Le Châtelard en boucle depuis le barrage
de la Rive

Le Châtelard en boucle depuis le barrage
de la Rive

  • Altitude départ : 528
  • Altitude sommet : 936
  • Dénivelé : 555
  • Distance : 12,5 km
  • Temps de montée : 1h50
  • Temps de descente : 2h10
  • Orientation : Sud-Ouest
  • Balisage : Intermittent : marques blanc-marron (m.b.m.) du PNR à la montée, puis blanc-rouge (m.b.r.) du GR. Rien sur le Châtelard. A la descente, quelques marques blanc-jaune (m.b.j.) après la Croix du Planil.
  • Itinéraire :
    • possible avec des enfants
    • en boucle

Itinéraire

Voici une randonnée originale, du moins pour son sommet, visiblement très peu fréquenté voire confidentiel vu son accès peu évident. À tort, car de là-haut on bénéficie d’un panorama d'autant plus extraordinaire que son altitude est fort modeste. Il en va d’ailleurs de même tout au long de l’itinéraire, qui voit se succéder les vues lointaines ou plongeantes sur les hautes vallées du Gier et de ses affluents, avec leurs barrages scintillants, leurs versants boisés ou rocheux, leurs divers hauts-lieux, etc.

Montée :

Traverser la digue. S’engager à gauche du restaurant de la Cascade sur le sentier qui descend (527m, panneaux Sentier du Pouay et L’Hermitage par Pouay). À la route (panneaux), suivre un peu plus bas à droite le Sentier du Parc (panneau Lardière par Pouay, 3km) (m.b.m., qq m.b.j.), puis continuer désormais tout droit, globalement N (ignorer une montée à droite vers 500m) sur ce beau sentier en balcon au-dessus du lac du barrage de Soulages.
Après avoir franchi un ruisselet qui va se jeter dans le lac, quitter vers 510m ce sentier (m.b.j.) qui descend à gauche vers le lac pour prendre à droite (N) le Sentier du Parc (m.b.m.). Arrivé au centre du hameau de Pouay (566m, petite croix à gauche), s'engager aussitôt sur le chemin en épingle à droite (S). A la route, remonter sur le chemin à gauche (SE, belle vue plongeante à droite sur les 2 barrages). Un peu après (fourche) prendre le virage à gauche et poursuivre vers le NE. Puis, contrairement à ce qu’on voit sur l’IGN, notre sentier va faire des lacets : à 670m, continuer à monter à droite (E) ; à la fourche 720 prendre à gauche, et à la suivante aller à droite, toujours en montée.
À 782m on rejoint le GR7 qu’on va suivre brièvement à droite. Au lieu-dit Gralison (820m, panneau), quitter le GR pour prendre à gauche le chemin qui descend vers le hameau de Chavanol. Peu après, à la fourche, suivre la piste à droite et rejoindre Chavanol (786m). Là, au moment d’entrer dans le hameau, prendre aussitôt la première rue qui monte à droite puis le chemin herbeux qui lui fait suite (SE > S).
Garder cette direction. À la fourche 850 poursuivre la montée à droite. Peu après ce chemin va être plus ou moins envahi par la végétation, signe d’une très faible fréquentation. Vers 870m, ignorer la voie en épingle à droite. Parvenu au sommet du chemin, plus de traces. Mais il suffit alors d’obliquer franchement à droite dans la pinède, et de longer en montée douce, au mieux, la clôture à votre gauche. Remonter ainsi sans grande difficulté la crête qui mène au sommet du Châtelard. Après une belle antécime sur la droite (vue à 180°, du N des Monts du Lyonnais aux Crêts de l’Oeillon et de Botte), il reste à surmonter peu après un ressaut rocheux facile (en écartant un peu les branches et les ronces qui l’entourent), et vous voici au sommet du Châtelard, tapissé de genêts.
Le superbe panorama est quasi à 360°. Des environs de St-Etienne jusqu'à Lyon et la vallée du Rhône via la vallée du Gier et les Monts du Lyonnais, puis d'un bout des Alpes  (dont le Mont Blanc !) tout au fond jusqu'aux crêts de l'Oeillon et de Botte tout proches... Un vrai régal, surtout par temps clair.

