La Grande Moucherolle et la Petite en traversée
depuis le col de l'Arzelier (ou les Bordeaux)

Situation

Versant Nord-Est de montée à la Grande Moucherolle
  • Altitude départ : 1230
  • Altitude sommet : 2285
  • Dénivelé : 1225
  • Temps de montée : 3h00
  • Temps de descente : 3h00
  • Orientation : Toutes
  • Itinéraire :
    • en boucle
  • Accès : En venant de Prélenfrey, 200m après le col, prendre une route sur la droite et continuer tout droit. La route sort d'une zone habitée, se rétrécit, rentre en forêt et débouche peu après sur un parking de terre (panneau "refuge entre 30 et 50mn")


Proposé le frédo

Itinéraire

Monter facilement au refuge de Soldanelle par la piste. Juste au-dessus du refuge, saisir une sente qui remonte la croupe herbeuse jusqu'à croiser un bon sentier que l'on suit vers la droite. Il mène à la base du couloir des Deux Soeurs après avoir longé la base de la falaise.
Ce couloir se remonte facilement par un sentier ne nécessitant pas l'utilisation des mains sauf pour un passage de qq mètres à la base du couloir. Un câble aide à la progression.
A la sortie du couloir, suivre le sentier évident qui part sur la gauche en traversée ascendante en direction de la falaise de la Grande Moucherolle. Ensuite, il se fait plus raide et demande à surmonter un passage rocheux d'une dizaine de mètres pour lequel on se sert des mains, soit un passage d'escalade de niveau à peine II mais aérien (présence de vide derrière soi). Le rocher n'est pas délité. Au-dessus, l'ambiance reste aérienne mais n'est plus technique.
La descente sur le versant Sud s'effectue sur un sentier qui nécessite dans le haut un court passage de désescalade (un petit niveau II). Dans le bas, c'est du style escalier rocheux. On peut considérer qu'on se situe toujours dans le domaine de la progression dite aérienne.
Pour remonter à la Petite Moucherolle, s'avancer vers la falaise pour rentrer sur un vire un peu encaissée et en diagonale de gauche à droite. Ce passage ne comporte pas de partie technique et reste d'un degré aérien moindre que pour la première partie.
Ensuite facilement en suivant la crête vers le Sud, on rejoint le Pas de la Balme. Du Pas, poursuivre sur la vire au sud-ouest, au pied de la falaise, et après le Mur des Sarrasins descendre en lacets puis poursuivre à gauche (nord-est). A la bifurcation suivante, prendre à gauche et suivre longuement le sentier du Périmètre (ignorer à droite la sente qui va entrer en sous-bois), jusqu'à ce qu'il rejoigne celui qui mène à droite au refuge, puis au Col de l'Arzelier.
L'itinéraire est aussi décrit dans le livre topo de Pascal Sombardier "Chartreuse-Vercors. Les randonnées du vertige", Editions Glénat.

Note de la modération :

On peut aussi partir du parking des Bordeaux au-dessus de Prélenfrey. Cela rallonge encore un peu la course mais permet de bénéficier de la baraque des Clos et surtout de la superbe vire en balcon qui rejoint le Col des Deux Sœurs en passant sous Sophie (et devant la grotte des Deux Sœurs). Pour cela, une fois à Prélenfrey, laisser à gauche la route du Col de l’Azelier et prendre à droite (N) celle des Bordeaux, jusqu’à son terminus (2 parkings successifs). Continuer à pied et s’engager un peu plus loin sur le sentier qui monte à droite en forêt (pt 1365). Après la baraque-refuge puis la source des Clos, prendre à droite le sentier montant vers le Pas de l’Oeille. Le quitter ensuite pour celui qui poursuit à gauche (S) et grimpe en lacets jusqu’au pied de la falaise de Sophie. Longer ensuite à gauche cette superbe vire en balcon, qui passe devant la grotte des Deux Sœurs avant de rejoindre le pied du Col éponyme. Au retour, une fois à Pré Achard (pt 1606), continuer sur le sentier du Périmètre, puis rejoindre la Baraque des Clos, et enfin le parking par le sentier de la montée.


Précautions

Le sommet de la Grande Moucherolle peut être occupé par des bouquetins. Alors, dans la descente du versant ouest, ne pas trainer dans l'axe de l'entonnoir au-dessus du pierrier. Nous avons assisté à un véritable bombardement de gros calibre...

Difficultés

Passages exposés dans la traversée de la Grande Moucherolle. Un brin de corde peut être utile pour rassurer les non initiés.

