Montagne de Gert (ou de Troubat) Depuis Siradan
par les chemins abandonnés

Montagne de Gert (ou de Troubat) Depuis Siradan
par les chemins abandonnés

  • Altitude départ : 460
  • Altitude sommet : 1045
  • Dénivelé : 700
  • Temps de montée : 2h
  • Temps de descente : 10 mn de vol
  • Orientation : Sud
  • Balisage : Rien de rien
  • Itinéraire :
    • en boucle

Itinéraire accès

Depuis le centre de Siradan, prendre au nord la piste qui devient vite un single et pour finir une petit sentier complètement envahi par les ronces et des arbres morts. Rejoindre la fontaine de Picamil et grimper plus ou moins en pleine pente, on arrive sur un plateau plus facile que surplombe une barre rocheuse, la contourner par la gauche et grimper dans une prairie clairsemée de chênes. On arrive au sommet de Sarrat, descendre plein ouest sur un col d'une grande beauté qui surplombe une ancienne carrière rejoindre le décollage qui est une très belle pente douce d'herbe rase.

Itinéraire vol

Décollage de sud à ouest facile. Vol, pour rejoindre Siradan, il faut vite tourner à gauche car le plan de vol passe au dessus de gorges où il n'est pas possible d'atterrir. En cas de vent d'est, il vaut mieux atterrir vers Balestas Attérro : Siradan vers la maison de retraite ou alors Balestas, ou encore Troubat

Précautions

Les sentiers sont à peine visibles et surtout totalement à l'abandon, il est difficile de s'y retrouver, et en plus il y a des barres rocheuses... Bref c'est un parcours du combattant...


Commentaires difficultés

Petit site peu élevé sur lequel le parapentiste accro ne manquera pas venir en cas de fort vent de sud annoncé en montagne. Ce dernier, d'altitude modeste est relativement abrité du fœhn et autres phénomènes dont Éole sait nous gratifier. Il existe une autre façon de monter au sommet beaucoup plus simple en partant de Troubat ( mais c'est un peu plus court et moins sauvage)

Topo créé le :

Montrejeau > D825 > Bagiry > Siradan


Parcours


  • Nb points : 152
  • Donnée terrain : Oui
  • Distance (km): 3.172
  • Dénivelé - : 285
  • Dénivelé + : 812
  • Taille fichier : 6 kB
  • Téléchargement


Sortie du 25-02

Satellisation à Troubat !

Satellisation  Troubat !

Après les mille mètres de dénivelé d’hier et devant la persistance du fort vent du sud en altitude, nous nous rabattons ce matin sur un petit sommet des pré-Pyrénées, un site historique des débuts du parapente. Il y a trente-trois ans, le docteur Trouette y avait percuté en atterrissant la Niva de mon beau-père, un constat amiable surréaliste en avait découlé.

Presque plus personne ne vole ici maintenant et cela nous convient parfaitement. Les 450 m de D+ sont tranquillement avalés dans une petite brise délicate. Là-haut c’est un endroit singulier, plat, sobrement décoré de quelques pierres plantées au milieu d’une prairie harmonieusement fleurie, un coin de paradis spécifiquement méridional. Question conditions de vol, c’est pas terrible. L’air tourne dans tous les sens, offrant parfois de fugaces fenêtres de tir acceptables, alors on se prépare. C’est quand tout est prêt qu’un tourbillon de poussière soulève nos voiles et les entortille comme des papillotes... Tout est à refaire. On s’en fout, on a le temps.

Une fois patiemment réinstallée, Hélène s’engouffre dans le premier créneau potable. L’envol est laborieux avec une faible brise arrière mais concluant, c’est à mon tour et mon décollage sera tout aussi épineux. Mais sitôt en l’air, c’est du pain béni, les premiers thermiques partent de l’ancienne carrière et nous portent un moment. Plus tard, Hélène lâche l’affaire, je reste seul à enrouler 200 mètres sous le sommet quand soudain le thermique se réveille, il me propulse alors tranquillement vers le haut. Bientôt je suis à l’altitude du sommet mais l’ascenseur ne s’arrête pas là... Quelle curieuse impression de voir brusquement se dégager la vue à l’arrière du décollage vers la campagne toulousaine, c’est immense, le regard n’accroche plus aucun relief, me voilà bientôt dans la stratosphère, c’est du vol de plaine ! Courageux mais pas téméraire, je lâche le thermique encore tonique, on dira que ma douce qui vient d’atterrir me manque. La suite du vol est tranquille, peu à peu les petits villages redeviennent humains, le relief sous mes pieds reprend de l’épaisseur, Hélène me montre la direction générale du vent perturbé par les courants thermiques, il ne reste plus qu’à atterrir. Il est midi c’est l’heure du pique-nique, la vie est belle !

Photos de la sortie


  • Horaire : 2h
  • Dénivelé : 450 m
  • Temps de vol : 45 m
  • Plafond max : 1300 m

Autres sorties

Date Titre Auteur
07-01

La cerise sur le gâteau

Michel Pila
08-08-2014

Compte tenu du fort vent en altitude, il me faut une solution de repli...

3 Michel Pila

Identification

( ) bivouak.net

Social Media