Chamousset depuis Chabottes en traversée
sud-nord

Chamousset depuis Chabottes en traversée
sud-nord

  • Altitude départ : 1315
  • Altitude sommet : 2089
  • Dénivelé : 845
  • Distance : 14,5 km
  • Temps de montée : 2h30
  • Temps de descente : 2h
  • Orientation : Sud
  • Balisage : petits triangles jaunes et bandes jaunes sur arbres et rochers
  • Itinéraire :
    • en boucle

Itinéraire

Du parking, prendre la route forestière interdite (barrière) puis un sentier qui remonte une croupe en rive droite du torrent de Garnesier, en suivant le fléchage "Chamousset". Vers l'altitude 1450, le chemin s'oriente vers l'ouest pour rejoindre le ravin du torrent, qu'il traverse. Ensuite il contourne une croupe sud-ouest dans une pente raide, en corniche au-dessus de barres rocheuses, puis s'élève en lacets sur le versant ouest de cette croupe dont il rejoint le faîte qu'il suit jusqu'au sommet.
Poursuivre sur l'arête plus ou moins plate, vers le nord-ouest, en direction du Grand Chamousset (1930). On descend ensuite par la croupe jusqu'au col vers le petit Chamousset.
Descendre plein sud dans la prairie, le chemin se perdant un peu. On le retrouve dans les pins, il descend dans la forêt jusqu'à une piste forestière.
Si on suit cette piste forestière, on aboutit aux fermes de la Bessée, sur la route juste avant l'entrée des gorges du Riou froid.
Il ne reste plus qu'à remonter par la route jusqu'au parking (environ 4 km).
VARIANTE (non testée) : On doit pouvoir écourter la boucle, en passant par le Serre Sambue et le col de Pré Pinel, mais il y a là une zone sans chemin sur IGN (passage à vue dans la forêt ?).

NOTE de la modération:
Pour le retour, le trajet conseillé se fait par le Grand Chamousset, le Roc de Rimat, Serre Sambue et le Col de Pré Pinel. A part le début de la descente du Grand Chamousset qui se fait facilement à vue dans les alpages, tout cet itinéraire se fait sur sentier balisé PR.
Voici une précision apportée par JeunouKiKrak à sa sortie du 26/07/2012:
”Lorsque vous passez devant la bergerie du Roc de Rimat au retour, n'empruntez pas le chemin large qui descend fort (il amène au début des gorges du Riou Froid et il y aura 4 km de route à remonter vers le parking), il faut repérer une cabane à gauche qui se trouve légèrement au dessus, le bon chemin est là.
Enfin sur les cartes IGN une partie du tracé entre la bergerie et le col de Pré Pinel est absent, c'est un oubli car il y a bien un chemin continu qui va de la bergerie au Col de Pré Pinel.”

Commentaires difficultés

sentier relativement bien tracé dans une face herbeuse raide, un passage au-dessus de barres rocheuses ; arête sommitale large sans problème.
0.0/5 (0 votes)

Topo créé le :

De Grenoble : col de la Croix Haute, Lus la croix haute, les Corréardes, route des gorges du Riou Froid jusqu'au parking de la cabane forestière des Chabottes (1315), route barrée ensuite.


Parcours


  • Nb points : 1011
  • Donnée terrain : Oui
  • Distance (km): 11.39
  • Dénivelé - : 863
  • Dénivelé + : 879
  • Taille fichier : 25 kB
  • Téléchargement


Sortie du 05-05-2006

Petite pluie le matin, qui se calme rapidement et est remplacée par de belles éclaircies. Du vent sur la crête et au sommet, mais à l'abri dans un repli de terrain, on peut profiter du soleil, des anémones et des crocus pendant le pique-nique, sans parler du paysage : belle vue sur les sommets de Garnesier et la chaîne du Dévoluy au Nord et sur les collines du pays du Buech au Sud (Quigouret, Pointe Feuillette et Jocou entre autres).

Commentaires

ced
16-04-2007 10:38:40

Bonjour et merci pour ces nouvelles suggestions, Je vais regarder ça sur la carte pour me faire plus d'idées. GLaG avait raison : rien que d'en parler l'envie devient plus forte !

7-laux
13-04-2007 23:09:33

Voici 2 ou 3 suggestions supplémentaires sur la bordure Ouest du Dévoluy. La pointe Feuilette (extraordinaire belvédére - R1) à partir de Luz-la-Croix Haute. Tete des Ormans (R1/R2) ou Tete de Granesier (R3) par le vallon du Riou Froid Aiguille (R1, panorama moins interessant de mon point de vue que le bonnet de Calvin) depuis Téminis Bonnes randos


Bernard MAZAS
13-04-2007 20:49:02

GLaG
Je n'ai pas du tout le même ressenti concernant les voies normales de l'Obiou et du Ferrand...Je trouve le Ferrand bien plus facile car, si l'on pose un peu plus les mains, c'est beaucoup moins exposé et vertigineux. Et l'itinéraire est tout aussi "balisé" de grosses marques rouges que celui de l'Obiou.
Je suis plutôt d'accord avec toi : je trouve que l'Obiou est un poil plus dur que le Grand Ferrand. Mais ce sont tout de même deux randos sérieuses et engagées, à ne pas prendre à la légère. Et je peux comprendre que l'on préfère l'une à l'autre ou inversement :) .


scal
13-04-2007 18:18:32

ced
Ce qui m'aurait vraiment tenté, c'est les crêtes du Rougnou, du Nid ou la Tête de l'Aupet
en faisant la Grotte de la Fétoure il est possible de monter au col de Drouillet et ensuite de naviguer un peu sur la crête, c'est hors sentier, raide pour le col mais pas trop technique ( on ne pose pas les mains ) Bernard parlait aussi de la Grotte des Clausis, c'est un très beau coin et là encore il y a possibilité de monter sur la crête au dessus par une pente en éboulis peu technique, ensuite depuis la crête le rocher Rond est à portée de main...


GLaG
13-04-2007 13:57:27

Encore quelques commentaires...rien que d'en parler je sens l'impatience monter :-) Les arêtes du Rougnou par l'intérieur du massif sont purement de la rando (pas de difficultés comparables aux Ferrand et Obiou) mais c'est très long et sans aucun sentier ou balisage. Le col des Aiguilles suivi d'une visite au vallon du même nom permet quand même de bien voir les deux versants du massif et la partie intérieure. Ce n'est pas vraiment en marge du massif. Et c'est facile à combiner avec le Jocou ! Pour le Rattier on peut "tricher" en prenant la piste qui monte sur le flanc est du Bonnet de Calvin, il n'y a plus que 1000m de D+ mais la montée est moins sympathique et variée que via Mens et Rochassac.


