Grand Serre depuis Cholonge par l'arête
Nord ouest

Situation

Sur les traces de l'Empereur
  • Altitude départ : 1050
  • Altitude sommet : 2141
  • Dénivelé : 1100
  • Temps de montée : 3h00
  • Temps de descente : 15mn de vol
  • Orientation : Ouest
  • Balisage : Jaune en bas Orange au dessus de la forêt.
  • Accès : Grenoble > Vizille > Montée de Laffrey > A gauche à Laffrey > Cholonge > traverser Cholonge vers le nord, se garer a la patte d’oie 200 m après la sortie du village


Proposé le Michel Pila

Itinéraire accès

Au nord de Cholonge au point coté 1062, Prendre le chemin de droite qui monte droit dans la pente jusqu'à buter sur un petit replat équipé pour les bêtes. Ici il faut faire une grande montée en diagonale vers le nord (à gauche) il y a des marques jaunes mais elles sont discretes. Alors à la faveur d’une trouée pénétrer dans la forêt et monter toujours en diagonale sur la gauche sur un terrain dégagé jusqu'à sortir du grand bois. On retrouve un gros chemin horizontal (balisé orange). Prendre à plat vers le sud jusqu'à trouver une piste ascendante datant de 2015 qui est maintenant tracée grossierement dans la face, il suffit de la suivre jusqu'à la grande Cuche en de larges lacets, et de terminer par l'epaule Nord toujours sur une piste, jusqu'au sommet.

Pour les jarrets d'acier, il est possible de monter tout droit dans la pente, à travers l'itinéraire du Kilometre Vertical... ce sentier tombe toutefois en désuétude. 

Topo mise a jour le 23/07/2021 par MPL


A lire

  • Parapente en Dauphiné par Martin Jezierski. Référence : Topo N° 17 Page 64 proposé par Michel Pila

Itinéraire vol

Décollage : Du sommet , c’est Sud à Ouest le plus facile. En cas de vent du sud, se déplacer un peu vers le sud pour trouver un minimum de pente car c’est bien plat. Par vent de nord décoller vers la grande Cuche, quitte à faire le tour de l’arête. Est : tout faux.

Vol : RAS

Attéro : Au nord de Cholonge c’est immense, y a pas un obstacle, néanmoins il y a des cultures alors attention. Choisir un terrain en friche ou fauché sinon il reste la route, bien droite et bien orientée aux vents dominants, dont le trafic est pratiquement nul car c’est une impasse.

Précautions

Attention, L'attéro est dans la vallée des Lacs, Justement réputée pour la brise thermique puissante qui fait le bonheur des véliplanchistes, donc méfiance à partir de midi !

Difficultés

Sentier non tracé sur la carte IGN, mais malgré tout balisé ! Une petite [url=http://vimeo.com/51424759]Vidéo[/url] de ce vol depuis le Grand Serre.

Commentaires itinéraire

Grand Fayard
05-09-2007 21:04:37

Pour ce vol il est possible de se poser sur un nouvel atterrissage négocié récemment par l'Envol Matheysin (club de vol libre du Sud Isere) au lieu dit l'Ile Falcon (accès: a prtir de la RD 1091 première route à droite après la sortie du Péage de Vizille, juste avant de passer sous les ruines de Séchilienne) Possible également de décoler à partir du Lac Mort, (prendre le chemin à gauche avant de passer sur la retenu Nord du lac) prendre le chemin sur 300m sous le transformateur Très bon site de vol en dynamique par régime de vent du Nord et/ou de brise. 700m de dénivelé, on peut donc laisser la voiture en bas et monter à pied. A partir du Grand Serre, 1800 m de dénivelée...

Sortie : Retour à la montagne.

C'est avec stupéfaction que je découvre le paysage en débouchant de la rampe de Laffrey. Il est entièrement bouché par une mer de nuages glauque et par-dessus le marché sur plusieurs couches. Bref pour la descente en parapente c'est pas gagné, il faut savoir que depuis plusieurs mois l'atmosphère est saturée d'humidité, avec son lot journalier de cumulus qui s'accrochent à tout ce qui dépasse. Rarement nous aurons vu autant de nuages décorer le ciel, si c'est très esthétique, cela ne facilite pas pour autant les vols montagnes.

Inutile de dire que toute cette humidité, pas du tout prévue par météo France, me plonge dans la plus grande déprime, néanmoins il convient de jouir de cet arrêt de travail et profiter de ce corps encore vaillant, malgré l'usure qui commence réellement à se faire sentir. Les anti-inflammatoires étant encore parfaitement efficace, ce matin les douleurs lombaires sont redevenues supportables. Il faut donc encore une fois prendre son sac et partir sous les lourds nuages. Peu importe l'issue, que ce soit par les airs ou par le sentier, le plaisir de marcher prime sur tout le reste.

