec des enfants
    • en boucle

Itinéraire

Le somptueux tour complet du lac de Grangent (v. ce topo) est en effet un must, mais il n'épuise pas pour autant toutes les beautés qu'offre au randonneur ce site sculpté par le barrage éponyme. Cet itinéraire, plus court mais un peu plus sportif, se propose d'en explorer de façon plus détaillée la partie la plus sauvage et la plus spectaculaire, à savoir le segment de la rive gauche comprise entre la digue du barrage et Chambles.


Du parking, revenir en arrière vers la digue. Là, prendre à droite, aussitôt après le dernier bâtiment (EDF), un sentier qui grimpe très raide dans les rochers (marches taillées, câble). Peu après (vers 450m), le quitter pour s’engager à gauche sur une petite sente quasi horizontale, non marquée sur l’IGN, qui va longer de très près le bord du lac vers le S (elle suit d’abord une ligne électrique). Attention : cette sente, pas toujours très évidente mais qui reste visible, parait peu fréquentée et se révèle parfois aventureuse… ce qui fait son charme ! Très belle, et d’apparence très facile, elle ménage en effet quelques surprises ici ou là : encombrement, éboulement, obstacle rocheux nécessitant un pas assez acrobatique… Bref, c’est un petit terrain d’aventure, quelques mètres au-dessus de l'eau, mais pour ceux qui aiment c’est un vrai plaisir...


Je le déconseille toutefois aux enfants (l’eau n’est pas loin…). Avec ces derniers il est préférable de poursuivre la raide et ludique montée du début dans les rochers, jusqu’à ce qu’elle bute (vers 470m) sur un chemin. Suivre alors ce dernier à gauche (S, premières très belles vues sur le lac en contrebas) jusqu’à ce qu’il débouche au beau château d’Essalois (qu'on peut visiter librement en journée). On va ensuite contourner ce château par la droite, puis rejoindre à gauche le chemin qui part vers le S, qu’on suit brièvement. Repérer alors, côté gauche de ce chemin, le débouché d’un autre chemin, descendant celui-là, et s’y engager. Il va mener en lacets successifs jusqu’au lieu-dit les Camaldules (v. ci-après).


... En arrivant à proximité des Camaldules, la sente "aventureuse" (enfin marquée sur IGN) s’élargit en débouchant dans une pinède (pierres entassées). Poursuivre alors en montée à droite (on s’éloigne du lac) sur un bon sentier qui va rejoindre un peu plus haut, dans un virage, le chemin pierreux qui descend d’Essalois. Il reste à le suivre à gauche : il va traverser le ruisseau de la Garde sur un pont puis rejoindre en légère remontée le magnifique petit hameau des Camaldules (430m). Cet ancien ermitage de l’ordre des Camaldules, avec sa chapelle et ses bâtiments annexes, est aujourd’hui propriété privée. Parfaitement restauré et entretenu, il a "miraculeusement" retrouvé une place privilégiée, au bord du lac, avec sa plage (420m), son embarcadère etc. (v. le lien).


Juste avant la chaîne qui barre l’accès à la propriété, à droite en arrivant, prendre le raide sentier qui grimpe en sous-bois (S puis SW). Il va passer à côté des ruines d’une ancienne chapelle (Saint-Roch) des mêmes Camaldules, édifiée par eux à la même époque que le hameau.


Poursuivre ensuite en crête, entre le lac à gauche et le vallon de la Garde à droite. À partir de là commence un magnifique parcours en toboggan, où on s’efforcera d’éviter le plus possible le sentier facile, qui file souvent en contrebas à droite et masque ainsi la visibilité, pour rester au maximum à gauche sur le fil rocheux. C’est alors un véritable enchantement, un festival de points de vue plus beaux les uns que les autres, notamment sur le lac avec ses méandres et ses activités nautiques, et les villages de sa rive droite : Condamine, Saint-Victor et son port de plaisance, le Bréat, etc. Plusieurs points (de plus en plus) hauts se succèdent ainsi, dont le franchissement rocheux, ludique et jamais difficile, nécessite néanmoins de l’attention, notamment en désescalade. À noter un rocher sommital avec deux cupules…Seule la dernière bosse, la plus haute, recouverte d’une dense toison végétale, gagne à être contournée par la droite sur le sentier ; il suffit ensuite de repérer à gauche une vague trace dans l’herbe, qui disparait bientôt dans les genêts mais permet d’accéder sans difficulté aux derniers rochers qui offrent un autre merveilleux point de vue sur le lac avec Saint-Victor juste en face et le château d’Essalois tout à gauche !


