Grand Glaiza et Pic du Malrif depuis Aiguilles


Grand Glaiza et Pic du Malrif depuis Aiguilles

  • Altitude départ : 1965
  • Altitude sommet : 3293
  • Dénivelé : 1360
  • Distance : 7 km (14 A/R) km
  • Temps de montée : 4 h
  • Temps de descente : 2h45
  • Orientation : Sud
  • Balisage : Celui des GR de 2300 m. jusqu'au col du Malrif, cairns au-delà.
  • Itinéraire :
    • possible avec des enfants
    • en boucle

Itinéraire

Le Grand Glaiza est une rando assez longue et qui demande de l’endurance, mais sans aucune difficulté technique, qui se déroule dans un très beau paysage, avec en son milieu la superbe oasis du Grand Laus, le plus grand des lacs du Malrif (le seul vraiment visible du sentier), et au sommet l’un des plus vastes et stupéfiants panoramas des Alpes du Sud. En contrepartie, on ne s’y trouve que rarement seul – mais la compagnie, à condition de n’être pas processionnaire, peut aussi présenter quelques avantages …
De la bergerie (point d’eau), partir direction nord puis est, sur le sentier bien visible qui rejoint vers 2300 m. le GR 58A. Remonter ce GR jusque sous le Grand Laus, où on le quitte pour le GR 58 qui poursuit un peu vers le nord, rejoint puis longe le lac sur toute sa rive droite (est). Il grimpe ensuite toujours plein nord au-dessus du lac (superbes vues plongeantes en se retournant !) jusqu’au point 2830 (col du Petit Malrif), où on prend (nord-est) un petit bout du GR 58D qui mène au sommet du Pic du Malrif (2906 m.), puis en redescend par l’arête nord-est jusqu’au col du même nom (2866 m.). On laisse alors définitivement le GR (qui file vers le col de Rasis) pour prendre pied sur la confortable Crête aux Eaux Pendantes qu’il suffit de remonter jusqu’au sommet (où elle se redresse un peu).
De là-haut, par beau temps non brumeux, la vue est fabuleuse sur le Mont Blanc et le Mont Rose (et même au-delà !), les Ecrins, la Vanoise, le Mercantour, jusqu’à l’Argentera…, sans parler bien sûr des innombrables sommets plus proches du Queyras, de l’Ubaye, d’Italie, etc.
Le retour par le même itinéraire permet d’admirer à nouveau longuement le Grand Laus, cette fois sans se retourner !

A lire
  • 3000 sans frontière alpes du sud par A.Pirovano-B.Ranc. Référence : topo n°19 proposé par Geoffroy Rémi

Précautions

aucune en particulier. Sentier parfois glissant sous le sommet après une chute de pluie ou de neige, mais pas exposé.


Commentaires difficultés

aucune difficulté, mais course assez longue et dénivelé déjà respectable. Sentier parfois un peu raide au-dessus du lac Malrif et sous le sommet. Crête terminale rocheuse mais confortable.
0.0/5 (0 votes)

Topo créé le :

De Guillestre, se rendre à Aiguilles par la D902, puis la D907. Là, emprunter au-dessus du village la piste empierrée mais carrossable qui monte au Lombard. Vers 1854 m., la quitter pour une autre piste à droite qui mène à la bergerie du Lombard. Se garer sur le petit parking sous la bergerie.


Hébergement(s) associé

Parcours



  • Nb points : 1037
  • Donnée terrain : Oui
  • Distance (km): 16.01
  • Dénivelé - : 1517
  • Dénivelé + : 1426
  • Taille fichier : 1 kB
  • Téléchargement


