Le Combat (piste) en boucle depuis Rochetaillée

Situation

piste en crête, point haut du jour
  • Altitude départ : 770
  • Altitude sommet : 1050
  • Dénivelé : 285
  • Distance : 5,3 km
  • Temps de montée : 1h
  • Temps de descente : 0h40
  • Orientation : Ouest
  • Balisage : souvent marques blanc-marron du PNR du Pilat (m.b.m.) et/ou marques blanc-jaune (m.b.j.), parfois aucun balisage (cf. topo).
  • Itinéraire :
    • possible avec des enfants
    • en boucle
  • Accès : De Saint-Etienne, monter jusqu'à Rochetaillée par la D8


Proposé le Geoffroy Rémi

Itinéraire

Cette courte et plaisante boucle sur les hauteurs de Rochetaillée ménage de bout en bout de superbes points de vue : proches sur la vallée du Gier, Saint-Chamond et Saint-Étienne, mais aussi lointains sur l'immense chaîne qui va du massif du Mézenc jusqu'aux Monts du Lyonnais en passant notamment par les Monts du Forez.


Montée : Du parking, remonter la petite route du Mas qui se dirige (est) vers plusieurs fermes (dont celles du Breuil) et vers Salvaris. Après son premier virage à gauche, repérer à droite le début assez raide d’une sente à peu près parallèle à la route du Mas (m.b.m. et b.j.). La remonter jusqu’à ce qu’elle rejoigne à nouveau la petite route avant les maisons du Tailloux. Poursuivre jusqu’au virage suivant, où on retrouve un sentier montant vers le Breuil et Salvaris (panneau). A l’arrivée au Breuil, pénétrer à gauche dans ce hameau, puis obliquer à droite après le bachat. À la bifurcation au-dessus (panneau), prendre en face la direction de la Driguière (sud puis sud-est, m.b.j.).


A la bifurcation 982, s’engager sur le chemin montant à gauche (non balisé). Il longe une forêt, puis va déboucher sur une parcelle de coupe bien dégagée qu’il faut traverser en montée à gauche (plein est). On accède ainsi vers 1050m à une large piste horizontale que l’on suit à droite : c’est le point haut de notre itinéraire, non loin du petit sommet arrondi et boisé du Combat (au nord, à 200m env., à gauche de la piste).


Descente : À la bifurcation suivante, prendre la voie de droite. Un peu plus loin, repérer à droite le départ d’un chemin pas très évident et assez encombré (et non balisé) : c’est le début de notre descente, sur le versant ouest de l'assez sauvage vallée des Échenaux  (on a l’impression que personne ne passe jamais dans ce coin perdu !), sud puis (après le franchissement du ruisselet des Échenaux) ouest. On rejoint ainsi, en amont de la ferme de la Driguière, le GR 42.


Il ne reste plus alors qu’à suivre ce GR, bien balisé mais pas toujours confortable... On laisse la Driguière en contrebas à droite, puis on frôle la ferme de Charteloup, avant de poursuivre, globalement sud-ouest, jusqu’à Rochetaillée. À noter que dans un grand virage à gauche de ce GR, vers 875m, il est possible (et conseillé) de prendre le petit sentier qui s’enfonce en face en sous-bois : on évite ainsi une portion assez désagréable et caillouteuse du GR 42, qu’on ne retrouvera qu’aux premières maisons de Rochetaillée. On débouche alors directement sur le parking derrière le château (sur les tours duquel on pourra, selon l’heure, grimper par d’excellents escaliers).


Commentaires itinéraire

Sortie : Modeste retour sur les hauteurs

Est-ce enfin la fin d’une longue période de dèche (voiture volée, petits ennuis de santé à répétition…) ? En effet, ces derniers mois j’ai dû me contenter de courtes balades dans des parcs de ma ville (heureusement dotée de 7 collines !!). Et mon parc préféré, le mal nommé "Jardin des Plantes" car entièrement boisé, offre quand même 110m de D+ ; il suffit alors d’y monter en pleine pente et d’éviter comme la peste les chemins en lacets !

