Sommet de Vaumuse Col de Vaumuse et chapelle
St-Joseph depuis Vaunavès/Le Guas

Sommet de Vaumuse Col de Vaumuse et chapelle
St-Joseph depuis Vaunavès/Le Guas

  • Altitude départ : 725
  • Altitude sommet : 1435
  • Dénivelé : 950
  • Distance : 18,2 km
  • Temps de montée : 3h45
  • Temps de descente : 2h30
  • Orientation : Sud-Est
  • Balisage : Marques jaunes et marques oranges (m.j./m.o.) à la montée. Marques jaunes sur la crête et à la descente.
  • Itinéraire :
    • possible avec des enfants
    • en boucle

Itinéraire

Ce beau sommet un peu méconnu des environs de Digne-les-Bains sépare la vallée des Duyes (Thoard) de celle de la Durance (Sisteron). Il présente tout au long de son ascension par son versant Est et depuis son parcours de crête des vues exceptionnelles sur d’innombrables sommets des Préalpes de Digne et au-delà, et permet aussi de découvrir une étonnante chapelle en contrebas de la crête.


L’itinéraire en boucle proposé ici ajoute à la simple montée au sommet "officiel" (1435m) un remarquable parcours de la crête qui va du Col de Vaumuse au Nord (1390m, débouché du GR de la GTPA) jusqu’à la grande croix en bois (1303m) au Sud, en passant par le "vrai-faux" sommet, point le plus haut de la crête (1438m !) et bien sûr la chapelle St-Joseph.


MONTÉE : Au panneau "Vaunavès 725m", suivre à droite la direction "Les Colombiers" (m.j.), franchir le pont et suivre (N) la petite route rive gauche du ruisseau (en passant, noter à gauche le départ du "Chemin de Valesriches", autre accès possible, semble-t-il, au sommet de Vaumuse).


Cette route devient bientôt un large chemin montant. À la bifurcation 815, on peut laisser la voie balisée qui tourne à droite et continuer tout droit (toujours N). Vers 865m, le chemin contourne par la droite la belle ferme du Haut Colombier. Continuer en face (panneau "Crête de Vaumuse", m.j.+m.o.) et suivre ce paisible chemin qui s’élève au milieu des champs et des pâturages, et d’où l’on aperçoit bientôt les deux sommets de Vaumuse (l' "officiel" est celui de gauche). Dans le rétro, le panorama lointain se dévoile peu à peu (Bigue, Cousson, Pic d’Oise etc.). Au-dessus de 1100m, vue plongeante à gauche sur la ferme de Valesriches et l’itinéraire correspondant de montée à la crête…


Au point haut 1243, descendre à droite (E) sur quelques dizaines de mètres en lisière et repérer à gauche le départ d’un chemin en épingle (j’ai mis un cairn). Le suivre (m.o.), d’abord en sous-bois. Plus loin rester sur le chemin de droite. Au vaste replat 1355, croisement de chemins, prendre celui de gauche (W). Vers 1400 m on débouche ainsi sur la crête : panneau "Crête de Vaumuse 1400".


Ici, plutôt que de rejoindre directement à gauche le sommet "officiel" de Vaumuse, je conseille de prendre d’abord, en aller/retour, le chemin montant en épingle à droite : c’est un très beau parcours de crête qui vous attend (m.j.). Cette petite partie de toboggan mène d’abord au point 1438, le vrai point haut de cette crête. Hélas, ce vrai-faux sommet ne bénéficie d’aucun honneur : noyé dans les arbres (notamment un vieux hêtre majestueux), dépourvu du moindre panneau, il n’a même pas droit à un cairn ! Ensuite, quand la crête sort du bois, elle nous offre un extraordinaire panorama (dont le Ventoux, Lure, Géruen, Cloches de Barles, Blayeul, Bigue, Cheval Blanc et Couard, Cousson, Beyne, Chiran, etc), qu’on pourra continuer à admirer jusqu’au Col de Vaumuse (panneau "Vaumuse 1390m").


De retour au panneau "Crête de Vaumuse 1400", poursuivre sur la crête (SW, dir. "Chapelle St-Joseph") jusqu’au sommet (officiel !) de Vaumuse, 1435m (antenne et panneaux solaires, nouveau panorama exceptionnel notamment vers le Sud et l’Est).


DESCENTE : Continuer de suivre la crête vers le Sud, en laissant à gauche les départs de sentiers vers Beaucouse (1343m, qu’on prendra plus tard pour le retour) puis vers la chapelle St-Joseph (1326m, notre prochain objectif). Une ultime remontée mène à la grande croix en bois (dite "des mariages", 1303m), dernière vue panoramique imprenable sur les Alpes du Sud !


Revenir ensuite sur ses pas jusqu’au départ du sentier qui descend peu après à droite jusqu’à la chapelle St-Joseph (ou St-Joseph de la Pérusse, 1257m). Cet ancien lieu de pèlerinage du 17e siècle rattaché à Thoard reste un édifice emblématique : merveilleusement situé, il est en cours de rénovation (été 2019). L’ensemble du bâtiment comprend la chapelle proprement dite (déjà remise en état et réutilisée comme telle) et les locaux de l’ancien ermitage qui lui fait suite (il menaçait ruine et est en cours de réhabilitation). Tout au bout, une porte permet l’accès à un refuge (également en réaménagement, il sert aussi aux bergers). Devant la chapelle une ancienne petite construction en pierres abrite une source…


