Montagne d'Aujour par la longue arête Ouest
depuis les Girards

Montagne d'Aujour par la longue arête Ouest
depuis les Girards

  • Altitude départ : 800
  • Altitude sommet : 1834
  • Dénivelé : 1050
  • Temps de montée : 3h30
  • Temps de descente : 15mn de vol
  • Orientation : Nord
  • Balisage : GR jusqu'au col d'Armance Nada plus haut (quelques cairns)
  • Itinéraire :
    • en boucle

Itinéraire accès

Continuez la piste en direction de la montagne. On passe à gauche du pointu, ne vous trompez pas de vallon. Il y a plusieurs options, il faut remonter à droite de la rivière. Les pentes ravinées du vallon ont laissé une faiblesse arborée sur la gauche, traverser le ruisseau à l'altitude 900m et monter sur cette pente herbeuse sur un sentier d'abord bien tracé, puis un peu raide entre les ravines.

On atteint une épaule, suivre la crête horizontale avant de piquer à gauche sur une belle piste qui vient de Villelongue. Peu après, la piste tourne à droite en laissant une vieille trace à gauche. Le chemin fait une looongue traversée très ascendante jusqu'au col d'Aujour. Au col prendre à gauche par une belle piste peu raide pour rejoindre le col d'Armande qui permet de basculer sur le versant nord. Au col d'Armande, il faut prendre à droite pour parcourir la longue crête qui mène au sommet.

ATTENTION, contre toute attente, il faut bien rester sous la falaise à droite - en versant sud. Il y fait une chaleur infernale cependant le chemin est bien tracé. Ne cherchez pas à rejoindre l'arête, de toutes manières le chemin vous y conduira. Traverser une selle herbeuse (1640m déco sud) et poursuivre toujours sur le flanc droit. A 1730m, changement de programme, il est temps de basculer sur le versant nord qui devient meilleur. Il faut passer la falaise par un pas d'escalade facile et signalé par trois marques discrètes de peinture devenue blanche. Sur la crête, ne cherchez surtout pas à suivre le fil du rasoir, faire une grande traversée (descendante au début) qui passe sous les barres, et finalement couper dans les prairies moins raides jusqu'au sommet. Si par hasard vous traversez trop, vous tomberez sur des ravines infranchissables, c'est qu'il est temps de monter vers le sommet.
A lire
  • Parapente sauvage par Manu Bonte. Référence : Page 53 proposé par Michel Pila

Itinéraire vol

Décollage du sommet : Vent du nord uniquement. Une tendance ouest n'est pas éliminatoire, mais il convient de passer alors sous le vent du sommet, méfiance. En cas de vent du sud, il faut redescendre vers l'est et franchir la barre par une belle faiblesse horizontale. Plus bas vous aurez de belles pentes Est à Sud-Est (avec le soleil, ça devrait être bon). Vous aurez également noté le décollage Sud possible sur la grande selle herbeuse durant la montée à l'altitude 1640m. Vol RAS si l'on tient compte de ma remarque ci-dessus par vent NO. Attention on est dans la Drôme provençale, les thermiques en milieu de journée peuvent être atomiques. Atterrissage : de vastes champs à coté du véhicule.

Commentaires difficultés

Ne pas perdre le chemin sur l'arête finale sous peine de galère!

Topo créé le :

Grenoble > Col de Lus la Croix haute > Aspremont tourner à gauche > couper la D994 de Veyne et continuer vers le sud > Col de la croix > Savournon > Prendre à gauche la D21 et trois cent mètres plus loin, tourner à gauche vers les Girards > traverser le hameau et, sur une piste de terre monter vers le haut des champs > toujours en ligne droite jusqu'à l'altitude 800 (presque en haut du champ)


Situation




Sortie du 17-07-2021

Poursuivis par le front d'advection !

Poursuivis par le front d'advection !

Rappelez-vous notre dernier vol dans les Pyrénées, un vilain phénomène météorologique nous avait fait subir les pires sévices en parapente et contraints à un repli forcé vers les Alpes. Voilà trois jours que nous sommes rentrés et que le mauvais temps perdure à Grenoble.... Pas moyen de sortir ni en moto ni en parapente, alors quand le fils dernier né nous a demandé de dégager de la maison pour organiser une fiesta, avons-nous obtempéré bien volontiers. Après avoir fait un point précis météo, direction les Alpes du Sud, il semblerait en effet que la perturbation soit cantonnée sur l'Isère.

Ce matin donc, à 5h, nous démarrons la twingo avec les voiles dans le coffre sous un ciel sombre et humide. Si les nuages ont bien disparu comme prévu au niveau du col de Lus la Croix Haute, c'est pour trouver un vent du nord tonitruant et glacial.... Mais il en faut plus pour nous décourager. C'est à Savournon que nous garons la voiture et commençons la marche à l'abri du vent et sous un soleil éclatant. La balade est tout à fait charmante mais de brefs petits coups de vent dans les branches de chênes, qui nous protègent efficacement du soleil, nous font craindre le pire. Le verdict est tombé alors que nous atteignons le décollage sud, le vent du nord nous gifle froidement le visage au passage de la crête. Pas question de s'envoler ici. Il existe bien un peu plus loin un terrain de décollage propice aux brises septentrionales mais il faut rester lucides, nous n'avons pas l'étoffe d'un Maxime Pinot ni d'un Benoît Outters et encore moins la classe du divin Maurer. S'ils se jouent des turbulences et des rafales pernicieuses, une tentative de décollage dans ces conditions se solderait pour nous, au mieux par un héliportage, au pire par une caisse en sapin.

Nous avons donc posé nos sacs et profité de la vue sublime qui s'offre à nous. En examinant attentivement le paysage au nord, nous retrouvons le type de front nuageux qui s'écoule, visqueux, des reliefs du Dévoluy. Nous sommes en présence du même phénomène pyrénéen de la semaine dernière, à ceci près qu'ici tout est multiplié par deux. Après une contemplation assidue des merveilles qui nous entourent, c'est par le même sentier que nous redescendons de la Montagne d'Aujour. Il est bien long ce chemin que nous avons gravi ce matin ! Malgré cette petite déconvenue, nous avons tout de même validé notre sommet par une baignade au pied de la montagne, au lac de Germanette, un nouveau complexe nautique où nous n'avions jamais trempé les arpions. Et ça fait du bien à nos petits petons, endoloris qu'ils sont par cette descente éprouvante depuis ce sommet trop venté !

En bas aussi, et encore plus qu'en haut, souffle cette brise vicieuse et retorse, nous nous félicitons de notre renoncement, nous sommes bien encore une fois en présence d'un front d'advection !

Photos de la sortie


  • Horaire : 5h en tout
  • Dénivelé : 900 m
  • Temps de vol : 0 m
  • Plafond max : 0 m

Autres sorties

Date Titre Auteur
22-09-2012

Ce matin il faut partir tôt car le beau temps est loin dans le sud. L...

14 Michel Pila

Identification

( ) bivouak.net

Social Media