Mont Gerbizon en boucle depuis Chamalières-sur-Loire


Mont Gerbizon en boucle depuis Chamalières-sur-Loire

  • Altitude départ : 525
  • Altitude sommet : 1064
  • Dénivelé : 620
  • Distance : 10,8 km
  • Temps de montée : 2h30
  • Temps de descente : 1h15
  • Orientation : Nord
  • Balisage : rare et peu fiable (quelques marques jaunes (m.j.) ou blanc-vert (m.b.v.), cf. topo), sauf à la descente entre Granoux et Chamalières (GR + marques jaunes).
  • Itinéraire :
    • en boucle

Itinéraire

Un circuit pas tout à fait conventionnel pour une montagne du Velay pas tout à fait comme les autres !


MONTÉE : Du parking, revenir brièvement sur ses pas pour s’engager, à gauche de la croix et du monument aux morts, sur la rue pavée qui monte à droite (E, marques jaunes). Au lavoir, poursuivre à gauche (panneau, balisage). Ce très beau sentier en balcon au-dessus de Chamalières va ensuite passer derrière une maison (Rechausson) et devenir un chemin herbeux (m.j.). Quand il croise une route, ne pas prendre en face à droite le sentier encore balisé marqué sur IGN (il est bouché !), mais légèrement sur la gauche le large chemin qui monte à droite (SE, m.j.).


Vers 690m, ne pas obliquer à gauche (m.j.), mais continuer en face sur le chemin (SE, X j.). Ignorer les sentiers à gauche. Notre chemin devient un sentier. Vers 725m il oblique à droite, puis à gauche : on retrouve un chemin (m. b.v.). Au carrefour vers 740m, virer à gauche en montée (m.b.v.) - cette partie de l’itinéraire n’apparaît pas sur la carte IGN.


Lorsqu’on débouche sur une route (cote 757), la traverser puis la suivre à droite, mais prendre presque aussitôt le chemin qui monte en épingle à gauche (E, m. b.v. un peu plus haut). À la bifurcation vers 780m, ne pas monter à droite, mais poursuivre en face (E). D’abord horizontal, ce chemin se redresse ensuite. Ignorer une trace qui monte à droite. Mais à 805m, croisement : alors que notre chemin se poursuit en face, un autre, bien tracé, monte à droite (S ; arbre marqué "11" à droite de ce chemin) : c’est par là qu’on va grimper vers le sommet (cette partie d’itinéraire, non balisée, ne figure pas non plus sur la carte IGN).


Notre chemin se redresse peu à peu. À un nouveau croisement vers 865m (trace ultra-raide en face !), préférer la déjà bien raide voie de gauche. Plus haut, elle va virer franchement à droite, et rejoindre le débouché de la trace ultra-raide de tout à l’heure. Il reste à présent à poursuivre, à nouveau plein S et en pleine pente, par la partie la plus raide, mais assez brève, de ce topo (quelques m.b.v. vers la fin, suite à l’arrivée à droite d’un sentier ainsi balisé). Vers 1000m, on débouche enfin sur un chemin plus raisonnable (presque horizontal !) : le suivre à gauche, jusqu’à un croisement (panneau "Point de vue de Gerbizon 0,2 km").


Descendre alors à gauche jusqu’au belvédère. De là (table d’orientation sur lauze) on jouit d’une vue absolument splendide, d’Ouest en Est, des Monts Courant et Bar jusqu’au Pilat, en passant par les Monts du Forez au fond. Tout en bas, la Loire serpente en majesté parmi les villages et hameaux qu’elle effleure (dont Chamalières vers la gauche et Retournac à droite), En face, on remarque notamment le Mont Miaune avec le suc de Chaumont, la Madeleine plus à droite et, surplombant le fleuve, les sucs rocheux de Périllade et d’Artias (château ruiné au sommet).