Poursuivre ensuite en empruntant le sentier qui continue vers le Nord (panneau "Crête de Beaucouse/Beaucouse"). Lorsqu’il rejoint le chemin de la crête de Beaucouse (panneau "Beaucouse/Vaunavès"), le suivre en descente à droite (SE, m.j.). Lorsqu’on arrive en vue du Château de Beaucouse (925m), on bute sur un poteau marqué d’un X jaune, et un panneau "Vaunavès" invite à obliquer à gauche. En effet, cette grande propriété a été rachetée et réaménagée à partir de 2017 (chapelle ancienne, centre d’art, tables d’hôtes…), et l’ancien itinéraire balisé qui la longeait a été détourné. Il faut donc passer derrière le poteau marqué X puis bien suivre à gauche les marques jaunes qui longent la bordure d’un champ, sans trace d’abord. Puis on trouve une sente qui descend dans un ravin, franchit un ruisselet et remonte jusqu’à une route. Suivre alors cette route à gauche (panneau "Vaunavès 1,5km", m.j.) jusqu’à la chapelle de Vaunavès, d’où on descend à droite jusqu’au point de départ de la rando.


Précautions

éventuellement carte IGN 3340 ET


Commentaires difficultés

aucune difficulté
0.0/5 (0 votes)

Topo créé le :

Digne-les-Bains > Mallemoisson par N85 > D17 dir. Thoard. Après Barras puis St-Domnin, prendre à gauche dir. Beaucouse/Vaunavès. A Vaunavès prendre à droite le Chemin du Guas et se garer près du panneau.


Situation




Sortie du 30-10

2=1

Les deux sommets de Vaumuse à la montée (1435 à gauche, 1438 à droite)

Une sortie improvisée au dernier moment lors d’un bref séjour dignois, sur un sommet proche que je ne connaissais pas encore… Et comme toujours dans cette région bénie des dieux, au ciel d’un bleu souvent incomparable, l’automne y est particulièrement somptueux.

Monter jusqu’à la crête ce matin a été un vrai bonheur : il faisait frais au soleil, le large chemin qui grimpe, tranquille, sur ce vaste flanc sud-est faisait surgir derrière moi de plus en plus de montagnes, de plus en plus lointaines, au fur et à mesure de ma montée. Et une fois sur la crête, quel festival de sommets, de dômes, de pointes, de pics, de barres, de vallées, de tous côtés. J’en ai identifié beaucoup, mais beaucoup aussi, surtout les plus lointains, me sont restés mystérieux, c’est frustrant mais qu’y faire ? En tout cas je me suis félicité de mon idée de déambuler de part et d’autre de cette superbe crête, et plus encore quand ses chemins, ses arbres, ses bosquets, ses versants s’habillent aux mille et une couleurs de l’automne.

La surprise de la découverte du "vrai" sommet de Vaumuse l’a emporté sur celle du sommet "officiel". Non que ce dernier soit décevant, la vue y est magnifique. Mais je garde une petite préférence pour l’autre, le sommet non nommé, le sommet ignoré, sans aucune vue mais tellement beau avec son épais tapis de feuilles mortes multicolores et ses magnifiques hêtres aux troncs multiples.

Enfin, dernier coup de cœur pour la chapelle Saint-Joseph, à laquelle j’ai d’abord failli ne pas pouvoir accéder. En effet, après être allé jusqu’à la grande croix dite "des mariages", j’ai vite compris à mon retour que le petit crochet vers la chapelle en contrebas allait être délicat. Entretemps un troupeau de moutons avait en effet occupé ma crête, y compris le sentier d’accès à la chapelle… et des patous veillaient au grain ! J’ai donc décidé de descendre directement à la chapelle, hors trace, dans les genêts et les ronces. Peine perdue : se jouant des genêts et autres ronces entrelacées, quatre patous, dont l’un ne cessait d’aboyer, plus un chien tout noir, fondaient sur moi. Là-bas, plus loin, je voyais bien le berger à l’avant de son troupeau, mais il semblait rester de marbre ! J’ai donc comme d’habitude dans ces cas-là parlé "normalement" aux cinq chiens qui me serraient de près, tout en continuant d’avancer calmement (en apparence !). Et en fait ils m’ont "accompagné" ainsi sans encombre jusqu’à la chapelle…

Et là, j’ai fait une autre rencontre : celle d’un artisan qui travaillait ici, tout seul, à la restauration de l’intérieur de l’ermitage. Quand il m’a entendu venir il est descendu vers moi, et nous avons engagé une longue conversation. Cet homme très aimable m’a d’abord dit que ces patous n’étaient pas méchants : il les connaissait bien ainsi que le berger (ou plutôt la bergère !), dont l’attitude impassible avait d’ailleurs paradoxalement fini par me rassurer… Puis il m’a montré l’intérieur de l’ermitage, très mal en point, où il travaillait, avant de me donner plein de renseignements sur cette chapelle et ses dépendances, son histoire, sa restauration en cours, etc.

Je suis enfin reparti, bien revigoré par cette agréable rencontre, pour le chemin de retour à Vaunavès via le château de Beaucouse. Comme ma carte IGN est un peu ancienne, elle mentionnait encore l’ancien trajet qui longeait le château, si bien que j’ai eu un peu de mal avec le nouvel itinéraire de contournement, visiblement destiné à éloigner sensiblement les manants que nous sommes des distingués clients du manoir… Puis une voiture s’est arrêtée au moment où je venais de rejoindre le bout de route vers Vaunavès : c’était mon sympathique artisan de la chapelle qui m’ayant reconnu me proposait de monter dans sa bagnole et de me mener jusqu’à la mienne ; encore merci à lui ! Une belle fin pour une non moins belle rando…

Photos de la sortie


  • Horaire : 6h30
  • Dénivelé : 950 m

Identification

( ) bivouak.net

Social Media