Christian Delale

Informations perso

Nom sur le site Christian Delale
Membre depuis 04 Apr 2013

Position géographique

Dernières photos

Pas de la Cavale
Plus d'infos...

Pas de la Cavale

Pas de la Cavale
Plus d'infos...

Pas de la Cavale

Brebis et son petit
Plus d'infos...

Brebis et son petit

Crête de l'Aup Martin
Plus d'infos...

Crête de l'Aup Martin

Tête du Clot
Plus d'infos...

Tête du Clot

Col de l'Aup Martin
Plus d'infos...

Col de l'Aup Martin

Col de l'Aup Martin
Plus d'infos...

Col de l'Aup Martin

Le Sirac
Plus d'infos...

Le Sirac

Cascade de la Combe du Lauzon
Plus d'infos...

Cascade de la Combe du Lauzon

Refuge des Souffles
Plus d'infos...

Refuge des Souffles

Refuge des Souffles
Plus d'infos...

Refuge des Souffles

Génépi au Pic Turbat
Plus d'infos...

Génépi au Pic Turbat

Todo liste

Mes courses à faire

Course Massif Cot. Orient.
Et crête de la Barre depuis les Roux Dévoluy R3 Sud

Mes refuges à faire

Refuge Massif Altitude

Mes traces non associées

Mes amis


Véronique

Jluc38

olivier lochard

jchagap

Progression

Dernières activités

  • Le refuge est une ancienne fruitière.
    Trois dortoirs et une salle de bains.

    .

  • Sur le sentier entre le Pas de la Cavale et le Col de l'Aup Martin.

    .

  • De la tendresse sous le Pas de la Cavale.

    .

  • Cascade de la Combe du Lauzon, sur le sentier entre les Auberts et le Pré de la Chaumette.

    .

  • La vue vers les Écrins depuis le Col de l'Aup Martin.

    .

  • Nous venons du Pas de la Cavale. Le Col de l'Aup Martin est devant nous.

    .

  • Nous faisons quelques pas sur la crête au-dessus du Col de l'Aup Martin.
    A droite, c'est le Vallon du Fournel.

    .

  • Le Sirac vu en montant du Pré de la Chaumette vers le Pas de la Cavale.

    .

  • Le Pas de la Cavale est au milieu de la photo. Le col à droite est le Pas du Loup.
    La photo est prise du Pré de la Chaumette.

    .

  • La Tête du Clot vue du Col de l'Aup Martin.

    .

  • 0

    Nous partons à 8h30 des Auberts, avec l'intention de monter au Puy Rivarol. Mais un écriteau indique que le sentier du vallon d'Isola est temporairement fermé pour cause de travaux. Ce sera pour une autre fois et nous décidons à la place de monter au Col de l'Aup Martin.
    À la bifurcation du sentier en direction du Col du Cheval de Bois, nous partons comme l'an dernier dans la direction indiquée par le panneau sur une sente qui se perd rapidement. Nous retrouvons le bon sentier 60 mètres plus haut.
    Nous arrivons à 12h30 au Pas de la cavale et nous déjeunons un peu plus loin sur un court passage herbeux.
    Nous faisons ensuite la traversée jusqu'au Col de l'Aup Martin et nous revenons par le même sentier jusqu'aux Auberts, où nous arrivons à 17h45.
    Ce circuit est varié et la vue sur le Vallon de Rougnoux, entre le Pré de la Chaumette et le pas de la Cavale, est très agréable.

    .

  • Du génépi sur le sentier tout près du sommet.

    .

  • Le Refuge des Souffles vu du sentier allant vers le Col de la Vaurze.

    .

  • Le Refuge des Souffles vu du sentier allant vers le Col de la Vaurze.

    .

  • 0

    J1
    Nous partons à 11h de Villar-Loubière et nous arrivons à 13h20 au Refuge des Souffles.
    Après y avoir pris notre pique nique, nous décidons de faire un tour en direction du Col de la Vaurze.
    Malheureusement, l'arrivée du mauvais temps nous oblige à faire demi-tour et nous revenons au refuge sous des averses de pluie et de grêle.

    J2
    Le retour du mauvais temps étant annoncé dans l'après-midi, nous quittons le refuge à 7h35, accompagnés du couple belge, et nous arrivons au sommet du Pic Turbat à 10h30.
    Mais la pluie commence à tomber plus tôt que prévu alors que nous descendons; elle devient progressivement forte, avec des rafales de vent et je glisse sur le sol mouillé.
    Nous nous séparons du couple belge au Col de Colombes, eux continuant vers le Refuge de l'Olan, et nous revenant vers Villar-Loubière.
    Heureusement, la pluie finit par s'arrêter et nous arrivons enfin à 15h05 dans un café de Villar-Loubière pour y prendre notre pique nique.
    La sortie fut épique, mais nous en garderons un très bon souvenir.

    .

  • La Combe de Mai, qui était si plaisante à descendre il y a quelques années, est maintenant encombrée par de gros blocs mélangés aux petits cailloux, ce qui la rend pénible, et même dangereuse.

    .

  • 0

    Nous partons à 7h25 du parking des Sauvas et nous montons tranquillement par la Combe d'Aurouze.
    Nous apercevons deux chamois.
    Il y a encore un gros névé en haut de la Combe d'Aurouze, qui se contourne sans problème.
    Nous allons voir les antennes, puis nous montons au Pic de Bure.
    Nous y sommes à midi et nous déjeunons à la table d'orientation.
    Au retour, nous passons sur les quelques névés encore présents, mais avec la pente douce et la neige un peu molle, ça ne glisse guère.
    La Combe de Mai étant devenue casse-pattes, nous redescendons par la Combe d'Aurouze.
    Après un arrêt à la Fontaine du Vallon pour reprendre de l'eau et nous rafraichir, nous arrivons aux Sauvas à 16h40.

