La Cuche en circuit depuis la Bournay

La Cuche en circuit depuis la Bournay

  • Altitude départ : 190
  • Altitude sommet : 945
  • Dénivelé : 900
  • Distance : ** km
  • Temps de montée : 5H30
  • Orientation : Toutes
  • Balisage : Jaune
  • Itinéraire :
    • possible avec des enfants
    • en boucle

Itinéraire

Du parking, continuer 300 m sur la route jusqu'au panneau indicateur muni d'un descriptif. Ce sentier bien balisé de jaune, bien entretenu et bien tracé, remonte le versant Est en de nombreux et larges lacets pour atteindre les prairies sous la Cuche. Continuer sur un chemin forestier, qui traverse de belles prairies, et fini par dominer le hameau d'Ezy. En contre bas, la vallée de l'Isère, et en fond le Taillefer est remarquable. On va suivre le balisage, et rejoindre ainsi plusieurs croisements avec poteaux directionnels. Notre sentier traverse une sapinière, une clairière lui fait suite d'ailleurs. On va descendre la rive droite d'une combe, et s'en écarté ensuite. Le sentier est raide et un peu glissant, prenez garde. Il rejoint maintenant le ruisseau la Voroize qu'il suit sur sa rive droite en le dominant. Il s'en rapproche, et après plusieurs montées et descentes succéssives, il s'engouffre dans une gorge. Il cottois quelques cascades en contre bas, attention le sentier est muni de barrières, nous longeons des ravins. Ainsi, on gagne le haut du village de Veurey-Voroize. Il se faufile dans les ruelles pour atteindre logiquement un chemin forestier. Il n'y a plus qu'à le suivre, il vous ramène au parking du site d'escalade.

Précautions

Bien suivre le balisage pour la desente, il n'est pas toujours évident.


Commentaires difficultés

Aucune difficulté bien suivre le balisage
0.0/5 (0 votes)

Topo créé le :

Entrer dans le village de Veurey-Voroize, tournez à gauche juste avant le rond point en pierres, et de suite à gauche. Traversez un lotissement de maisons situé sur votre droite, un étang sur votre gauche. 200 mêtres après se garer sur un grand parking(au pied de l'ancien mur d'escalade).


Situation




Sortie du 21-02

Cette fois, ce sera sans la neige.

.

Et oui.

Après cette période de bon froid, et de neige jusqu’en plaine, le redoux a fait remonter la limite de cette neige au-dessus du sommet de la Cuche. C’est ainsi avec plaisir que je découvre le haut du sentier, ses cailloux, ses branches basses - relevées aujourd’hui, faute que le poids des flocons ne les fassent plier jusque dans mon cou… -   bref tout ce décors champêtre qui avait été caché en janvier.

 

Cette manie de déblayer le chemin de ses petits obstacles continue à œuvrer. Et, tout en montant, ce sont nombre de génuflexions que je fais, pour enlever ici une petite pierre, là un bout de bois en travers, et rendre ainsi au parcours la fluidité de monter, cette fluidité qui évite les enjambées variables donc pénibles, et les à-coups du cœur.

 

Mon « ami » le VTTiste continue la sienne, d’œuvre ! Il est un véritable habitué des lieux. Et sa trace est bien présente du haut jusqu’en bas (il descend, lui). Cette trace a changé par rapport aux précédentes observations. Dans les lignes droites du chemin, celles où la vitesse est maximale, les feuilles ont volé sur les côtés, dû au vent de la course et il ne reste de son passage qu’une simple trace rectiligne. Dans les épingles à cheveux, par contre, les embardées de roue arrière ont creusé un sillon déjà profond - déjà  profond, et ce n’est encore que la fin de l’hiver. Et puis, s’il s’agit d’un endroit caillouteux, comme un petit éboulis, alors les pierres ont bondi de toutes parts, et certaines ont encore une trace noire de la gomme du pneu…

Tout cela fait que je ne suis pas seul, au long de cette montée, et j’en suis heureux.

 

Au départ, à sept heures du matin, je croise un groupe de chasseurs. J’avais la crainte qu’ils n’aillent dans le secteur du sentier de la Cuche, mais fort heureusement ce n’est pas le cas.

Ils vont, me disent-ils, de l’autre côté, vers Ezy…

Sauf que, répondis-je, après le sommet, je redescends aussi de l’autre côté. Et…. ???  

Non, non, pas de problème, est leur affirmation tranquille.

Rassuré, je les quitte, et entame la montée sereinement.

 

En redescendant, après la ferme de Combe Clause, il faut quitter la route forestière et - vers la droite - entamer la piste forestière qui mène à Foraize. Dans cette hêtraie-sapinière, l’ambiance est très intime. Voire, lorsque les frondaisons touffues masquent la clarté du jour, cette ambiance devient un peu lugubre. Je ne suis qu’à moitié tranquille. C’est ici exactement que le froid avait été le plus intense, en janvier, et m’avait obligé à enfiler toutes les épaisseurs de vêtement. Pour le moment, des oiseaux de toutes sortes sifflent, chantent, roucoulent, piaillent, et l’attention se porte vers ces bruits réconfortants.