Sortie du 16-08-2008

Pic du Malrif et Grand Glaiza

Ce samedi j’avais prévu de monter au Bric Froid, mais la neige tombée la veille (et la nuit ?) en altitude m’en ont dissuadé. J’ai donc jeté mon dévolu sur le Grand Glaiza, tout proche du Bric, mais plus facile d’accès m’a-t-il semblé d’après mes topos (j’ai pu le vérifier en montant au Bric la semaine d’après).
Sous un ciel tout bleu, dépourvu de toute trace de brume (lavée par les précipitations de la veille), cette rando fut pour moi un plaisir sans mélange, un pur délassement car je n’avais pour une fois aucun obstacle à redouter, aucun passage exposé, aucune arête vertigineuse à affronter, pas même de petite escalade en vue (là c’est un peu dommage, mais rien n’empêche le cas échéant de sortir éventuellement un peu des sentiers battus…). Pourtant tous ces "soucis" exercent sur moi d’ordinaire une force d’attraction considérable – mais aujourd’hui, une fois n’est pas coutume, j’avais envie d’en être débarrassé ! La montée en voiture sur la piste jusqu’à la bergerie fut pour mes nerfs le seul passage un peu éprouvant de la journée ! Mais ma caisse a tout encaissé, ça a secoué un peu, mais bon c’était ça ou partir à pied d’Aiguilles par le GR 58A, mais au prix de 520 m. de dénivelé supplémentaire - soit, voyons… 1360 + 520, euh… n’étais-je parti pour une rando cool, en roue libre, tranquille peinard ? Alors…
En fait, malgré la date peu engageante de ce point de vue, je n’ai jamais été gêné par une affluence excessive de congénères : deux pêcheurs potentiels (trahis par la canne dans sa gaine…) vite dépassés entre le bergerie et le lac, un groupe de jeunes campeurs au bord du lac, prêts à repartir, mais immobiles, sans doute fascinés (ou tétanisés ?) par la vue (splendide) d’un immense troupeau de moutons évoluant gracieusement, en lignes parallèles, sur les raides pentes au-dessus du lac, encadrés par deux bergers et trois patous. J’ai quand même attendu un peu pour ne pas avoir à fendre le troupeau en son milieu ; puis je l’ai frôlé dès que j’ai pu, un des chiens est venu me renifler tranquillement avant de descendre boire un coup dans le lac. Plus haut, quelques bipèdes de ci de là, dont un, puis deux autres montant VTT sur l’épaule, apparemment jusque sous le sommet (même pas inquiets de la fine couche de neige qui restait là-haut, rendant le sentier assez glissant). Après le « pic » (un grand nom pour un petit sommet…) puis le col du Malrif, la débonnaire (comme on dit dans les topos qui se respectent) crête aux Eaux Pendantes (un drôle de nom pour une crête inoffensive) ne pose pas le moindre problème, le sentier évitant soigneusement les quelques rochers qui pointent ça et là – je n’ai quand même pas pu résister à l’envie de m’amuser à rester sur le fil rocheux, un peu de piment ne peut pas faire de mal ! De même, juste sous le sommet, il y a à droite du sentier quelques petits rochers ultra faciles qui m’ont permis d’arriver en haut plus agréablement.
Au sommet, un peu de monde est venu s’agglutiner progressivement, en particulier un groupe d’Italiens avec un petit chien tout frétillant d’aise de se trouver là, et un autre de cafistes dont le plus âgé (apparemment) a détaillé pour le plus grand plaisir de ses amis (et le mien !) à peu près tous les sommets que l’on peut admirer de là-haut : un panorama fabuleux dont j’ai rarement vu l’équivalent dans les Alpes du Sud, encore rehaussé par l’incroyable netteté des lointains ce jour-là.
Après l’ascension plus mouvementée du Pic de Rochebrune la semaine d’avant, celle du Grand Glaiza était sans doute pour moi une nécessaire et délicieuse récréation, avant de repartir à l’assaut du Bric Froid la semaine suivante…

Photos de la sortie


  • Horaire : 4 h
  • Dénivelé : 1360 m

Autres sorties

Date Titre Auteur
24-09-2019

Nous partons à 8h35 du parkin...

7 Christian Delale
08-07-2010

Un vrai régal ce Grand Glaiza, premier 3000 de la saison, avec mes 4...

5 7-laux

© 2020 bivouak.net, ainsi que tous ses membres, ne sauraient etre tenus responsables en cas d'incident. Sachez faire preuve de discernement et de prudence en toutes circonstances. Soyez responsables..

Identification

( ) bivouak.net

Social Media