Vallée de la Fare depuis Luzernod par le
Rot

Vallée de la Fare depuis Luzernod par le
Rot

  • Altitude départ : 776
  • Altitude sommet : 1106
  • Dénivelé : 605
  • Distance : 13,5 km
  • Temps de montée : 1h15
  • Temps de descente : 3h
  • Orientation : Nord
  • Balisage : A la montée, marques blanc-marron (m.b.m.) du PNR du Pilat. A la descente, quelques passages balisés blanc-marron, le reste non balisé (v. topo).
  • Itinéraire :
    • possible avec des enfants
    • en boucle

Itinéraire

Une étonnante plongée dans un paisible vallon quelque peu ignoré mais assez fascinant du Pilat. La Fare est un affluent du Gier. Mais en s’immergeant dans son parcours on a parfois l’impression de faire intrusion dans un passé lointain, à l’image de ces ruines fantômatiques qui surgissent ici où là dans les passages en sous-bois.

 MONTÉE : Du parking, traverser la route, passer derrière la croix puis suivre à gauche le chemin balisé (m.b.m.) qui monte ici depuis la Valla-en-Gier. Il suffit dès lors de suivre ce bon balisage qui va vous mener sans coup férir en presque droite ligne (SE puis plein S) jusqu’au col du Rot. Pour cela, compter env. 1h15 pour 4 km et 335m de D+.

Quelques précisions tout de même : vers 830m, notre chemin débouche sur la route : il est alors préférable de ne pas prendre cette dernière à droite (malgré le balisage) mais plutôt en face (derrière la croix) le chemin de terre, parallèle à la route, et qui sert aux forestiers à stocker leurs grumes. De retour à la route, et parvenu à l’entrée des Pissorts, traverser cette route et rejoindre en face la suite de notre chemin balisé.

À 883m on arrive à la petite Croix du Sabot (plantée à gauche sur une haute pierre effilée). Passer la maison et poursuivre la montée en face (SE puis S, panneau Le Rot 2,8km).

À une immense plateforme vers 985m (croisement de pistes), poursuivre à gauche (S, croix). Et à celle qui suit peu après, continuer en face (petit chemin montant). Plus loin, vers 1030m, changement de direction (90° à droite, SW) avant un retour progressif vers le S.

Vers 1100m on rejoint une piste, puis peu après une route (toujours la D2), qu’on suit sur env. 250m, toujours S, jusqu’au carrefour/col du Rot (1106m).

DESCENTE : Du Rot prendre aussitôt le premier petit chemin à gauche en direction de la Scie du Bost (panneau, m.b.m.). Bien caillouteux, il descend d’abord vers l’E puis, après un lacet, vers le NE.  Au croisement avec une piste horizontale vers 940m, suivre cette dernière vers la droite. À la fourche suivante descendre à gauche (panneau La Fare), toujours en sous-bois. Un peu plus bas, première rencontre avec le ruisseau de la Fare, qu’on enjambe sur un petit pont (931m) avant de le suivre rive droite en surplomb (quelques ruines en bordure du chemin).

Arrivé au hameau de la Fare, une petite visite s’impose, entre les nombreux pans de maisons ruinées qui se dressent encore vers le ciel, figées dans un silence impressionnant, au milieu des grands arbres. Seul signe de vie, la source qui coule en permanence dans un bachat rudimentaire constitué de quelques dalles posées à même le sol. Il reste certes de rares maisons encore habitables. Mais sont-elles habitées, et si oui pour combien de temps encore ?

Puis on poursuit sur le chemin toujours balisé (m.b.m.), et on traverse un petit affluent de la Fare. Enfin, au sortir du bois le paysage s’ouvre : sur la vallée de la Fare à gauche, et les Monts du Lyonnais au fond. Lorsqu’on débouche sur une route, la suivre à droite en descente. Au croisement suivant (plus de balisage dorénavant), prendre à gauche la Route de Robert -  à noter qu’ici on est tout près de la fameuse Scie du Bost, au bout de la route à droite (SE). À la fourche peu après, descendre à droite d’une maison. Se diriger ensuite vers Robert (panneau) puis s’engager derrière cette maison sur le petit chemin qui descend (SW) : il mène tout en bas au ruisseau de la Fare (env. 765m).

Là, franchir la dalle rocheuse qui fait office de pont. On peut si on a du temps faire un aller/retour le long de ce ruisseau, rive gauche et hors trace au bord de la prairie. De retour au petit pont, ne pas le refranchir mais prendre à gauche la petite sente qui grimpe (N) sur le versant E du vallon. À une fourche, continuer à droite (N). On débouche ainsi aux Ayettes  (panneau, 875m). Poursuivre à droite (chemin herbeux), puis encore à droite un peu plus loin (W).

Au croisement à 903m (aucun panneau - la voie de gauche mène au lieu-dit "Trois Heures"), j’avais prévu de descendre à droite vers la ferme de Chazot, puis là de poursuivre à gauche (NW) pour atteindre les hameaux de Pervenche puis de Vasseras. Mais au beau milieu de cette descente, un propriétaire indélicat a cru bon de barrer le chemin d’un réseau compact et infranchissable de barbelés – il aurait pu avoir au moins la politesse de prévenir les randonneurs au croisement au-dessus, comme procèdent les propriétaires polis...

En attendant de trouver, peut-être, une solution alternative, je propose donc de continuer sur ce chemin du haut (W puis N) jusqu’à ce qu’il rejoigne la D2. Poursuivre ensuite 200m sur cette route, puis prendre à gauche le bref raccord vers la Croix du Sabot. À la Croix, reprendre brièvement à droite un bout du chemin de la montée, jusqu’à ce qu’il retrouve, à nouveau, la D2. Traverser alors, à droite, le petit hameau des Pissorts, puis à la bifurcation (855m) quitter cette route pour rejoindre, à gauche, le tout proche hameau de Vasseras.