Commentaires itinéraire

Sortie : Un rêve réalisé

Trace GPS

  • Distance : 15.28 km
  • Dénivelé - : 1474 m
  • Dénivelé + : 1496 m
  • Téléch. : 6 fois


Proposé par yougs
Vire en balcon
  • Date : 13-07-2020
  • Durée : 8h
  • Dénivelé : 1220 m
  • Participants : Jean-Fançois

Quand Jean-François m’a proposé de faire avec lui la traversée des Moucherolles depuis Prélenfrey ('Tu verras, c’est pas difficile, il y a de bonnes prises'), ça a déclenché en moi à la fois une forte envie et une réelle inquiétude. Depuis qu’en 2006 j’avais effectué, seul et apparemment sans difficulté, ma première ascension de la Grande Moucherolle depuis le Clos de la Balme, j’étais en effet revenu de nombreuses fois dans ces magnifiques hauts lieux du Vercors : pour la petite Moucherolle, mais aussi et surtout pour les Deux Sœurs (via le col éponyme) dont je suis tombé littéralement amoureux. Il faut dire aussi que mes rencontres répétées avec le troupeau de bouquetins qui a élu domicile sur ce plateau n’y étaient pas pour rien… Si bien que cet endroit est devenu peu à peu mon plus gros coup de cœur des Alpes iséroises.

Et à chaque fois que je débouchais sur ce plateau depuis le col des deux Soeurs, je rêvais d’effectuer la traversée des Moucherolles par ce très raide sentier, si tentant mais tellement impressionnant, qu’on aperçoit en débouchant du col. Mais je n’ai jamais osé…

Cette fois-ci pourtant, je finis par me dire que c’est l’occasion ou jamais, en plus avec un ami très expérimenté. Et nous voilà donc partis ce 13 juillet à 9h30 du premier parking des Bordeaux : il fait beau, à dieu vat, on verra bien…

Une fois en chemin, mes résistances (n’est-ce pas trop difficile ? pas trop aérien ? ne suis-je pas trop vieux ? etc.) se dissipent peu à peu, au fur et à mesure que la fascination et l’excitation s’accroissent.

Pour aller aux Deux Sœurs, je suis toujours parti du parking du col de l’Arzelier. Aujourd’hui je découvre donc la très belle vire en balcon, un peu exposée, qui longe le pied des falaises en passant devant la grotte et mène au col des Deux Sœurs : premier régal de la journée, même pas peur ! Me voilà rassuré…

Avant d’arriver au col, on croise un randonneur qui nous prévient que suite à une série d’éboulis récents la montée au col est plus encombrée et chaotique que d’habitude. Et en effet, par endroits la trace se perd et il faudra louvoyer au mieux dans les blocs épars, ce qui complique un peu notre tâche. Sous la sortie on découvre le cadavre d’un jeune bouquetin au pied de la falaise : victime d’une chute ? d’un chasseur ? Ce sera le seul moment de tristesse de la journée…

Heureusement on va enchaîner presque aussitôt avec l’épisode le plus réjouissant du jour : à peine arrivés au col et engagés sur le fameux sentier qui file vers la paroi Est de la Grande Moucherolle, nous croisons plusieurs personnes qui nous disent d’un air gourmand : "Vous allez avoir une surprise". On s’y attendait un peu, mais lorsqu’on découvre peu après notre inévitable harde de bouquetins, on en reste quand même stupéfaits : elle a presque doublé de volume ! Jamais encore je n’en avais vu autant à la fois. C’est un spectacle en soi que cette énorme foule de quadrupèdes placides,  la plupart affalés dans l’herbe pour la sieste du jour, qui se laissent approcher et même traverser et filmer sans rechigner. Et le plus étonnant peut-être, c’est que les innombrables petits se sont constitués en bande à part, jouant et folâtrant entre eux dans une sorte de cuvette à bonne distance de leurs parents… Difficile de ne pas rester scotchés là un bon moment, tant pis pour le timing du jour !

Quand nous repartons enfin, c’est pour attaquer la partie du parcours que je redoutais le plus, à savoir l’ascension du raide et rocheux versant Nord-Est de la Grande Moucherolle. Eh bien ça a été un nouveau régal, la remontée des gradins est passée comme une lettre à la poste ! Il est vrai que je n’avais qu’à suivre Jean-François, guide parfait pour trouver la meilleure voie au milieu des blocs. 

Quant à l’étroite arête qui mène au sommet, elle est aérienne en effet mais là encore, je la passe sans sourciller. Je me surprends moi-même, car le sommet est là juste au-dessus et je n’ai même pas eu le temps d’avoir peur… un peu comme sous le sommet de la Pointe Percée, mais dont le court passage d’arête aérienne m’avait davantage impressionné.

C’est l’heure de la détente et du pique-nique. Pour moi, c’est aussi la fin des difficultés, car le reste de l’itinéraire, me dis-je, eh bien c’est du déjà vu,..

Il est 14h quand nous entamons la descente. Et là, passés les premiers lacets, surprise : par deux fois, je suis un peu à la peine devant la quasi verticalité d’un premier, puis, plus bas, d’un second ressaut. Rien, dans mon souvenir, ne m’avait laissé cette impression lors de la redescente de cette voie "normale". Mais bon, il suffit de bien s’appliquer et ça passe.