    .

  • 0

    Nous partons à 8h55 de Champ Contier et nous montons vers le Col de la Rousse.
    Nous constatons à la Cabane de l'Aiguille que le tracé du sentier balisé a été modifié: il ne passe plus à la cabane, mais il longe en contrebas le Ravin de la Blache. Ensuite, il n'arrive pas au Col de la Rousse, mais au Col de Bragousse.
    Nous faisons l'A-R au Pic de Charance, puis nous passons au Col de la Rousse, nous contournons les rochers de Voyer et nous arrivons à 13h35 au Gros Ferrant pour y déjeuner.
    Nous passons au Petit Ferrant, nous faisosn l'A-R à la Tête de la Gipière, nous descendons un bout de la crête de Relargier et nous arrivons aux Cabanes du Sause à 16h40.
    Nous trouvons le PR.
    D'une manière fort curieuse, un peu plus loin, le balisage nous entraine dans un pierrier, alors qu'il est si simple de rester dans l'alpage!
    Heureusement, le sentier balisé est ensuite mieux tracé en forêt.
    Nous passons à Parual et nous arrivons à Champ Contier à 18h45.

    Un long circuit, avec un passage un peu sportif aux rochers de Voyer, mais avec une montée sur un agréable sentier muletier, avec un très beau parcours de crête et avec une grande variété de paysages et de panoramas. On le refera avec plaisir.

    .

  • Merci Jean-Luc pour ces précisions qui correspondent justement à des questions que je me posais.
    Je vais essayer d'aller voir ce circuit quand l'occasion se présentera.

    .

  • 0

    Nous partons à 8h45 du Pont de la Grande Cabane.
    Nous montons par la Combe de la Perouyère, puis par la crête nord du Joug de l'Aigle.
    À 11h10, nous sommes au sommet.
    Nous redescendons par la crête nord jusqu'à la croupe herbeuse pour y déjeuner.
    À 13h15, nous prenons le Chemin de Ceinture vers l'est, nous passons à la Source de Naton et nous rejoignons le Pont de la Grande Cabane à 15h30.
    Pendant ce joli circuit, nous avons vu deux randonneurs et autant de chamois !

    .

  • 0

    Nous partons à 8h25 du parking du Val d'Escreins. Nous montons par la Crête d'Agnès et nous arrivons à 11h30 au sommet de la Pointe d'Escreins.
    À 12h25, nous sommes au Sommet de Cugulet.
    Après avoir déjeuné au col 2468, nous passons au Sommet de Combe Chauve.
    Puis nous descendons par la Cabane de Cugulet et nous arrivons au parking à 16h40.
    Tout le long du circuit, les panoramas sont magnifiques.
    De plus, c'était une bonne saison pour faire ce circuit: il y avait beaucoup de fleurs et les troupeaux n'étaient pas encore montés.

    .

  • Nous sortions d'un épisode caniculaire et la neige avait bien fondu en altitude.
    Nous partons à 7h15 des Gourniers et nous arrivons à 10h à la Cabane de Chargès. Elle est fermée, les troupeaux ne sont pas encore montés.
    Nous avions décidé de profiter de cette sortie à Revire Souléou pour faire du repérage du côté de la Gourette de Roche Méane. Nous montons donc à vue en direction de cette Gourette. Durant cette ascension, nous voyons en tout une dizaine de chamois sous les pentes de la Pointe de Serre.
    Nous arrivons à 11h50 au col de la Gourette et nous voyons de l'autre côté la ravine du Torrent de la Pisse. Il faudra aller voir une autre fois si ça passe par là...
    Nous redescendons une cinquantaine de mètres pour éviter au mieux les pierriers situés sous la crête en direction de Revire Souléou.
    Nous arrivons au-dessus du petit lac vers 2560m.
    Nous montons à Revire Souléou à gauche du sommet (versant nord) et nous redescendons à droite (versant est).
    Nous déjeunons au bord du petit lac.
    Nous descendons en longeant le ravin de Revire Souléou et nous rejoignons le sentier horizontal pris à l'aller.
    Nous passons à la Cabane de Chargès. Tiens, il y a une tente de montagne plantée devant la porte. Le berger est-il venu faire des préparatifs avant la montée en estive?
    Ce n'est qu'en-dessous de la Chapelle St-Marcellin que nous rencontrons des randonneurs et un pêcheur.
    Nous arrivons au parking à 17h05 et presque aussitôt, il se met à pleuvoir!!!

    .

  • 8h45 départ des Vachers.

    11h30 arrivée au Grand Chapelet; déjeuner.

    12h35 début de la descente.

    14h45 arrivée aux Vachers.

    Un sympathique circuit; nous n'avons rencontré personne; météo agréable.

    .

  • Nous partons à 10h du parking du Col Bas et nous arrivons à 12h à Dormillouse.
    Après une petite visite de ce qui reste de l'ancienne batterie, nous descendons au Lac Noir en privilégiant le sentier non balisé à la piste balisée.
    A 13h10, nous déjeunons au bord du Lac Noir.
    Puis nous descendons au Lac du Milieu et au Lac de la Cabane, et nous remontons vers le Col Bas par le Vallon de Provence. Les différents lacs de ce vallon sont pratiquement asséchés et envahis par la végétation, à part le lac situé en contrebas à la cote 1997, mais qui, lui, n'est pas visible et est difficilement accessible, et à part un petit lac à la cote 1080.
    Au Col Bas nous prenons l'itinéraire balisé qui nous ramène au parking à 16h25.

