Pilat

Situation

Les topos de Rando dans le massif Pilat

Filtres
Cotation    Dénivelé m    Orientation
Intéressant en raquettes     avec des enfants     à cheval    Dans tous les sports
Classement

Cette belle boucle permet de découvrir, outre les sites des Tourrettes et des Roches (et de la Croix) de Marlin, un agréable petit sommet, un peu méconnu, dans de belles zones de forêts, de pâturages et de hameaux caractéristiques de ce Nord Pilat, dont les doux reliefs relient la vallée du Gier (St-Chamond / Rive-de-Gier) à celle du Rhône (Condrieu).Pour la première partie de cette randonnée, de Dizimieux aux Tourrettes et aux Roches de Marlin, voir https://www.bivouak.net/topos/topo-6010-roches-de-marlin-et-les-tourrettes-en-boucle-depuis-dizimieux-sport-2.html  le topo correspondant.Rappelons que les temps (montée/descente) indiqués ci-dessus ne comprennent pas la durée des nécessaires explorations de ces deux derniers sites (Marlin, surtout !).Les Roches de Marlin une fois explorées, poursuivre (comme indiqué dans le topo ci-dessus) sur le chemin vers l’est, en faisant (ou non) un crochet par la Croix de Marlin un peu décalée vers la droite ; puis à l’intersection 610, tourner à droite en direction de la Croix du Trève. Chemin faisant, faire (ou non) un crochet par le surprenant hameau de Marlin à droite. Au grand carrefour de la Croix du Trève (527m), aller jusqu’à la croix, puis prendre à gauche (panneau "Croix de la Garde") un court bout de route sur env. 50m, puis le chemin de terre montant à droite, plein est. À la Croix de la Garde (575m), s’engager à droite (sud-est) sur un chemin herbeux de niveau (marqué d’une croix blanche et jaune). Le sommet du Crêt de Longes est alors bien visible (plein est). Ce chemin longe une clôture, et finit par déboucher (est) sur la D625, qu’on prend à gauche. Après une boucle (nord>est>sud, puis sud-est), laisser à droite le chemin de Nuzières, et continuer encore un peu sur la route. Repérer peu après, lorsqu’elle oblique vers le nord-est, le départ à gauche, en épingle, d’un chemin de terre qui monte et vire fortement (SW>W>NW>N). Il monte assez raide, globalement vers le nord, longe des champs puis entre en sous-bois. Vers 725m (intersection), prendre à droite (est) un chemin qui monte directement vers le sommet maintenant proche du Crêt de Longes : il suffit de suivre à travers prés (deux clôtures à franchir) les balises jaunes de la tranchée du gaz. Le sommet (col haut, 775m) est évident, et la vue y est remarquable en tous sens : vers l’est notamment, bien au-delà du Crêt de Chassenoud et du Mont Monnet tout proches, les Alpes, et notamment le Mont Blanc, sont bien visibles au loin ; au sud-ouest, les crêts de l’Oeillon et de Botte sont facilement repérables…Loin d’être une simple formalité, le retour à Dizimieux ménage encore un superbe parcours. On commence par poursuivre, en descente vers l’est, sur la tranchée du gaz, et ce jusqu’au carrefour de la Croix de Longes (pt 715, on bute d’abord sur un captage, puis la Croix, assez massive, apparait un peu plus à gauche). Il suffit alors de suivre, assez longuement, le bon chemin qui descend en sous-bois (nord-nord-ouest) jusqu’au village de Longes. Aux premières maisons de Longes (490m), prendre à droite puis descendre à gauche (qq escaliers), et traverser ce joli village vers le nord (Grande Rue). Après l’église qu’on laisse à droite, prendre à gauche le Chemin de Suzieu, puis repérer juste avant une des dernières maisons, sur la droite, un chemin de terre descendant, qui frôle longuement les murs de cette maison (ouest). Le suivre, il est assez boueux et longe un petit ruisseau à sa gauche. Il finit par déboucher sur une route (la D28), à un pont (365m) qu’on traverse avant de continuer, aussitôt après le pont à droite, sur le magnifique sentier (ou chemin) qui longe le ruisseau en rive gauche. Suivre alors ce chemin aventureux (quelques lacets bien serrés) mais heureusement balisé de loin en loin (marques jaunes-blanches). À un carrefour de chemins, prendre celui du milieu, en face (de niveau, balisé). Il débouche peu après sur un magnifique et très vieux petit pont (romain, d’après deux habitants de Longes) qu’on franchit avant de poursuivre à droite. Plus loin, un autre tout petit pont, à peine visible, mais sans doute tout aussi ancien, permet le franchissement d’un autre petit ruisseau. Après un dernier lacet, on entre dans la dernière ligne droite du jour, qui va nous mener en remontée progressive vers le nord-est jusqu’à Dizimieux. On passe successivement à la Grand Croix, aux Sagnes, puis on entre dans Dizimieux qu’on traverse entièrement (rue des Sagnes, puis rue du Village). Rejoindre ainsi l’église (à gauche) puis le cimetière, où la voiture vous attend (à moins que ne ce soit sur la route juste au-dessus)…

