Françoise Ledru

Informations perso

Nom sur le site Françoise Ledru
Membre depuis 23 Mar 2011

Position géographique

Dernières photos

refuge de l'Oule
Plus d'infos...

refuge de l'Oule

IMG_8253petit
Plus d'infos...

IMG_8253petit

IMG_8250petit
Plus d'infos...

IMG_8250petit

IMG_8236petit
Plus d'infos...

IMG_8236petit

IMG_8222petit
Plus d'infos...

IMG_8222petit

IMG_8215petit
Plus d'infos...

IMG_8215petit

IMG_8213petit
Plus d'infos...

IMG_8213petit

IMG_8178petit
Plus d'infos...

IMG_8178petit

IMG_8166petit
Plus d'infos...

IMG_8166petit

IMG_8162petit
Plus d'infos...

IMG_8162petit

bouquetins admirant le paysage
Plus d'infos...

bouquetins admirant le paysage

le perrier sous le pas de la Selle
Plus d'infos...

le perrier sous le pas de la Selle

Todo liste

Mes courses à faire

Course Massif Cot. Orient.

Mes refuges à faire

Refuge Massif Altitude

Mes traces non associées

Mes amis

Progression

Dernières activités

  • La météo nous annonçait nuageux, avec la possibilité d'une averse. Mais à la sortie de la forêt, près des ruines des haberts de Crop, le ciel était tout noir et il s'est mis à pleuvoir. Après avoir patienté 10 min à la limite de la forêt, nous avons continué alors qu'il pleuvait moins, mais nous nous sommes encore arrêtées un peu plus loin. Réfrigérées, nous avons continué, en nous disant qu'au lieu du lac de Crop, nous irions au habert. Nous avons trouvé le petit chemin qui y mène, mais il est très étroit, et la végétation de chaque côté du chemin a achevé de mouiller le bas des pantalons qui ne l'était pas encore. Après quelques mètres sur ce petit chemin, voyant que le habert était encore loin et que la pluie ne s'arrêtait pas, nous avons fait demi-tour. La pluie s'est arrêtée 1/2 heure plus tard. Pas de regret !

    .

  • 0

    Aller-retour par le chemin classique, sous une chaleur assez lourde.

    Assez étonnamment, nous n'avons vu qu'un seul groupe de 3 randonneurs. Le refuge était fermé, la bergère était en bas à mettre des clôtures pour les moutons au début de la montée. Très joli panorama là-haut, mais nous n'avons entendu qu'une seule marmotte. Les torrents et les cascades coulent à flot.

    .

  • 0

    Montée par les chalets de Tigneux. Que la montée par la crête est raide !

    Petit détour par le lac de Léat pour un pique-nique au bord du lac, sur le banc du chalet. Ensuite, montée jusqu'au 2ème chalet de Tigneux peu avant le point culminant.

    Ensuite, il a fallu tout redescendre, par un chemin très raide dans la forêt. Heureusement les deux chalets de la petite Valloire ont permis de faire des pauses.

     

    .

  • Les bouquetins admirent aussi le paysage.

  • pierrier avant d'atteindre le pas de la Selle.

  • Sous une chaleur accablante, montée jusqu'au pas de la Selle.
    Montée assez facile, d'abord en forêt puis la fin est un peu plus difficile avec un pierrier.
    Nous avons vu des vautours et une trentaine de bouquetins.
    Sabots de vénus le long du chemin dans la forêt.

  • Très beau temps. Un peu de vent, comme souvent, au col des Ayes et au sommet.
    Vu quelques marmottes dans la prairie.
    Plus de neige, sauf au fond de quelques trous.

  • Nous avons fait le même circuit qu'indiqué dans le descriptif. Aller par les 25 lacets sur le chemin vers Jean Collet, puis prendre la direction nord. Passage par le pittoresque habert des Jarlons. Quelques névés juste avant le sommet.
    Retour par la croupe est, avec un petit détour pour découvrir la baraque de Barlet.
    .

