Le Testavoyre en boucle depuis Monedeyres


Le Testavoyre en boucle depuis Monedeyres

  • Altitude départ : 1050
  • Altitude sommet : 1436
  • Dénivelé : 400
  • Distance : 11 km
  • Temps de montée : 1h30
  • Temps de descente : 2h10
  • Orientation : Ouest
  • Balisage : A la montée, marques jaunes (m.j.) + vers la fin marques blanc-rouge (m.b.r.) du GR 40. Id au début de la descente, puis plus rien jusqu'au croisement 1180 où on quitte la piste de la Pierre des Vents pour le sentier (m.j.) qui mène au Villaret.
  • Itinéraire :
    • possible avec des enfants
    • en boucle

Itinéraire

Une façon attrayante d’effectuer l’ascension du sommet du Meygal en une demi-journée, tout en prenant le temps d’admirer au passage les sous-bois, les sucs (Mont Chabrier, Peyre de Bard, Mont Rouge...) et les villages typiques environnants (Monedeyres, le Villaret).


MONTÉE : Tourner le dos à l’église (jamais consacrée !) de Monedeyres, monter face au Mont Chabrier (plein E donc), virer ensuite à gauche, puis à droite (m.j + panneau "Mont Chabrier").


À gauche encore, suivre le panneau "Tour du Meygal", puis à droite (m.j., 1er captage visible). Il ne reste plus alors qu’à suivre les m.j. et la direction générale NE. On contourne ainsi le Mont Chabrier par la gauche (plusieurs autres captages). Attention, vers 1165m, après un petit captage, quitter le chemin principal pour prendre le  beau sentier sur la droite (m.j., cairns). Il va frôler ou traverser quelques coulées de pierres caractéristiques (appelés ici "chiers" ou "chièrs").


Lorsqu’il atteint une première route forestière goudronnée, la suivre à gauche (N, panneau "Tour du Meygal") sur un peu plus de 100m et à la bifurcation, prendre celle de droite (SE, vieux panneau bois "Testavoyre"). Après 250m env., la quitter pour s’engager à droite (S) sur le GR 40, ici rectiligne. Négliger un croisement vers 1305m, continuer en face sur le GR.


 Mais au croisement 1318 repérer, sur une piste à droite, la poursuite du GR et des m.j. (SW). Suivre cette voie toujours doublement balisée. Elle va opérer vers 1360m un virage à gauche, où la montée se fait plus raide. Le final sous le sommet nécessite de se frayer un passage parmi quelques gros blocs.


Un premier petit sommet (belles vues sur le Pic du Lizieux à l’E et le Mézenc au S) mène après une courte redescente au vrai sommet, avec sa vue impressionnante à 360° (hélas entrecoupée ici ou là par quelques pins ou sapins envahissants) sur les innombrables sucs du Meygal et du Mézenc, jusqu’au Pilat, aux Monts du Forez et par temps favorable la chaîne du Mont Blanc (n.b. : on peut aussi s’amuser à se faufiler dans les gros blocs sous le sommet, en particulier côtés S et W…).


DESCENTE : Pour en trouver le départ, revenir un peu en arrière dans la cuvette entre les deux sommets : le sentier (m.r.b. + j.) file d’abord SE puis E, avant de s’orienter au S. Lorsqu’il débouche sur la route forestière est (bancs, tables cabane…), abandonner le GR (et le balisage) pour suivre cette route très brièvement à droite (S) jusqu’au bout du (second) parking. Là, prendre à droite le chemin de traverse (le plus à gauche des deux) qui s’enfonce en sous-bois (W, panneau "parcours littéraire" ( ?)). On va rejoindre ainsi après 700m env. la route forestière ouest ("Clairière des copains", bancs, tables, cabane…).


Suivre alors à gauche (S) cette route forestière quasi horizontale. Après 1250m. env., prendre à droite une large piste de terre : c’est le chemin forestier "de la Pierre des Vents" (pas de balisage).  Bien plus agréable et varié que la route précédente, il file d’abord NW, puis légèrement SW, et enfin franchement SW. Un peu après cette dernière orientation, repérer à droite du chemin, en épingle, un bon sentier à nouveau balisé (m.j., N). Suivre facilement ce sentier jusqu’à sa sortie du bois. Il accède alors à une route (NE) à l’entrée du beau hameau du Villaret. Suivre les m.j., d’abord dans la traversée du hameau par la rue à droite, puis lorsque le sentier qui suit pénètre une dernière fois à droite en sous-bois, franchit un ruisselet et oblique à gauche (NW) pour rejoindre Monedeyres et son église, point de départ de la rando.


VARIANTE DE DESCENTE : Si vous avez un peu plus de temps, il est aussi possible de récupérer, à la descente, le circuit dit du "Tour du Meygal" (m.j.).