Dizimieux
655m R1 icone randonnee

Tout au Sud du massif du Pilat et du département de la Loire (Velay et Vivarais ne sont pas loin), ce circuit fait même une brève incursion dans le département de l’Ardèche, là où se dresse la Croix de Chirol. Du vaste plateau autour de Burdignes, tantôt boisé, tantôt très dégagé, sur lequel on se hisse depuis Bourg-Argental, il offre une exceptionnelle variété de vestiges historiques et de splendides panoramas (jusqu’à la chaine des Alpes, visible à de nombreuses reprises par temps clair). Encore une autre facette du Pilat, plus méridionale, plus "ouverte", plus riante…Au fond de la cour de l’entreprise Roudon, s’engager à droite sur le chemin montant en sous-bois vers le S (pas de balisage). Peu après, prendre (en épingle) à gauche, puis à droite. Continuer ensuite la montée plein S. Vers 785m, ce chemin vire à gauche (NE), jusqu’au grand carrefour/terre-plein 843 (pas trouvé la borne). S’engager alors sur la large piste de droite (SW), quasi horizontale ou en montée douce (on reviendra par celle de gauche). Au panneau 853 à gauche, poursuivre en face, dir. Les Olagniers.  Au croisement suivant, poursuivre à gauche : piste montante, plus étroite, marques blanc-jaune (m.b.j.) et VTT. À 905m, traverser la D22 et continuer à monter en face, toujours SW (m.b.j. , panneau "Montchal" plus loin).En vue de Montchal (on sort du bois), on aperçoit d’abord le bout pointu de la tour ruinée qui dépasse de la verdure. Au hameau (995m), suivre le balisage. Parvenu aux maisons derrière la ruine, monter à gauche sur le tertre herbeux et faire le tour de ce curieux vestige, aujourd’hui soigneusement entretenu, d’un ancien château médiéval ou du moins d’un donjon carré (soigneusement démoli pour servir à la construction des maisons environnantes !), d’où la vue était et reste imprenable, notamment sur le Pilat, la vallée de la Déôme et tout le secteur de Bourg-Argental…Redescendu à la croix du hameau, prendre à droite, puis à gauche (chemin d’abord herbeux), dir. La Cartara : on suit le GR42. Une fois au grand carrefour de la Cartara (1040, croix), faire un rapide aller/retour, hors traces, sur la grosse butte à gauche (N) : en haut des pâturages, le petit sommet de Montchovet (1076m, point le plus haut de la rando du jour) offre par temps clair, entre les sapins, une superbe fenêtre sur le Mont Blanc. De retour au carrefour, descendre à gauche sur le petit chemin qui passe à droite de la ferme de la Cartara ; herbeux, peu entretenu (clôtures), il passe sous les maisons de Joanabel. Au carrefour qui suit (1019, croix), juste avant la route principale, suivre à droite le panneau "Site mégalithique" (E, chemin de terre, m.b.j.). Un premier petit panneau à gauche dans les herbes (petite sente) signale le premier gros rocher du site, peu après : là, remarquer au sol à droite une table de pierre munie d’un petit bassin, puis plus haut à gauche un vaste "fauteuil" de pierre surélevé, enfin sur la crête du rocher une très belle et profonde cupule en amande... Revenir ensuite sur le chemin de terre, et le continuer à gauche ; laisser le chemin balisé à droite et poursuivre en face (triple XXX). Puis prendre à nouveau à gauche au panneau 1012 "Baignoire des Gaulois". Cette appellation hautement fantaisiste concerne un autre gros rocher : en effet, on y distingue nettement sur le dessus une grande excavation en forme de baignoire, visiblement creusée, avec plusieurs écoulements possibles. Que croire ??!!Revenir ensuite en arrière jusqu’au XXX et prendre cette fois le chemin balisé descendant sur la gauche (E, m.b.j. et VTT). La vue se dégage bientôt sur Vireuil-le-Haut, très beau hameau qu’on atteint bientôt ; prendre alors deux fois à gauche (suivre le balisage) : la petite route du Tour du Parc (marques blanc marron : m.b.m.) mène jusqu’au remarquable village de Burdignes. Dans