  • De La Plagne jusqu'au col de l'Alpette. Pas besoin de raquettes. Un peu de neige à partir de 1450 m. Sur le plateau, la neige est présente, mais ça passe sans raquettes.
    J'ai vu des chamois, des marmottes, un aigle royal et même un gypaète barbu.
    Il ne manquait que les bouquetins..

  • Météo très mitigée.
    La neige n'est présente qu'à partir de l'altitude 1900.
    Nous avons vu de nombreux chamois en plusieurs petits groupes.
    C'était l'occasion aussi d'essayer le poêle du refuge, qui fonctionne très bien. Une bonne provision de bois lors de notre passage..

  • Départ sous la couche de nuages, mais arrivée dans un épais brouillard avec même un peu de bruine. Nous avons visité le chalet du Bout et pique-niqué dans le chalet du Léat, tous deux remis à neuf cet été par la sympathique association "Tous à poêle".
    Pendant une éclaircie, nous avons fait le tour du petit lac du Léat. Retour avec une météo un peu plus lumineuse.
    Un des deux sapins Henri IV est en partie décimé..

  • Grand soleil le matin. Ciel voilé l'après-midi.
    Montée en 2h10 avec un arrêt au premier chalet, tout propre et tout beau après le passage de l'association "Tous à poêle" qui l'a remis à neuf en mai 2015.
    On a croisé le troupeau de moutons et les deux bergers près du 1er chalet.
    Accueil très sympathique au refuge de Combe Madame par Emma, la nouvelle et jeune gardienne. Crumble aux pommes et aux myrtilles excellent.
    Nous avons vu des marmottes près du refuge..

  • Grand soleil pour cette première montée à la Dent de cette année.
    Montée par le Pas de l'Oeille en 1h30.
    Au sommet décollage de plusieurs parapentes.
    Nous sommes descendues par le Trou du Glas.
    Nous avons observé des marmottes et un chevreuil. Pas de chamois.

  • Nous mettons les raquettes dès le départ. Montée via le col de Bens. La fin de la montée est plus raide. 1h de montée.
    Heureusement la vue au sommet est très jolie, surtout vers la Chartreuse..

  • Alors que la météo nous avait annoncé le soleil, c'est la grisaille et le brouillard qui nous attendent au col de Porte. Et il va nous accompagner toute la journée.
    Nous montons par le chemin forestier qui arrive sur la crête entre le Montvernet et le Montfromage. Ensuite, c'est la longue traversée avec des montées et des descentes jusqu'à l'oratoire d'Orgeval. Encore 15 minutes pour arriver aux chalets où nous faisons la pause pique-nique à l'abri. Nous montons au sommet du Charmant Som, en croyant passer au-dessus du brouillard, mais il est toujours là. Descente au début par la route puis on coupe les lacets (peu après l'oratoire d'Orgeval) par de bonnes traces (merci à ceux qui les ont faites).
    .

  • La route du col du Coq est maintenant bien enneigée (et partiellement verglacée sous la couche de neige la plus récente). Pas beaucoup de passage après le col du Coq. A l'aller, nous avons suivi le chemin forestier (le long d'une piste de ski de fond), au retour nous sommes passées par le GR (aucune trace, chemin parfois difficile à trouver malgré le balisage - vive le GPS)..

  • Montée en raquettes depuis Bachat Bouloud. Malgré la pluie du week-end et le temps exceptionnellement doux, de la neige tout le long du parcours : raquettes bienvenues finalement ! Le lac Achard est partiellement dégelé. Je n'ai jamais vu ça début février..

  • Nous sommes parties du hameau du Cohard (1200 m). Les raquettes ne sont pas nécessaires jusqu'au chalet, atteint en 1h. Par contre au-delà elles sont bien utiles.
    .

  • Le foyer de ski de fond est fermé par manque d'enneigement.
    Il faut faire très attention à cause de la glace sur certaines portions (entre autres la route en lacets). Le chemin est balisé et fait faire une grande boucle.
    .

  • Le foyer de ski de fond est fermé.
    Plus bcp de neige jusqu'à l'alpage de Pierre Roubet (nous avons porté les raquettes). Le chemin balisé va vers le Crêt du Poulet, pour le Grand Rocher il faut prendre la trace vers la droite.
    Finalement, les raquettes ne sont pas indispensables. Mais attention aux plaques de glace dans la forêt au retour..

