Rochers de l'Ours par la combe Chaulange


Rochers de l'Ours par la combe Chaulange

  • Altitude départ : 1180
  • Altitude sommet : 2038
  • Dénivelé : 860
  • Distance : 6,6 km
  • Temps de montée : 2h30
  • Temps de descente : 1h15
  • Orientation : Nord-Ouest
  • Balisage : jaune/vert de la Conversaria jusqu'au sentier Gobert. Un cairn à ce carrefour puis encore un ou 2 cairns, trace assez bien marquée jusqu'au fond de la Combe Chaulange et puis plus rien.

Itinéraire

Entre la ferme des Espinasses et la Conversaria, prendre le chemin balisé du Col de L'Arc (pancarte). Au milieu de la prairie, prendre à droite le chemin indiquant "Combe Chaulange". En suivant le balisage jaune/vert, on arrive dans cette combe, jusqu'au sentier Gobert.
Trouver une petite sente signalée par un cairn au bord du sentier Gobert, juste dans l'axe de la combe. La remonter jusque presqu'au fond (replat avant le cirque de falaises).
Là il faut quitter la sente (qui se dirige ensuite vers le plateau du Cornafion) avant les pierriers ( altitude env 1720m), pour gagner la rive droite de la combe Chaulange. Monter au mieux (hors sentier) la raide pente herbeuse parsemée de ressauts rocheux.
On arrive sur un replat (1850m) d'où on voit bien la large pente raide qui donne accès à la crête des Rochers de l'Ours. On peut passer à peu près n'importe où dans cette pente, sachant que si on vise directement le point de la crête le plus au sud, on passera à la fin juste au bord des falaises qui forment le cirque de la Combe Chaulange (exposé si glissant ou encore enneigé). La crête est assez large, avec plusieurs sommets à peine individualisés. Jolie vue sur le Cornafion et le balcon Est du Vercors.

Précautions

Pentes raides d'herbe et de petits lapiaz, qui peuvent être glissantes (cf la description).


Commentaires difficultés

Pente un peu raide pour sortir de la Combe Chaulange(35°) Fin de la pente sommitale raide aussi (35°) et exposée au-dessus des falaises qui dominent la Combe Chaulange.

Commentaires

montagne-a-vaches
23-05-2006 08:14:43

Je dirais même que cette variante est la voie "normale" à ski...

7-laux
22-05-2006 23:28:10

il existe une variante qui au lieu de prendre la combe Chaulange emprunte la croupe herbeuse juste au dessus (donc au Nord de celle-ci). L'interet de celle-ci est notamment à la descente d'avoir un terrain plus souple. Au lieu de prendre le chemin de la combe, prendre le sentier Gaubert pour franchir la barre rocheuse. Avant de penetrer dans le bois, prendre a droite une sente peu visible qui longe le bois. Passé le bois, la trace est tres nette. Elle rejoint l'itinéraire décrit au replat (1850m)


0.0/5 (0 votes)

Topo créé le :

Villard de Lans , La Conversaria


Situation




Sortie du 30-09

Bouquetins sur le plateau du Cornafion

Deuxième tentative cette année, et ce ne sera pas encore la bonne !

Départ de Villard-de-Lans sous une grisaille tenace. Je doute sur le grand beau temps annoncé mais je reprends rapidement espoir au Pont de l’Amour, sous les premiers rayons d’un soleil qui ne me quittera plus de la journée. Un peu plus haut, j’entends puis j’aperçois la silhouette fugitive de deux biches à moins que ce ne fussent des chevreuils. Dans une folle cavalcade, ils ont dévalé la pente forestière. Ils ont raison d’être aussi alertes. Il ne fait pas bon être biche ou chevreuil par les temps qui courent, avec tout ces hommes à casquette orange fluo aux mauvaises intentions, lâchés dans la nature. Pour le moment, je n’ai cependant pas encore entendu de coups de feu.