Descente(1) :

Redescendre du promontoire rocheux et suivre à nouveau la même clôture (qui est maintenant à votre droite) qu'à la montée. Parvenu à la jonction avec l'extrémité du chemin de montée, ne pas le reprendre, mais poursuivre dans la même direction (S) comme si le chemin de montée se poursuivait, mais à présent en descente et sans trace. Il suffit là encore de continuer à suivre la même clôture vers le S. Vers 885m (petit replat), on débouche à 2m du GR qui descend en parallèle juste à votre droite. Franchir alors facilement cette clôture et reprendre pied sur le GR. Le suivre ensuite à gauche jusqu'au grand carrefour de la Croix du Planil (846m).
Ensuite, prendre le Chemin du bas Planil, première petite route à droite au débouché du GR 7 (plein W). Très vite, on bénéficie d’une incroyable vue plongeante  sur Luzernod tout au fond (sa vierge surélevée, son dôme-observatoire) et la Valla-en-Gier un peu plus à gauche. Au virage en épingle à gauche (823m), quitter cette route et prendre le chemin de terre qui monte à droite. À la fourche peu après, suivre la superbe voie descendante à gauche (NW), toute bordée de genêts. Elle vire W puis N : remarquer alors sur la gauche tout en bas la digue de l’ex-barrage du Piney, côté amont avec sa monumentale fresque d’Ella & Pitr (on la reverra plusieurs fois encore).
Quand on débouche au hameau de la Grenarie (696m), ne pas y entrer mais prendre la route à gauche. Après 40m env., s’engager sur le chemin à gauche. Superbe chemin en balcon (W>S). À la fourche 685, virer en épingle à droite (NW). Vers 650m on franchit une route, on continue (N) après une maison et on traverse le hameau de la Cours (640m).
À la dernière maison en bas à gauche (n°259), descendre en épingle à gauche et poursuivre la descente sur un petit sentier (SSW). Tout en bas on revoit la digue du Piney et on entend le clapotis du Gier en contrebas. On accède ainsi à la passerelle sur le Gier (560m).
Ne pas traverser cette passerelle, mais s’engager aussitôt sur le sentier rive droite du Gier (remarquer juste après, à votre droite, les ruines de deux anciennes et profondes excavations qui peuvent servir d’abri). Notre sentier va alors évoluer en véritable toboggan (nombreuses montées/descentes parfois raides) au-dessus de l’ancien lac du barrage, devenu aujourd’hui une véritable forêt, jusqu’à sa fameuse digue percée, maintenant ornée de la non moins fameuse fresque.
Traverser ensuite cette digue et remonter jusqu’à la D76. Suivre brièvement cette dernière à droite jusqu’au carrefour la Valla/St Chamond, où on poursuit à droite (D2, dir. St-Chamond) sur quelques centaines de mètres jusqu’à la digue du barrage de la Rive, qu'il reste à traverser jusqu'au parking.
___________________________________________________________________________________________________

(1) Boucle de descente directe (plus brève) :

