Traversée de Belledonne

Traversée de Belledonne

  • Altitude départ : 1220
  • Altitude sommet : 2928
  • Dénivelé : 6550
  • Temps de montée : 1 à 6i
  • Orientation : Toutes
  • Itinéraire :
    • en boucle

Itinéraire

Itinéraire ou itinéraires? C’est au pluriel que nous allons écrire ce petit mot, car Belledonne en propose tout simplement une combinaison infinie. Etalez les cartes dans votre salon, plongez-vous dans les ouvrages, et vous découvrirez alors la complexité de ce massif et la multiplicité des traces possibles. ‘Belledonne, écrit Bernard Amy, constitue au milieu des Alpes un miracle, une sorte d’île aux trésors’. Alors à vous de faire jouer votre tête afin que le chemin soit une belle chasse aux trésors.

Nombreuses vont être les questions lorsque vous allez vous engager dans ce périple, et nombreuses également seront les données à prendre à compte. Une belle chute de neige quelques jours avant le jour J par exemple exigera de remettre à plus tard votre projet. Hé oui, s’il y a mille et un trésor, il y a aussi mille et un danger. ‘Belledonne est un vrai paradoxe raconte Mario Colonel. A quelques kilomètres de Grenoble, pas très haut en altitude, ce massif a le redoutable privilège d’être rude, sauvage et même un peu dangereux. Ce n’est qu’un mélange savant de pentes raides, de couloirs à avalanches et de barres rocheuses judicieusement placées’.

Mon dieu mais quel labyrinthe!

Alors… où, quand, comment? Quand la nivologie offrira son petit créneau, et la météo quelques jours de beau, il ne vous restera plus qu’à préparer votre sac et à embarquer pour ce beau voyage. Si le matériel classique de skieur-alpiniste est de rigueur, il vous faudra réfléchir ensuite aux nombres d’étapes, à l’autonomie ou non au cours de cette traversée. Partir pour cinq jours de raid en autonomie totale ne demande pas la même préparation qu’un ‘non-stop Chamrousse-Gleyzin’ en moins de vingt-quatre heures…
En effet, si Volodia Shahshahani a fait une traversée coquine qu’il intitule "Haute route sur autoroute" dans son Toponeige, nombreux sont les randonneurs qui s’embarquent dans ses traces pour trois ou quatre jours, tandis que d’autres prolongeront d’une à deux journées cette chevauchée jusqu’à Saint Hugon ou Saint Rémy de Maurienne.

Bref, quoiqu’il en soit, et vous l’avez donc compris, il existe une multitude d’itinéraires. A vous d’ouvrir les cartes, de choisir votre point de départ, celui d’arrivée, et la chasse aux trésors peut commencer…

Biblio . . .
. AlpiRando, n°141, article de Mario Colonel.
. Montagnes Magazine, février 2000, article de Jean-René Minelli.
. Alpinisme et Randonnée, mars 2004, article de Julien Schmitz.
. Montagnes Magazine, octobre 1998. Article de Bernard Amy.
. Toponeige Belledonne, Volodia Shahshahani , ‘Haute route sur autoroute’, pp 286/287.
. Ski de randonnée, Cabeau et Galley, page 208.
. Traversée non stop de Pierre Gignoux, Olivier Meynet, Samuel Equy le 12 avril 2015. À lire sur le site de s296355242.onlinehome.fr/News/un-8000-a-deux-pas-de-la-capitale-des-alpes/.
0.0/5 (0 votes)

Topo créé le :

Selon votre point de départ... Chamrousse ou Allemond?


Situation




Sortie du 04-05-2005

J1. Allemond – Cabane du Chazeau // D+ 490m
J2. Cabane du Chazeau – cols de Belledonne, de Freydane, refuge Jean Collet // D+1250m (980 + 110 + 150) et D- 1070m (240 + 850).
J3. refuge Jean Collet – col de la mine de fer – Breche de Roche Fendue – Pas de la Coche – col de la Vache – les Sept Laux - col du Mouchillon – Refuge de la combe Madame // D+ 1810m et D- 1980m.
J4. Refuge de la combe Madame – col d’Arguille – col de la Valloire – col de Comberousse – refuge de l’Oule // D+ 1550m (950 + 600) et D- 1500m (600 + 900).
J5. refuge de l’oule – col de Morétan – cabane du Merlet // D+ 690 m et D- 580m.
J6. cabane du Merlet – col 2368m – col du Crozet – Saint Hugon // D+ 760m (460 + 300) et D– 2000m (200 + 1800)


Vendredi 29 avril, Allemond / Cabane du Chazeau.
. Parking à 1220m. Quittons la fournaise Grenobloise avec nos deux gros sacs chargés pour cinq jours d’autonomie. Montée en forêt, à la fraîche, skis sur le sac, quelques plaques de neige en arrivant au Chazeau. Rencontre surprise de Joël, Elizabeth que je n’avais vus depuis quelques années et leurs enfants qui dorment déjà comme des marmottes dans la mezzanine.

