Crêt de la Perdrix depuis la Croix du Planil


Crêt de la Perdrix depuis la Croix du Planil

  • Altitude départ : 846
  • Altitude sommet : 1432
  • Dénivelé : 586
  • Distance : 13 km
  • Temps de montée : 1h45
  • Temps de descente : 1h45
  • Orientation : Toutes
  • Balisage : Blanc/Rouge (GR7)
  • Itinéraire :
    • possible avec des enfants
    • en boucle

Itinéraire

De la Croix du Planil, prendre le sentier balisé qui débute avant l’auberge et la longe sur l’arrière. C’est le GR 7, balisage blanc/rouge.

Le GR 7 est un sentier de grande randonnée qui suit, en France, approximativement la ligne de partage des eaux, qui sépare le versant mer Méditerranée du versant Mer du Nord-Manche-Atlantique. Il passe par le Ballon d’Alsace, la Loire, l’Hérault, l’Ariège et arrive en Andorre.

Le sentier monte en forêt. On traverse une petite clairière, bifurcation de huit chemins différents et qui porte le nom bien de circonstance, de Paumet ou Pomey. Heureusement, le GR 7 est bien balisé. On passe par un chemin très anciennement empierré, sans doute une voie romaine. On traverse une coulée de pierre. C’est le Grand Chirat, l’un des plus grands du Pilat.

Le sentier sort enfin de la forêt et arrive dans les prairies de la Jasserie.

On longe la Jasserie, pour prendre au sud un sentier à travers les prairies. Ce sentier coupe la route, puis la grande coursière des Crêtes du Pilat, pour arriver au Crêt de la Perdrix reconnaissable à sa table d’orientation.

Si le temps est clair, on peut aller au Crêt de la Chèvre, tout proche, et qui offre une vue bien plus dégagée sur la Vallée du Rhône et sur les Alpes.

Descente : par le même itinéraire jusqu’à la Jasserie. En suite, reprendre le GR 7 qui pénètre en forêt et arrive vers une grande clairière.

- On peut prendre à gauche, c’est le GR 7, que l’on a donc emprunté à la montée.

- pour éviter la désagréable descente de la voie romaine, on peut poursuivre à droite.

Le sentier, bien caillouteux quand même, longe la clairière et pénètre en forêt, balisage marron/blanc, bien utile car les bifurcations sont nombreuses avec les chemins d’exploitation forestière. On arrive toutefois vers une bifurcation où le balisage est invisible. En fait il se trouve sur le tronc d’un épicéa bien touffu et il faut prendre la branche de droite, qui amène sur une petite route goudronnée.

Prendre à gauche, plein Ouest. On longe le hameau de la Roche, il faut continuer au Sud-ouest, cette petite route qui ramène à la Croix du Planil après 2 km de parcours sur cette route goudronnée mais très peu fréquentée.



Topo créé le :

De Saint-Chamond, il faut prendre la D2 en direction du village de la Valla-en-Gier. La route, longe en rive gauche le Barrage de Soulages, construit sur le Gier. Puis, elle passe sur la digue du Barrage de la Rive. 500m plus loin, on laisse partir à droite, la route de la Valla-en-Gier, pour prendre la direction la D76 en direction de la Croix du Planil. On longe la rive gauche du Gier et le Barrage du Piney complètement vide. Construit sur le même modèle que le Barrage de Malpasset à Fréjus, dont la rupture le 2 décembre 1959, a bouleversé les Français, cet ouvrage, a depuis 1996, accumulé les "pépins" techniques avec pour conséquence sa mise hors service. La route passe en rive droite de la rivière. 600m plus loin environ, dans une épingle, on laisse à droite, la petite route qui prend la direction de la Scie du Bost, pour continuer jusqu’au Col de la Croix du Planil à 846m d’altitude. (parking non réservé et auberge) OU De Saint-Chamond, on peut aussi prendre la D362 en direction de Saint-Martin-en-Coailleux. 950m après le hameau de Chavanol, on rejoint la D76. On laisse la route qui redescend sur le village de Doizieux, pour prendre à gauche celle qui continue la montée jusqu’à la Croix du Planil.


Situation




Sortie du 02-06-2021

Lot de consolation

Départ de la rando

Itinéraire : La Chomette (aucun panneau - se garer à droite sur un vaste espace dégagé, env. 200m après les deux maisons, alt. 950m) > chemin SW vers le GR7 > GR7 jusqu’à la Jasserie > Crêt de la Perdrix > Retour par le chemin Jean-Jacques Rousseau du PNR (plein N) jusqu’à la Roche > petite route (env.500m) jusqu’au parking après la Chomette. Soit env. 3h / 3h30 pour 10,5km et 475m de D+.
 