Là, aussitôt après la deuxième maison à gauche, prendre un petit chemin qui descend à gauche (NE). Le suivre alors en crête jusque vers 665m, où il effectue un virage complet à gauche (ignorer les chemins à droite) avant de remonter (SW). Vers 680m, nouveau virage, à droite cette fois, le chemin continue sa montée en directions N, NW puis W – garder ces directions en ignorant les autres, notamment aux croisements 703, 720 et 746m. On débouche ainsi à Luzernod qu’il reste à traverser dans la même direction (W) pour retrouver le parking de départ.

nb : cet itinéraire est susceptible d'être légèrement modifié en fonction de mes dernières  explorations dans ce secteur)



Commentaires difficultés

aucune difficulté

Topo créé le :

De la N 88, sortie St-Chamond - Izieux. Après l'église d'Izieux suivre Le Creux puis La Valla-en-Gier. A La Valla, poursuivre sur la même route montante jusqu'à Luzernod. Là, se garer aussitôt sur le bon parking à gauche.


Situation




Sortie du 27-10-2021

Entre présent et passé

A l'Est : vallée du Gier, Châtelard et Croix du Planil

Poursuivant mon exploration du Pilat, je me tourne à présent vers des endroits moins connus et assez peu fréquentés, mais qui ne me semblent pas manquer d’intérêt pour autant.

Alors, après le vallon du Ban, va pour celui, voisin, de la Fare.

Dès mon départ de Luzernod en milieu de matinée, je suis frappé par la douceur et les couleurs de cette belle  journée d’automne. Pour l’avoir pratiqué récemment, je connais déjà le chemin de montée que je me suis choisi. Mais c’était à la descente, lors de ma découverte de la vallée du Ban. En effet, la très belle crête qu’il emprunte sépare justement la vallée du Ban de celle de la Fare… Et c’est un vrai plaisir de redécouvrir de part et d’autre mes sites préférés comme les Roches de la Rivoire d'un côté, la Croix du Planil ou les sauvages rochers du Saut du Gier de l'autre…

Je ne m’attarde pas au Rot, carrefour de pistes et de routes sans grand intérêt . Mais dès le début de la descente, ça devient plus excitant, je plonge à la fois dans la forêt du vallon de la Fare et dans un lointain passé. En effet je vais bientôt frôler une première maison ruinée, puis une seconde dont des fragments de squelette sont encore dressés vers le ciel, et ici ou là de mystérieux bouts de murs écroulés… Heureusement ma première rencontre avec le ruisselet de la Fare, ici encore pas bien loin de sa source, me ravit et me ramène au présent.  

Mais quand j’arrive au lieu-dit la Fare, c’est un petit hameau ruiné qui m’accueille au milieu d’immenses arbres. Impression étrange de pénétrer par effraction dans un cimetière sans tombe ni cadavre… Seul bruit perceptible dans ce grand silence, la musique de la petite source qui coule sans trève dans son antique bachat. Il y a pourtant un être vivant, un seul, incongru dans ce hameau dévasté : c'est une jument qui broute en silence dans le pré de la seule maison intacte et apparemment habitable du lieu. Elle ne semble pas me voir, et ne réagit même pas quand je lui parle... un fantôme, peut-être ???

C’est là, assis sur une des dalles du bachat opportunément inondé de soleil, que je vais me restaurer et me reposer.

Ensuite je reprends mon chemin. Encore une ou deux ruines, puis c’est, avec la sortie du bois, le retour brutal au présent : une route, des maisons habitées (le Sardier, Robert), quelques individus affairés... La Scie du Bost est tout près, le Gier pas loin non plus, mais je résiste à la tentation, aujourd’hui c’est pas dans cette vallée-là que ça se passe...

Comme prévu je finis par retrouver mon ruisseau en redescendant d’ici jusqu'au fond de ma vallée du jour : déjà un peu plus large, il passe sous une grande dalle qui fait office de pont, et m’offre un fond de vallée très paisible. Ici c’est la solitude absolue, mais elle se conjugue bien au présent ! J’en profite, une fois le pont franchi,  pour aller flâner un peu en amont le long du ruisseau, sur la verte prairie qui le borde.

De retour au petit pont, je remonte en face par une agréable petite sente visiblement peu fréquentée. Passé les Ayettes, je redescends au carrefour sous Trois Heures vers la ferme de Chazot, d’où j’avais prévu de remonter jusqu’à Luzernod, mon point de départ, selon un itinéraire astucieux différent de celui de l’aller. Une boucle parfaite, quoi ! Mais patatras, à mi-chemin de ma descente le passage est barré : un mur de barbelés en travers interdit tout passage ! Pas d’explication, pas d’annonce préalable, rien. Furieux, je cherche une échappatoire, une alternative, mais en vain. Il ne me reste plus qu’à remonter là-haut !

Vu le temps perdu, et le fait que je suis contraint à présent de marcher plus lentement au bout d’un certain temps, et de faire des pauses (conséquences fâcheuses de mon récent début d’arthrose !), je choisis le retour direct à Luzernod, par la voie de montée. Tant pis pour la boucle parfaite, je reviendrai la boucler lors de ma prochaine sortie.

Triste fin de rando, mais je trouverai bien une solution, d’ailleurs je l’ai déjà en tête. Y a plus qu’à !


Photos de la sortie


  • Horaire : 5h30
  • Dénivelé : 540 m

Autres sorties

Date Titre Auteur
24-11-2021

Retour à la Fare

9 Geoffroy Rémi

Identification

( ) bivouak.net

Social Media