ced
13-04-2007 11:08:35

Bonjour et merci à tous pour vos réponses intéressantes, Alors oui je sais bien que ça fait loin le Dévoluy depuis Villard... Un gîte sur place sera peut-être une solution en effet, d'autant que je voudrais aussi en profiter pour faire un rêve qui date de ma découverte de la montagne à 18 ans : louer les services d'un guide et grimper en haut du Mt Aiguille par quelque chose comme le pilier sud. Donc ce serait l'occasion de passer 2 jours dans le Trièves. Pour le Dévoluy j'avais éliminé d'emblée Obiou et Gd Ferrand même si ce sont sans doute de magnifiques sommets mais je pense que ce sont de trop gros morceaux en l'occurence (d'ailleurs à la lecture du livre de Pascal Sombardier sur la voie normale de l'Obiou, il faut vraiment avoir juré de le faire pour y aller - la photo page 67 est particulièrement impressionnante - et les autres voies, ce n'est clairement plus de la rando). Le Gd Ferrand paraît plus facile à voir comme ça mais de toute façon ça reste au moins très long. Alors les premières choses qui m'étaient venues à l'esprit, c'est effectivement le col des Aiguilles depuis la Jarjatte (mais je me dis que ça reste peut-être quand même un peu en marge du massif) ou la grotte de la Fétoure (la photo du livre p42 donne bien l'impression du gigantisme de la face du Ferrand alors que ça n'est pas évident à faire ressortir en général) mais là encore je me dis qu'on reste au bord du massif : pour comparer je me dis que c'est peut être un peu comme si on allait dans le Vercors au pied des arêtes du Gerbier : c'est sans doute une belle rando mais monter sur la grande crête du Vercors reste drôlement plus emblématique je pense si on ne doit y aller qu'une fois. Le Ratier, je n'y avais pas pensé, je me dis que ça doit être sympa aussi mais peut être un peu ambitieux (dans les 1400m de dénivelée)... Ce qui m'aurait vraiment tenté, c'est les crêtes du Rougnou, du Nid ou la Tête de l'Aupet (GLaG avait envoyé des photos encore à faire rêver de ces coins là) et pour le coup, c'est au beau milieu de la crête Obiou-Ferrand donc j'imagine qu'on doit bien s'y imprégner de l'ambiance "Dévoluy". Et puis ... j'ai aussi bien envie de faire un tour dans le Diois pour faire le Jocou ou la via ferrata de Chironne : il faudra faire des choix cruels (je n'aurai que 5 jours pleins)... Merci encore en tout cas pour les conseils (c'est peut-être aussi la passion du Dévoluy que vous montrez sur Bivouak qui donne envie d'y aller d'ailleurs), c'est peut-être au final la météo qui choisira pour nous d'ailleurs ! :wink:


GLaG
13-04-2007 09:14:23

On parle bien du même itinéraire, mais c'est amusant de voir que je n'en ai pas du tout la même interprétation. J'ai fait ma première ascension du Ferrand en août 2000 dans le brouillard épais - visibilité à 20m - sans connaître préalablement l'itinéraire, et sans difficulté : on suivait les balises... Mais c'est surtout l'Obiou qui me semble très délicat : le passage dans des escaliers très raides sous le col, les dalles lisses et glissantes au dessus où je dois mettre les mains...


Pierre Baldensperger
13-04-2007 00:18:10

C'est très surprenant. Comme tu fréquentes ces lieux bien plus souvent que moi, j'en déduis que mes souvenirs me trompent. Il est vrai qu'ils commencent à dater (dernier Ferrand en 2003 et dernier Obiou en 2002) et que je n'ai fait que 3 fois l'Obiou les 10 dernières années. Par contre, je suis quand même allé une bonne dizaine de fois au Ferrand les 20 dernières années et je l'ai toujours trouvé particulièrement dur. Pour parler moins subjectivement, mes souvenirs de l'Obiou m'évoquent une trace évidente à suivre sauf peut-être dans de très courts passages, relativement "confortable" au pied (toute proportion gardée), et ne nécessitant pratiquement jamais de "mettre les mains". Pour le Ferrand : - il faut d'abord accéder au Vallon Froid (ça fait déjà une bonne trotte), - après, la trace et le balisage deviennent beaucoup moins évidents (sauf si ça a été refait depuis mon dernier passage), - ensuite il faut remonter le pierrier (pas si pénible qu'il n'y paraît à première vue mais quand même), - puis passer la "cheminée" (relativement facile, admettons, au moins à la montée, mais il n'y a pas ça à l'Obiou), - on arrive ensuite dans une zone de petits gradins très raides recouverts d'éboulis croulants que je trouve personnellement très inconfortable à monter comme à descendre (pied sûr de rigueur, mon père s'y était d'ailleurs foulé une cheville il y a fort longtemps), - à cet endroit, la trace et le balisage deviennent encore moins évidents (surtout qu'il faut contourner une petite barre à un moment, ça m'est arrivé d'y paumer la trace en montant à l'aube et de devoir tâtonner pour retomber dessus), - le final est court et somme toute assez facile (avec quand même un passage expo où il faut rester vigilant, surtout à la descente).


GLaG
12-04-2007 23:13:40

Je n'ai pas du tout le même ressenti concernant les voies normales de l'Obiou et du Ferrand...Je trouve le Ferrand bien plus facile car, si l'on pose un peu plus les mains, c'est beaucoup moins exposé et vertigineux. Et l'itinéraire est tout aussi "balisé" de grosses marques rouges que celui de l'Obiou. Sur le côté sauvage : avec mes horaires souvent décalés, je ne peux pas comparer de manière fiable la fréquentation, mais j'ai vu souvent (une fois à la mi-août 2003, et début septembre 2006) des dizaines de personnes ensemble dans la voie normale du Ferrand, plus que dans mes visites à l'Obiou. Dans tous les cas, ces deux sommets sont nettement plus délicats que la Tête des Chaudières... Le col des Aiguilles est une belle destination, mais on commence à dépasser les 2h30 de route depuis Villard...Pour ta boucle très grand luxe et en deux jours, ça vaut vraiment le déplacement !


Pierre Baldensperger
12-04-2007 22:35:39

Allez, je rajoute mon grain de sel... ;-) Si la Tête des Chaudières depuis Corrençon est la limite supérieure pour tes parents, ça restreint beaucoup les possibilités. Il faut aussi prendre en compte le fait qu'il n'y a pas beaucoup d'itinéraires balisés dans la zone que tu cibles (la crête entre Obiou et Ferrand). Si tu y vas pour la première fois, il vaudra mieux rester sur des itinéraires très "classiques". Paradoxalement, je pense que la Grande Tête de l'Obiou, bien que point culminant, est un des rares endroits compatibles avec tes critères (en montant en voiture jusqu'au Chalet des Baumes par Les Payas et le Col de la Samblue). C'est une rando on ne peut guère plus typique du Dévoluy (il n'y manquerait que ce sentiment d'isolement loin des sentiers battus). L'itinéraire est tout tracé, il y a un passage un peu raide et exposé sous le Col de l'Obiou, mais personnellement je le trouve plus impressionnant vu de loin que dangereux quand on est dedans (le danger vient en fait surtout des autres randonneurs qui peuvent décrocher quelques cailloux). Le seul truc un peu dommage : impossible de faire une boucle, il faut descendre par le même chemin (si on excepte la variante directe en descendant à travers le pierrier sous le Col de l'Obiou pour les amateurs). La seule vraie difficulté est la longueur et le dénivelé assez importants : c'est assez nettement au-dessus de la Tête des Chaudières donc il faudra prévoir une longue journée (surtout que, comme le dit Bernard, ça fait une sacrée trotte depuis Villard, et la montée au Chalet des Baumes en voiture ne peut se faire qu'à vitesse très modérée car la piste est moyenne). Le Grand Ferrand est franchement plus dur, plus sauvage et beaucoup moins bien tracé. Sinon, si tu acceptes d'aller voir la partie Sud plutôt que le chaînon Obiou-Ferrand (je te rassure : tu ne perdras rien au change), je suis d'accord avec Bernard : le Col des Aiguilles depuis La Jarjatte, suivi du Haut Bouffet, ça te mettra en plein dans l'ambiance pour une difficulté largement abordable. Seul défaut : comme à l'Obiou, il faut redescendre par le même chemin. Alors pendant qu'on y est, si vous pouvez passer 2 jours, il y a moyen d'inscrire ça dans une boucle de très grand luxe (je pèse mes mots) et tout aussi abordable :    - départ de Lachaup (au-dessus d'Agnières en Dévoluy),    - montée au Col de Charnier par le vallon du même nom,    - descente sur le Lac du Lauzon,    - rejoindre La Jarjatte par Col des Aurias et Col de la Croix      (descente plus sympa que par la cabane du Fleyrard),    - nuitée à La Jarjatte (il y a un gîte),    - le lendemain montée au Col des Aiguilles,    - crochet par le Haut Bouffet pour les amateurs motivés      (les autres pourront attendre dans le Vallon des Aiguilles)    - retour vers Lachaup par la cabane de la Rama Concernant le Chamousset (n'oublions pas ce sommet qui a quand même été le point de départ de ce fil), il offre une vue très spectaculaire sur le vallon de La Jarjatte, mais à mon sens il ne plonge pas vraiment dans "l'ambiance Dévoluy", et l'accès au sommet se fait obligatoirement par le versant Sud, qui donne vers l'extérieur du massif : on ne découvre la vue qu'une fois en haut, c'est moins immersif...


