Mont Gerbizon Rocher de Costaros et Suc
de Bartou depuis Chamalières-sur-Loire

Mont Gerbizon Rocher de Costaros et Suc
de Bartou depuis Chamalières-sur-Loire

  • Altitude départ : 520
  • Altitude sommet : 1064
  • Dénivelé : 920
  • Distance : 17 km
  • Temps de montée : 4h45
  • Temps de descente : 1h30
  • Orientation : Toutes
  • Balisage : Rare pour le Mont Gerbizon (v. ce topo). Marques jaunes (m.j.) sur tout le circuit du Suc de Bartou, parfois doublées sur certains passages d'un balisage rouge/blanc (GR3).
  • Itinéraire :
    • possible avec des enfants
    • en boucle

Itinéraire

Chamalières-sur-Loire n’est pas seulement un village extraordinaire, c’est aussi le point de départ d’une série de randonnées exceptionnelles. Le Mont Gerbizon et le suc de Bartou (ou Barthou) en font partie, et ils peuvent parfaitement se gravir séparément (conseillé avec des enfants !). Pour le Mont Gerbizon, voir le lien ci-dessous. Pour le seul suc de Bartou (petite sortie à la demi-journée), voir l'additif à la fin de ce topo. Je propose ici d’associer les deux pour une superbe randonnée très variée à la journée.


1. Montée du Mont Gerbizon et descente jusqu’à Granoux : Voir le lien ci-dessous (jusqu’à l’arrivée à Granoux):


https://www.bivouak.net/topos/topo-6384-mont-gerbizon-en-boucle-depuis-chamalieres-sur-loire-sport-2.html


2. De Granoux au Rocher de Costaros et au Suc de Bartou :


À Granoux (croix), prendre très brièvement la route à gauche (S) et s’engager presque aussitôt vers la droite sur la petite sente qui descend le long d’une propriété (SW, m.j.). Quand elle rejoint la départementale, suivre celle-ci à gauche, passer le pont puis emprunter à droite le chemin herbeux montant (S, m.j.). Suivre ensuite le balisage jaune en prenant respectivement aux croisements successifs : la route à droite (NW) jusqu’au Mazer, puis celle à gauche (SW) jusqu’à la croix, puis à droite (NW) jusqu’au Chomeil, puis encore à droite (id.). À la fin de la route, poursuivre sur le chemin à droite (N, panneau Suc de Bartou).


À partir de là les choses sérieuses commencent… Il suffit de suivre le sentier, toujours bien balisé, qui se rapproche de plus en plus (N) du superbe rocher de Costaros. Arrivé à proximité du pied du rocher et de ses impressionnantes voies d’escalade, laisser ces dernières à droite et poursuivre à gauche la montée, plus pentue. À la bifurcation suivante qui permet l’accès soit au sommet du rocher de Costaros (à droite), soit à celui du suc de Bartou (à gauche, panneaux), monter à droite jusqu’aux gros blocs sommitaux du Rocher de Costaros. On peut se glisser assez facilement jusqu’au pied du dernier bloc, pointu et effilé (948m, très belle vue plongeante notamment vers l’Est (Gerbizon, Émeral…) et le Nord.


Redescendre jusqu’à la bifurcation précédente et poursuivre en face vers le Suc de Bartou (panneau). Le sentier d’accès, assez sauvage, se raidit considérablement vers la fin. Au sommet du Suc de Bartou (984m), on bénéficie à nouveau d’une superbe vue encore plus panoramique (au Costaros, un peu moins haut, le Bartou bloquait la vue vers le SW).


 3. Descente du Suc de Bartou jusqu’à Chamalières:


Le sentier de descente en face (S-SW) est sensiblement plus soft que celui de la montée. Au croisement 915, prendre la voie de droite (NW, panneau "Aunas") qui plus loin va sortir du bois. À Aunas, prendre la route à droite et lui rester fidèle (N>NW, laisser une route à droite puis en traverser une autre) jusqu’au croisement 789 (lieu-dit Suquerot), où il faudra s’engager sur la piste à droite (NE>N). Au carrefour suivant (Recoule, maison à gauche, ne pas se fier au balisage qui vous envoie à gauche), prendre le chemin de droite (NE).


Il reste à suivre ce chemin qui pénètre en sous-bois puis descend longuement en lacets l’assez raide "Côte de la Bastide". Souvent caillouteux, raviné et encaissé, il est assez pénible, surtout lorsqu’il est recouvert d’un traître tapis de feuilles mortes !


Lorsqu’il atteint enfin les rives de la Loire, juste avant Combres, il ne reste plus alors qu’à suivre brièvement en face la route départementale et à la quitter presque aussitôt (m.j.) pour le chemin qui descend à gauche vers les berges de la Loire. Il va passer à côté du vieux moulin à farine du 15e siècle (devenu mini-centrale hydroélectrique au début du 21e !) et rejoindre le centre de Chamalières en toute sérénité.


Additif : Pour la rando plus courte au Rocher de Costaros et au Suc de Bartou uniquement :


Pour aller directement de Chamalières à Granoux : Du parking, continuer brièvement dans la rue principale (W) jusqu’au départ, à gauche, d’un chemin montant (SW, panneau PR667, m.j. et GR). Poursuivre la montée en suivant le balisage (lacets, bout de route à droite puis chemin à gauche, S). Après Cantaloup (ferme) on arrive au hameau de La Fayolle, qu’on traverse (SE puis SW). Prendre ensuite un chemin à gauche (S, quasi de niveau) qui mène en sous-bois jusqu'au hameau de Granoux.


Pour la suite, voir les § 2 et 3 ci-dessus. Pour l'ensemble de cette rando à la demi-journée (env. 11,5km et 560m de D+), compter 2h20 pour la montée et 1h30 pour la descente.