Burdignes, continuer (NE), en passant devant le monument aux morts et l’école, direction "Tilleul de Sully" et "Madone de Burdignes". Remarquer au fond le vieux lavoir avec, à sa gauche, une vieille souche d’arbre au sol : c’est aujourd’hui tout ce qui reste du prestigieux "Tilleul de Sully", planté vers 1600 et qui vient de terminer sa vie en 2014 (un jeune remplaçant pousse déjà à côté) ! Suivre ensuite  vers la gauche "Croix de Chirol par Beaujon". À la bifurcation au-dessus, éviter les pistes de droite et de gauche, et prendre le chemin herbeux entre les deux. Suivre ce chemin montant balisé (m.b.j. et b.m., VTT) qui, au-delà de la Vierge de Burdignes, se dirige vers l’E dans une vaste zone, d’abord bien dégagée, dont les forêts furent dévastées l’été 2000 par un gigantesque incendie. On atteint une route (laisser filer à gauche le trajet VTT) qu’on suit à gauche (plein E, Tour du Parc, m.b.m.). Quitter cette route après un virage à gauche pour prendre à droite (panneau "Table d’orientation de Chirol") le chemin montant à travers champs. On arrive ainsi, après un petit raidillon final, à la Croix, puis (vers la droite) à la table d’orientation de Chirol. D’ici, perché au-dessus du bassin d’Annonay, le panorama à 360° est immense…Pour le retour, on peut commencer par ex. (on a le choix) par la tentante et raide descente caillouteuse E/SE à partir de la table. Plus bas, elle vire à gauche (NW) et s’assagit... À l’intersection 830, continuer en face, puis le chemin oblique vers la gauche. Rebelote un peu plus loin (poursuivre en face, sur le chemin marqué XXX). Il oblique W puis SW, et arrive à une route qu’on prend brièvement en face. S’engager alors dans le deuxième chemin de droite (NW, entre un champ à gauche et des arbres à droite). On rentre en sous-bois. À une intersection, laisser les chemins à gauche et à droite et continuer en face. À la suivante (750m), prendre en épingle à droite (NE). À la suivante encore, à gauche (NW). On est sorti du bois et on arrive à Doivieux (645m) : après les premières maisons, il faudra prendre à gauche en forte montée (belle vue), puis à droite le chemin qui suit et re-rentre en sous-bois (NW, suivre le bal. VTT, notamment à l’intersection 760 : à gauche). Après  une dernière montée, vous arriverez ainsi sans faute jusqu’au charmant petit hameau des Granges (855m, croix), bien à découvert.Il reste alors à retourner au N pour rejoindre le grand carrefour/terre-plein 843 de l’aller, au-dessus de Bourg-Argental. Pour ce faire, on continue à gauche sur la route, puis au carrefour, on tourne à droite (N, bal. VTT). Ignorer un premier chemin qui monte  à gauche, et quitter cette route une bonne centaine de m. après son virage à droite, où on prend le chemin qui s’en détache à gauche, toujours balisé VTT et m.b.j. (vue en face sur le Crêt de l’Oeillon et les 3 Dents). Il franchit un ruisselet, poursuit le long de la lisière puis pénètre en forêt. Un peu plus loin, à 845m, panneau "Bourg-Argental". Il reste à suivre cette assez longue piste, qui en rejoint plus loin une autre montant de droite. De retour au carrefour 843 (boucle bouclée !), je conseille de prendre pour la plongée finale sur Bourg-Argental, plutôt que notre piste de montée sur la gauche, le bien plus sauvage raccourci en lacets qui démarre juste en face (N), dans le bois : un petit régal (quand on aime) sur un "chemin" raide, caillouteux, chaotique, raviné et parfois encombré… Le mieux serait de suivre sur la carte IGN, mais on peut aussi se laisser glisser à l’instinct, en choisissant toujours la plus forte pente (on aboutira forcément en bas à Bourg-Argental !). Veiller seulement, vers 700m puis en-dessous, à ne pas s’engager à droite sur de longues pistes horizontales : poursuivre à gauche jusqu’à rejoindre vers 660m la piste de montée : encore deux virages et vous voilà au parking de départ.

