Lac de Grangent rive gauche : Les Camaldules,
Pointe de Chamousset, Presqu'île du Châtelet

Lac de Grangent rive gauche : Les Camaldules,
Pointe de Chamousset, Presqu'île du Châtelet

  • Altitude départ : 425
  • Altitude sommet : 746
  • Dénivelé : 720
  • Temps de montée : 4h45
  • Temps de descente : 1h15
  • Orientation : Est
  • Balisage : pas de balisage, sauf quelques brefs passages (v. topo)
  • Itinéraire :
    • possible avec des enfants
    • en boucle

Itinéraire

Le somptueux tour complet du lac de Grangent (v. ce topo) est en effet un must, mais il n'épuise pas pour autant toutes les beautés qu'offre au randonneur ce site sculpté par le barrage éponyme. Cet itinéraire, plus court mais un peu plus sportif, se propose d'en explorer de façon plus détaillée la partie la plus sauvage et la plus spectaculaire, à savoir le segment de la rive gauche comprise entre la digue du barrage et Chambles.


Du parking, revenir en arrière vers la digue. Là, prendre à droite, aussitôt après le dernier bâtiment (EDF), un sentier qui grimpe très raide dans les rochers (marches taillées, câble). Peu après (vers 450m), le quitter pour s’engager à gauche sur une petite sente quasi horizontale, non marquée sur l’IGN, qui va longer de très près le bord du lac vers le S (elle suit d’abord une ligne électrique). Attention : cette sente, pas toujours très évidente mais qui reste visible, parait peu fréquentée et se révèle parfois aventureuse… ce qui fait son charme ! Très belle, et d’apparence très facile, elle ménage en effet quelques surprises ici ou là : encombrement, éboulement, obstacle rocheux nécessitant un pas assez acrobatique… Bref, c’est un petit terrain d’aventure, quelques mètres au-dessus de l'eau, mais pour ceux qui aiment c’est un vrai plaisir...


Je le déconseille toutefois aux enfants (l’eau n’est pas loin…). Avec ces derniers il est préférable de poursuivre la raide et ludique montée du début dans les rochers, jusqu’à ce qu’elle bute (vers 470m) sur un chemin. Suivre alors ce dernier à gauche (S, premières très belles vues sur le lac en contrebas) jusqu’à ce qu’il débouche au beau château d’Essalois (qu'on peut visiter librement en journée). On va ensuite contourner ce château par la droite, puis rejoindre à gauche le chemin qui part vers le S, qu’on suit brièvement. Repérer alors, côté gauche de ce chemin, le débouché d’un autre chemin, descendant celui-là, et s’y engager. Il va mener en lacets successifs jusqu’au lieu-dit les Camaldules (v. ci-après).


... En arrivant à proximité des Camaldules, la sente "aventureuse" (enfin marquée sur IGN) s’élargit en débouchant dans une pinède (pierres entassées). Poursuivre alors en montée à droite (on s’éloigne du lac) sur un bon sentier qui va rejoindre un peu plus haut, dans un virage, le chemin pierreux qui descend d’Essalois. Il reste à le suivre à gauche : il va traverser le ruisseau de la Garde sur un pont puis rejoindre en légère remontée le magnifique petit hameau des Camaldules (430m). Cet ancien ermitage de l’ordre des Camaldules, avec sa chapelle et ses bâtiments annexes, est aujourd’hui propriété privée. Parfaitement restauré et entretenu, il a "miraculeusement" retrouvé une place privilégiée, au bord du lac, avec sa plage (420m), son embarcadère etc. (v. le lien).


Juste avant la chaîne qui barre l’accès à la propriété, à droite en arrivant, prendre le raide sentier qui grimpe en sous-bois (S puis SW). Il va passer à côté des ruines d’une ancienne chapelle (Saint-Roch) des mêmes Camaldules, édifiée par eux à la même époque que le hameau.


Poursuivre ensuite en crête, entre le lac à gauche et le vallon de la Garde à droite. À partir de là commence un magnifique parcours en toboggan, où on s’efforcera d’éviter le plus possible le sentier facile, qui file souvent en contrebas à droite et masque ainsi la visibilité, pour rester au maximum à gauche sur le fil rocheux. C’est alors un véritable enchantement, un festival de points de vue plus beaux les uns que les autres, notamment sur le lac avec ses méandres et ses activités nautiques, et les villages de sa rive droite : Condamine, Saint-Victor et son port de plaisance, le Bréat, etc. Plusieurs points (de plus en plus) hauts se succèdent ainsi, dont le franchissement rocheux, ludique et jamais difficile, nécessite néanmoins de l’attention, notamment en désescalade. À noter un rocher sommital avec deux cupules…Seule la dernière bosse, la plus haute, recouverte d’une dense toison végétale, gagne à être contournée par la droite sur le sentier ; il suffit ensuite de repérer à gauche une vague trace dans l’herbe, qui disparait bientôt dans les genêts mais permet d’accéder sans difficulté aux derniers rochers qui offrent un autre merveilleux point de vue sur le lac avec Saint-Victor juste en face et le château d’Essalois tout à gauche !


