Gite de Flagustelle

  • Type : Gîte
  • Altitude : 1125 m
  • Adresse : le village
    04140 VERDACHES
  • Restauration : Oui
  • Nb de places : 18
  • Date d'ouverture : toute l'année

Description

Vous êtes dans la vallée du Bés, au cœur des Alpes de Haute-Provence.
Entre Ubaye et Préalpes provençales, à 1100m d’altitude, le gîte de Flagustelle vous accueille toute l’année.
Les activités se déclinent au fil des saisons ; randonnées pédestres et Vélo Tout Terrain dans des sites préservés, baignades et sports nautiques en lacs ou en rivières, sports d’hivers dans des stations familiales.

Situation



Photos

Commentaires

Itinéraires recommandés

Du parking, on commence par suivre la piste carrossable qui conduit à la Cabane de Mulets (Fontaine, abri sommaire). On quitte le sentier balisé pour une piste qui s'élève au-dessus de la Cabane. Lorsque la piste redescend pour franchir le ravin de la Blanche, continuer à monter droit dans la pente (pas de traces) jusqu'à atteindre l'altitude approximative de 2000 m. Partir alors plein sud, et suivre les traces bien marquées au niveau des sources de la Blanche. Il faut continuer à flanc jusqu'à atteindre Plan Vallon par des traces intermittentes. On remonte ce vallon sans difficultés malgré l'absence de traces jusqu'au point 2101 m. de là un bon sentier permet d'atteindre Pié Gros. Nous sommes au pied de l'éboulis du Col des Têtes. On peut attaquer cet éboulis par une trace qui s'élève sur la gauche. Lorsque celle-ci se perd, il faut rejoindre une zone herbeuse que l'on suit jusqu'au niveau des cairns que l'on va apercevoir sur la droite. On traverse alors l'éboulis afin de rejoindre une bonne trace qui mène au Col des Têtes. Du col, prendre la crête qui conduit au sommet sans difficultés.Descente : Revenir à Plan Vallon. Après la petite croupe (2021 m) on plonge vers la Cabane de Couloubroux que l'on aperçoit. On retrouve alors le sentier balisé qui fait le tour du Tourtourel et nous ramène au parking.Remarque : De nombreuses variantes sont passibles entre les 2 cabanes et le Plan vallon. On peut notamment envisager de ne pas quitter le sentier balisé à la cabane de Mulets, mais de le suivre jusqu'au point 1848 m.

Maure
13km 1250m R3 icone randonnee

Du lieu-dit "Le château" suivre le chemin balisé jaune sur quelques dizaines de mètres. On le quitte en restant à flanc du versant sud-ouest du Pégnéli (1306 m). Le sentier est facile à suivre mais il faut franchir une ravine qui peut s'avérer délicate par temps humide.. Au point 1251 m on rejoint la longue croupe qui va nous mener au Sommet de la Laupie. Le sentier devient intermittent avant de disparaitre totalement. La direction générale est évidente - on reste au plus prés de la crête mais il faut chercher le meilleur cheminement au milieu d'une végétation jamais dense et qui gène rarement la progression. A partir de 1500 mètres, les pelouses viennent remplacer la forêt.Du sommet de la Laupie (2025 m), on voit très bien Les Cimettes .Pour y accéder, on descend tout d'abord vers le col (1945 m) qui sépare les 2 sommets puis on remonte vers ce deuxième sommet par une trace évidente.Retour : On revient sur ses pas jusqu'au col. De là, on traverse à flanc sous le sommet de la Laupie pur rejoindre le Col de Clapouse d'abord par une crête confortable (Clot de la Nouvelle) puis par une descente un peu casse-pattes (GR)A partir du Col de Clapouse, le sentier balisé jaune nous ramène sur Barles. On passe par le hameau de Vaux (1234 m) - où parait-il - on compte un habitant permanent. Le sentier se transforme en piste que l'on suit jusqu'au point 1071 m. On quitte alors la piste par la gauche pour rejoindre le point de départ par un sentier toujours balisé de jaune.