Bourg-Argental
900m R1 icone randonnee

1) Départ du barrage (Pkg 3 voit.) Repartir Nord sur la route env. 300 m jusqu'à une anse caractéristique. Prendre la petite route direction Ecuville sur 75m et la quitter pour aller Sud sur une piste large sur env. 500m. On arrive -point 549m- à une importante intersection de sentiers. Prendre le 2ème à droite (le 1er est le GRP Tour du Pilat) et monter NO au hameau de Blanchard, 563 m.2) Traverser Blanchard sur la route en allant à la sortie ouest. Panneau indicateur La Pourretière, puis balisage jaune/blanc que l'on suit sur 1 km (passage aux Chaillots). A une fourche quitter la piste balisée (à gauche) et prendre la branche de droite menant au hameau de Mainboeuf, 580m. Panneau indicateur.3) Il faut poursuivre Nord sur 500 m par la route goudronnée allant à St Julien Molin-Molette. A un virage en épingle à cheveu (cote 639),prendre un raccourci dans la forêt pour retrouver la route à proximité d'un col: 685m, croix, réservoir, vue sur les Crêts de l'Oeillon et de la Botte. Par la piste forestière (raide) à l'est du col monter au Crêt de Pierre Bertrand, 753m, vue Vercors.4) du Crêt, descendre par la piste à l'est, en s'écartant de la ligne de crête (versant sud). Laisser la piste après 500m pour un sentier à gauche menant à la Croix des Blaches (en fait 2 croix), 706 m, vue bassin d'Annonay, Croix de Chirol, Vercors. 5) de la Croix descendre une piste (SE) menant au replat de la Combe du Four, panneau indicateur. Prendre Nord une piste forestière menant à Rouchon (2 maisons). Rejoindre la route et la suivre sud sur 150 m. Un chemin descend à gauche et mène rapidement à un pont sur le ruisseau Ternay.6/ On peut suivre le ruisseau jusqu'à son embouchure (c'est joli avec plusieurs petites chutes d'eau) mais passage dans les champs avec clôtures (sinon prendre le long de la D306, c'est moins bucolique): 509 m, embouchure, pont et lac du Ternay.7) Suivre la rive gauche sur 300m et prendre à gauche un sentier rejoignant la D306. La traverser et aller 100 m au nord: panneau, prendre NE la direction du village d'Eteize. Longue traversée à travers champs et vergers à gauche du Suc de Clava (597m, zone botanique) pour atteindre la D109: 592m, croix. Suivre à droite (SE) cette route sur 900 m pour couper le GRP (balisage rouge et jaune) près d'un pont 584 m. 8/ Suivre ce GRP jusqu'au barrage. Il passe en forêt et après une belle montée fait passer au Suc de Bontemps, 675 m. Un peu plus loin à droite, une zone rocheuse - halte- permet de surplomber la partie sud du lac + vue bassin d'Annonay, Montmiandon et Croix de Chirol. Descente d'abord raide et caillouteuse jusqu'au barrage qu'il faut traverser pour retrouver la voiture.