Revenir sur ses pas sur 200m jusqu’au panneau ci-dessus, puis continuer sur le chemin vers la gauche, jusqu’à une piste qu’on suit à droite (SW>S) en montée puis descente douces. Au grand carrefour 1001 (panneau "parking" !), prendre l’un des 2 chemins à gauche (ils se rejoignent aussitôt) (E>NE), et tenir la gauche. Vers le haut de cette montée, virer à droite et remonter la bosse sommitale du Gerbizon (quelques pierres moussues). Au sommet (mât), la partie dégarnie côté NE sert de déco aux parapentistes (d’où le parking ?!) et offre une jolie vue sur Retournac.


DESCENTE :


Revenir en arrière jusqu’au carrefour 1001. Prendre ensuite en face le petit chemin en descente douce (SW, X.j, balisé ensuite de rares ronds rouges). À la bifurcation, poursuivre la descente à gauche (SW puis SE), sans s’inquiéter d’un bref passage partiellement encombré (genêts). Au croisement vers 960m, continuer à droite (SW). Encore une bifurcation vers 925m, où on oblique en épingle à gauche (SE, ronds rouges toujours).


On arrive ainsi au hameau de Pieyres, non identifié sur IGN (four à pain, croix de pierre), où il faut s’engager à droite (W) sur la petite route qui file vers Granoux. Laisser une route à droite et poursuivre face au suc de Granoux (Rocher de Costaros bien visible). À Granoux (croix), tourner à droite (N, panneau voie sans issue, m.j.) et rejoindre peu après le GR3F que l’on suit en face (toujours N). Un bon chemin fait suite à la route et pénètre en sous-bois. Remarquer au passage les immenses blocs épars dans la forêt, dont l’impressionnant monolithe de Roche Corbière sur la droite.


Arrivé à la route, la suivre à droite (N) et pénétrer dans le hameau de La Fayolle (lavoir à droite). Suivre le double balisage qui mène en descente à gauche, puis plus bas à droite (voie sans issue). À la route, poursuivre la descente à droite. À la croix de pierre, quitter la route et descendre à gauche. Après un dernier virage à gauche, on arrive à Chamalières-sur-Loire, où il ne faut pas manquer : 1. d’admirer l’église romane du 11e siècle, fabuleux vestige (avec un reste de cloître) d’un très ancien prieuré, dont le jardin a été récemment très bien réaménagé ; et 2. de flâner sur les berges de la Loire, aujourd’hui paisible et bucolique, mais dont les crues ont été ravageuses à de nombreuses reprises.


Précautions

GPS ou à défaut carte 2835 OT + boussole + altimètre indispensables.


Commentaires difficultés

Elles concernent surtout la voie de montée : au moins deux passages mal ou non marqués sur IGN, dont 150m de montée vraiment très raides en versant Nord.
0.0/5 (0 votes)

Topo créé le :

De la N88 à proximité d'Yssingeaux, prendre la sortie 40 (Bas-en-Basset, Beauzac, Retournac) puis la D12 via Beauzac, Retournac, puis Chamalières. Se garer au centre du village, à droite en épis, face à la fontaine.


Situation




Sortie du 03-02

Mal barré

Chamalières et la Loire depuis le sentier en balcon

J’avais pourtant bien préparé ma rando sur ma carte IGN… Mais ici le randonneur qui tente de sortir des sentiers battus et (plus ou moins bien) balisés n’est pas vraiment à la fête.

Au début de la montée, tout baigne. Du sentier en balcon, la vue sur Chamalières est de toute beauté. Certes le balisage est, déjà, bien hésitant : marques jaunes ? Ou vert et blanc ? Ou les deux ? Difficile de savoir…

Et dès le débouché sur la route, ça cafouille : le sentier tracé sur IGN et toujours balisé en jaune (malgré le X jaune au départ) est, de toute évidence, volontairement obstrué par plein de troncs et de blocs posés en travers (pourquoi ?!). Je finis quand même par trouver le chemin de remplacement (pas tracé sur IGN). Mais plus haut, le balisage jaune m’envoie à gauche (Nord-Est), alors que mon sommet se trouve au Sud ! Je poursuis donc la montée, carte en mains, sur mon chemin désormais non balisé vers le Sud-Est ; et quand je vois enfin à un croisement une trace vers le Sud-Ouest, je m’y engouffre.