    .

  • Nous partons de St-Barthélémy à 8h50.
    A 10h10, nous sommes à la cabane à 1795m et nous montons à vue dans l'alpage.
    A 11h45, nous hésitons sur l'itinéraire à suivre: continuer à flanc, ou bien monter tout de suite par une épaule herbeuse sur la crête? Nous décidons de nous séparer pour tester les deux solutions.
    Nous nous retrouvons 25 minutes plus tard au col 2330, jugeant que chaque solution avait des avantages et des inconvénients...
    Nous arrivons au sommet de l'Aiguillette à 13h15 et nous y déjeunons tranquillement.
    A 14h05, c'est reparti pour la longue crête, avec passage à Neillère à 16h30 et arrivée au Col de Bernardez à 17h15.
    Puis c'est le GR6. A 17h55, nous faisons le plein d'eau aux abreuvoirs situés sous la cabane 1976.
    Plus bas, dans les bois, nous apercevons deux martres.
    Et nous arrivons à St-Barthélémy à 19h35, après ce long et beau circuit de crête, où nous n'avons rencontré personne, les troupeaux n'étant pas encore montés en alpage..

  • Nous partons à 8h du parking au-dessus des Richards et nous suivons le GR 50 vers Pont du Fossé.
    Nous passons la magnifique Combe des Roranches et nous arrivons au Col du Palastre à 12h.
    Nous faisons l'aller-retour au sommet.
    A 12h40, nous déjeunons.
    A 14h, nous descendons tranquillement vers les Richards et à 15h55 nous sommes aux voitures.
    Un très joli circuit..

  • Avec un temps chaud et des risques d'orages en soirée, nous décidons de partir tôt et nous démarrons à 6h30 des Gourniers.
    Nous trouvons sans difficulté la sente de moutons au-dessus de la Cabane du Vallon et nous arrivons au sommet de la Coupa à 10h15.
    Nous enfilons la Crête de Malamorte et, arrivés devant la première barre de la Morte, nous décidons de descendre une cinquantaine de mètres pour rejoindre une sente de chamois.
    Nous passons ainsi en-dessous des barres et nous traversons un long pierrier pentu.
    Un peu plus loin, avisant une pente herbeuse vers le haut du pierrier, je décide d'aller voir ce qu'il en est et je constate que c'est un autre passage possible, avec encore la traversée d'un pierrier raide, qui aboutit à la limite inférieure des barres du Barle et il n'y a plus qu'à longer ces barres jusqu'à la crête sud-est du Barle...
    A 12h15, nous déjeunons sur un replat un peu plus bas.
    Puis nous descendons vers les Gourniers par le sentier direct que nous connaissons bien pour l'avoir parcouru plusieurs fois et dont j'ai la trace sur mon GPS. Ce sentier a comme toujours tendance à disparaitre sous la végétation, mais nous constatons qu'un gros travail a été entrepris pour le cairner autant que faire se peut.
    Et nous sommes de retour aux Gourniers à 14h55..

  • Nous partons à 7h55 du Gourgeon en direction de Pinouse.
    La montée en forêt est soutenue mais efficace, sur un sentier bien tracé.
    Au point 1684 nous prenons le sentier non balisé qui monte directement au point 1800. Il n'est pas très facile à trouver, mais il est lui aussi bien tracé.
    Petite pause banane à 9h50 au Col de l'Arche.
    Puis c'est la montée vers l'Aiguille.
    Un éboulement s'est produit depuis l'été dernier dans la cheminée, mais ça passe sans problème majeur!
    Petite pause au sommet de l'Aiguille, puis nous repartons pour la Petite Aiguille, où il faut aussi mettre un peu les mains, puis le Clot du Rocher, qui, lui, se franchit sans problème, puis c'est la montée au Piolit avec de nouveau quelques passages abrupts, et nous arrivons au sommet à 12h45, pour y déjeuner tranquillement face à la vue.
    Nous descendons vers le Col de Chorges, puis nous obliquons vers Bonaparré et nous sommes très contents de trouver le sentier balisé indiqué sur IGN.
    Malheur! vingt minutes plus tard, ce sentier se perd progressivement dans la mauvaise caillasse et nous ne trouvons comme seule issue que de descendre jusqu'au Sentier Balcon de Rouanne que nous apercevons 130 mètres plus bas. Nous comprendrons après coup que nous aurions dû remonter vers la crête de Bonaparré. Nous le saurons pour la prochaine fois...
    40 mètres de remontée et nous voici au Col de la Pourrachière à 14h40.
    C'est ensuite une descente sans histoire dans les alpages, puis dans la forêt, jusqu'à la voiture, où nous arrivons à 16h30.
    Un circuit pittoresque et agréable, dans un cadre magnifique!.