De retour sur le sentier, le suivre à gauche (S). On est désormais sur le bon chemin qui va mener plein S jusqu’à Chambles. Il va croiser vers 565m à droite une sente peu marquée (ouverture dans une clôture), qu’on prendra au retour. Plus loin, laisser un chemin en épingle à droite, puis à un second (en triangle) toujours à droite (594m, croix, vers la Garde). Prendre dans le prolongement de ce dernier, à gauche, le chemin qui descend plein E vers le lac. Ignorer un départ à droite (qu’on prendra à la remontée, 580m), et poursuivre toujours dans la même direction. Passer un portail ("Parc de pâturage"), prendre à gauche à une fourche, puis plus bas descendre à droite jusqu’au bord de l’eau : vous êtes à la Pointe de Chamousset (420m), juste en face de l’embouchure du Lizeron et du port de plaisance de Saint-Victor, ici à portée de main !


Remonter ensuite par le chemin de descente, mais à 580m on va donc le quitter pour celui qui file à gauche. Aux deux intersections suivantes, prendre respectivement à droite, puis, plus loin, à gauche : on est alors revenu sur le large chemin qui mène à Chambles, qu’on va donc suivre dans la même direction (S) jusqu’à l’entrée du village.


Ici, on peut bien sûr visiter ce superbe bourg perché au-dessus des gorges de la Loire (indispensable si on ne le connait pas encore !). Sinon, on prendra dès l’arrivée à la première maison la route à gauche (marque jaune) puis, au virage juste après, le chemin qui descend à gauche (X jaune, NE, puis SE). Plus bas, vers 450m, ne pas poursuivre sur le chemin à droite (propriété privée), mais sur le sentier à gauche (NE). Il mène rapidement à la très belle presqu’île du Châtelet, objet de notre troisième et dernière descente au bord du lac.


Un petit pont la relie à la rive gauche. Juste après ce pont, à gauche, il y a un rocher impressionnant, mais son escalade est réservée à des grimpeurs équipés ; en revanche, celui juste derrière, presque aussi haut, est bien plus facile d’accès... On arrive ensuite à une jolie chapelle posée dans un havre de verdure ; de là il est conseillé d’achever le petit tour de la presqu’île par la paisible plage au nord, que surplombent le château, le clocher et les belles villas de Saint-Victor.


Remonter à Chambles par le même itinéraire. Puis reprendre en sens inverse (N) le chemin d’arrivée : passer le croisement vers la Pointe de Chamousset (594, croix), puis aller à droite à la fourche qui suit. Repérer vers 565m, à l’orée d’un bois de sapins, la sente à gauche, d’abord peu marquée. La suivre d’abord horizontalement puis en descente ; elle passe près d’une cabane en pierres, puis franchit à gué le ruisseau de la Garde. Remonter en face, jusqu’à une piste qu’on suit très brièvement à gauche. Elle aboutit à un large terre-plein (qui sert de parking : panneau d’information) : poursuivre jusqu’au fond et là, prendre le large chemin à droite (N, belle vue lointaine vers l’W, avec ND de Grâce, qui fut également occupée par les Camaldules). Ce chemin passe sous le Suc du Pré (belles dalles à droite) et aboutit au château d’Essalois. Il reste à contourner ce dernier par la gauche et à s’engager sur le chemin de gauche qui file vers l’W (panneau Jonction rive droite, marques rouges et jaunes) puis vers le N, et qui descend directement jusqu’au parking de départ. A noter dans le tout premier lacet de ce chemin, la superbe vue plongeante sur l'île de Grangent.

A voir sur le web

Précautions

Carte IGN 2833E Firminy utile


Commentaires difficultés

Au départ et aux points hauts de la crête, quelques montées et descentes raides dans les rochers (évitables en restant sur le sentier en contrebas). La sente aventureuse entre la digue et les Camaldules nécessite quelques pas assez acrobatiques (R2+, ne pas y emmener d'enfants, prendre alors le sentier au-dessus).
0.0/5 (0 votes)

Topo créé le :

De Saint-Etienne, N88 direction Firminy Le-Puy-en-Velay. Prendre la sortie "Roanne, Clermont-Ferrand, Saint-Genest-Lerpt..." (D201), puis la D8 direction "Saint-Genest-Lerpt, Roche-la-Molière, Saint-Victor-sur-Loire" ; obliquer ensuite vers Saint-Genest-Lerpt et traverser ce village en restant sur la D8. Après la sortie du village, prendre à gauche la D32, direction "Barrage de Grangent". Au barrage, passer la digue et se garer env. 150m après (large terre-plein à droite, en face du départ du sentier vers Essalois, de l’autre côté de la route).