Mais peu à peu s’insinue le vague sentiment (qui va s’avérer justifié !) qu’il y a comme une distorsion entre ma carte et le terrain. La petite route attendue n’arrive pas, au lieu de ça il y a des pistes qui se  croisent. Si bien que je vais finir par mettre ma carte dans ma poche. Tant pis, je vais donc continuer "à l’instinct" (en oubliant au passage, erreur impardonnable, de consulter ma boussole !).

Quand enfin je bute sur la petite route, je me crois sauvé. Mais rien ne correspond à mon attente, rien non plus à la carte que j’ai ressortie de ma poche. Je vais alors tenter par tous les moyens de trouver un chemin qui grimpe sur ce versant Sud du Gerbizon. En vain : chaque fois que je crois en tenir un, il monte bien, certes, mais finit toujours par redescendre ! Après plusieurs demi-tours, excédé par toute cette énergie et tout ce temps perdus, je me résous à revenir en arrière sur la petite route. Et là, je décide de la suivre obstinément vers la gauche (Ouest), avec pour seul objectif de déboucher à un endroit enfin identifiable et incontestable…

C’est ainsi que je finis par me retrouver au-dessus du hameau de la Fayolle : ouf, je sais enfin où je suis ! Soulagé, je fais alors demi-tour sur ma petite route, et à partir de là, tout va se dénouer. Ayant replongé dans ma carte, je comprends enfin : mon erreur, c’est d’avoir cru que j’avais atteint cette route à la cote 764, alors qu’en réalité j’avais débouché nettement plus à l’Ouest, à la cote 757, par un sentier non marqué sur la carte…

La suite de ma journée va dès lors se dérouler comme dans un rêve ! De retour vers le point 757, je remonte certes à nouveau à droite sur mon chemin de tout à l’heure ; mais cette fois-ci je me garde bien, au croisement suivant, de m’engager sur le tentant raidillon de droite. Non, je continue tout droit, quasi de niveau. Et c’est un peu plus loin que le miracle se produit : à ma droite, une superbe tranchée grimpe en pleine pente, plein Sud, elle fend hardiment la forêt en direction du sommet. Elle n’est pas sur la carte ? Qu’à cela ne tienne, je me lance. Et cette fois sera la bonne. Enfin !

Le reste tient en un seul mot : le bonheur ! L’incroyable rampe, d’une rare raideur, qui me mène jusqu’à la crête sommitale, et de là au merveilleux belvédère du Gerbizon… Le repas frugal mais délicieux que je vais y faire face à l’immense panorama qui se déploie devant moi en plein soleil… La découverte du vrai sommet du Gerbizon, avec sa vue plongeante sur Retournac… Ma voie de descente un peu osée, pas gagnée d’avance, mais impeccable, sur le versant Nord… Puis, une fois en bas, le vieux chien qui à Pieyres avance à tout petits pas hésitants vers moi, juste pour se faire caresser… À Granoux, la sage décision de remettre à une autre fois, vu l’heure, l’ascension évidemment tentante, vue d’ici, du suc de Bartou avec son rocher de Costaros… Le paisible retour vers La Fayolle via le lumineux sous-bois jonché d’immenses rochers... Et pour terminer, comme dans un conte de fées, la plongée finale vers Chamalières m’offrira  ce soir l'illumination de son joyau médiéval au coeur de la nuit tombante.

Photos de la sortie


  • Horaire : 5h30
  • Dénivelé : 720 m

Autres sorties

Date Titre Auteur
08-02

Rebelote

5 Geoffroy Rémi

Identification

( ) bivouak.net

Social Media