Crêt de Barmont et Crêt de la Madone par
la Croix de Pars depuis Yzeron

Crêt de Barmont et Crêt de la Madone par
la Croix de Pars depuis Yzeron

  • Altitude départ : 710
  • Altitude sommet : 890
  • Dénivelé : 275
  • Distance : 11,5 km
  • Temps de montée : 3h30
  • Orientation : Toutes
  • Balisage : Trait jaune, sauf entre la Chapelle Saint-Clair et la Croix de Pars, où l’on trouve le balisage jaune/rouge du GR de Pays.
  • Itinéraire :
    • possible avec des enfants
    • en boucle

Itinéraire

Traverser la digue du plan d'eau et rejoindre la route qui surplombe. Prendre la petite route qui monte jusqu'au village. Au bout du cimetière, tourner à droite puis à gauche ; après un parking, prendre à gauche une rue qui descend jusqu'à la place du village. Là, passer à gauche de l'office du tourisme et descendre jusqu'à la route principale à gauche.


La traverser, tourner à gauche, puis prendre à droite, une ruelle montante raide (Chemin du Vayen) qui devient un sentier et rejoint la D 113, que l'on traverse. On le remonte en direction N, pour prendre au bout de 100m un sentier à gauche, qui monte au Crêt de la Madone (861m).

Continuer le sentier derrière la statue, il rejoint une petite route à Pimongon (croisement, 816m).

Remonter cette route au N-E, on passe sous le hameau de St-Clair. Continuer jusqu'au carrefour de la Chapelle St-Clair, chapelle qui n'existe plus (ruines).

Continuer le chemin au N-E, jusqu'à une bifurcation. Prendre à gauche, un chemin qui va traverser un bois jusqu'au Crêt de Barmont (890m) qui offre une vue dégagée, panorama splendide sur le Pilat, la vallée du Rhône, les Alpes...

Revenir au carrefour de la Chapelle St-Clair et prendre le chemin balisé vers l'O (dir. la Croix de Pars).

On passe au-dessus du hameau du Gilet et on rejoint la petite route qui le dessert. Suivre cette route (toujours O) jusqu'à la Croix de Pars (812m).

Là, traverser la route et prendre le sentier vers le S, qui va rejoindre la D 489 (alt. 818). Traverser la D, pour prendre une petite route vers l'E qui amène au Tiollet (bifurcation, maison).

Prendre alors la petite route de droite (S), qui devient un chemin. On arrive vers une station de pompage. Prendre à gauche, en épingle, un chemin en sous-bois qui ramène vers le plan d'eau.

A voir sur le web
0.0/5 (0 votes)

Topo créé le :

Par l’ouest, depuis Ste-Foy-l’Argentière et Duerne - Par le sud, depuis Saint-Martin-en-Haut - Par l’est, depuis Brignais, Soucieu-en-Jarrest et Thurins - Par le nord-est, depuis Craponne et Vaugneray - Parkings à l’ouest du village, près du plan d’eau du Ronzey.


Situation




Sortie du 21-06

Le joueur de cornemuse de Saint-Clair

Plan d'eau de Ronzey

Aujourd’hui, retour aux crêts et vallons bucoliques des Monts du Lyonnais, mais cette fois-ci pour une première découverte des environs d’Yzeron, plus proche de Lyon donc. La météo est impeccable, qui alterne en permanence franche chaleur au soleil avec fraicheur et petite brise dans les passages en sous-bois.

Une belle découverte en effet : de ce côté-ci les vues plongeantes sur la vallée du Rhône et l’agglomération lyonnaise, et plus lointaines vers le Pilat et les Alpes (mais celles-ci aujourd’hui noyées dans les brumes comme attendu) sont aussi fréquentes qu’extraordinaires, vu la faible altitude des points hauts.

Et une découverte mémorable, car même ici il est rare qu’une journée de marche en montagne ne réserve pas quelques excellentes surprises.

À commencer par le paisible et verdoyant plan d’eau de Ronzey, dont nous commençons par faire le tour. De nombreuses familles sont venues s’y déconfiner avec volupté sous les frondaisons au vu et au su des canards qui sillonnent le lac en tous sens. La traversée en descente du pittoresque bourg d’Yzeron ajoute une touche d’animation villageoise au tableau dominical.