Barles
15km 1150m R2 icone randonnee

Itinéraire en boucle.Du parking à côté de la route, prendre (nord-ouest, PR) la large piste du Col de Clapouse. Elle remonte en pente très douce la vallée de la Descoure, rive droite d’abord puis rive gauche (pont). Vers 1170m (parking des Vaux - dernier endroit accessible en voiture si on veut s'éviter les 2,5 km de marche sur la piste, pierreuse mais carrossable ), la piste vire franchement à gauche (sud) pour traverser le large lit, souvent à sec, du torrent de Fontarasse, et s’enfiler en sous-bois dans le vallon de la Descoure (ouest), où elle se raidit et passe au hameau de Vaux (ruiné, mais deux maisons bien retapées, 1230m). On continue dorénavant sur un bon sentier, toujours balisé en jaune. Mais contrairement à ce qu'indique la carte IGN, le sentier ne reste pas rive gauche, mais franchit la Descoure à gué un peu plus haut puis continue obstinément rive droite. Vers 1380m, on laisse à gauche le sentier (PR) qui grimpe au Collet et à la vieille cabane de Chine. Continuer à monter, toujours dans la même direction (ouest), en raides lacets, vers le Col de Clapouse. On passe en face du refuge du Seignas (à droite sur l'autre versant), puis devant une cabane, peu avant le Col qu’on rejoint par une courte montée dans une robine. Au Col (1692m, poteau), repérer à droite (nord-est) la grosse bosse de la Laupie, et poursuivre au mieux d'abord au nord puis légèrement nord-est. La trace devient très intermittente… Vers 1680 m, il faut monter dans la pente raide qui suit en repérant (lacets) les quelques cairns et rares balisages (on est sur une variante du GR6). On arrive ainsi, vers 1830m, sur la crête en pente plus douce du Clot de Nouvelle, que l’on suit. Là, bien repérer la direction du sommet de la Laupie, en face. Parvenu en bout de crête, vers 1880m, laisser filer le GR sur la gauche (on voit sa trace qui contourne vers le nord, à flanc, la bosse sommitale jusqu’à un collet) et continuer à monter tout droit, hors sentier, sur la croupe dans le prolongement de la crête, jusqu’au sommet (cairn) que l’on aperçoit au dernier moment et que l’on rejoint dans les hautes herbes sans aucune difficulté.Du sommet, commencer à descendre à droite (est) dans les pentes douces et herbeuses. On aperçoit bientôt toute la longue crête de la Colle, qui plonge (est puis sud-est) vers Barles et qu’il faudra suivre vaille que vaille, en s’efforçant toujours de rester autant que possible sur le fil. La trace se perd souvent, il y a quelques cairns de loin en loin, mais de toute façon la direction est évidente. Au premier tronçon très facile succède un deuxième, plus pentu et recouvert de pins parfois très enchevêtrés, entre lesquels il n’est pas toujours facile de se frayer un chemin. De brefs passages raides et parfois un peu exposés alternent avec, par deux fois, de larges replats déboisés (on les traverse aisément en continuant toujours dans la même direction). Rester toujours le plus possible sur la crête, en évitant de redescendre dans le flanc droit. Lorsqu’on arrive en vue des maisons du Château, le plus dur est fait, il suffit de se laisser glisser tranquillement jusqu’au-dessus de Barles. Le sentier enfin balisé traverse plusieurs fois la route, et arrivé à Barles il ne reste plus qu’à prendre la portion de route, à droite, qui mène au point de départ de la randonnée…