  • Nous partons à 9h55 des Guérins, nous montons par le GRP à la Crête des Guérins et nous prenons le sentier sous la corniche en direction du Pas du Loup.
    Le panorama est magnifique et, au fur et à mesure que nous avançons, la vue se découvre peu à peu sur le Dévoluy!
    Nous sommes au Pas du Loup à 12h10. Nous passons la première vire et nous ratons bêtement le point de départ de la seconde: la bifurcation à gauche vers un court passage rocheux, pourtant balisée. Cela nous oblige à faire demi-tour et à rechercher notre erreur.
    Nous mangeons à 13h au sommet. Il n'y a pas de vent et il n'y a personne!
    A 15h, nous commençons la descente dans le Sentier des Cascades. Les quatre passages de rochers ne sont pas bien méchants.
    Et nous sommes de retour au parking à 16h35.
    Ce circuit vaut vraiment la peine!.

  • Nous arrivons en voiture à Chanenc à 10h05 en même temps qu'un groupe de chasseurs alpins qui arrivent à pied pour un exercice de tir.
    Nous choisissons de monter par le sentier des Péous. Nous trouvons ce sentier très agréable.
    Nous arrivons au sommet de Pointe Fine à 13h10.
    En raison du vent, nous commençons par redescendre jusqu'au col 2522 avant de déjeuner.
    Puis, arrivés au panneau "Costebelle 2371m", la curiosité nous pousse à aller voir ce qu'il en est du sentier en direction du Refuge de Belmont.
    Nous ne regrettons pas, car c'est la continuation du sentier aérien en balcon et c'est vraiment pittoresque. Il y a un passage en descente pentue qui a été cablé récemment.
    Nous voyons trois chamois près du Ravin de la Clapière.
    A 15h45, nous arrivons au Refuge de Belmont. C'est une maison de l'ONF qui est fermée, mais 50 mètres plus loin, il y a un petit refuge ouvert. Il y a aussi une jolie fontaine.
    Nous prenons l'itinéraire de retour, qui passe par la Maison Forestière de Fumet.
    Mais, arrivés à proximité du Ravin des Sanières, en raison de l'éboulement, l'itinéraire est détourné sur la piste qui descend à Rochefer.
    Pour éviter de faire un long détour sur cette piste, nous rattrapons à la bergerie de Rochefer la petite piste qui descend directement vers le sud-est.
    Puis nous prenons le sentier qui passe en-dessous du site d'escalade, cote 1566, ce qui nous permet de traverser ensuite le Ravin des Sanières en-dessous de l'endroit éboulé.
    Il n'y a plus qu'à faire 200 mètres de montée sur un sentier raide pour rejoindre le PR 150 mètres à l'ouest de la cote 1610 !
    Avec ce détour conséquent, nous arrivons à Chanenc à 18h15, après avoir fait 1400m de dénivelé et parcouru 18km en 6h50 (2h55 de montée et 3h55 de descente).
    Mais nous sommes bien contents de l'avoir fait, car c'était pittoresque et plein de surprises !.

  • J'avais demandé à Jean-Pierre s'il pouvait me montrer ce circuit qu'il connaissait.
    Nous partons à 9h du parking des Guérins et nous suivons le GRP en direction de Manteyer, puis le PR qui monte au Pas du Loup, où nous arrivons à 11h40.
    Nous passons sans problème les deux vires et nous suivons la falaise jusqu'au Pic de Céüse.
    Nous sommes à 12h20 au sommet et nous déjeunons légèrement en contrebas.
    Nous faisons ensuite le tour de la crête en passant par le vallon d'Aiguebelle et nous arrivons à 14h15 au départ du sentier des Cascades.
    Mais Jean-Pierre préfère continuer vers la Manche et descendre par le sentier suivant, au-dessus du Torrent de Brussette.
    Nous terminons la boucle en arrivant à la Crête des Guérins à 15h20, et au parking à 16h.
    Un bien joli circuit, avec une succession de magnifiques panoramas..

  • Nous partons à 9h40 de St-Pierre-Avez.
    Après une pause banane dans les Avens, nous arrivons au Col de St-Pierre à 11h30, au Mont Burlet à 11h55, et au Sommet de la Platte à 12h25.
    Il fait doux et il n'y a pas de vent. Nous y faisons une longue pause déjeuner jusqu'à 13h40.
    Nous parcourons ensuite la Crête du Travers. Il y a un sentier de crête, mais il faut parfois le chercher un peu. De plus, certains regrettent d'être venu en short, car il y a des passages épineux.
    Par contre, il y a plein de pivoines en fleurs! Leur floraison est sans doute un peu tardive cette année en raison de la vague de froid et de neige qui a sévi en avril.
    Nous passons le Sommet des Bayles sans nous en apercevoir!
    Qu'à cela ne tienne, nous trouvons 350 mètres plus loin un sentier très bien tracé qui nous conduit tout droit au Col de Carasse.
    Nous y prenons la piste qui descend à St-Pierre-Avez, où nous arrivons à 16h50, bien contents de cette belle sortie de printemps..

  • Nous montons en voiture jusqu'à la Serrre des Auberts et nous stationnons un peu plus loin, à l'endroit que nous indique le propriétaire.
    Nous démarrons à 9h05 et nous montons au Col des Casset.
    Nous plions les bâtons pour passer sans encombre les endroits où il faut mettre les mains.
    Quand nous arrivons au sommet de la Montagne de Maraysse, à 10h50, nous y trouvons sept moutons qui nous donnent l'impression d'avoir passé l'hiver à cet endroit.
    Nous continuons l'itinéraire balisé qui passe en versant nord de la falaise, puis qui tourne à droite au col vers 1475m pour descendre en lacets serrés en versant nord.
    Nous quittons ce sentier balisé quand il part à droite vers 1350m, pour prendre à gauche un petit sentier non balisé, mais jalonné avec de la rubalise, qui nous amène au GR quarante mètres sous le Col des Pins, où nous arrivons à 12h pour déjeuner.
    A 13h, nous prenons le GR en versant sud. Il descend raide et, avec les cailloux, il faut faire attention à ne pas glisser!
    Puis nous tournons à gauche pour passer au Col des Alongs et revenir à nos voitures, où nous arrivons à 14h05..

