Pierre Morin depuis les Massons.

Pierre Morin depuis les Massons.

  • Altitude départ : 500
  • Altitude sommet : 980
  • Dénivelé : 500
  • Distance : ? km
  • Temps de montée : 1h30
  • Temps de descente : 1h00
  • Orientation : Sud
  • Balisage : Jaune
  • Itinéraire :
    • en boucle

Itinéraire

Du parking des Massons, prendre la direction "Tour d'Arces, Pierre Morin". 500 mètres plus loin, continuer tout droit (Nord-Est) en prenant le sentier balisé en jaune indiquant les "Sentiers de la Faîta". Vers 700 m d'altitude, prendre le chemin partant à droite, celui de gauche plongeant dans l'un des ravins de Saint Rambert et menant à Pierre Grosse. Le chemin s'élève toujours au Nord-Est sur une épaule odorante peuplée de pins sylvestre, de buis et de blocs de roches calcaires entre deux ravins sauvages. On aboutit alors dans le cirque des Collands, large bassin d'effondrement bien visible depuis la vallée. Le sentier traverse un torrent à sec pour proposer une bifurcation (~ 800m) menant à droite vers le Col de la Faîta par le bois de Saint-Rambert et à gauche à la Pierre Morin ("Sans issue"). Cet énorme bloc détaché des Grands Crêts s'atteint au prix d'une raide grimpette sur un sentier parfois gras mais sans danger.

Commentaires difficultés

Sentiers parfois raides et déversant

Topo créé le :

De l'église de Saint-Ismier, prendre la direction "Tour d'Arces". Stationner au parking des Massons.


Situation




Sortie du 14-03-2008

Traverse Pierre Morin - Les Courbires

Quand il y en a marre, il y a le Saint-Eynard. Face au boulot qui stresse, presse, agresse, rien de tel qu'une balade parmi les raides ravins qui creusent le versant de cette montagne massive. Il est midi et demi, j'enfourche mon vélo, direction la Tour d'Arces pour une bonne suée dans les ruelles des hauts de Saint-Ismier qui montent raides, raides et encore raides. Pas d'autres finalités dans cette balade vers la Pierre Morin que de s'immerger dans la sauvagerie de l'eau et du roc qui sculptent ce versant incroyablement sauvage à deux pas de l'ordonnance aisée des villas avec piscine. Cela sent bon le pin sylvestre, le buis, le printemps. Les ravins de Saint Rambert en imposent, je ne suis que de passage. Au dessus du cirque des Collands, quelques voiles rouges, jaunes et blanches se mêlent aux buses. La félicité n'est pas loin, je souris, ailleurs que dans ce bureau où l'on me transmute en citron numéroté. Une ultime grimpette sur le sentier gras et glissant et me voilà à la Pierre Morin, curieux et massif parallélépipède presque parfait, décroché des Grands Crêts. On le voit aisément depuis la vallée. On dirait une réplique naturelle à la Tour d'Arces. Quelques clous vieillis témoignent de son destin raté de Pierre Chambertin, la patine en moins. Trop loin, trop haut, 500 mètres et une bonne heure au dessus du parking. "Sans issue" était marqué sur le panneau jaune à l'intersection vers le Col de la Faîta. Que nenni ! Au delà de la Pierre, le sentier continue, aboutit après 100m de lacets serrés à une étrange cabane en bois, ruinée. Quelques planches, des bidons métalliques (mais que font-ils là ?) et le sentier part sur la droite, devient sente. Elle se dirige probablement vers les Courbières. Je mise sur une origine animale mais un vestige plastique d'un paquet de mouchoirs me contredit. D'autres humains sont passés par là ! Je continue, traverse un pierrier commode et aboutit sur une épaule clairsemée, herbeuse. C'est raide, un beau toboggan d'herbe jaune. Un caillou se décroche de la sente, bascule, prend de la vitesse. Puis c'est la rupture de pente. Trois ou quatre longues secondes plus tard, je l'entends résonner sur les pierriers en contre bas. Une petite barre mais suffisamment grande pour se briser les os en cas de chute. Je deviens un peu plus couard, même si les voiles au dessus de moi, parfois à une dizaine de mètres, font comme des anges gardiens. J'hésite à leur faire signe de la main. Un peu plus loin, un minuscule thalweg terreux et gras, pas plus large qu'une grande enjambée mais faisant comme un entonnoir vers le vide aura raison de mon reste de courage. Je décide de faire demi tour. Peu importe, la finalité c'était d'être là, pas d'arriver quelque part.

Commentaires

anonynmous
16-03-2008 18:33:13

Je confirme tout à fait, dès que tu as fini de passer au dessus du ravin (pour celà il est préférable de remonter d'une dizaine de mètres) la sente se poursuit sans problème et dès que tu as tourné l'angle, elle devient encore meilleure et te dépose sans difficulté au virage du large sentier du col de la Faîta par lequel on revient aux Massons. Bonne balade !

Greg_
16-03-2008 17:33:07

Merci Goupil de confirmer mon hypothèse ! :) Dommage alors de ne pas avoir été plus opiniâtre :lol: Il semblerait en effet après coup, au vue de la carte et de la photo ci dessous, que la traversée un peu scabreuse sur ces raides pentes d'herbe soit le seul passage vraiment exposé de cet itinéraire bis pour le Col de la Faîta. Tu confirmes ?


Goupil
15-03-2008 21:04:14

Greg, je te confirme que la sente qui part à droite de la cabane effondrée mène bien aux Courbières et se raccorde au sentier du col de Faîta au point 1075m. Je l'ai parcourue, il y a 3 ou 4 ans, mais à faire absolument par temps sec.



  • Horaire : 1h30
  • Dénivelé : 500 m

Autres sorties

Date Titre Auteur
02-04-2010

Approche très intéressante d'un versant particulièrement sauvage. L...

GILLES GUIROUX
21-06-2008

Je n'ai pas eu le temps pour explorer plus loin que le Pierre Morin. J...

David

Identification

( ) bivouak.net

Social Media