Toujours est-il que j’ai enfin pu à nouveau me hisser depuis peu sur les hauteurs certes encore bien modestes des environs immédiats de Saint-Étienne, en profitant de quelques belles fins d’après-midi.

Alors, tant qu’à faire, autant imaginer de petites boucles sinon originales, du moins agréables et variées, avec un max de vue panoramiques sur les monts et les vallées de ma région.

Va donc pour les hauteurs de Rochetaillée, pittoresque petit village aisément accessible à pied depuis Sainté mais déjà situé en plein Pilat.

Cet après-midi du 8 novembre justement, vers 16h., il fait beau et frais, allez j’y vais ! Quelques minutes après mon départ de Rochetaillée, c’est déjà le début du festival, ma vue plonge sur un bout de ma ville, encore cachée pour l’essentiel derrière la colline de Fontgerouse. Bien sûr je connais déjà tout ça par coeur, il n’empêche, ça reste magique. Puis c’est rebelote, en encore plus plongeant et panoramique, au-dessus du hameau du Breuil. Mais déjà le soleil, se rapprochant de l’horizon, m’envoie à travers bois sa lumière rasante et éclabousse mon sentier de belles taches mordorées. Faut pas trop traîner…

Une fois sur la piste – point haut de mon trajet – je jette un regard arrière au mini-sommet du Combat : y monter paraît sans intérêt. Je poursuis donc mon chemin à la recherche de ma voie de descente jusqu’au GR 42, un secteur que je crois n’avoir jamais parcouru : ce sera ma minuscule part d’aventure de la journée (il en faut toujours au moins un peu !). Je finis par trouver ma voie, et là c’est la (relative) sauvagerie de ce vallon des Échenaux qui m’enchante : j’ai l’impression d’être le premier à descendre dans cette espèce d’entonnoir entièrement livré à une végétation désordonnée, sans trace ni chemin apparent (et même le mien, déjà très encombré, semble en voie de disparition).

Avec la nuit qui commence à tomber, ça fait une belle ambiance, je peux jouer à me faire peur (et si je n’étais pas sur la bonne voie ? Et ça me mène où ce machin ?). Et quand d’un coup je débouche sur le GR, que je reconnais immédiatement, me voici presque soulagé !

Ce GR, je le connais par coeur, heureusement. Je me dépêche tout de même car l’obscurité gagne rapidement (et je n’ai pas pris ma frontale...). Par contre, en face de moi, le coucher de soleil de plus en plus rougeoyant sur la ligne d’horizon qui va des Monts du Mézenc jusqu’aux Monts du Lyonnais est un régal.

Arrivé à la fourche où je peux choisir entre la fin chaotique du GR et la petite sente plus agréable en sous-bois, je préfère rester sur le GR : en sous-bois je risque de me retrouver en pleine nuit… Et j’ai bien fait : l’arrivée dans Rochetaillée et ses lumières avec son château tout illuminé est mon dernier plaisir du jour – et un petit soulagement quand même, car à 5’ près je ne voyais plus où je mettais les pieds.

Et tiens me dis-je, je n’ai pas rencontré un chat depuis mon départ tout-à-l’heure.

Tout est bien qui finit bien.


Première vue vers Saint-Chamond et les Monts du Lyonnais
Sous le Breuil
Le bachat du Breuil
Vers Sainté (caché derrière la colline), les Monts du Forez et du Lyonnais
Soleil rasant à travers le bois
Montée dans la parcelle de coupe
piste en crête, point haut du jour
 Début de la voie de descente
Du GR vers Rochetaillée (bien visible) et St-Etienne (caché derrière la colline)
Houx remarquable
Soleil couchant vers le Guizay
Arrivée sur Rochetaillée
Château de Rochetaillée depuis la D6
Château et église de Rochetaillée depuis le parking
Sur le GR42, au-dessus de la ferme de la Driguière
  • Date : 08-11-2023
  • Durée : 1h50
  • Dénivelé : 285 m


Identification

Social Media