  • Nous profitons de cette belle journée de printemps pour faire ce sommet, l'un des seuls qui soit déjà accessible dans notre coin.
    Nous suivons l'itinéraire balisé jusqu'au Col de Chorges.
    Au-dessus du col, des névés nous obligent à faire quelques détours, puis la crête est dégagée jusqu'au sommet.
    Nous déjeunons au sommet. La vue est magnifique, il n'y a pas de vent et, scenario impossible en saison, nous sommes seuls!
    Nous revenons au col.
    Vers 2210m, nous obliquons à gauche sur le sentier cairné qui se faufile entre les blocs rocheux.
    Plus bas, nous nous dirigeons à vue vers Serre la Croix. La croix a bien souffert des intempéries et ne va plus tenir très longtemps.
    Et nous rejoignons la voiture, satisfaits de cette belle escapade en ce joli mois de mai..

  • - Il parait que le Trou de Saint Martin tient son nom du fait que les rayons du soleil le traversent le 11 novembre, jour de la Saint Martin.
    - On peut au retour, pour descendre du Pas de la Faye, choisir une variante un peu plus longue, mais plus agréable que la piste forestière: 160 mètres sous le Pas de la Faye, prendre à gauche le "Chemin sous la Barre", sentier en balcon en forêt puis sous la falaise, jusqu'à rejoindre le sentier qui descend du Pas de Tartonne..

  • Sortie avec raquettes.
    Nous partons à 9h du Pré du Plaï. C'est une belle journée douce et ensoleillée qui s'annonce.
    A 10h, nous arrivons à la "chapelle", qui apparemment sert de remise au berger, et à la Cabane de St Clément juste au-dessus, qui est un refuge non gardé avec trois lits.
    Nous passons ensuite à la Cabane de Châteauroux ou de Combeau, qui, elle, est la cabane du berger.
    Un peu plus haut, nous voyons un chamois, puis deux autres chamois qui font, pour nous éviter, un grand tour en direction du versant nord du vallon, sous la Crête de Chabreyret, où nous les voyons longuement enfoncer dans la neige.
    C'est vers 2325 mètres d'altitude que nous sommes amenés à chausser les raquettes.
    Le vallon monte en pente douce jusque vers 2670 mètres, mais les 120 derniers mètres sont nettement plus pentus. Nous les montons lentement en faisant des lacets.
    Enfin, à 13h30, nous arrivons au col.
    Nous redescendons sans attendre la partie pentue et ce n'est qu'à 14h que nous commençons à déjeuner, au sec sur un gros rocher.
    Puis c'est le retour par le même itinéraire jusqu'au Pré du Paï, où nous arrivons à 16h55.
    Une superbe randonnée dans la solitude d'un vallon enneigé!.

  • Nous démarrons à 9h15 de la MF du Serre et nous rejoignons le GRP pour aller vers le Pas de Labaud.
    Nous quittons le GRP à Roche Rousse. Deux itinéraires s'offrent à nous: une pîste, ou bien, à droite, un sentier. Nous prenons le sentier qui s'avère ma foi très agréable. Nous avons même la chance d'y voir des pivoines!
    A 10h45, nous arrivons au Pas de Labaud et nous y cassons la graine.
    Nous parcourons toute la crête jusqu'au Pas de la Faye, où nous arrivons à 12h15.
    Nous prenons alors le sentier en balcon en versant est.
    A 12h45, nous le quittons pour rejoindre la crête et pour passer les trois barres rocheuses. Un peu d'escalade ludique! Le balisage est ancien et nous avons parfois du mal à le suivre. C'est dommage!
    Et puis la faim commence à se faire sentir. Mais nous préférons attendre d'être arrivés au Sommet de Couard pour manger.
    Nous y arrivons enfin à 14h05.
    A 15h, bien rassasiés, nous descendons la crête sud-est, elle aussi fort sympathique. Un petit bout de route forestière, puis le sentier qui remonte vers la Barre des Dourbes, où nous retrouvons le sentier en balcon en versant est pris à l'aller.
    A 16h50, nous sommes au Pas de la Faye. Nous descendons rejoindre le Chemin sous la Barre, lui aussi bien agréable.
    Puis c'est la descente finale jusqu'à la MF du Serre, où nous arrivons à 18h35.
    Une belle et longue randonnée: 1280m de dénivelé, 21,5 km et 7h40 de marche. Mais cela en valait la peine!.

  • Nous comptions faire cette sortie plus tôt, mais les chutes de neige de la deuxième quinzaine d'avril ont retardé notre projet.
    Nous partons à 9h10 des Muandes.
    En cette saison, le Vallon du Distroit est une terre d'élection pour les chamois. Nous en voyons un vers 1950 mètres, qui monte dans le vallon à notre arrivée. Peu après, ils sont une vingtaine, peu effarouchés, qui s'éloignent tranquillement au fur et à mesure que nous montons. Nous voyons aussi une marmotte, un renard et un lièvre.
    Nous chaussons les raquettes à 11h50, à 2270 mètres d'altitude.
    Nous arrivons au Col du Ruffy à 13h45. La vue est magnifique.
    Nous trouvons en-dessous du col des rochers sur lesquels nous pouvons nous assoir le temps de déjeuner.
    Puis nous revenons sur nos pas. Avec la chaleur, nos raquettes enfoncent maintenant dans la neige. Heureusement que ce n'était pas le cas à la montée!
    Nous déchaussons à 15h20 et, à 17h05, nous sommes de retour aux Muandes.
    Vraiment, une très belle randonnée..