Barles
14km 1040m R2 icone randonnee

AscensionDu village, se diriger vers le torrent, le Bès, et le traverser par la passerelle à côté d’une fontaine.Prendre à droite, la piste qui longe le torrent vers l’ouest (balisage jaune et poteau indicateur). La piste prend ensuite une direction sud-ouest et monte dans la forêt.Un sentier balisé en jaune quitte la piste et va monter raide jusqu’aux alpages avec de nombreux lacets.On arrive dans les alpages, puis sur un plateau dominé par le Blayeul.Repérer le panneau directionnel et monter vers le sommet en suivant les piquets en bois avec une marque jaune. Pas de véritable sentier.L’isolement du sommet, son panorama et ses vues plongeantes sur les vallées environnantes, font oublier le relais hertzien.Un sommet que l’on ne sait trop comment nommer. L’IGN l’appelle Blayeul Sommet, mais on peut trouver aussi Sommet de Blayeul ou Le Blayeul. Et la montagne s’appelle aussi Les Quatre Termes car elle est à la jonction de quatre communes.DescenteDescente par le même itinéraire jusqu’au poteau indicateur sur le plateau au pied du Blayeul.Le plus simple est de redescendre par l’itinéraire de montée.On peut aussi (ce que j’ai fait) suivre la croupe balisée en jaune vers le sud-est.L’ennui c’est que en mai 2009, dans la forêt, le balisage disparaît car les forestiers ont ouverts des pistes d’exploitation non cartées, que les engins ont laissés de grosses ornières de partout et qu’il m’a fallu chercher mon chemin à plusieurs reprises. Il faut trouver le Col de Mal-Hiver (pancarte au col) qui ramène à Verdaches.Si on à du temps on peut redescendre par ce versant, la recherche du meilleur itinéraire sera intéressante.Variante de descente Voici le message que j’ai reçu le 27 juin 2013 :Voici un nouvel itinéraire de descente récemment ouvert qui a le mérite d’être moins casse patte que celui de montée, moins fastidieux que la piste du col de Mal’Hiver et plus esthétique.Du sommet, après la descente de la butte finale, se diriger à vue au sud-est vers une belle cabane toute neuve (altitude environ 1670m). De la, plein est, un sentier, très sûr, récemment cairné amène à 1404m au pied du Garéous.On prend alors le PR qui contourne le Garéous, passe à Coste Morine (1439m), longe une belle ravine et descend en final sur le village de Verdaches.

Verdaches
8 Kmkm 1065m R2 icone randonnee

Dans le village, prendre la direction du hameau des Auberts (direction est, balisage jaune). Passer à gauche du hameau. La route fait ensuite place à une piste qui monte dans les pâturages, piste que l'on quitte plus loin par la gauche pour prendre un sentier qui grimpe bien en sous-bois jusqu'au ravin du Fayenc puis au col de Charche. Là une piste part à gauche puis rejoint le col de Grangeasse.Au col monter en face. Arrivé sur la crête de la Peyronnière, on continue plein nord sur une piste que l'on quitte plus loin par la gauche. Un sentier en balcon nous fait découvrir toute l'étendue des Alpes du Sud puis il arrive sur une zone déboisée autour du sommet.On sort de celle-ci par le nord-est pour retrouver la piste qui descend vers le Clot des Étables. Au Clot des Étables prendre à gauche un sentier en sous-bois en direction d'Auzet. Descendre jusqu'à la route Auzet-col du Fanget que l'on prend vers le sud jusqu'au village et au parking.