Grand soleil ce mercredi a prédit Météo-France. J’ai donc prévu de tester mon retour en forme en inaugurant un nouveau circuit à la journée, env. 18km en 5h à 6h. Mais quand je me réveille le ciel est tout gris, il pleut des cordes !  De désespoir, je me recouche aussi sec en maudissant la météo (…et en me félicitant de ne plus encadrer de randos au CAF !).
Dans la matinée, je réfléchis à ce que pourrais faire a minima l’après-midi si jamais la pluie venait à s’arrêter. Je vois sur le site un topo sur le Crêt de la Perdrix par le GR7 depuis la Croix du Pertuis – jamais fait encore, car pas très excitant a priori. Mais bon, pas très long, ça pourrait faire l’affaire. Et comme il  va en effet s’arrêter de pleuvoir en fin de matinée,  je décide de tenter le coup après le repas.
Je vois alors sur la carte qu’il y a peut-être un départ possible depuis la Chomette, d’où un chemin rejoint directement le GR, ce qui me ferait gagner 100m de dénivelé par rapport à la Croix du Planil. C'est parti !
Donc une fois au Planil, je continue vers la Chomette : pas de panneau, mais c’est les deux premières maisons sur la gauche après le col. Et bonne surprise : non seulement il y a une vaste plateforme peu après, mais en plus c’est justement de là que part le chemin vers le GR.
La montée, presque entièrement en sous-bois, est sans histoire : il fait tout gris mais pas froid, et je suis quasiment seul (croisé 2 randonneurs solitaires). Le GR emprunte une ancienne voie dallée, qui devient assez pénible chaque fois qu’elle est défoncée et donc pleine de caillasse, comme ça arrive souvent dans le Pilat. Mais soudain je trouve à ce chemin un air de déjà vu : mais oui, c’est bien par là que passe le nouvel itinéraire rebalisé du PNR à partir de la Scie du Bost ! Et ça se confirme évidemment lors de la traversée du Grand Chirat ! Un peu déçu, je poursuis quand même…
Il n’y a pas un chat à la Jasserie, sauf le conducteur d’un immense bus vide qui fait chauffer son moteur (?). La Perdrix est à peine visible dans le brouillard. Au sommet j’y trouve deux ou trois pékins désabusés, plus…. un cycliste !  Ben oui, on y voit que dalle, on a pas choisi le bon jour… mais c’est pas grave, on reviendra…

De retour à la Jasserie, je retrouve mon chauffeur de bus : il est inquiet, il attend un groupe de jeunes Lyonnais qui devraient être de retour depuis trois quarts d’heure. Je tente de le rassurer, et à peine ai-je repris mon chemin vers le nord que je vois surgir au tournant de la route d’accès une volée de gamins tout excités et courant en tous sens : allez, tout va bien !
Comme prévu, je vais bientôt quitter le GR et poursuivre ma descente toujours plein nord sur le chemin dit-Jean-Jacques-Rousseau qui mène à Doizieux. Ce chemin-là je le connais bien, j’ai fini par le détester cordialement (comme Rousseau, toutes proportions gardées, qui a tellement détesté son séjour dans le Pilat et à la Jasserie !) car ce n’est qu’un lit presque ininterrompu de caillasses. Heureusement, des petits malins ont fini par tracer ici et là, dans le doux tapis d’aiguilles de pin à droite au-dessus de cet horrible chemin creux, un sentier parallèle qui est un vrai bonheur en comparaison !
J’ajoute que ce chemin balisé été détourné il y a quelque temps dans sa partie médiane (pour le travail des forestiers ?), et ne correspond donc plus exactement au tracé surligné (quasi rectiligne vers le nord) d’IGN. Mais il le rejoint plus bas, donc peu importe. Cela dit je me suis quand même planté par manque d’attention, sans doute à la fourche vers 1135m, où j’ai dû poursuivre plein nord au lieu de prendre la voie légèrement plus à gauche. Une large boucle vers le sud-est m’a mené à un croisement où se trouve une bâtisse (pt 1006), j’ai alors sagement obliqué en épingle à gauche (nord). Un peu plus loin, les premières maisons de La Roche et la petite route qui s’ensuit m’ont convaincu que j’étais bien de retour sur la bonne voie : il m’a suffi de poursuivre tout droit pour arriver en peu de temps au parking de départ. 18h45, pas vu un rayon de soleil, mais pas une goutte de pluie non plus, et pas trop fatigué… mission accomplie, on va dire.


Photos de la sortie


  • Horaire : 3h15
  • Dénivelé : 475 m

Autres sorties

Date Titre Auteur
27-08-2011

Belle sortie dans le Pilat, sur un itinéraire situé entre celui par...

Alain Bellon

Identification

( ) bivouak.net

Social Media