Ce bel itinéraire de descente directe permet de raccourcir sensiblement cette randonnée. Pour cela, une fois descendu du Châtelard et de retour sur le GR7, le suivre cette fois à droite (N). Après être passé sous le Châtelard côté W, on arrive au replat 850, d'où il est possible de faire un rapide et très facile aller-retour sur le petit sommet 862 (sans nom) à droite du chemin. Il offre un panorama certes un peu plus restreint que le Châtelard (qui bouche d'ailleurs la vue vers le S), mais qui reste très vaste (jusqu'aux Alpes, mais sans le Mont Blanc).
De retour au replat 850, poursuivre à droite sur le GR jusqu’au proche croisement de Gralison (820m). Là, quitter le GR et s’engager à gauche sur le bon chemin qui descend (SW) vers les Mûres et le lac de Soulages. À la fourche 803, poursuivre en face dans le petit bois (SW puis S). Après la sortie du bois, dans le virage à gauche, quitter ce chemin et prendre celui de droite (W). Ce superbe (mais un peu caillasseux par endroits) sentier en crête et à découvert plonge littéralement sur le barrage de Soulages, en offrant tout du long d’admirables points du vue : sur les deux barrages du fond de la vallée (Soulages et la Rive), mais aussi sur les vallées du Gier et du Ban, sur Luzernod et sa vierge, sur le versant du Crêt de la Chaume en face avec ses fermes et ses hameaux, etc.
Parvenu au hameau des Mûres (croisement 610), il reste à virer à gauche au muret (m.b.j.) et à suivre ce bon chemin qui descend, successivement NW puis S/SE puis W.  En bas, au croisement vers 500m, prendre en épingle à gauche le chemin qui va contourner l'extrémité S du barrage de Soulages. Puis, à la fourche suivante, laisser à droite l'itinéraire du tour du barrage, et suivre à gauche (bout de route puis sentier montant à droite) l'itinéraire balisé qui remonte jusqu'à la digue du barrage de la Rive, qu'il ne reste plus qu'à traverser.

(topo mis à jour le 17.10.2021)



Précautions

Le court ressaut rocheux à franchir pour accéder au sommet peut être glissant. Prudence au sommet : présence du vide côté E.


Commentaires difficultés

R2 pour les passages hors traces : parcours final vers le sommet, descente du sommet jusqu'au GR7.
4.5/5 (2 votes)

Topo créé le :

De Saint-Etienne, N88 vers St-Chamond, sortie Izieux. Après l’église d’Izieux, suivre Le Creux (sud) puis la Valla-en-Gier et la D2 jusqu’au barrage de la Rive : parking à gauche juste avant la digue.


Situation




Sortie du 14-10-2021

Victoire au Châtelard !

Le Châtelard en montant du Planil

Itinéraire court : Croix du Planil > GR7 > Dôme 862 > Chavanol > Châtelard > descente directe sur le GR7 > Croix du Planil

Deux semaines après mon échec au Châtelard, je me décide enfin à faire une nouvelle tentative. Une aussi belle et douce journée  d’automne ne se refuse pas par les temps qui courent…

En effet, après avoir réexaminé de près la carte IGN, j'ai prévu de retenter l’ascension de mon Annapurna à moi (on fantasme et on fait ce qu'on peut avec l’âge et la santé qu’on a !). Le versant W semblant refuser tout accès au randonneur, ce sera donc le versant Est, où sur la carte une trace passe sous le sommet, le dépasse puis s’arrête net.

Parti de la Croix du Planil peu après 11h, j’arrive une demi-heure après sur le replat du GR face au petit dôme 862, que j’avais dédaigné lors de mon précédent passage. Cette fois, qu’à cela ne tienne, j’y monte en quelques instants et je découvre le panorama. Deux crêts l’obstruent quelque peu : le Châtelard tout près au SE et un autre gros dôme plus loin au NE ; mais à part ça, c’est un petit régal !

Puis je me mets en route vers Chavanol. Et là, j’y trouve aisément le chemin montant vers le Châtelard. C'est une voie bien tracée, mais qui n'est visiblement plus fréquentée à partir du dernier embranchement vu les herbes folles qui l’envahissent. Mais tout se passe comme prévu. À la fin de la montée, fin de la trace ! De toute évidence le sommet est derrière moi à droite, et la clôture barbelée qui monte vers lui en pente douce correspond à la direction à suivre. C’est ainsi, en me frayant sans grand mal un passage dans cette belle pinède un peu sauvage mais pas trop, que j’arrive à ce que je croyais d’abord être le sommet, avec déjà un vaste panorama mais qui n’est en fait qu’une antécime. Encore quelques pas, toujours dans la même direction et dans un petit fouillis végétal, et me voici au pied d’un rocher un peu moussu. Je le surmonte facilement, un ou deux pas, et hop je foule le champ de genêts touffus qui recouvre tout le sommet du Châtelard.