  • Nous partons à 9h50 des Allouviers.
    Une heure plus tard, nous faisons une petite pause banane au Col de l'Aiguille.
    Nous arrivons au sommet du Clot du Puy à 12h40 et nous y déjeunons face à la vue.
    En descendant aux Aujards, nous croisons une vieille connaissance de Jean-Pierre avec qui nous bavardons un moment.
    Nous descendons aux Roberts, nous prenons le sentier en balcon et nous arrivons aux Allouviers à 16h10.
    Une sortie bien sympathique....

  • Nous partons à 9h de Saint-Genis et, en passant par la crête sud, nous arrivons au Revuaire à 11h30.
    Après avoir déjeuné près du sommet, nous descendons au Col de Revuaire.
    Nous y prenons le sentier du site d'escalade et nous accédons au sommet du Roc Taillefer.
    Nous prenons la piste vers Jubéo et nous faisons le détour par la grotte, dont la visite s'impose!
    Nous passons à la Maison Forestière de Jubéo, où nous échangeons quelques mots avec l'une des personnes électo-sensibles qui y séjourne.
    C'est ensuite le passage dans les Gorges du Riou, et enfin l'arrivée à Saint-Genis à 15h45.
    Un sympathique circuit, agrémenté par quelques extras bien agréables!.

  • Il était annoncé une journée sans pluie, mais nous avons eu du vent soufflant en rafales.
    Nous avons fait le circuit dans le sens anti-horaire, mais nous avons pensé à l'arrivée qu'il vaut sans doute mieux le faire dans l'autre sens.

    Nous partons à 9h45 des Damias et nous prenons le sentier anciennement balisé PR qui monte en rive droite du Ruisseau des Peyres jusqu'au Col St-Pierre.
    Ce sentier n'est plus bien entretenu et nous le perdons vers l'altitude 1190, ce qui nous vaut de passer aux ruines de St Ouric.
    Nous retrouvons le sentier peu après; il est ensuite bien tracé jusqu'au Col St-Pierre, où nous arrivons à 11h20.
    Là, nous suivons une piste qui monte tout droit dans la pente jusqu'au point 1392. C'est raide, mais efficace. Nous retrouvons un peu plus loin le sentier GR qui nous amène au Col de Branche.
    Nous quittons le GR pour monter la crête et nous arrivons au sommet 1560 à 12h15. A partir de maintenant, il n'y a plus que de la descente et c'est l'heure de manger. Le seul problème est de trouver un endroit abrité du vent. Nous en trouvons un en versant nord avant d'arriver au Sommet de Fléossier.
    Après une bonne pause piquenique, nous descendons sur la Crête de Chanteduc en pente douce. Elle est bien agréable.
    Nous la quittons pour le sentier PR qui descend vers les Damias. La pente est raide et avec les petits cailloux, on a tendance à glisser.
    Et nous arrivons à la voiture à 14h55.
    Un circuit pas trop long, avec une bonne partie sur crête..

  • Nous partons à 9h35 de Ruynet pour reconnaitre ce circuit, imaginé au vu de la carte.
    Nous commençons par essayer de monter à Fangottier par le sentier indiqué sur IGN. Mais ce sentier s'avérant à moitié à l'abandon, nous préférons monter par Combe Chaude.
    Puis nous prenons la piste qui nous mène sans problème particulier au Col du Tat. La neige tombée avant-hier est bien présente, mais ne gène pas trop notre progression.
    Nous montons vers la crête dans la neige encore épaisse en versant nord, puis nous parcourons la crête jusqu'au col 1594, où nous trouvons un coin sans neige, abrité du vent et avec une belle vue, pour déjeuner à 12h40.
    J'avais pensé que nous pourrions continuer la crête vers le Reffudent et le Luzet, mais il faut se rendre à l'évidence que j'étais trop gourmand!
    Nous décidons donc de prendre à ce col la piste qui descend vers Creyers.
    Nous apercevons dans une prairie un chevreuil, qui s'enfuit en faisant des bonds gracieux.
    Au point 1224, nous quittons la piste pour le sentier vers Ruynet. Ce sentier est à moitié à l'abandon mais, heureusement, il reste le minimum de passage qui lui permet de survivre, et nous arrivons au Ruynet à 15h05.
    Cela fait une magnifique boucle, pas trop longue, avec de magnifiques panoramas et, en cette saison, nous sommes seuls, il n'y a pas de troupeaux dans la montagne!.

  • Nous partons à 9h30 du Col des Guérins.
    A 11h, nous sommes au sommet. La vue est belle.
    A 12h45, nous arrivons au point 1510 sur la crête sud et nous y déjeunons.
    Puis nous suivons le sentier jusqu'au point 1410 où nous trouvons la sente vers le nord.
    Après une fin de montée un peu laborieuse dans les ravines, nous rejoignons vers 1470m le grand virage du chemin carrossable qui nous ramène au Col des Guérins.
    Un beau circuit, mais que nous nous garderions bien de proposer à un club de randonnée!.