Une fois au col, Jean-François me laisse le choix, pour monter à la Petite Moucherolle, entre le raide couloir en écharpe  qui y mène directement, et la longue mais très facile (fastidieuse ?) piste qui contourne d’abord la base de ce sommet par la droite. Pas d’hésitation : ce sera le couloir, il est vrai très impressionnant vu d’en face depuis la descente de tout à l’heure. De mémoire, j’avais grimpé ce couloir les doigts dans le nez. Et en effet, ça se confirme : que du plaisir ! A l’arrivée au sommet, je suis même déçu que la montée ait été si brève…

Cette fois, en haut de la Petite Moucherolle, il est passé 15h, et c’est un long retour qui nous attend. Mais qu’à cela ne tienne, le plus dur est fait et très bien fait, j’en suis tout ébloui, littéralement dopé par ce parcours de rêve que je viens de réaliser et que je n’espérais plus pouvoir faire.

Le retour final sera long en effet, très long. Pour ne pas arriver trop tard à… Saint-Etienne, il nous faudra même allonger le pas une fois redescendus du Pas de la Balme sur le magnifique sentier balcon à mi-pente qui va nous ramener petit à petit au parking de départ.

La descente vers le Pas de la Balme sera un peu erratique, nous perdons vite la trace mais c’est sans importance, on ne peut pas se tromper. C'est même un petit jeu imprévu auquel nous nous livrons volontiers : chacun suit sa voie perso et on se retrouve au Pas. Suit un dernier bout de vire sympa avant les longs lacets de la descente vers le sentier en balcon à mi-pente. Je ne me souvenais pas du superbe Mur des Sarrazins, petit joyau cueilli au passage… Mais ce ne sera pas le dernier plaisir du jour.

Même si, vers la fin, la fatigue se fait un peu sentir, elle se fait aussitôt oublier devant la magnificence des paysages au-dessus de nous au fur et à mesure de notre longue progression sur le facile sentier du Périmètre : en contreplongée à notre gauche, nous voyons défiler successivement nos deux sommets du jour, puis Agathe suivie de Sophie, nimbées d’une lueur crépusculaire… un vrai rêve éveillé !

Inoubliable journée ! Une de plus à inscrire dans ma liste des "plus belles", de celles qui marquent une vie d'insatiable arpenteur de sommets…


Au coeur de la harde
Gros plan
Quelques grimpeurs
Bouquetins devant Sophie et le Col (vue arrière)
Versant Nord-Est de montée à la Grande Moucherolle
Dans les gradins de la montée
Dans les gradins de la montée
Sommet en vue
arête sommitale
Sommet inesthétique de la Grande Moucherolle
Dans la descente de la Grande Moucherolle
Petite Moucherolle et sa voie de montée depuis la descente de la Grande
Dans le couloir de montée de la Petite Moucherolle
Versant Ouest de la Grande Moucherolle depuis la Petite
Vire après le Pas de la Balme
Mur des Sarrasins
Des Moucherolles à Agathe, depuis le sentier du Périmètre
Les Deux Soeurs et leur Col depuis le sentier du Périmètre

Autres sorties

Date Titre Auteur
17-06-2021

Col de l'Arzelier - Soeur Agathe - Grande et Petite Moucherolle - P...

yougs
20-12-2015

Pas de neige au Col de l'Arzelier, je tente ma chance en pensant pe...

yougs
31-05-2015

Très belle sortie variée (pierriers, névés, varappe, sous-bois, re...

regmu38
25-07-2014

En utilisant les services du télécabine :traversée des 2 Moucheroll...

JeunouKiKrak
23-07-2013

Ils partent tôt ce matin, et moi du coup, je suis un peu à la bourre...

Véronique
26-11-2011

Départ un peu tardif du col de l'Arzelier. Malgré ça les derniers v...

montagne-a-vaches
03-07-2011

Alan G

01-11-2009

Départ 9h30 du parking, dans les premiers 100m on croise un groupe de...

Michaël GIRERD
20-08-2001

Un circuit que j'aime particulièrement, la montée au col des deux so...

patrice.v
04-09-2006

Passage au refuge de la petite Moucherolle, descente par le pas de la...

patrice.v
23-09-2007

Magnifique boucle avec des endroits splendides : vire et couloir des d...

FABI
28-07-2007

Le moins que l’on puisse dire c’est que le retour par le sentier d...

Michel Pila
21-07-2007

Boucle magnifique, avec petits passages alpins plus simple qu'ils en o...

Renarde1
16-07-2006

Départ à la fraîche à 5h du col de l'Arzelier, lever de soleil su...

GLaG
10-09-2005

Agréable itinéraire, alpin dans la traversée, qui devrait "émotion...

frédo
Identification

Social Media