GLaG
12-04-2007 19:32:16

Comme le fait remarquer Bernard, Villard n'est pas précisément à côté du Dévoluy...mais celui-ci mérite la visite ! Les suggestions de Bernard me semblent toutes pertinentes ; dans sa liste, j'aurais une préférence pour l'arête de Rattier via Mens et le refuge de Rochassac. C'est assez long mais pas vraiment exposé même si l'arête est impressionnante. Une autre suggestion plus tranquille : la crête de la Laisse sous l'Obiou (avec possibilité de montée au sommet pour les plus entrainés ; mais là il y a le vide et l'exposition !). C'est très familial mais très panoramique et montre bien l'ambiance "Dévoluy".


Bernard MAZAS
12-04-2007 18:39:51

ced
Bonjour, J'aurai peut-être l'occasion de refaire un petit tour à Villard de Lans avec mes parents en septembre prochain et tout ce que j'ai pu lire ou voir avec les photos de GLaG sur le Dévoluy me donne bien envie de découvrir et de leur faire découvrir... A voir les topos, j'ai l'impression que ce qui doit être le plus sympa si on ne doit y faire qu'une journée, c'est d'aller quelque part sur la crête entre le Gd Ferrand et l'Obiou. Qu'est ce qui vous semble le plus sympa à faire par là ?
J'ai une remarque préalable : à Villard de Lans, tu n'est pas précisément à pied d'oeuvre : il te faut au bas mot 1 h 15 / 1 h 30 en passant par Sassenage pour rejoindre Mens, Tréminis ou la Jarjatte. Les randos accessibles de ces départs sont en général longues et/ou exposées. Tout ça te fait donc une journée chargée, sauf si vous couchez dans un gîte sur place, ce qui me semble plus raisonnable. Les randos les plus accessibles qui me viennent à l'esprit, d'autres intervenants pourront compléter : - de Mens, le bonnet de Calvin, l'arête de Rattier - de Tréminis la grotte de la Fétoure - de la Jarjatte le lac du Lauzon et le col de Charnier (voire le Grand ferrand, mais ça fait long), la grotte de Clausis, le col des Aiguilles et le haut Bouffet, et enfin Chamousset


ced
12-04-2007 17:19:08

Bonjour, J'aurai peut-être l'occasion de refaire un petit tour à Villard de Lans avec mes parents en septembre prochain et tout ce que j'ai pu lire ou voir avec les photos de GLaG sur le Dévoluy me donne bien envie de découvrir et de leur faire découvrir... A voir les topos, j'ai l'impression que ce qui doit être le plus sympa si on ne doit y faire qu'une journée, c'est d'aller quelque part sur la crête entre le Gd Ferrand et l'Obiou. Qu'est ce qui vous semble le plus sympa à faire par là ? Sachant que mes parents ne rechercheront pas le vertige particulièrement et qu'ils commencent à vieillir... Ils font encore des balades type Tête des Chaudières depuis Corrençon mais je ne suis pas sûr qu'ils feraient énormément plus... Bref merci d'avance pour les conseils éclairés des Dévoluards !


François LANNES
11-03-2007 01:40:20

Difficulté du trafic informatique?? Encombrements nocturnes ?? Je ne sais pas exactement ce qu'il s'est passé, mais je constate que le message est passé 2 fois.... Ce n'était pas voulu. Cela fera donc double "Coucou" à chacun ! Bonne nuit. Bonne matinée. A+


François LANNES
11-03-2007 01:10:48

Bonsoir, Bonsoir ! Pierre, Luc, Bernard, Guillaume, .... et les autres !! Serait-ce le vrai dégel ?? Non, point encore tout à fait.... Mais nous allons attendre, attendre le moment... Le moment de l'éclosion !!! Le moment du "Top-Départ"... Ce moment où tous les participants seront là, bien là, sur la ligne, prêts à marcher, prêts à courir les monts et les pentes... Ce moment où, après la fatigue des mollets et des jambes, vient la fatigue des doigts qui pianotent sur les claviers... Ce moment où l'explosion des couleurs et des paysages nous en met plein les mirettes, et nous gonfle d'énergie pour préparer la fois suivante... Ce moment, ces moments, que nous aimons tous, et tant !! Tu sais Guillaume, ta photo elle est comme les autres : Magnifique !!! Et ses couleurs rouges la rendent dantesque... En passant, je réalisais que je me couche presque à l'heure où tu fais tes clichés... C'est rigolo. A+


François LANNES
11-03-2007 01:06:19

Bonsoir, Bonsoir ! Pierre, Luc, Bernard, Guillaume, .... et les autres !! Serait-ce le vrai dégel ?? Non, point encore tout à fait.... Mais nous allons attendre, attendre le moment... Le moment de l'éclosion !!! Le moment du "Top-Départ"... Ce moment où tous les participants seront là, bien là, sur la ligne, prêts à marcher, prêts à courir les monts et les pentes... Ce moment où, après la fatigue des mollets et des jambes, vient la fatigue des doigts qui pianotent sur les claviers... Ce moment où l'explosion des couleurs et des paysages nous en met plein les mirettes, et nous gonfle d'énergie pour préparer la fois suivante... Ce moment, ces moments, que nous aimons tous, et tant !! Tu sais Guillaume, ta photo elle est comme les autres : Magnifique !!! Et ses couleurs rouges la rendent dantesque... En passant, je réalisais que je me couche presque à l'heure où tu fais tes clichés... C'est rigolo. A+


GLaG
10-03-2007 20:41:40

C'est le printemps, les crocus poussent, les oiseaux chantent, et les bivouakeurs reviennent sur le site :D Allez, une petite photo d'ambiance du Dévoluy, je suis plus à l'aise en photo qu'en parole pour exprimer les mêmes sentiments :


anonynmous
10-03-2007 13:35:17

Et même Bernard sort de sa tannière! Bien le bonjour :wink:


Bernard MAZAS
10-03-2007 11:37:26

Ah ça fait bien plaisir de vous lire. C'est vrai que ça fait un bon moment que je cherche une occasion de poster quelque chose, et en voilà une bonne :D Pour ma part, j'hiberne un peu comme tout le monde, mais les beaux jours ne vont pas tarder à arriver, et avec eux, plein d'occasions de faire plein de choses... Amitiés montagnardes à tous


Pierre Baldensperger
10-03-2007 10:46:44

Si notre ramage se rapporte à notre plumage, nous sommes les phénix de tes hôtes sur bivouak, Luc ;-) ! A force, on finira peut-être par faire revenir le Sombardier sur ses anciens territoires de chasse :-D... Il faut croire que c'est ce petit coin du Dévoluy qui est un tel générateur d'enthousiasme, de fascination et d'inspiration que les mots et les phrases viennent naturellement sous la plume, chose rare, pour exprimer les ambiances comme les sensations physiques qu'on y a vécues. Je me souviens du récit qu'a fait François de son exploration du Pas la Cavale, qui en est un bel exemple. Hasard du web, je viens de tomber sur un "hommage à Jean-Marie Faure" sur le site du CAF de l'Obiou, qui vaut également son pesant de cacahuètes : un récit très brillamment rédigé d'une ascension au Roc de Garnesier par l'arête Nord (ceux qui sont allés reconnaître cet endroit des plus austères apprécieront, mais les autres aussi : on s'y croirait). http://obiou.over-blog.com Très paradoxalement, connaissant le sort funeste qui allait être celui de son auteur, je ne peux m'empêcher de voir dans ce texte un filigrane nous invitant à ne jamais dissocier l'enthousiasme de la prudence.