De retour sur le sentier, le suivre à gauche (S). On est désormais sur le bon chemin qui va mener plein S jusqu’à Chambles. Il va croiser vers 565m à droite une sente peu marquée (ouverture dans une clôture), qu’on prendra au retour. Plus loin, laisser un chemin en épingle à droite, puis à un second (en triangle) toujours à droite (594m, croix, vers la Garde). Prendre dans le prolongement de ce dernier, à gauche, le chemin qui descend plein E vers le lac. Ignorer un départ à droite (qu’on prendra à la remontée, 580m), et poursuivre toujours dans la même direction. Passer un portail ("Parc de pâturage"), prendre à gauche à une fourche, puis plus bas descendre à droite jusqu’au bord de l’eau : vous êtes à la Pointe de Chamousset (420m), juste en face de l’embouchure du Lizeron et du port de plaisance de Saint-Victor, ici à portée de main !


Remonter ensuite par le chemin de descente, mais à 580m on va donc le quitter pour celui qui file à gauche. Aux deux intersections suivantes, prendre respectivement à droite, puis, plus loin, à gauche : on est alors revenu sur le large chemin qui mène à Chambles, qu’on va donc suivre dans la même direction (S) jusqu’à l’entrée du village.


Ici, on peut bien sûr visiter ce superbe bourg perché au-dessus des gorges de la Loire (indispensable si on ne le connait pas encore !). Sinon, on prendra dès l’arrivée à la première maison la route à gauche (marque jaune) puis, au virage juste après, le chemin qui descend à gauche (X jaune, NE, puis SE). Plus bas, vers 450m, ne pas poursuivre sur le chemin à droite (propriété privée), mais sur le sentier à gauche (NE). Il mène rapidement à la très belle presqu’île du Châtelet, objet de notre troisième et dernière descente au bord du lac.


Un petit pont la relie à la rive gauche. Juste après ce pont, à gauche, il y a un rocher impressionnant, mais son escalade est réservée à des grimpeurs équipés ; en revanche, celui juste derrière, presque aussi haut, est bien plus facile d’accès... On arrive ensuite à une jolie chapelle posée dans un havre de verdure ; de là il est conseillé d’achever le petit tour de la presqu’île par la paisible plage au nord, que surplombent le château, le clocher et les belles villas de Saint-Victor.


Remonter à Chambles par le même itinéraire. Puis reprendre en sens inverse (N) le chemin d’arrivée : passer le croisement vers la Pointe de Chamousset (594, croix), puis aller à droite à la fourche qui suit. Repérer vers 565m, à l’orée d’un bois de sapins, la sente à gauche, d’abord peu marquée. La suivre d’abord horizontalement puis en descente ; elle passe près d’une cabane en pierres, puis franchit à gué le ruisseau de la Garde. Remonter en face, jusqu’à une piste qu’on suit très brièvement à gauche. Elle aboutit à un large terre-plein (qui sert de parking : panneau d’information) : poursuivre jusqu’au fond et là, prendre le large chemin à droite (N, belle vue lointaine vers l’W, avec ND de Grâce, qui fut également occupée par les Camaldules). Ce chemin passe sous le Suc du Pré (belles dalles à droite) et aboutit au château d’Essalois. Il reste à contourner ce dernier par la gauche et à s’engager sur le chemin de gauche qui file vers l’W (panneau Jonction rive droite, marques rouges et jaunes) puis vers le N, et qui descend directement jusqu’au parking de départ. A noter dans le tout premier lacet de ce chemin, la superbe vue plongeante sur l'île de Grangent.

A voir sur le web

Précautions

Carte IGN 2833E Firminy utile


Commentaires difficultés

Au départ et aux points hauts de la crête, quelques montées et descentes raides dans les rochers (évitables en restant sur le sentier en contrebas). La sente aventureuse entre la digue et les Camaldules nécessite quelques pas assez acrobatiques (R2+, ne pas y emmener d'enfants, prendre alors le sentier au-dessus).
0.0/5 (0 votes)

Topo créé le :

De Saint-Etienne, N88 direction Firminy Le-Puy-en-Velay. Prendre la sortie "Roanne, Clermont-Ferrand, Saint-Genest-Lerpt..." (D201), puis la D8 direction "Saint-Genest-Lerpt, Roche-la-Molière, Saint-Victor-sur-Loire" ; obliquer ensuite vers Saint-Genest-Lerpt et traverser ce village en restant sur la D8. Après la sortie du village, prendre à gauche la D32, direction "Barrage de Grangent". Au barrage, passer la digue et se garer env. 150m après (large terre-plein à droite, en face du départ du sentier vers Essalois, de l’autre côté de la route).