Arrivé à la cabane de Roybon, le panorama s’ouvre sur les falaises qui vont du Cornafion jusqu’à la Grande Moucherolle. Tout est blanc au dessus de 1700-1800m, avec des névés à partir de 1500m. Je ne vois pas la combe Chaulange ni les Rochers de l’Ours d’ici mais je me doute que ça ne devrait pas être très différent. J’hésite à me contenter du col Vert mais un très grand groupe appartenant à un club de marche y va aussi et j’ai envie d’un minimum de tranquillité !

Direction le sentier Gobert, long sentier qui relie Roybon au col de l’Arc quasiment en courbe de niveau, à travers la belle forêt qui surplombe la plateau. Les vues sont jolies, le sentier agréable, on peut presque marcher le nez au vent tant la marche est facile sous ce doux soleil. C’est donc d’humeur bien ravigotée que je débouche sous la combe Chaulange. Au creux du thalweg, sur le sentier, un groupe de trois chasseurs devise gaiement. En m’approchant, je m’aperçois qu’ils ont tué un chamois. Le corps de l’animal sans vie est posé sur le sol, ses yeux sont grand ouverts. Ses cornes ne sont pas bien grandes, il doit avoir tout au plus trois ans. Machinalement, je dis bonjour aux chasseurs, et je me sens un peu hypocrite.

Un peu refroidi, je m’engage sur le rude sentier un peu glissant qui monte presque tout droit dans la raide pente qui borde les petits abrupts qui surplombent la rive droite de la combe. L’ambiance est superbe, avec les falaises massives qui partent des Rochers de l’Ours vers le Cornafion, la combe sauvage et les pentes raides et fuyantes vers le sommet, de plus en plus blanches au fur et à mesure que je m’élève. Au pied du Cornafion, sur le plateau, une grande harde de bouquetins mâles se repose.

J’arrive au pied des premiers abrupts qui défendent les cent derniers mètres et je commence un peu à me poser des questions. Le neige est bien présente mais surtout, elle a une consistance un peu douteuse, croustillante sur le dessus, granuleuse en dessous, reposant sur une herbe encore vigoureuse et couchée. Dès que c’est un peu raide, ça se détache par gros morceaux, glissant sur l’herbe comme une luge. Bof bof. Je commence à grimper et passer de vire en vire en essayant d’éviter les névés sur les pentes d’herbe trop raides et de rester dans les rochers. Mais le rocher est délité et presque chaque pas demande de l’attention. Je commence à me sentir un peu bête tout seul dans cette pente exposée et le pain de neige décroché par mon pied, prenant de la vitesse sur l’herbe couchée et s’écrasant plus bas sur une vire en un gros splotch agit comme un signal d’alarme.

Je dois être cinquante mètres sous le sommet et je me dis qu’il serait plus raisonnable d’en rester là pour aujourd’hui. Je me trouve un beau rocher et bien calé sur une vire, je sors mes victuailles. Je m’aperçois qu’il y a quelques étagnes et leurs petits un peu plus haut sur la droite, la où la pente est la plus abrupte. Parfait pour agrémenter la pause déjeuner ! Dans la combe, un groupe de quatre corbeaux fait des va et vients, communiquant à grands renforts de « rôôôk rôôôk rôôôk » et autres innombrables phrases dont sont capables ces oiseaux intelligents et bavards. Sur le plateau du Cornafion, un groupe de parapentistes a fait fuir la grande harde de bouquetins mâles.

Je redescends très concentré, sur les fesses quand nécessaire et regagne les pentes herbeuses où l’exposition disparaît. Par un hasard miraculeux, aucune glissade ne sera à déplorer sur la sente pentue et boueuse qui descend jusqu’au paisible sentier Gobert.

Plus de photos ici

Photos de la sortie


  • Horaire : 3h
  • Dénivelé : 860 m

Autres sorties

Date Titre Auteur
08-07-2013

En villégiature dans le coin, j'en profite pour retenter cet itinéra...

6 JeunouKiKrak
28-05-2010

Parti pour faire quelques portraits de chamois dans la combe Chaulange...

orgere
21-05-2006

Encore assez sauvage : seulement 3 personnes cet après midi dans la p...

nicovm

Identification

( ) bivouak.net

Social Media