Luc
10-03-2007 09:36:40

Vous avez belles plumes... 8)


François LANNES
09-03-2007 21:46:58

Bonsoir Pierre, C'est avec un grand plaisir que je vois ton message sur Bivouak. L'hibernage avait un peu tarit les interventions, dont les miennes aussi, je le confesse... Et cette remontée à la surface, de l'un des Dévoluards du site, met du beaume au coeur. Le printemps s'approche... J'ai relu tout le fil de ces interventions parlant des Garnesier, venant de plusieurs plumes, avec un vrai plaisir mélé de profonde tendresse. Cette re-lecture réveillait en moi les souvenirs de l'été dernier, de l'automne dernier. Je prenais alors connaissance de tant de choses nouvelles au sujet des Randonnées du Vertige; je re-découvrais les beautés et les attraits du massif du Dévoluy; et surtout j'ai faisais de si belles rencontres avec les uns et les autres.... Quelque part, une inflexion dans mon cursus s'est faite, grâce à ces échanges, grâce à ces infos, grâce à Bivouak et à ses Bivouakeurs... Bonheur !!! Le nom du Pas la Cavale fait partie de ces souvenirs. Il a été pour moi un moment exceptionnel, que je pourrai pas oublier, et que je ne veux pas atténuer. Ce fil de discussion est pour moi l'occasion tout à fait choisie pour te remercier d'en avoir montré quelques photos, qui ont créé en moi l'envie de faire l'exploration... Depuis, je me suis "spécialisé" sur un coin de pente, au pied de magnifiques falaises, pas loin de chez moi. Je commence à reconnaitre.... Non. Plus exactement, les chamois de ce coin commencent à me reconnaitre quand je passe chez eux. Et il me tarde d'aller leur redire un petit bonjour, quand la neige qui reste aura fini de fondre. Tous les jours que le Bon Dieu fait, je regarde vers le haut, admire les à-pics, décortique les recoins pour y deviner les passages à découvrir aux prochains beaux jours. Avec le rêve, la Vie est plus belle !!! A+


Pierre Baldensperger
09-03-2007 00:12:29

Bonjour à tous, J'exhume cet ancien thread où il était question du Docteur Desmoulins, personnage emblématique haut en couleur qui a marqué de son empreinte tout un territoire du côté de Lus-la-Croix-Haute, et dans une certaine mesure un précurseur par son goût pour l'exploration des sentier et des passages oubliés ou secrets du Dévoluy Sud. Lors de mon récent séjour à Lus, j'ai eu l'agréable surprise de découvrir à la supérette du village un livre de souvenirs dont il est l'auteur, publié récemment (2006 d'après les infos éditeur) : un récit particulièrement fascinant, qui prend le prétexte d'un certain nombre d'anecdotes médicales heureuses ou (plus souvent) malheureuses pour brosser avec un brin de nostalgie le portrait d'un pays et d'une époque où le médecin était devenu un personnage aussi central que le curé en d'autres temps. Ce bon docteur a même malicieusement ajouté quelques rares allusions à ses escapades en montagne, notamment la mention un peu mystérieuse d'une "traversée du Pas de la Cavale au Pas de l'Âne" effectuée en compagnie d'un chasseur de chamois du Trabuëch... Pour les intéressés, voilà les infos : Henri Desmoulins Entre Ebron et Buëch, les souvenirs d'un médecin de campagne. 35 années passées avec sa trousse médicale Editions Bellier 41, cours Richard Vitton 69003 LYON ISBN 2-84631-163-3


Pierre Baldensperger
10-11-2006 23:42:02

Pour compléter cet ancien fil sur le Roc de Garnesier, je précise que la photo que j'évoquais dans un des messages précédents (qui par sa perspective semblait être prise du sommet du Roc) se trouve bien dans le volume "Les Préalpes du Sud, Vercors - Verdon - Dévoluy" par Patrick Cordier, dans la collection "Les 100 plus belles courses" de Gaston Rébuffat aux éditions Denoël. La photo en question illustre le topo n°10, "Les Aiguilles de Lus-la-Croix-Haute", page 48, mais elle ne peut de toute évidence pas être prise le long de l'itinéraire décrit (une "banale" boucle Col des Aiguilles - Col de Charnier). Je me permets (en espèrant que cela ne constitue pas une violation inacceptable du copyright) d'en mettre une petite copie ci-dessous. Si Bernard ou Pascal ont ramené des photos du sommet, ils pourront comparer la perspective. En ce qui me concerne, j'ai déterminé avec d'autres photos récentes que la perspective serait plutôt vue du Chamousset mais en plus haut, donc l'hypothèse d'une photo aérienne me paraît à présent plus vraisemblable, même si c'est un peu étrange de mettre des photos aériennes dans un livre de randonnée. Par curiosité, j'ai profité d'une visite au bercail pour retrouver ce livre que je n'avais pas ouvert depuis au moins 15 ans. Bien que datant de 1981, j'ai eu la surprise d'y trouver des impressions sur le Dévoluy très similaires à celles que nous échangeons ces derniers mois. J'ai aussi constaté avec amusement qu'un certain Pascal Sombardier figure en bonne place dans les remerciements. Il est aussi question d'un monsieur Alain Charbonnier qui serait un grand connaisseur du massif. Quelqu'un sait-il ce qu'il est devenu depuis ?


Bernard MAZAS
04-09-2006 08:52:52

Merci, Pierre, pour ton topo : ça a l'air superbe ! Tu me donnes l'idée de la faire à partir du col de Festre, ce qui a l'avantage de faire un circuit sans navette de voiture, en redescendant soit par la vallon de la Pisse, soit plus loin, par exemple sous le rocher Rond. L'inconvénient est de ne pas faire ta belle descente sur la jarjatte, mais comme j'ai déjà fait la grotte de Clausis cet été, je connais un peu le coin.


Pierre Baldensperger
03-09-2006 23:51:52

Bon, avec un peu de retard, je viens de terminer de mettre en ligne le topo que j'avais promis à Bernard et comportant quelques "passages secrets" dévoluards (le mot est un peu pompeux pour les passages en question, mais bon, pompons ;-)...) : http://www.bivouak.net/topos/course.php?id_course=2313&id_sport=2 J'ai essayé d'illustrer avec un maximum de photos. Je constate qu'entre temps vous n'avez pas chômé et qu'en plus d'un quadrillage complet des vires et des passages sous la Tête de Garnesier, nous avons désormais un superbe topo "Roc de Garnesier" de Bernard : chapeau et merci !! Je suis un peu déçu parce que la fin du Roc reste apparemment un peu trop costaude pour moi, mais ça fait quand même plaisir de savoir que ce n'était pas aussi infranchissable que ça en avait l'air.