Pour cela il suffit, une fois arrivé au double parking de la route forestière Est, de rester provisoirement fidèle au GR40 (au lieu de le quitter ici comme préconisé dans le topo). Le suivre donc de l’autre côté de la route, vers le SE, puis le S, puis l’W. Au carrefour 1322, le suivre encore à gauche (S), puis après 300m env. (clairière), le quitter pour prendre le sentier qui entre en sous-bois à droite (W).


Ce sentier va ensuite traverser la route forestière ouest (cote 1269) et virer S/SW. Il faut ensuite garder cette direction jusqu’au hameau des Vignes Hautes, qu’on traverse (SW>W). A la dernière maison, obliquer à gauche (SW). Aller à droite au croisement suivant (1214) puis rester sur ce chemin qui va contourner le Mounier en obliquant progressivement vers le N. A l’altitude 1180, il va croiser notre chemin forestier de la Pierre des Vents : on retrouve donc ici notre itinéraire du topo ci-dessus, qu’il reste à suivre jusqu’à Monedeyres.


Pour cette variante de descente, compter un peu plus de 8 km et env. 2h30.

A voir sur le web

Commentaires difficultés

aucune
0.0/5 (0 votes)

Topo créé le :

A Yssingeaux, quitter le N88 par la D151 dir. Queyrières, puis Monedeyres. Se garer sur la place devant l'église.


Situation




Sortie du 30-09

Gaffe aux "raccourcis" d'IGN

Eglise de Monedeyres dans le rétro

Ce matin-là je suis parti pour une mini-rando toute simple, histoire de faire découvrir à Sylviane le facile sommet du Meygal par un itinéraire un peu attrayant de découverte du patrimoine et des paysages locaux (je l’avais déjà gravi en novembre 2015, mais au départ de Queyrières et associé au plus coriace Mounier).

Au début, une fois trouvée l’ "église" de Monedeyres et la façon (un peu tortueuse) de rejoindre l’itinéraire balisé au pied du Mont Chabrier, tout baigne. Il fait beau et frais, à la bonne heure !  Il n’est pas tôt (11h30) mais la boucle n’est pas bien longue, on a tout notre temps.

Et en effet, la montée, bien balisée et cairnée, se passe au mieux. Le petit sentier qui se faufile dans les "chiers" par exemple est vraiment sympa, tout comme l‘accès au sommet, dont je me souviens parfaitement. Arrivée au "petit" sommet préalable, Sylviane s’assied face au Pic du Lizieux et c’est parti pour casser la croûte. C’est pendant ce festin que nous croiserons nos premiers humains depuis Monedeyres, deux jeunes qui connaissent visiblement très bien les lieux et vont disparaître rapidement côté ouest en bondissant hors de toute trace de rocher en rocher… ahlala !

Au passage je trouve bien dommage que ce si beau sommet soit si peu mis en valeur – il suffirait de ratiboiser quelques arbres pour libérer un panorama presque digne de celui de son bien plus prestigieux voisin le Mézenc…

Ensuite, après avoir longuement profité du vrai sommet, nous commençons la descente seulement un peu avant 15h30 (sieste oblige !). Tout va bien là encore, jusqu’à ce que me mette en tête, une fois parvenus à la clairière des Copains, de rentrer sur Monedeyres par le tracé le plus direct sur IGN : un sentier (en traits discontinus il est vrai…) qui descend NW en passant par "les Gouttes" et rejoint au S du Mont Chabrier un chemin qui mène en quelques encablures à Monedeyres via une ancienne carrière. Sauf que…

Au début le chemin descendant est impeccable (un gros rocher posé en travers à son départ m’avait pourtant un peu troublé…). Mais il va très progressivement se dégrader : de plus en plus envahi pas les herbes, puis les ronces, puis les branches et les troncs entassés… Lorsque la pente s’accentue encore, ça se gâte vraiment, jusqu’à la disparition totale de toute trace. Je laisse alors Sylviane sur place et tente de continuer seul, mais je vais vite me trouver face à une jungle inextricable, sans échappatoire d’aucun côté. Je rejoins alors Sylviane (à la voix…) et on décide de faire demi-tour. De toute façon me dis-je, impossible de mettre ça sur bivouak...

 On va donc remonter, péniblement d’abord, les quelque 140m de dénivelé qui nous ramènent à la route forestière. Pas de souci, vu que j’avais prévu un plan B, plus long certes, mais a priori infaillible. Il va certes falloir se taper un peu de route forestière pour commencer, mais après ça devrait être tout bénéfice… Et en effet, quelle bonne idée ! Après la route, le chemin dit "de la Pierre des Vents", face au soleil déclinant, est un petit régal, de même que le sentier qui mène au Villaret puis à Monedeyres, où nous arrivons bien avant la tombée de la nuit. Pas comme il y a 5 ans, où la nuit noire m’avait rattrapé avant le Villaret, et où il me restait encore à rallier Queyrières !

 

Photos de la sortie


  • Horaire : 5h30
  • Dénivelé : 540 m
  • Participants : Sylviane

Identification

( ) bivouak.net

Social Media