Quelle n’est pas ma surprise en distinguant, cent mètres devant, deux taches orangées : ce sont des chasseurs. Et ce sont les mêmes que ceux du matin. Ainsi, cette notion de « l’autre côté » de la montagne est bien la même, pour eux comme pour moi.

Nous prenons le temps de la discussion, car c’est toujours un bon moment, un moment instructif entre gens de la montagne. Eux chassent le chamois, aujourd’hui. Mais la journée est mal partie, semble t-il. La discussion roule d’une espèce de bête à l’autre, pour en arriver à celle du loup.

     - Il y a deux loups, ici, dans CE secteur, me dit alors mon interlocuteur… !

     - Deux ? Ah bon ! Et on les chasse, ces loups ?

     - Non, c’est interdit. Sauf autorisation particulière.

     - Et comment savez-vous qu’il y en a, ici ?

     - Ah ! On voyait leurs traces, en janvier. Ici, sur cette piste. On les reconnait parce qu’ils marchent bien droit.

     - Et cela ressemble à des traces de chien, en plus gros ?

     - Oui, c’est ça.

Mon sang se glace.

Effectivement, en janvier, la deuxième fois, j’avais bien remarqué ces grosses traces de chien. Ce jour-là, j’avais pensé à un chien de grande taille, genre Patou, ou berger des Pyrénées. Et bien non ! C’était un loup…

La peur rétrospective me prend.

J’imagine la scène : seul, en fin d’après-midi presque la nuit, dans une forêt assez épaisse, avec une dizaine de centimètres de neige fraiche recouvrant une sous-couche, je descendais. Et là, tout d’un coup, en face de moi et à quelques dizaines de mètres seulement, un gros loup qui remonte la piste en sens inverse. Il me regarde. Tout deux, nous nous sommes arrêtés. Les yeux dans les yeux. A se demander lequel va bouger le premier, et dans quelle direction ??? Pour me défendre, je n’ai que mon bâton de ski. Lui, il a sa mâchoire…

Je tremble.

 

Revenant au présent, et cherchant à me rassurer, je questionne :

     - Et le loup, quand il nous rencontre, que fait-il ?

     - Oh, il s’en va, me dit le chasseur, ramenant contre lui sa superbe carabine, équipée d’une lunette de visée…

Lui peut être tranquille, avec son équipement.

Moi, en tout cas : non !

 

Nous terminons la discussion, et je repars vers la Voroize.

N’empêche, je n’en mène pas large. Aucun argument que j’essaye ne parvient à me rassurer, et tout du long, je vérifie les à-côtés du chemin, je fouille la forêt au travers des troncs d’arbres, guettant un mouvement suspect ou dangereux. Triste fin de balade…

 

Arriverai-je à faire une cinquième fois ce tour de la Cuche ???

 


  • Horaire : 3h 50
  • Dénivelé : 780 m

Autres sorties

Date Titre Auteur
05-02

Les belles éclaircies et le ciel voilé prévus...

3 grospapa
03-02

De l’eau à tire-larigot

Michel Pila
19-01

Serait-ce le début d’une habitude ??

François LANNES
13-01

Finalement, j'y prends goût....

François LANNES
06-01

Je cherchais un entrainement au D+

François LANNES
06-11-2020

 

Belle journée pour la promenade du jour, dans...

Michel Pila
02-05-2020

Humide mais sans pluie 

...

Michel Pila
10-03-2018

La musique de la montagne

9 Michel Pila
27-02-2016

Rencontre

Michel Pila
04-04-2015

La pluie du matin n'arrête pas le pèlerin

2 Michel Pila
21-09-2014

Eceptionnel, magnifique, splendide, somptueux, un itinéraire IN-CON-T...

montagne-a-vaches
14-06-2014

C'est tout à fait impromptu que je vais à la Cuche, en effet en mont...

5 Michel Pila
22-12-2013

Décidément en cette fin d'année je suis plutôt long à la détente...

Michel Pila
23-03-2013

Ce qu'il y a de bien à la Cuche c'est qu'il y a de grandes chances qu...

7 Michel Pila
17-03-2012

Primevères à tous les étages, fort vent au sommet, pas un chat, con...

Michel Pila
07-11-2009

Je ne ferai pas le panégyrique de la Cuche cette fois ci, car faire u...

6 Michel Pila
22-10-2009

Y étant déjà allée avant le topo de Patrice j'ai recherché dans m...

4 Véronique
21-10-2009

Je persiste et signe Fort des [url=http://www.bivouak.net/topos/cou...

Michel Pila
07-04-2009

Le point de vue des plus dithyrambiques de Michel Pila sur cette boucl...

3 éric vb
28-03-2009

Encore de la nouveauté ! Autant la semaine dernière je découvrai...

4 Michel Pila
26-03-2009

Il annonce de belles éclaircies pour l'après midi. Ce matin comme d'...

7 patrice.v

Identification

( ) bivouak.net

Social Media