Bernard MAZAS
01-09-2006 19:58:07

GLaG
Etait-ce hier, ou vous-êtes vous croisés avec Bernard Mazas qui vient de rentrer la montée au Roc effectuée aujourd'hui ??
Ben non c'était hier, et effectivement ça aurait pu se faire et ça aurait été vraiment très bien. Mais avec Jean-Marie, on s'est décidé hier soir, avec ce temps de carte postale, et on n'a pas eu le temps de prévenir. Le plus drôle, c'est qu'on a rencontré du monde : on attaquait la base du couloir quand on a vu deux randonneurs arriver au col de Corps versant Jarjatte. On a attendu un peu, ils nous ont vu, mais n'ont pas réagi particulièrement; Donc on a continué et je ne sais pas ce qu'ils ont fait après. Quelques impressions en vrac : La montée au col de Corps, par le versant Abéou est absolument géniale, è recommander toutes affaires cessantes. Dans la partie supérieure de la montée à la Tête, je suis monté directement au sommet sans prendre le tracé bleu clair de la photo de Pascal (c'est-à-dire sans redescendre sur la vire supérieure. A vrai dire, j'ai loupé le passage en montant trop haut dans le couloir facile sur le petit versant Ouest. Mais comme ça montait très bien, j'ai continué. Je mettrrai sur mon site une rando de difficulté moyenne mais absolument magnifique qui s'appellera "Traversée de la tête de garnesier par le col de Corps" (sans monter au roc, bien sûr)


GLaG
01-09-2006 19:30:46

Etait-ce hier, ou vous-êtes vous croisés avec Bernard Mazas qui vient de rentrer la montée au Roc effectuée aujourd'hui ?? En tout cas, deux "nouveaux" itinéraires qui viennent s'ajouter à une longue liste de belles randos du vertige...à quand une réédition-mise à jour de ton livre ? (j'ai presque fini les randos à ma portée, 30 sorties sur 40 "cochées" :-))


pascal sombardier
01-09-2006 16:16:27

C'est vrai que la photo est un peu grise et qu'on ne comprend pas bien ce qui se passe à gauche. C'est peut-être bien l'arête NNE qu'on voit, mais ce qui m'étonne, c'est qu'on ne voit pas qu'il y a 2 cirques avant et une première épaule avant la grande. Bref, j'ai mis un croquis pour être plus clair là : ../photos/photos.php?id=7334&id_sport=2 C'est en tout cas bien l'arête qui est tracée sur la photo de GLaG que j'ai utilisée. Bravo en passant à ce dernier pour ses photos du Bonnet de l'Évêque : ce coin est magique, mais Guillaume le rend irréel.


Pierre Baldensperger
31-08-2006 23:34:02

Un seul mot : extraordinaire !! Merci de m'avoir fait mentir dans la conclusion de mon précédent message puisqu'il s'agit donc une Nième manifestation de la "magie du Dévoluy" : sur les photos, ça semble souvent impossible, mais sur le terrain il y a toujours un passage... Pour l'accès au sommet, j'ai un doute : as-tu vraiment fait le tour pour rejoindre l'arête SE comme le suggère le tracé sur la 1ère photo ou bien as-tu, comme semble l'indiquer la 2ème photo, suivi la raide arête NNE (pourtant entièrement visible sur la 1ère photo, même si elle se fond un peu dans le gris de la falaise) ?


pascal sombardier
31-08-2006 15:51:03

J'ai profité du beau temps pour aller voir la Tête (Bientôt le Roc). J'ai bien regardé partout et il ne peut y avoir d'autres passages que ceux-là. Rien de difficile, mais de l'ambiance et une sauvagerie presque opressante. Heureusement, il y a des chamois partout : ça tient compagnie... ../photos/photos.php?id=7316&id_sport=2 ../photos/photos.php?id=7317&id_sport=2


Pierre Baldensperger
27-08-2006 19:35:36

Mais c'est toi, Pascal, qu'il faut remercier d'avoir su si bien réveiller la fibre aventurière et l'âme d'explorateur chez les lecteurs de tes livres. Je te remercie aussi pour ton invitation (qui me flatte beaucoup) mais je crains de ne guère pouvoir être plus qu'un "boulet" dans une telle expédition : je suis un randonneur sans entraînement, piètre grimpeur et sujet au vertige. Même si ça passe pour toi, il reste très probable que ça ne passera pas pour moi, même avec toutes les cordes et les assurages du monde : je connais mes limites... Plutôt que de handicaper une équipe de montagnards chevronnés et expérimentés, je préfère y aller voir à l'occasion à mon modeste niveau et sans pression. Et quoi qu'il en soit, je ne pourrai malheureusement pas me rendre sur place avant au moins un mois : j'espère qu'il fera beau avant ;-). Enfin, je sais que le conseil est inutile, mais n'oublions pas que ce sont la difficulté et l'exposition extrêmes qui font une bonne partie de l'attrait de ce tas de cailloux branlant, alors prudence !! PS : à tout hasard, puisque les photos t'ont semblé utiles, j'avais encore deux photos de la Tête de Garnesier (versant nord) en réserve (dont une déjà publiée sur bivouak mais que voici en meilleure résolution) : En l'occurrence, même si on y discerne quelques belles vires bien régulières, l'examen de ces photos me fait douter fortement de l'existence d'un passage praticable jusqu'au sommet sur ce versant, mais c'est déjà en soi une info : il vaut mieux commencer les recherches autour de l'arête ouest à mon avis.


pascal sombardier
27-08-2006 11:41:12

j'ai omis de remercier Balden pour son remarquable travail de documentation. Les photos sont bonnes et laissent entrevoir quelques perspectives. Si toi, Balden, ou quelqu'un d'intéressé par ce secteur et qui grimpe un minimum, peut se libérer en semaine, on y va dès qu'il fait beau. Objectif : le Roc et (ou) la Tête.


Pierre Baldensperger
25-08-2006 23:35:17

Merci pour la photo. Elle est pas mal du tout et permet de mieux comprendre le relief complexe formé par les nombreuses petites barres. Il y a de l'espoir... J'ai aussi trouvé celles-là qui valent leur pesant de cacahuètes : http://hbriceno.mitoc.org/ids/albums/2005/2005%5f01%5f08%5fSki%5fTete%5fGarnesier/20050108%2d11h13m33sC.jpg http://geo.hmg.inpg.fr/mto/jpegs/051006/L/1927.jpg http://geo.hmg.inpg.fr/mto/jpegs/011016/L/32.jpg (et pour Pascal, il y a certainement là matière pour préparer une exploration des vires sous la Tête de Garnesier) Pour les boites de conserve, certainement pas le guide de la Jarjatte si c'était dans les années 80 (il est arrivé beaucoup plus récemment et m'a dit ne l'avoir fait que deux fois ces toutes dernières années). Pour l'auteur des "100 plus belles courses", ça resterait éventuellement possible. Sinon : les gens de la RTM (il devait y avoir de sacrés cabris dans le tas et comme ils ont travaillé juste en-dessous, l'envie leur est peut-être venue de voir le chantier de haut ;-)) ? Pour mes passages secrets dévoluards, je n'en ai pas tant que ça. Mais je peux en mettre un autre en ligne ce week-end, qui n'est sans doute pas inédit mais quand même assez peu connu. Stay tuned...