  • Nous partons à 9h30 du Col de la Gineste. Nous passons le Col Ricard et nous montons le Vallon de Ste-Marthe, où nous rencontrons un groupe familial parti escalader la Grande Candelle.
    Petite pause banane à 11h au sommet du Mont Puget en admirant la vue.
    A 12h35, nous déjeunons au-dessus des falaises du Devenson.
    Nous passons le Vallon des Chaudronniers, puis le Cap Gros, et nous revenons par le 6 rouge au Col de la Gineste, où nous arrivons à 16h05.
    Il n'y a plus qu'à revenir en voiture à Gap après ces trois magnifiques journées dans les calanques..

  • Comme il était annoncé du mistral dans l'après-midi, nous avons fait ce circuit dans l'autre sens pour avoir fait les crêtes le matin et être l'après-midi plus à l'abri auprès de l'eau. Nous avons trouvé ce choix judicieux pour une autre raison: la luminosité a été meilleure avec le soleil dans le dos, quand nous étions au-dessus des calanques l'après-midi...
    La barrière sur la route à la sortie de la Cayolle étant ouverte, nous montons en voiture presque jusqu'au Col de Sormiou, d'où nous partons à 9h30.
    A 10h15, nous sommes à la Tête de l'Homme (396m) et à 10h50 au Sommet Ouest de l'Homme Mort (374m).
    Nous descendons par le sentier 4 jaune vers les Trois Arches. Cette descente s'avère raide avec des barres et des passages de vire, où nous progressons très lentement.
    Nous trouvons ensuite le bon sentier 3 vert du Grand Malvallon, qui nous fait arriver à 12h20 à la Calanque de Marseilleveyre.
    Nous trouvons près du bord de l'eau un endroit abrité et tranquille, bordé par un joli parterre de cistes à fleurs roses. Jacques va se baigner et nous déjeunons.
    Puis nous prenons le GR. Il nous offre une suite ininterrompue de magnifiques vues sur cette portion des calanques.
    Nous arrivons ainsi au Col de Cortiou et à 15h35 nous rejoignons les voitures.
    Jacques a une mauvaise surprise: une vitre de sa voiture a été brisée et le coffre a été fouillé. Heureusement, le coffre était vide et rien n'a été volé.
    Puis, comme nous avons encore du temps, nous décidons de nous rendre en voiture à la Calanque de Sormiou, où nous n'avons pas encore été. La route est étroite et avec toutes les voitures qui se suivent et qui ont du mal à se croiser, la progression est laborieuse. Et puis, à l'entrée de la calanque, une autre surprise nous attend: nous devons nous acquitter d'un droit d'entrée de 4,50 euros par voiture. Un vrai piège à touristes! Certainement, nous n'y reviendrons pas, d'autant plus que cette calanque est loin d'être la plus belle....

  • Nous partons de Gap à 7h30. A 10h nous retrouvons Jacques au parking de Callelongue.
    Nous montons par l'itinéraire 3 jaune dans le Vallon Saint-Michel, qui nous amène à l'Escalier des Géants: il faut s'accrocher pour monter!
    Arrivés près du passage du Pas du Pin, nous y voyons une famille avec un chien ayant du mal à en descendre. Nous décidons donc d'abandonner cet itinéraire vers le Col des Chèvres pour monter directement au Sommet de Marseilleveyre par l'itinéraire 1 rouge. C'est plus reposant.
    A 11h40, nous arrivons à la croix et nous nous régalons de la vue. Puis nous déjeunons un peu en contrebas à l'abri du Mistral qui commence à souffler.
    Nous prenons ensuite l'itinéraire 1 bleu, avec des rafales de vent violentes, jusqu'au Col de la Selle.
    Nous descendons dans le Grand Malvallon jusqu'à la Calanque de Marseilleveyre.
    Puis c'est le retour par le GR jusqu'à Callelongue, avec de nouveau de fortes rafales de vent.
    A 15h, nous sommes aux voitures. Il ne nous reste plus qu'à nous rendre à la MG de Roquefort-la-Bédoule, à nous installer et à faire nos courses pour les trois jours..


  • Oui, évidemment, c'est un chamois. Je devais être fatigué quand j'ai rentré cette photo!
    Merci de me l'avoir indiqué. J'ai rectifié..

  • Pour le départ de la rando, je conseille de monter aux Orres 1800 et d'y stationner (Parking de Bois Méan, parfois plein en saison).
    Monter à droite du Télésiège de Pré Claux jusqu'à croiser vers 1770m le sentier du Lac de Ste-Marguerite par la Cabane de l'Eyssalette, balisé avec des ronds bleus et le suivre jusqu'au lac..

  • Il est possible de faire une boucle.
    Quand on entre dans le cirque, prendre à gauche, vers le sud, un sentier qui monte d'une vingtaine de mètres et arrive au-dessus du lac.
    Obliquer alors à droite pour prendre le sentier qui monte vers l'ouest en direction de la crête.
    Suivre ensuite la crête vers la droite jusqu'au Pic de Morgon. Il y a un passage un peu délicat où il faut mettre les mains (niveau de difficulté R3).
    Redescendre du sommet par l'itinéraire indiqué dans le topo qui passe par les cabanes pastorales.
    Il vaut mieux faire le circuit dans ce sens en été car, dans l'autre sens, la montée au sommet le matin se fait en plein soleil sans vent..