Eh ben voilà !

Il est un peu plus de 13h30, et cette fois c’est un vrai festival qui se déploie sous mes yeux à 360°. Plus rien ne gêne la vue sauf quelques grands arbres épars côté SW. Tiens, voici l’Oeillon et Botte… Lyon et la vallée du Rhône… les Monts du Lyonnais jusqu’aux abords de Saint-Etienne… les hautes crêtes vers le Bessat… et puis là, au NE, cette petite tache d’un blanc éclatant qui semble flotter en plein ciel au-dessus de l’horizon ? Le Mont Blanc bien sûr ! Pas si évident, du haut d’un modeste dôme du Pilat qui dépasse à peine les 900m…

Je suis finalement resté presque une heure là-haut, à me chauffer au doux soleil d’automne, seul au monde, sans m’ennuyer une seconde…

La descente ne sera ensuite qu’une formalité. Après avoir re-suivi les barbelés en sens inverse jusqu’à l’extrémité de mon chemin de montée, je vais continuer à suivre les même barbelés en descente, toujours hors trace, dans la même direction. Et comme attendu je finis ainsi par retrouver le GR7 à ma droite aux alentours de son point haut. Puis, un peu plus tard, le carrefour de routes de la Croix du Planil, avec ses randonneurs, ses chasseurs…

Qu’est ce que j’étais bien tout à l’heure au sommet du Châtelard !


Photos de la sortie

Commentaires

Michel Pila
02-11-2021 16:06:12

...la musique, mon autre passion avec la montagne, que ce soit la musique classique et contemporaine, mais aussi le jazz et le rock des années 50 à 90 à peu près (je ne suis d'ailleurs pas le seul sur bivouak, par vrai Michel ?).

Pour sur, la Musique est essentielle ! Elle transcende le réel et magnifie les souvenirs ! 

Luc
21-10-2021 00:18:46

Euh plus ou moins oui.... du barricadage le 29 tu es passé au grandiose le 20 !

Ô miracle !


Geoffroy Rémi
20-10-2021 22:20:50

euh... ce petit échange se rapporte à ma sortie précédente du 29.9 embarassed


Luc
20-10-2021 15:52:29

:)

Oula mais Môôôssieur Michel est un proooooofessionnel !

Concernant  P'Soulages, c'est pas mon dada encore.... je n'ai pas tous les codes pour y lire la couleur de la vie. Ton lac m'est plus parlant....


Geoffroy Rémi
20-10-2021 15:43:55

Merci Luc.

Je vois que tu joues toujours aussi magistralement avec les mots wink...

Il y a d'ailleurs aussi un bled du Cantal qui s'appelle Soulages.

A vrai dire le lac ne m'avait pas fait penser au peintre. J'aurais dû, mais la peinture n'est pas mon fort... Contrairemenent à la musique, mon autre passion avec la montagne, que ce soit la musique classique et contemporaine, mais aussi le jazz et le rock des années 50 à 90 à peu près (je ne suis d'ailleurs pas le seul sur bivouak, par vrai Michel ?).

 


Luc
20-10-2021 10:15:51

Ravi que tu sois sorti de ton barricadage !!!!!

Mignon ce lac aux belles couleurs... un lien avec Monsieur Pierre Soulages, le roi du noir... ?



  • Horaire : 3h15
  • Dénivelé : 215 m

Autres sorties

Date Titre Auteur
16-10-2021

Rebelote

4 Geoffroy Rémi
29-09-2021

Mi figue mi raisin

6 Geoffroy Rémi

Identification

( ) bivouak.net

Social Media