Bernard MAZAS
24-08-2006 10:05:49

salut Pierre J'ai oublié un petit détail : JM m'a assuré que le roc de garnesier n'était pas un sommet vierge : il a trouvé des boites de conserve (vides) au sommet (hum : laissées par le guide de la Jarjatte ?) Je t'envoie la même photo mieux définie dans ta BAL (scan d'une photo argentique) mais ce jour là la visibilité n'était pas bonne, et comme en plus je suis un photographe plus que moyen, je n'ai pas mieux. :cry: je ne partage pas ton pessimisme sur l'accès au couloir inférieur. J'ai comme l'impression qu'à la base des rochers (donc un peu au-dessus de ton tracé bleu) il y a une sorte de bourrelet où la progression doit être plus facile ; de plus, comme dit Pascal, c'est seulement sur le terrain qu'on peut vraiment se rendre compte. Le couloir, quant à lui, doit être molto detritico et peut réserver de mauvaises surprises. Au-dessus, (là où se terminent tes pointillés bleus) il y a, dominant un cône de déjection suspendu, un ressaut fendu d'un couloir et c'est peut-être là qu'il faut chercher. :?: Plus haut, c'est raide, mais on peut espérer que l'arête est en meilleur rocher et qu'il est possible de rejoindre l'antécime (le sommet apparent sur ta photo), la suite jusqu'au sommet pourrait être plus facile, car l'arête est moins pentue : voir par exemple cette photo de Glag : http://www.tetras.org/Semaines/S_2005_26_g.html Pour terminer, Pierre, si tu as des passages dévoluards peu connus et intéressants, fais nous signe :wink:


Pierre Baldensperger
24-08-2006 00:41:30

Merci beaucoup Bernard pour ces infos sensationnelles. En tout cas, voilà qui va remettre un peu de piment (et d'optimisme) dans le débat "faisable / pas faisable" sur ce sommet. Je randonne pourtant très fréquemment dans la région (que je fréquente assidument depuis plus de 25 ans) et je me suis souvent renseigné sur le Roc, mais à part le récit d'ascension par l'arête nord en hivernal et en crampons du guide de la Jarjatte (et aussi cette photo à la perspective troublante dans "les 100 plus belles courses"), je n'avais jamais entendu parler d'un accès au sommet, encore moins d'un accès abordable sans escalade, et absolument jamais par l'arête sud (même si personnellement j'ai toujours été convaincu que c'est le côté le moins infaisable). J'ai donc l'habitude des improbables "passages secrets" qui émaillent la région, mais si celui-ci existe, ça doit être de loin le plus extraordinaire de tous. Je continue quand même à avoir certains doutes. L'accès inférieur au couloir me paraît vraiment "chaud" sur toutes les photos. Quant à la partie supérieure (à partir du bout du couloir), elle garde pour l'instant tous ses mystères. J'ai regardé sous tous les angles les photos aériennes du géoportail, mais cette zone est malheureusement affectée d'une déformation (sans doute due aux conditions de prise de vue et à l'altitude de vol de l'avion) et d'étranges fluctuations de contraste (raccord de plusieurs photos ?) qui ne permettent pas d'en dire plus (et même plutôt moins) que les photos du "terrain". A ce propos, n'aurais-tu pas une version en résolution plus fine de ta photo vue du sommet de la Tête de Garnesier, sur laquelle on pourrait peut-être mieux distinguer la structure du relief sous le sommet ?


Bernard MAZAS
22-08-2006 14:25:59

Je viens de téléphoner à Jean-Marie pour lui faire part de nos échanges. Il fait le roc dans les années 80, sans plus de précisions sur la date exacte et il m'a dit spontanément qu'il était prêt à y retourner, mais que ce serait plus raisonnable avec une corde ! Il m'a dit aussi qu'ils avaient pas mal galéré avant de trouver le passage, et qu'il n'était pas sûr de le retrouver. D'après lui, ça part plutôt sur la droite au-dessus du col de Corps, donc c'est bien conforme avec l'itinéraire en bleu de Pierre. Il est possible que, depuis 20 ans, les lieux aient changé suite à des éboulements, mais sinon, ça devrait être faisable. Dernière précision : le rocher n'est pas bon, mais ça, on s'en serait douté... Donc y a plus qu'à :?:


Pierre Baldensperger
21-08-2006 22:45:02

Très amusant ! C'est la période des coïncidences : l'accès suggéré par Bernard est précisément celui auquel je faisais allusion dans mon précédent message. Voici (cliquer sur les imagettes et patience parce que c'est un peu gros) les versions à la plus haute résolution de deux photos : ainsi que les deux mêmes photos sur lesquelles j'ai dessiné :

    - en rouge : l'itinéraire que j'ai suivi l'an dernier et par lequel (selon moi) il est très très "chaud" de poursuivre vers le sommet - en bleu : le passage qui m'a sauté aux yeux à l'examen de la photo hier et qui semble bien être le même que celui indiqué par Bernard
Le pire, c'est que nous avions remarqué ce passage avec mon camarade de rando, mais comme les pentes herbeuses semblaient "moins pire", on a préféré aller explorer de ce côté là, et quand nous sommes repassés devant à la descente, on avait tellement "ramé" et on s'était senti tellement mal à l'aise que nous n'avions plus la moindre envie de repartir en quête d'une voie vers le sommet ;-). Derechef, je sais bien qu'on ne peut pas savoir tant qu'on n'a pas le nez dessus, mais il me semble quand même que l'accès en bas de ce couloir nécessite de passer dans un petit "toboggan" fort peu sympathique. Par expérience, je ne fais guère confiance à ce genre de terrain...


pascal sombardier
21-08-2006 19:38:33

au cas où vous n'y croiriez pas, allez voir cette photo : ../photos/photos.php?id=7159&id_sport=2


pascal sombardier
21-08-2006 19:22:45

Impressionnant ! Si tu peux avoir des précisions sur l'itinéraire qu'ils ont emprunté pour grimper au sommet du Roc, ce serait bien, mais y aller sans corde, ça me parait osé... Je sais bien que l'on a toujours des surprises quand on a le nez sur le rocher. Ainsi, du pas de l'âne, je me suis dirigé droit sur une barre rocheuse qui semblait couper le passage à la traversée des pentes pour rejoindre le col de Plate Contier : il y avait une trace de moutons et ce qui semblait un mur de loin était un véritable escalier. Quant au col de Corps, je n'ai pas dit que c'était un boulevard : c'est effectivement physique, mais sur des gradins herbeux assez commodes et sans danger.


Bernard MAZAS
21-08-2006 11:02:11

Bonjour à tous Je viens de prendre connaissance avec beaucoup d'intérêt de vos questionnements a propos du roc de Garnesier. Je ne l'ai pas fait moi-même, mais j'ai un bon ami gapençais qui l'a gravi en été avec un de ses amis il y a déjà pas mal d'années, et voici les informations dont je dispose. Ils sont d'abord montés au col de Corps versant Abéou (il n'a pas dû trouver le passage cité par Pascal, car il m'a parlé d'une montée plutôt pénible et physique). Du col, d'après ses souvenirs et en regardant mes photos : http://bbmazas.club.fr/Devoluy/Photos/garnesier4.html et http://bbmazas.club.fr/Devoluy/Photos/garnesier6.html il a cru reconnaître le couloir enneigé (c'était en juin) bien visible surtout sur la première et qui permet d'accéder à la partie supérieure de l'arête. Plus haut, il m'a parlé d'un passage d'escalade qui ne doit pas être trop difficile puisqu'ils sont redescendus sans faire de rappel (ils ne risquaient pas, ils n'avaient pas de corde !) mais ils se sont quand même fait un peu peur à la descente. A aucun moment, ils n'ont traversé pour rejoindre l'arête nord. Voilà, je n'en sais pas plus pour le moment.