Situation




Sortie du 14-05

Trois plages et une crête

Depuis la sente au bord du lac

Encore une superbe sortie ! Cette fois pourtant, je ne suis pas parti à la découverte d’un nouveau sommet, mais juste de quelques coins ou recoins négligés lors de mes passages précédents dans ces gorges sauvages, devenues lac magique par la grâce d’un bête barrage hydroélectrique…

Aujourd’hui je décide donc de partir de la digue pour juste aller visiter les trois "plages" de la rive gauche du lac qui se succèdent jusqu’à Chambles, et qui sont généralement ignorées lors du fameux "tour du lac", déjà bien assez long comme ça (moi-même je n’en connaissais encore que celle des Camaldules).

Donc, j’ai du temps devant moi… et je vais le prendre ! Je décide pour commencer d’inaugurer un sentier vers Essalois, tracé sur la carte IGN mais que je crois n’avoir jamais emprunté : celui qui démarre juste derrière le bâtiment EDF au bout de la digue. Mais à peine ai-je grimpé les premiers "escaliers" rocheux que je découvre à ma gauche une petite sente qui semble longer le bord du lac. Tiens ? Rien sur l’IGN… où peut-elle bien mener ? Allez hop, je l’essaie, je verrai bien. C’est ainsi que commence ma découverte d’une sente improbable et fantasque qui va, à ma grande surprise, me mener jusqu’aux Camaldules, que je ne croyais accessibles d’ici qu’au prix d’une assez longue montée/descente par Essalois !

Me voilà enchanté de cette première découverte inattendue et parfois surprenante (mais bon je suis quand même passé sans grand mal). Et après un nouveau passage bref mais sans surprise devant cet ancien ermitage des Camaldules, véritable petit bijou au bord de l’eau, mais où la vie semble s’être figée, je grimpe vers la crête dont j’ai gardé un bon souvenir ; mais j’étais loin de l’avoir parcourue intégralement... Vu que j’ai le temps, je vais essayer cette fois de rester le plus possible sur le fil. Eh bien c’est tout à fait possible et c’est un petit régal. Et en plus de crapahuter sur les bons rochers successifs de la crête, on profite en même temps (du moins les après-midis) de l’animation navale sur le lac en contrebas.

C’est sur le rocher du dernier point haut (le seul contourné vu la végétation qui le recouvre) que je vais enfin sortir mon repas du sac. Encore un belvédère royal ! J’en repars vers 14h et c’est pour partir à la découverte des deux "plages" encore inconnues de moi. Et d’abord la belle mais apparemment peu fréquentée Pointe de Chamousset, où paissent paisiblement une jument et son poulain non encore sevré, passablement étonnés par ma présence pourtant bienveillante… L’activité humaine, elle, se concentre sur la rive d’en face, ici toute proche mais néanmoins hors d’accès. Puis, une fois remonté sur le plateau, et juste avant d’entrer dans Chambles, je redescends une troisième fois au bord de l’eau. Et là, la presqu’île du Châtelet se présente à moi, tout comme les Camaldules de tout à l’heure, avec les charmes d’un lieu à la fois enchanté et totalement désert (pas un chat !), hors du temps et des réalités de la vie quotidienne – on dirait deux royaumes de la Belle au bois dormant ! Sous la pimpante chapelle fermée, je suis tout seul sur la plage vide, couverte de milliers de petites fleurs jaunes qui continuent de pousser même sous l’eau…

Dernière remontée sur le plateau, comme un retour au présent et à la vraie vie. Sur le chemin du retour, que j’ai pourtant déjà emprunté, je trouve même moyen de louper sur la gauche la sente de descente vers le fond du vallon de la Garde ! J’allais remonter sur la crête rocheuse (irrésistible, certes…) en sens inverse ! Bon, cette fois je me secoue, je retrouve le sentier (discret, certes, au début) vers le ruisseau de la Garde, je fais un petit salut à la cabane plus que rustique posée là (en pierres pourtant, mais si rien n’est fait le toit va bientôt lâcher !), puis je remonte en face vers les pistes qui mènent à droite vers le château d’Essalois. Là par contre il y a toujours plein de monde (il y a un parking et les pistes, horizontales, sont des boulevards !). Donc je ne m’attarde pas, je passe à gauche du Suc du Pré (souvenir du jour où j’ai pris une belle gamelle en en redescendant sur les magnifiques dalles, dont l’une était traitreusement recouverte d’un plaque de verglas…). Je passe également sans m’arrêter à côté du beau château d’Essalois (là aussi, je connais…) et descends sans trainer jusqu’au parking par la voie directe. Il est 19h30, ça va, je suis content de ma journée et de mes modestes découvertes, faudra que je montre ça à Sylviane qui ne connait pas encore (c’est un incontournable du coin, au même titre que les crêtes du Pilat, un peu comme Grenoble, sa Bastille, son Rachais et son St Eynard, non ?)…

Photos de la sortie


  • Horaire : 7h
  • Dénivelé : 720 m

Autres sorties

Date Titre Auteur
23-05

Grangent, la quintessence

7 Geoffroy Rémi

Identification

( ) bivouak.net

Social Media