Situation




Sortie du 23-05

Grangent, la quintessence

Ressauts rocheux de la crête

Moins de dix jours après ma sortie précédente, comme prévu, je retourne donc sur les lieux avec Sylviane, qui va tout découvrir, mais dans une version encore abrégée, l’essentiel de l’essentiel en quelque sorte…

Nous partons ce matin du parking "des touristes" sur le plateau, au sud du Suc du Pré. Encore peu de voitures, juste quelques pékins désireux d’aller au château (ou au restaurant ?!) d’Essalois tout proche sans se fatiguer. On va y aller nous aussi, par la piste ouest, mais ce sera pour descendre aussitôt au bord du lac par le chemin caillouteux des Camaldules. Le ciel (pas un nuage) et le lac (pas une vague) sont aujourd’hui du même bleu intense que la semaine dernière, avec juste une petite brise pour agrémenter la balade.

Après la visite "traditionnelle" et respectueuse du petit hameau toujours aussi enchanteur des Camaldules, on entame la montée vers la crête, assez rude au départ. Un sentier plus aimable et bucolique lui succède enfin, bordé par (voire noyé dans) les pins, les chênes, les genêts etc., avec déjà de très belles fenêtres sur le lac en contrebas. Et juste avant d'attaquer le premier ressaut rocheux de la crête, une petite faim nous fait regarder l'heure : c'est celle de la pause-déjeuner, qu'à cela ne tienne, l'endroit est idéal...

S’ensuit alors la ludique chevauchée des rochers successifs de cette crête, qui enchante Sylviane ! Bien qu’elle ne soit pas une randonneuse chevronnée, je sais qu’elle aime ce type de terrain, pas bien difficile mais quand même un peu exigeant. Et c’est alors qu’une dame, juchée au sommet d’un de ces ressauts et nous voyant choisir prudemment notre voie de montée, nous encourage gentiment de la voix en descendant vers nous. Mais… mais… on se connait !!! Mais oui, "c’est Geoffroy !" crie-t-elle à l’adresse d’un groupe de marcheurs (le groupe qu'elle encadre… et qui ignore bien sûr qui je suis) resté précautionneusement en bas sur le sentier de contournement. Mais oui me dis-je, c’est bien Anne-Marie, avec qui j’ai fait il y une dizaine d'années quelques mémorables randos avec le CAF, ça me revient petit à petit : le Grand Van à raquettes... le Râteau d’Aussois depuis un refuge du Fond d’Aussois enneigé… et puis, la plus belle de toutes, la Pointe Percée, vaincue avec une petite équipe joyeuse et sympathique, quel merveilleux souvenir ! Ahlala…

Tout en bas, sur le lac, des bateaux sortent petit à petit du port de St-Victor, en particulier un hors-bord qui tire 4 voiliers chargés de monde (on les entend crier d’ici) ; on finit par comprendre qu’il s’agit d’une école de voile, et le spectacle vaut le coup d’œil ! Mais pour nous non plus ce n’est pas encore "la fin des (petites) difficultés", faut juste terminer notre partie de toboggan… Si bien qu’on arrivera vers 15h30 au croisement du sentier qui descend vers le ruisseau de la Garde. Plutôt que de faire un aller/retour sans grand intérêt jusqu'à Chambles (où on était déjà allés), on préfère rejoindre le versant opposé du vallon de la Garde, d’où on est partis ce matin. On passe donc la cabane, puis le ruisseau à gué, on remonte en face, et comme on a encore du temps devant nous, on décide : 1., de faire une petite sieste peinarde dans le sous-bois, puis 2., de terminer notre balade en faisant le tour complet du Suc du Pré par Essalois et les pistes (est puis ouest). Du coup, une fois à Essalois, on est allés faire quelques pas sur le sentier de descente fléché vers la digue, histoire de profiter du fameux point de vue, depuis le premier lacet, sur la très esthétique île de Grangent, jamais aussi belle dans son écrin tout bleu que dans la vive lumière d’une radieuse fin d’après-midi.

Photos de la sortie


  • Horaire : 5h
  • Dénivelé : 230 m
  • Participants : Sylviane

Autres sorties

Date Titre Auteur
14-05

Trois plages et une crête

21 Geoffroy Rémi

Identification

( ) bivouak.net

Social Media