Pierre Baldensperger
21-08-2006 00:55:30

Troublante coïncidence en effet ! Il faut croire qu'il y avait vraiment du Garnesier dans l'air ce Dimanche ;-). C'était effectivement bien téméraire de tenter le col de Corps par ce versant, je n'aurais pas parié que ça passait : j'avais le souvenir d'un terrain très raviné sur l'autre versant, assez meuble et instable. Ce massif regorge décidément de surprises et de passages plus faciles qu'on ne l'avait imaginé. A tel point que ça pousse un peu au crime dans le cas du Roc de Garnesier justement : on aimerait bien croire qu'il existe un tel passage "miracle" pour aller jusqu'au sommet sans sueurs froides, mais il faudra sans doute se rendre un jour à l'évidence : il en fallait bien un dans le massif qui vende chèrement sa peau, et c'est sans doute celui-là. Ceci étant, en scrutant mes photos du Roc, je vois un autre passage sur la droite qui semblerait praticable et qui pourrait permettre d'accéder un peu plus haut que par les pentes herbeuses. A l'occasion peut-être si je me sens le pied sûr... Quand tu dis que tu as "coupé" direct vers Plate-Contier, cela veut dire que tu es passé à flanc du versant sud de Garnesier ? Ca n'a pas dû être de tout repos... et connaissant le coin il devait y avoir du chamois en pagaille, non ? Quant aux vires sous la Tête de Garnesier, je me suis promis d'aller y refaire un tour lors de mon prochain séjour : je voulais aussi retourner dans ce coin pour compléter mon exploration du sentier qui court horizontalement sur la face sud-ouest du Chamousset, que je n'ai jamais essayé malgré les nombreuses randos que j'ai faites dans ce secteur, alors qu'il pourrait permettre d'improviser des variantes sympas de certaines boucles plus "classiques".


pascal sombardier
20-08-2006 18:49:15

Étrange coïncidence, mais j'étais là aujourd'hui. J'ai fait cette vire du pas de l'Âne qui est assez impressionnante mais passe assez bien (par temps sec). Petite précision, je suis parti de La Cluse et Voran car je voulais voir ce fameux vallon de l'Abéou, un des rares où aucun itinéraire balisé n'apparaît, ni sur les cartes ni sur le terrain. C'est magnifique et sauvage ; une piste monte jusqu'aux chalets de Chazal (il y en a 2 maintenant) et c'est assez tranquille ensuite : des alpages vraiment parmi les plus beaux que j'ai vus. Je voulais voir si le col de Corps passait bien de ce côté et j'ai été surpris, car, grâce à une diagonale évidente, ce n'est même pas raide : des gradins sans danger. Par contre, il faut près de 3 h pour arriver au col depuis La Cluse. Du pas de l'âne, je comptais chercher le passage du Dr Desmoulins pour aller au sommet de la Tête de Garnesier, mais il se faisait tard et j'ai coupé direct au col de Plate Contier. J'y retournerai... J'ai observé le Roc et je ne comprends toujours pas comment on pourrait y accéder. Cette montagne est un mystère...


Pierre Baldensperger
20-08-2006 01:30:42

En dépilant des photos de rando de l'an dernier, je suis retombé sur des vues du Roc de Garnesier qui illustrent bien ce que je disais sur son versant sud-ouest. Du coup, j'ai rentré un topo de rando bien périmé (Septembre 2005), mais ça te permettra au moins de voir les photos du "monstre". http://www.bivouak.net/topos/course.php?id_course=2303&id_sport=2 [edit] Il y a aussi quelques vues qui permettent de deviner la structure des vires sous la Tête de Garnesier.


pascal sombardier
09-05-2006 09:24:10

c'est drôle, mais j'ai connu les personnes dont tu parles : le docteur Desmoulins a fait 8 points de suture sur le crâne de ma femme qui avait fait une rencontre un peu violente avec les sabots de son étalon (je ne parle pas de moi...) aux Hoches. Et j'étais allé avec Philippe Guyot de "Valgabondage" sur le Balcon de La Jarjatte. Mais je crois que Philippe a changé de coin et a monté un gîte dans le Diois, vers Archiane. En tout cas, les descriptions que tu fais ne sont pas très encourageantes, à part celle de la Tête depuis le pas de l'Âne que j'irai peut-être voir un jour. Merci encore.


Pierre Baldensperger
08-05-2006 23:36:26

Malheureusement je n'ai pas beaucoup plus de précisions. Je tiens cette affirmation d'un vieux rando-routard de la région (du nom de Salomon) qui habitait dans un mobile-home au Mas Rébuffat au-dessus de Lus et que j'étais allé consulter il y a fort longtemps (au moins une quinzaine d'années) au sujet d'un improbable passage entre les pentes de Mougious et de Vachères par la zone dite "Pas la Cavale" sur IGN (une autre zone intéressante pour les émules des chamois, soit dit en passant...). Il m'a dit avoir effectué cette montée du pas de l'âne à la tête de Garnesier guidé par l'ancien médecin de Lus, le docteur Desmoulins, qui officiait dans les années 70-80 et était réputé dans le coin pour avoir exploré les montagnes de fond en comble. Je me souviens qu'il avait fait une remarque du style "c'est pas évident à trouver quand on ne connaît pas". Ceci étant, j'ai pas mal fréquenté le pas de l'âne ces dernières années et le début paraît très abordable (c'est vrai qu'aux jumelles, il y a beaucoup de passages dans la région qui semblent exagérément raides voire infranchissables). Quant au Roc de Garnesier, ce n'est pas un sommet vierge : le guide du gîte "Valgabondage" de la Jarjatte m'a dit l'avoir fait plusieurs fois en hivernal (et avec son chien !!!). Il m'a dit qu'en hiver avec les crampons ça passe mieux qu'en été (personnellement ça me glace le sang rien que d'y penser). D'après ce qu'il m'a dit, il est passé par le col de Corps au sud pour accéder aux pentes semi-herbeuses au-dessus de la première falaise, puis a traversé en diagonale ascendante pour rejoindre le haut de l'arête nord et la suivre jusqu'au sommet. Il m'a aussi précisé qu'il y a plusieurs passages vraiment très difficiles et très dangereux et qu'il pensait que ça pouvait passer plus facilement (toujours en hivernal) en passant par le col du Bouffet et l'arête est : il l'aurait tenté à l'hiver 2005 et n'aurait été bloqué que par un petit passage vertical de quelques mètres et n'aurait pas eu sur lui l'équipement nécessaire pour le franchir. Tu devrais aller lui poser la question pour avoir plus d'infos. Avis personnel : j'ai observé souvent l'arête est aux jumelles (c'est trompeur, je sais...) et j'ai du mal à croire qu'elle puisse être plus "facile" que l'arête nord... L'arête nord m'avait toujours paru être la voie d'accès la moins infranchissable, donc si tu dis qu'elle est pourrie, les options restantes paraissent très très risquées... En ce qui me concerne, je connais également le début de l'approche sud que je suis allé voir plusieurs fois en conditions estivales. L'accès aux pentes semi-herbeuses depuis le col de Corps est sans aucune difficulté, mais malgré une exploration poussée de ce secteur, je n'ai effectivement vu aucun espoir de rejoindre l'arête sud (à moins de faire de l'escalade pure... en rocher pourri...). Ne reste que l'option de la traversée en diagonale ascendante, qui n'est pas sans évoquer le sentier de la baronne, en plus petit et sans le sentier... on progresse sur des pentes jonchées d'éboulis, de plus en plus raides, avec un énorme vide très vertigineux qui se rapproche de plus en plus à main gauche. Attention aussi aux chamois un peu farouches qui habitent cette zone : ils n'ont sans doute pas l'habitude des promeneurs, prennent peur et détalent comme des fous en faisant dévaler des cailloux. Personnellement c'est beaucoup trop fort pour moi : j'ai toujours fait demi-tour. Mais pour des gens "aguerris" comme toi, c'est peut-être franchissable : il faut aller voir sur place pour savoir... En tout cas, je n'appellerais plus ça de la rando, même pas "alpine" et il ne vaut mieux pas encourager les gens à y aller (je souscris totalement à ton message de modération dans ton livre "du Mont Aiguille à l'Obiou"). NB : si tu ne la connais pas, un avantage de l'approche par le col de Corps est qu'en cas de rebroussement de chemin, on peut rejoindre rapidement le pas de l'âne (ça passe sans difficulté à part une courte vire qui demande une prudence accrue à l'arrivée au pas) pour continuer l'exploration vers la tête de Garnesier ou poursuivre la rando sur la coupe sympa vers le Chamousset. NB2 : je me souviens aussi d'une photo dans un bouquin "les 100 plus belles courses" (peut-être celui sur les Préalpes du Sud) qui d'après le point de vue ne pouvait guère être prise que du sommet du Roc (ou d'un avion...).