  • On peut monter en voiture sur la route goudronnée en direction des Charles jusque vers 620 mètres d'altitude. Mais éviter d'aller jusqu'aux Charles, car c'est une propriété privée.
    Il vaut mieux faire le circuit dans le sens indiqué sur le topo, en commençant par monter à Roche Impie, car on y trouve des marches qui sont plus faciles à à escalader dans le sens de la montée que de la descente..

  • Merci Olivier,
    Grâce à tes indications j'ai pu retrouver cet itinéraire qu'un ami avait essayé de me faire faire il y a une vingtaine d'années.
    J'ai modifié en conséquence mon topo en remplaçant l'A-R par une boucle..

  • site web: http://maljassetgite.fr/main.html
    Hubert et Klytë LONGERON
    Téléphone :04 92 84 31 15
    Télécopie :04 92 84 34 87
    E-mail : MALJASSET.GITE@YAHOO.FR .


  • Merci Greg, je rectifie mon erreur!.

  • Cette Cabane se trouve sur le GR 50 entre Serre-Eyrauds et Ancelle.
    Cabane non fermée et non gardée avec deux lits superposés (matelas en l'état...), une table et un poêle à bois..

  • J'ajoute quelques précisions par rapport au topo d'Alain Bellon sur altituderando:

    A la montée, vers 2330 mètres, il faut bien penser à quitter la piste pour prendre sur la gauche le sentier balisé traits jaunes venant de Pra-Loup et menant au Col des Thuiles.

    A la descente, le point de départ de la cheminée "Lou Chiminet" est indiqué par une flèche blanche et tout le circuit de descente par cette cheminée est balisé avec quatre points blancs.
    La cheminée une fois passée, on trouve un sentier qui traverse plusieurs éboulis et finit par rejoindre le sentier balisé traits jaunes venant du Col de la Sestrière et qu'il faut prendre vers la gauche.
    On a alors deux solutions.
    Soit, comme l'indique Alain Bellon, on suit ce sentier jusqu'à proximité du Col des Thuilles pour retrouver l'itinéraire de montée.
    Soit on quitte ce sentier à proximité de la Cabane Forestière de l'Aup du Serre (en ruine), cote 2360, pour prendre un sentier de berger indiqué sur IGN, mais mal tracé (gps utile) qui part vers le sud pour aller rejoindre le Torrent des Agneliers et déboucher sur la piste de montée près du point 1861. Itinéraire plus agréable et plus rapide, mais pas toujours facile à suivre..

  • L'itinéraire est relativement facile à suivre: balisage traits jaunes jusqu'à la Croix du Crest (2188 m), puis cairns.
    Au panneau "Girardet, alt. 1605 m", l'Aiguille d'Orcières n'est pas fléchée; il faut évidemment prendre le chemin qui monte vers la droite.
    Vers 2050 mètres, ne pas se laisser impressionner par le panneau: "Au delà de cette limite, itinéraire difficile"..

  • Le sentier est bien tracé, bien balisé... et aussi bien fréquenté.
    Il est vrai que ce site des Eaux Tortes, "tortueuses", mérite le voyage.
    Le parking de départ à 1640 mètres porte le doux nom de "Parking du Ravin des Vieux"..

  • On peut envisager de monter le matin du Laus vers le Col d'Izoard par le sentier qui passe par le Bois des Talias, le Bois des Loubatières et les Chalets d'Izoard.
    Mais quand il y a du soleil l'après-midi il y a des risques de chutes de pierres sur ce sentier; il vaut mieux revenir par le sentier de la Mule ou par la piste de ski de fond..

  • La trace n°870 part de la Correrie, musée de la Chartreuse..

  • L'ancien Canal de Mal Cros qui passe notamment à la Cabane des Parisiens fait l'objet d'une restauration par des bénévoles regroupés dans l'Association Malcros 28 18.
    Pour plus de renseignements, voir le site de cette association:
    http://www.canaldemalcros.com/.

  • Un grand merci!
    Christian Delale.

  • Je mettrais plutôt comme niveau de difficulté R3, car il y a sur la crête quelques passages un peu aériens, sans possibilité de faire demi tour.
    Je suggère d'organiser cette randonnée en deux groupes.
    Le premier groupe part tôt en laissant la voiture au Parking de la Forêt au-dessus des Orres Chef Lieu, point de départ de l'ascension du Méale, et fait toute la traversée jusqu'au Col de Girabeau.
    Le second groupe part plus tard en laissant la voiture sur la Route du Grand Vallon au point de départ du sentier qui monte au Col de Girabeau et part à la rencontre du premier groupe.
    Après jonction, les deux groupes redescendent sur la Route du Grand Vallon et il suffit de faire la navette en voiture jusqu'au Parking de la Forêt.
    Temps de parcours pour le premier groupe:
    2 heures pour monter au Méale,
    puis 1h30 pour le Pic Haut,
    puis 0h50 pour le Ratel,
    puis 1h30 pour le Mont Joly, sommet du parcours à 2617 mètres, le nom n'est pas mentionné sur la carte IGN,
    puis 1h20 pour descendre sur la Route du Grand Vallon.
    Soit un total de 7h10..

  • Pour l'historique des batteries italiennes qui se trouvaient au sommet du Mont Chaberton, on lira avec intérêt l'excellent article de Wikipedia:

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Mont_Chaberton[/url].

© 2017 bivouak.net, ainsi que tous ses membres, ne sauraient etre tenus responsables en cas d'incident. Sachez faire preuve de discernement et de prudence en toutes circonstances. Soyez responsables..

Indentification

Sports