La pente est raide au-dessus de Cholonges et le sentier pourtant bien signalé est parfois difficile à suivre. Plusieurs fois une trace s'est révélée une impasse et marcher sur ces travers plutôt raides n'est pas une sinécure. Pourtant à la sortie de la forêt de l'aigle, on retrouve cette nouvelle piste qui, même si elle défigure la face ouest du Grand Serre, n'en demeure pas moins commode et plaisante à suivre. Même dans le brouillard le plus épais, impossible de se perdre. Plus haut, vers 1700 m la lumière devient soudain plus vive, aveuglante même, à y voir de près, le cercle rougeoyant se découpe maintenant dans la brume. Le passage au soleil est toujours un moment passionnant. Au loin quelques pins misérables apparaissent subitement, et bientôt, c'est le pan entier de la montagne qui surgit, avec des contours nets et précis, les massifs de la Chartreuse et du Vercors apparaissent par-dessus la blanche mer de nuages, c'est d'une beauté à couper le souffle ; pourtant du souffle, il m'en faudrait encore, car il reste encore une bonne demi-heure de marche. Mais devant la beauté intrinsèque du panorama, les pas se font tout à coup plus faciles.

Sitôt au sommet, il s'agit d'établir une stratégie pour le retour par les airs. Si la mer de nuage s'est bien fractionnée, en revanche, les nuages tout à l'heure discrets sur le village de La Morte qui est le plan B, prennent de l'extension de seconde en seconde. Comme le vent au sommet semble bien faible, une petite reconnaissance sur l'énorme versant ouest n'est pas inutile pour bien trouver le décollage le moins craignos. Peine perdue, c'est vent de cul. Si les nuages qui ceinturent le sommet deviennent ténus, décoller à l'opposer demande de faire un grand détour qui va me rapprocher singulièrement de la mer de nuage au Nord qui est maintenant compacte au-dessus de La Morte. J’étale la voile vers l'est dans la petite brise thermique et au moment de décoller, j'apostrophe un vieux qui bouffe au sommet tout proche pour lui demander si le vent du nord est sensible. À peine me répond-il...

Je prends ma respiration et cours vers l’abime au bout du champ, départ impressionnant que demande une grande précision dans la décision... à la moindre bizarrerie, il faut affaler la voile avant le grand trou. Pourtant rien ne viendra perturber la montée de la voile un tantinet paresseuse, je saute dans le grand vide en gueulant un grand Banzaï ! Le vieux mitraille pendant que je vire brutalement à 180° pour vite me retrouver de l'autre côté de la montagne. Ouf, la blanche mer de nuages montre de grandes éclaircies dans lesquelles je me précipite. Le vol est maintenant serein, il ne reste plus qu'à profiter de la descente aérienne confortablement installé dans la sellette.

Si j'ai pris soin de placer une flamme près du seul champ fauché, elle ne me sera d'aucune inutilité puisque malgré une faible brise de Nord, au moment d'atterrir, c'est un coup de vent arrière qui me propulse rapidement au sol, impossible de faire l'arrondi, je me pose à pleine vitesse sans avoir le temps de sortir le train d'atterrissage, je laisse une grande traînée dans les herbes coupées, la sellette est couverte de terre ainsi que mon gant gauche. Mais pas de casse, c'est comme une chute à moto dans les grands bacs à sable sur une piste automobile. Heureusement qu'il n'y a pas de spectateur.

Voila une sortie agréable et bienvenue. Ça vous regonfle un moteur usager, c'est toujours mieux que de supporter les commentaires stupides du dernier match de foot du mondial au boulot. Vraiment je ne peux plus les voir en peinture, ce milieu macho du monde automobile me sort par les trous de nez. Maïs pourquoi n'ai-je pas été embauché dans la boite concurrente à l'époque qui informatisait les bibliothèques ? C'est mille fois mieux que ce putain de logiciel pour garagiste.

 


  • Date : 19-06-2018
  • Durée : 4h
  • Dénivelé : 1100 m
  • Distance : 6 km
  • Temps de vol : 15' m
  • Plafond max : 2100 m


Autres sorties

Date Titre Auteur
06-06-2022

Il ne faut jamais douter de la divine Providence 

Michel Pila
21-07-2021

Sur les traces de l'Empereur

Michel Pila
13-05-2017

Courte fenêtre météo pour aller voler...

Michel Pila
16-07-2009

Chronique d'un but annoncé Pourtant le créneau météo est formel...

Michel Pila
29-06-2007

La Montée infernale Cette montée au sommet, c’est un peu comme...

Michel Pila
29-06-2005

belle journée...

Michel Pila
Identification

Social Media