  • Météo exceptionnelle pour un 10 novembre. Début de la montée à 9h40 au col de Porte, à l'ombre jusqu'à l'arrivée à la prairie sommitale (alt. 1820 m). Beaucoup, bcp de monde. Nous dépassons un à un un groupe bien sympathique de retraités qui s'éparpille dans la montée assez raide et caillouteuse juste avant la falaise.
    Pour le retour, nous sommes allées voir le haut du passage de la brèche Arnaud.
    .

  • Grand beau temps le matin, puis nuages d'altitude l'après-midi. Le habert est ouvert et on peut y déguster quelques plats salés et sucrés. Nous avons eu la chance d'apercevoir une quinzaine de bouquetins mâles près des lacs du vénétier..

  • Grosse chaleur encore. Mais en partant assez tôt de la Berarde (9h30), la première montée (en lacets) se fait à l'ombre. Ensuite, on chemine agréablement, parfois c'est presque plat, parfois un peu plus accidenté. Les dernières 30 min se font dans des blocs, c'est un peu plus difficile..

  • Grosse chaleur pour cette belle et longue rando. 1h jusqu'au refuge du Carrelet (fermé cet été). 1h15 jusqu'à la passerelle qui enjambe le Vénéon, puis la montée finale jusqu'au refuge. Nous avons vu des chamois et des marmottes au retour, effectué entre 16h50 et 20h10, arrivée à la Berarde..

  • La route est fermée au niveau d'un éboulement 3 km et 250m plus bas que les chalets de la Charmette. Cela rajoute 50 min à l'aller et 40 min au retour, sur la route. Bof bof...
    Aller par le col de la Grande Vache, retour par le col de la Petite Vache (difficile à trouver depuis l'alpage, nous sommes allées jusqu'au col de la Charmille avant de faire demi-tour).
    Mouflons, chamois, et marmotte. icon_smile.gif
    .

  • Nous sommes partis de Trézanne (alt. 1010 m). Cheminement facile jusqu'au col de Papavet (balisage jaune et vert) en 45 minutes, puis balisage jaune jusqu'au sommet. Beaucoup de vent..

  • La route est enfin ouverte jusqu'au col du Coq.
    Courte fenêtre météo avec même du ciel bleu.
    Il reste un peu de neige sur les versants nord.
    Les marmottes sont sorties..

  • Grand soleil et même presque de la chaleur.
    Montée classique par l'Alpette et le cirque.
    Nous n'avons rencontré de la neige que juste avant la croix, mais une bonne neige un peu molle pour bien enfoncer les talons mais pas trop molle.
    Par contre, encore pas mal de neige dans le vallon de Marcieu.
    Les marmottes sont sorties..

  • Grand ciel bleu le matin mais ensuite de plus en plus de nuages.
    Plus du tout de neige jusqu'à 1250 m environ.
    Ensuite, neige bien tassée mais presque omniprésente jusqu'au habert..

  • Depis le parking d'hiver (alt. 1215 m), montée en 37 min jusqu'au col du Coq, puis 1H pour atteindre le sommet du Pravouta. Pas de raquettes mais les crampons.
    Ensuite nous sommes allées au sommet du roc d'Arguille et avons fait le grand tour de la zone protégée pour le tétras-lyre. Moins de passage et neige plus molle dans ce secteur..

  • La route est barrée dès la sortie du hameau des Baures (alt. 1090 environ).
    Bcp de neige.
    Quelques traces de skis de rando.
    .

  • L'hiver, la route est dégagée seulement jusqu'aux Gorgettes (alt. 1200m), après le hameau du Baure. C'est maintenant le cas.
    Neige présente dès le départ mais qui était en train de fondre.
    Raquettes non indispensables mais bien les guêtres. Environ 15 à 30 cm de neige sur l'alpage.
    .

© 2017 bivouak.net, ainsi que tous ses membres, ne sauraient etre tenus responsables en cas d'incident. Sachez faire preuve de discernement et de prudence en toutes circonstances. Soyez responsables..

Indentification

Sports