Samedi 30 avril, Chazeau / Refuge Jean Collet.
. Horaires : 6h15 / 14h00.
. Chazeau > Col de Belledonne. Aucun regel, et partir plus tôt n’aurait très certainement pas changé grand chose sur la qualité de la neige. Les premiers randonneurs, partis de Freydières et La Pra arrivent à la Croix. On voit la procession des skieurs le long des lacs du Domènon.
On poursuit sur le col de Freydane, puis descente fort sympa sur le glacier de Freydane, dominé du majestueux Grand Pic de Belledonne. C’est bô…
Au Lac Blanc, décision est finalement prise d’abandonner la montée sur le Rocher de l’Homme, car la chaleur est vraiment forte. On rejoint le refuge Jean Collet par une traversée dans le cirque du Boulon (avons suivi grosso modo le Gr).
Rencontré Jean au refuge qui arrive de La Betta, et avec qui nous partagerons la soirée, une bonne bière, quelques carreaux de chocolat et quelques Pim’s.

Dimanche 1 mai, Jean Collet / Refuge de la Combe Madame.
. Horaires : 5h30 / 20h00. Grosse journée, chaude, avec pause réparatrice aux Lacs des Sept laux.
. 5h30, on quitte Jean Collet à la lueur des frontales pour monter tranquille au col de la Mine de Fer et la Brêche de Roche Fendue. Excellent regel qui nécessite de mettre les couteaux et je m’aperçois avec horreur que je suis partis avec mes vieux silvretta 404… J’ai beau les tourner et les retourner, il est clair qu’ils me seront inutiles avec mes LowTech. Grrr! Sylvie m’en prête donc un et c’est en style dahu que nous rejoignons la Brêche de Roche Fendue où nous nous ferons un thé bien chaud. S’agit de prendre des forces pour rejoindre là-bas tout là-bas le col de la Vache. La descente côté Riviers s’effectue dans une neige pourrie et la remontée pour le col de la Vache tout autant, faut tracer… Et quelle fournaise! 13h30, on se laisse enfin glisser sur les Sept Laux où nous croisons un renard et sa moitié de belette. Pause casse-croûte, et fonte de la neige pour remplir les gourdes. Sieste au bord des lacs figés. On rephoque en fin d’après-midi pour le Col du Mouchillon. Qu’il est plaisant de marcher à la fraiche. Nous arrivons au col à 19h00. Que de chemin parcouru lorsque nous nous retournons. Le Grand Pic est en effet bien loin ce soir. Mais, les falaises des rochers Badon tout au long de la descente sont là pour nous rappeler que nous sommes bien peu de chose. Ambiance écrasante! Croisons 5 skieurs au refuge.

Lundi 2 mai, Combe Madame / Refuge de l’Oule.
. Horaires : 7h00 / 14h00
. Quel plaisir d’attaquer la matinée par les 900m de la combe de la Plagne Vaumard. Pas de longue traversée ici, ça monte direct pour le Col d’Arguille. On se laisse ensuite glisser sur le lac Blanc dans une neige pourrie-croûtée pas terrible. Puis Sylvie trace jusqu’au col de la Valloire, dans la chaleur, encore! Descente à 13h00, les virages s’enchainent faciles dans la neige pourrie…
A 2200m, sous le Morétan, changement de programme. Nous décidons de descendre à l’Oule. Nous avions au préalable pensé rejoindre le Merlet, mais la journée est déjà bel et bien entamée. Ce sera pour demain. Puis on fatique un peu quand même!
Le poêle de l’Oule permettra de sécher toutes nos petites affaires et faire un gros reposage après ces trois premières journées de traversée. Bien penser à cet aspect dans vos périples : récupérer…