anonynmous
08-05-2006 21:14:20

Merci de toutes ces précisions. Tu n'as pas de détails sur cet accès "chamois" à la Tête de Garnesier par là ?? J'ai souvent regardé aux jumelles ces ressauts dont tu parles et ça m'a toujours paru assez improbable. Mais il est vrai que, tant qu'on n'a pas le nez dessus............... Et le Roc de Garnesier ? J'ai essayé d'y aller par l'arête nord. C'était tellement pourri que j'ai renoncé. Il n'y a pas un accès plus fréquentable ? Ce n'est quand même pas un sommet vierge ?! :?:


Pierre Baldensperger
06-05-2006 13:05:49

C'est effectivement un peu pénible de devoir remonter la route de Rioufroid de la Bessée jusqu'aux Chabottes, surtout après une longue rando... De plus, même si la promenade le long de la crête au ras des falaises est impressionnante, je trouve personnellement la descente par le versant "Rimat" assez inintéressante (sauf à VTT). Généralement je fais juste un aller-retour au Grand Chamousset et je remonte au sommet pour descendre par un autre versant. Il existe aussi plusieurs variantes permettant de boucler en évitant ce tronçon. Je confirme qu'il y a bien un sentier entre la cabane du Roc de Rimat et Pré Pinel (zone d'ailleurs un peu sinistrée par l'exploitation forestière ces dernières années). Pour un itinéraire moins boisé et plus panoramique : sur ma carte IGN figure un autre sentier qui part horizontalement en suivant la ligne de niveau 1800, bien au-dessus du Roc de Rimat, au pied de la grande pente d'herbe rectiligne qui forme le versant Ouest-Sud-Ouest du sommet. J'ai vu sa jonction avec le zig-zag qui monte de Pré Pinel (voir plus bas) mais je ne l'ai jamais emprunté, en particulier à l'autre extrémité qui paraît un peu "Pepsi Max" si j'en crois la carte (pente raide, éboulis et barre rocheuse en contrebas). J'irai voir à l'occasion. Une autre variante consiste à ne pas partir des Chabottes mais à se garer dans une petite clairière en contrebas de la route, un peu avant le point 1203 sur IGN. Prendre le petit sentier (pas très visible au début) qui part de l'autre côté de la route et remonte le versant en zig-zags sympathiques jusqu'à rejoindre la route de Pré Pinel. Du col de Pré Pinel, un zig-zag (un peu défiguré par l'exploitation forestière) poursuit sur l'épaule Nord-Nord-Est de plus en plus raide pour finir par s'extraire de la forêt avant de rejoindre la trace horizontale "1800" (mentionnée plus haut) en provenance du versant "Rimat", et un tout petit peu plus loin l'itinéraire du topo que l'on suit jusqu'au sommet. Pour la descente : partir sur la belle et longue croupe Est qui relie le Chamousset à la Tête de Garnesier. L'ambiance est très belle et on rencontre plein de chamois dans ce coin. Si on a le temps, on peut poursuivre jusqu'au pas de l'âne, au pied des gradins sous Garnesier. Pour les aventuriers comme Pascal : j'ai entendu parler il y a longtemps d'un "itinéraire de chamois" qui permettrait de rejoindre la Tête de Garnesier depuis cet endroit (à explorer pour "Dévoluy" tome 2...?). Pour notre boucle, on peut quitter la croupe dès le point marqué 1961 sur IGN (large col herbeux) et descendre la pente d'herbe plein Sud pour rejoindre un ancien sentier qui descend en zig-zag, se perd ou se démultiplie un peu par endroits (on retombera toujours sur ses pieds à condition de ne pas changer de versant), et finit par rejoindre au fond du Vallon de Garnesier l'itinéraire du topo que l'on redescend jusqu'aux Chabottes. Ensuite, plus qu'une vingtaine de minutes de descente sur la route pour rejoindre la clairière du départ.


pascal sombardier
06-05-2006 09:47:28

Le retour se fait par un bon sentier depuis la cabane du Roc de Rimat par le Serre Sambue et Pré Pinel : c'est la boucle classique mais il arrive souvent qu'IGN soit imprécis en forêt car se basant sur des photos aériennes... Le problème est qu'il faut remonter un peu derrière la cabane pour trouver ce sentier de retour alors qu'on est tenté, comme tu l'as ss doute fait, de descendre sur une piste qui s'éloigne trop au sud. Je décrivais cette belle boucle dans "Du mont Aiguille à l'Obiou" p. 129 en précisant : "ne surtout pas descendre sur une piste plein sud, mais au contraire remonter derrière la cabane (sentier peu visible au départ) et traverser jusqu'à 1626 m. Un panneau vous indique ensuite le col de Pré Pinel à gauche. De là, on rejoint la large piste prise au départ". http://www.bivouak.net/photos/livres/Du_Mont_Aiguille_a_l_Obiou_101.jpg?id_sport=2.html



  • Horaire : 2h30
  • Dénivelé : 1000 m
  • Participants : Al et moi

Autres sorties

Date Titre Auteur
23-10-2018

Chamousset par le Pas de l'Ane

1 TofTof
27-10-2016

Nous démarrons à 10h05 de la Cabane Forestière de Chabottes, pour m...

8 Christian Delale
05-07-2016

Des averses annoncées sur la carte météo....des averses au camping...

8 Véronique
08-11-2014

Itinéraire réalisé en sens inverse :Serre Sambue, Roc de Rimat et P...

3 Mam
21-09-2014

Très belle sortie assez variée avec un très beau panorama au sommet...

regmu38
22-09-2013

Quel plaisir de refaire cette rando! On a eu un temps magnifique, ce q...

sylvie c
15-06-2013

Il y a quelques voitures au parking mais nous ne rencontrerons personn...

4 grospapa
26-07-2012

Un petit tour vers le Dévoluy pour un sommet moins emblématique que...

5 JeunouKiKrak
16-10-2009

Départ vers 6h40 de la maison à Vizille. J'avais repéré un point d...

Xavier Valette
10-05-2008

Quelques traces de neige juste pour faire joli, un ciel bleu magnifiqu...

1 dominique blondeau
03-11-2007

La vue sur les Aiguilles et les 2 Garnesier (entres autres) est superb...

sylvie c
22-07-2007

Circuit assez varié offrant au sommet des points de vue splendides su...

4 éric vb
10-06-2006

Vues magnifiques sur les sommets du Dévoluy au Nord. Magnifiques pr...

vch

Identification

( ) bivouak.net

Social Media