Après la brève mais assez raide montée jusqu’au pied de la monumentale Madone du crêt éponyme, on va se restaurer (oui c’est déjà l’heure… on n’est pas partis bien tôt !) sur un des bancs de pierre posés tout autour du terre-plein sommital. Heureusement qu’il y en a plusieurs, vu que nous ne sommes pas vraiment seuls… Mais force est de constater que la vue sur les Alpes (depuis le socle de la Madone) évoquée dans la sortie d’Alain Bellon n’est plus qu’un souvenir : les arbres ont bien poussé depuis, et ils ont fait leur office ! Mais dès la clairière suivante, la vue panoramique est bien au rendez-vous… et nous la retrouverons à de multiples reprises dans la suite de notre circuit.

Et en particulier au sommet du crêt de Barmont : là c’est magnifique ! A défaut des Alpes aujourd’hui (on s’est promis de revenir en hiver !), on a sous nos yeux toute la chaîne du Pilat et l’immense vallée du Rhône depuis Lyon jusque très loin vers le Sud. Mêmes trois trialistes montés après nous vont s’arrêter là un moment (non sans avoir fait au préalable leurs habituelles cabrioles sous nos yeux consternés) : c’est dire !

C’est dans la descente vers la Croix de Pars que nous allons faire notre plus belle découverte du jour, et elle sera… musicale ! En effet, dès la descente du Barmont, nous entendons très distinctement une mélodie répétée mais variée, et dont la sonorité forte et un peu nasillarde ne laisse guère place au doute : c’est le son d’une cornemuse ! Elle provient sûrement du crêt d’en face, un crêt sans nom (curieusement, vu qu’il culmine quand même à 901m, soit plus haut que nos deux crêts du jour). On écarquille les yeux pour voir l’origine de cette mélopée insolite en ces lieux – en vain. On retourne alors comme prévu aux ruines de la chapelle St-Clair posée là au pied de notre crêt sans nom. Le musicien inconnu, lui, persiste et signe… On s’engage ensuite sur le bon chemin qui part vers le col de la Croix de Pars, lorsque soudain nous apercevons devant nous, en haut d’un grand pré en pente à droite de notre chemin, le musicien à la cornemuse : droit dans ses bottes, face au magnifique paysage de la vallée du Rhône, il joue à perdre haleine à l’adresse d’un auditoire d’une quinzaine de vaches qui broutent paisiblement en contrebas. Nous allons passer derrière lui et prendre plusieurs photos sans qu’il s’en aperçoive, tant il semble plongé dans l’exercice, au demeurant impeccable, de son art. Et peu à peu, au fur et à mesure de notre progression, nous allons l’entendre de plus en plus piano, puis pianissimo, avant de retrouver presque à regret le silence (très relatif au demeurant) de la nature.

Enfin, bel épilogue de notre rando du jour, c’est au carrefour du Thiollet que nous croisons pendant notre dernière halte au bord du chemin un couple de très sympathiques Lyonnais (paroles de Stéphanois, faut le faire !), avec lequel nous allons discuter très longuement et très agréablement. Ils nous apprennent en passant que c’est aujourd’hui la fête de la musique : eh ben voilà donc le pourquoi de la prestation de notre joueur de cornemuse ! Et nous voici en train de parler musique, entre autres, vu qu’il apparait que nous sommes trois à pratiquer un, voire plusieurs instruments en amateurs (et même, un temps, en semi-professionnel pour notre interlocuteur tromboniste). Mais l’heure tourne, et nous nous séparons enfin pour, en ce qui nous concerne, boucler notre boucle du jour. Et là nous aurons comme ultime gratification la vue d’un énorme et imposant hêtre multi-centenaire dans le merveilleux sous-bois qui nous ramène droit à notre lac de départ. Comme quoi, avec un peu de curiosité et d’attention, même une "petite" rando dans de "petites" montagnes peut apporter de belles découvertes et d'agréables surprises.

Photos de la sortie


  • Horaire : 4h30
  • Dénivelé : 275 m
  • Participants : Sylviane

Autres sorties

Date Titre Auteur
16-01-2012

Yzeron, village très fréquenté par les Lyonnais, se trouve au nord...

Alain Bellon

Identification

( ) bivouak.net

Social Media