Mardi 3 Mai, Oule / Merlet.
. Horaires : 8h40 / 12h40
. Au col de Morétan, une p’tite pluie-mouille nous fait vite descendre vers le Merlet. Les pentes sont bien chaudes sous le Grand Morétan, dans le goulet, nous faisons partir une petite plaque, on regarde la pente ‘dégouliner’… ça nous permet de passer tranquillement ensuite.
Arrivée à la cabane du Merlet en début d’après midi, nous abandonnons l’idée de poursuivre sur les Férices : chaleurs et météo plus qu’incertaine invitent à un après-midi repos. La fin d’après midi est bercée d’éclairs, de grêle, et de trombes d’eau. La nuit venue, c’est un peu comme un feu d’artifice sur le Grand Morétan et tout le cirque de l’Aup du Pont. C’est super beau, on a bien fait de rester sur place!

Mercredi 4 mai, Merlet / Chartreuse de Saint Hugon.
. Horaires : 8h15 / 15h00
. De la ravissante cabane du Merlet, nous remontons E et puis N en direction du point coté 2368m sur la carte. Ce collet va nous permettre de rejoindre le col du Crozet sans perdre trop d’altitude. Ambiance originale car toutes les montagnes aux alentours voient leurs sommets dans les nuages mis à part ce collet baigné de ciel bleu! Après un petit quart d’heure de cartographie, nous remontons donc le vallon, le bon, qui mène au col du Crozet, notre dernier col que nous passons tous deux ensemble! Alala, après cinq jours de skis nous découvrons sous nos yeux notre dernier vallon, notre dernière descente. Et hop hop, nous partons à l’attaque de ces dernières belles pentes aux dessus des Férices, féériques…

A 1500m, nous mettons nos planches sur les sacs et arrivons à la baraque de Cohardin en début d'après-midi. C’en est terminé… Snif! Y’a plus qu’à suivre les sept kilomètres de piste avant la première habitation où nous trouverons thé et gâteaux. Nos hôtes nous descendrons même jusqu’à Allevard! L’arrivée dans la civilisation commence plutôt bien… icon_wink.gif

* * *

Aspects pratiques…
. Départ d’Allemond ou de Chamrousse? On connaît tous Chamrousse et son côté mécanisé… alors Allemond et ses bouquetins, sa charmante cabane du Chazeau, offrait dés le départ un autre souffle à cette traversée. Un peu plus sauvage comme entrée.
. 6550m de dénivelé montés et 7130 m descendus, treize cols traversés.
. Pour alléger les sacs et compte tenu de la canicule dans laquelle nous étions partis, nous avions fait l’impasse sur les crampons, un brin de corde, un piolet… et les couteaux que nous avons partagés! (cf sortie du dimanche). Nous aurions pû nous alléger d’une paire de peaux.
. Pour notre confort perso aux refuges, nous avions emporté nos sacs de couchage, mais pas de matelas (seul le refuge de la combe madame n’en a pas).
. Pas de bois dans les refuges (sauf à l'Oule), prévoir des vêtements chauds.
. Cinq jours de nourriture. Le complément de riz apporté par des randonneurs à la Combe Madame et un sac de nouilles dans le frigo du Merlet tombaient rudement bien pour reconstituer nos petites réserves. Pour l’aspect convivialité, quelques carreaux de chocolat et des bières pourraient agrémenter le quotidien au refuge. Faut juste trouver de la place et quelqu’un pour porter…
. 5 bouteilles de gaz (230g), ça tombait pile mais si nous avions dû faire fondre de la neige pour chacun de nos repas, ça ne l’aurait pas fait…
. prévoir un appareil photo jetable au cas où votre numérique vous jouerait des tours… ainsi qu’un jeu de piles neuves…


  • Horaire : 29 avril / 4 mai
  • Dénivelé : 6550 m
  • Altitude chaussage : 1220 m
  • Altitude déchaussage : 1500 m
  • Risque avalanche : 2/5
  • Participants :
    sylv'

Autres sorties

Date Titre Auteur
20-12-2015

De cols en Lacs

2 Loïc GAUDRY
31-03-2012

Je reprends le même topo de la traversée pour notre "petite" travers...

1 herve
30-03-2012

Il y a 6 mois je faisais la traversée de Belledonne à pieds ( http:/...

9 Loïc GAUDRY
22-03-1997

Jour 1 : Croix de Chamrousse - Freydanne Rude première journée malg...

Luc

Identification

( ) bivouak.net

Social Media