Précautions

Carte IGN 2835 OT fortement recommandée. Avec des enfants, il parait préférable de ne pas cumuler les deux sommets en une seule journée, mais de les gravir séparément.


Commentaires difficultés

Rando assez longue, comportant par ailleurs deux passages non tracés sur la carte IGN (Mont Gerbizon), ainsi que deux tronçons extrêmement raides (accès au belvédère du Mont Gerbizon et au sommet du Suc de Bartou).
0.0/5 (0 votes)

Topo créé le :

De la N88 à proximité d'Yssingeaux, prendre la sortie 40 (Bas-en-Basset, Beauzac, Retournac) puis la D12 via Beauzac, Retournac, puis Chamalières. Se garer au centre du village, à droite en épis, face à la fontaine.


Situation




Sortie du 16-02

2e retour sur les lieux

Le Chomeil, Suc de Bartou et falaises de Costaros

C’est le 3 février que j’avais découvert le Mont Gerbizon depuis Chamalières, au cours d’une rando plutôt erratique, mais finalement quand même réussie puisque l’objectif principal avait été atteint. Cinq jours après, re-Gerbizon mais cette fois avec Sylviane et au départ de la Fayolle (moins de dénivelé), histoire de partager mon coup de cœur pour cette sympathique montagne et ce superbe coin de Haute-Loire.

Il nous restait à découvrir le Suc de Bartou, tout proche mais que j’avais dû zapper les deux fois précédentes par manque de temps. Ce 16 février donc, nous repartons, mais cette fois-ci de Chamalières. Mon objectif n’est pas de remonter au Gerbizon (2 fois en moins d’une semaine, ça va bien !), mais d’aller découvrir le suc de Bartou et d’en profiter pour refaire ensemble le début de mon parcours du 3, histoire de comprendre exactement mes errements qui m’avaient tant contrarié ce jour-là.

Donc, après avoir fait découvrir à Sylviane les charmes du sentier en balcon au-dessus de Chamalières, je retrouve sans peine l’endroit où j’avais quitté le chemin balisé (qui filait au NE !) pour continuer en face sur celui tracé en tirets sur IGN, que j’avais alors quitté à son tour pour un hypothétique raccourci à droite, non tracé sur la carte.

Mais cette fois-ci, je ne quitte plus la boussole des yeux : c’était donc plein S, voire légèrement SW ! Mon intuition était bonne ! En effet ce sentier, à l’exception d’un double virage en "S" au milieu, continue bien à filer vers le S-SW, ce qui me permet de reporter aisément au fur et à mesure sur ma carte, au crayon, le profil du sentier manquant. Et ce jusqu’au raccord avec le tronçon qui débouche sur la petite route à la cote 757. Alléluia. Fin du premier acte.

Objectif suivant : rejoindre le Suc de Bartou via la Fayolle puis Granoux. Nous choisissons de préférence à la petite route quasi horizontale le chemin balisé qui, quoique parallèle, va stupidement monter fortement pour redescendre ensuite brutalement… Arrivés à la route N-S, nous la prenons alors en montée à gauche (S), avant de la quitter à la cote 836 pour un sentier à droite en direction de Granoux (SW). Seul problème : à mi-pente, un déroutant carrefour à sentiers multiples nécessite un peu d’orientation : il faut choisir la voie en nette descente vers l’W, qui va déboucher de la forêt sur le GR3 peu avant Granoux. Mais vu l’heure, on décide de pique-niquer juste avant la sortie du bois, entre ombre et soleil, sur une bonne souche bien abritée du vent. Petit entracte tout en douceur avant le début du troisième acte.

Une fois à Granoux, rejoindre le pied du suc de Bartou est une agréable balade sur un terrain bien dégagé, de hameau en hameau, alternant portions de route et chemins agricoles. Mais passé le Chomeil, adieu la campagne, bonjour la montagne. Et pour commencer le superbe rocher de Costaros, qu’on admire d’abord en contre-plongée, au niveau du pied des voies d’escalade, avant de monter finalement assez facilement jusqu’à sa pointe sommitale (vue impressionnante, même sans se hisser sur la pointe de la pointe !).

Une fois revenu au petit col, reste le plus dur, c’est-à-dire la sente qui grimpe au sommet du suc de Bartou. Pas difficile, certes, pas bien long non plus, mais sacrément raide et inconfortable. On est content d’arriver en haut : un peu plus haut que le Rocher, ça souffle pas mal, mais la vue y est encore plus vaste. Sacré panorama…

On redescend ensuite par un sentier nettement plus cool, nouvel épisode campagnard, plaisant et sans histoire, avant l’ultime épreuve, aussi épouvante qu’inattendue : les 200 et quelques m. de D- entre Recoule et le fond de la vallée de la Loire, une vraie galère dans un chemin souvent creux, vicieux et chaotique, de quoi se tordre plusieurs fois la cheville ! Et en plus, avec tous ces paquets de feuilles mortes au fond, impossible de savoir sur quoi on met les pieds ! Bref, une fin pénible pour une rando superbe (surtout si on y ajoute l’ascension du Gerbizon). Heureusement qu’il reste encore les bords de Loire pour calmer le jeu et terminer la journée dans la douceur et la sérénité… D’ailleurs on a même pu pénétrer dans l’église, enfin ouverte… mais on n’a pas vu grand’chose vu qu’il faisait déjà presque nuit. Un nouveau retour en perspective ? Mais oui, j’ai déjà un nouveau projet en tête !

Photos de la sortie


  • Horaire : 6h30
  • Dénivelé : 770 m
  • Participants : Sylviane

Identification

( ) bivouak.net

Social Media