Auzet
10km 640m R1 icone randonnee

Fort peu connue, la traversée des arêtes de la montagne de l'Ubac en passant par le sommet de Grisonnière (ne pas confondre avec la Tête de la Grisonnière dans le Valbonnais !) est un régal pour le randonneur ! Elle surclasse largement à mon sens bien des sommets plus réputés dans le secteur, à commencer par le Blayeul qui lui fait face…ALLERDu Vernet, prendre l'itinéraire balisé jaune sur la D 457 en direction du Haut Vernet.Là, à la petite église, prendre l'itinéraire de gauche qui monte (sud-est) vers une ferme.A partir de là, il suffit de suivre le sentier balisé : il longe un petit ruisseau, le traverse, grimpe sur une crête. Plus haut, il traverse 2 ruisseaux encaissés, et finit par croiser un assez large chemin, qu’il faut alors prendre à droite.Mais dès que ce chemin, à peu près horizontal, commence à virer à gauche et à descendre, il faut repérer sur la gauche, vers 1500-1510 m., le départ (discret…) d’une sente herbeuse non balisée qui s’élève à gauche en épingle dans le talus (petit cairn, arbre au-dessus marqué d’une croix (« x ») jaune.La suivre (pas toujours évident) dans les pentes boisées jusqu’à ce qu’elle vienne buter sous des rochers.A partir de là il n’y a plus ni sente ni balisage ; mais la suite de l’itinéraire n’est pas trop compliquée : il suffit de longer le pied de ces rochers à gauche, puis de grimper au mieux dès que possible à droite, dans les raides gradins d’herbes et de cailloux, en contournant (mouvement tournant) puis en surmontant l’épaule rocheuse par sa gauche.On sort alors sur le beau promontoire rocheux du Moure de Beaujeu (1773 m., beau panorama).Mais il faut encore continuer à monter en pleine pente, plein est, sur les raides pentes herbeuses et caillouteuses, toujours hors sentier, jusqu’à la crête au-dessus (cairns).Suivre alors à gauche (nord-est) le début de cette crête.On atteint assez vite la pointe 2002, puis on suit, presque toujours sur le fil, la superbe et longue crête qui se découvre alors, en légères montées et redescentes, jusqu’au sommet de Grisonnière (2010 m.).Sur cette crête rocheuse plus ou moins large, parfois un peu aérienne mais jamais difficile, on se délecte de l’immense panorama qui s’ouvre à vous : des contreforts sud de la chaîne de la Blanche et de la monumentale architecture du massif de l’Estrop en face de soi (au nord), au Blayeul et à la vallée du Bès à l’ouest, en passant par tous les sommets qui relient, à l’est, les montagnes de Digne au massif des Trois Evêchés… Au fur et à mesure qu’on s’approche du sommet, on peut aussi (si on veut !) admirer les à pics impressionnants côté ouest.Du sommet et sur une partie de la descente au col de Mariaud on pourra apercevoir vers le nord-est la sphère dorée de 5 mètres de diamètre qui a été déposée sur les lieux du crash de l'Airbus de la Germanwings le 24 mars 2015, tuant les 144 passagers et 6 membres d'équipage qui étaient à bord.RETOURDu sommet (2010 m.), redescendre par la raide arête nord (un peu à gauche de l’arête, pour profiter au mieux de gradins mi-herbeux mi-pierreux), jusqu'au col de Grisonnière 200 mètres plus bas.Y prendre en face le sentier balisé en direction du col de Mariaud. Celui-ci longe à nouveau des crêtes rocheuses, mais plus en contrebas cette fois-ci, puis descend l’arête rocheuse de la barre des Béliers, qui découvre à nouveau quelques superbes à pics à gauche. Il descend ensuite en lacets parfois pentus jusqu’au large col de Mariaud (1561 m.). Du col, continuer l'itinéraire balisé sur le chemin forestier en direction des Béliers, puis du Vernet.Arrivé à un pont en bois sur la gauche, on le traverse, puis on longe très brièvement le ruisseau pour continuer aussitôt, plein ouest, sur un ravissant chemin bordé d’arbres.Quand celui-ci arrive à une route goudronnée, on l’emprunte à gauche, jusqu’au Vernet.

Le Vernet
14km 900m R2 icone randonnee

Du col, prendre les larges pistes W qui remontent jusqu'au Col de Combanière puisla croupe sud du mourre Bouchard. Descente idem ou face nord-est...Hébergement :

seyne
300m F/S1 - 1.2 icone ski de rando

Suivre la route forestière, à 1850 m, nord-est au Col Bas. La vue sera plus belle en montant au Pic de Savernes (2343 m), au sud du col.Hébergement :

seyne
550m F/S1 - 1.2 icone ski de rando

Les itinéraires à proximité dans un rayon de 5 km

© 2021 bivouak.net, ainsi que tous ses membres, ne sauraient etre tenus responsables en cas d'incident. Sachez faire preuve de discernement et de prudence en toutes circonstances. Soyez responsables..

Identification

( ) bivouak.net

Social Media