Saint-Julien-Molin-Molette
15km 405m R1 icone randonnee

Possible à VTT. Dans ce cas : circuit de 2h30 environ.ALLERDu parking, suivre la petite route qui se dirige vers le hameau de Salvaris.A la sortie du hameau, la route devient une piste. A la cote 956, on laisse à droite le sentier du "Tour du Parc" (du Pilat), balisé marron/blanc et qui va descendre traverser un ruisseau.Continuer sur la piste, presque horizontale. A la cote 971, on laisse à gauche un sentier qui va rejoindre la piste supérieure.A la cote 981, on arrive à la bifurcation du Devet. Prendre la branche de droite, presque horizontale.On arrive au carrefour du Combat, carrefour de quatre pistes, alt. 1040m. Prendre à gauche, en effectuant un virage à 180°.On rencontre ensuite plusieurs bifurcations. Mais il faut rester sur la piste principale, plus large, jusqu’au Sapey, alt. 1052m, où l’on rejoint le "Sentier du Parc N°4", balisage marron/blanc.Le Sapey est un important carrefour de 5 pistes, panneau. Prendre plein sud, direction le Plateau.A la cote 1065, on rejoint le GR 42, balisage rouge/blanc, puis on passe devant l’auberge de la Barbanche, où l’on trouve une petite route asphaltée.Descendre cette petite route, on arrive au croisement du Plateau, alt. 1038m, panneau. Prendre le chemin en face, qui passe entre les habitations du Plateau et suivre le GR 42, direction le Bessat, balisage rouge/blanc.A la cote 1131, on croise une piste au carrefour des Railles. Continuer le chemin en face, panneau, direction le Bessat.A la cote 1164, on rejoint une piste plus large, prendre à gauche.On arrive à l’entrée du village du Bessat, que l’on traverse.A la sortie du village, à la cote 1182, prendre à droite, le chemin de la Madone, panneau, et atteindre la " Pyramide de la Madone", bien visible de l’intersection.RETOURPar le même itinéraire jusqu’au Sapey.Au Sapey, prendre la piste de droite, panneau, direction "Salvaris par la Crête", balisage marron/blanc.La piste monte en forêt (belvédère sur le Mont Blanc par temps clair), puis elle redescend et arrive dans des pâturages. A la cote 1045, laisser l’intersection avec un chemin descendant et une avec un chemin montant, pour prendre la piste, presque horizontale, qui passe près de petites antennes et atteint le carrefour de la cote 1054.Prendre à gauche la piste qui pénètre de nouveau en forêt et arrive directement au parking.

Le Bessat
19,5km 370m R1 icone randonnee

Ce superbe ouvrage a été construit… entre 1789 et 1814 ! Puissant barrage en terre avec un écran en maçonnerie, il mérite à lui seul le déplacement. Je propose ici de faire d’abord le tour complet du lac (tout-à-fait possible malgré l’absence sur IGN de toute trace en rive droite), en y rajoutant une assez sauvage incursion en boucle dans les étroites et parfois tortueuses gorges du Couzon en aval du barrage. Du parking, traverser la digue vers l’ouest et prendre à gauche le large chemin quasi horizontal qui longe toute la rive gauche du lac, quelques mètres au-dessus de l’eau. Au bout, une petite digue, avec à son extrémité un petit cabanon ouvert contenant une vielle écluse, sépare ce "grand" barrage d’un (tout) "petit" barrage qui lui fait suite. On peut traverser ici, mais je conseille de continuer sur une petite sente qui prend la suite du chemin rive gauche et fait le tour du petit barrage (traverser sur une mini-passerelle tout au bout). Passer ensuite derrière le bâtiment à l’écluse et déboucher sur un sentier qui va longer toute la rive droite du lac. Ce beau sentier en surplomb, souvent en sous-bois et ponctuellement rocheux, est nettement plus aventureux que le paisible chemin d’en face, mais ne présente aucune difficulté notable. Après de nombreuses et sympathiques petites montées et descentes, il rejoint la digue du barrage (balustrade à franchir). Reste à compléter ce tour par un stimulant petit "parcours d’aventure" en aval du barrage. Nous descendrons ici dans l’étroit vallon du Couzon par la rive droite, au plus près du ruisseau, avant de revenir par la rive gauche, mais l’inverse est tout aussi envisageable et peut constituer une belle variante. Ce parcours, visiblement assez peu fréquenté, donne parfois l’impression d’une plongée hors du temps dans un bout du monde à l’abandon… Enjamber d’abord la chaine en face du parking et prendre le chemin qui descend (nord). Profitez-en pour admirer derrière vous le beau mur de maçonnerie qui clôture la digue. A partir d’ici, le jeu consiste d'abord à rester au plus près du ruisseau, rive droite mais parfois rive gauche (bien obligé !), avec des traces pas toujours visibles et pas mal d’obstacles ou de débris (rochers, buissons, vieilles passerelles, rails, vieux pneus, etc.). Une fois en bas, ne pas franchir le pont en bois sur le Couzon, mais poursuivre rive droite dans les herbes (tables et bancs en bois sur la droite). On rejoint ainsi le lit très encaissé du Couzon (+/-300m), et on suit un ancien sentier botanique (vieux panneaux en bois hélas en voie de pourrissement…). À droite un vieux mur en pierres soutient sans doute la grosse conduite d’eau qui permet d’acheminer l’eau du lac dans la vallée (elle passera ensuite sur des aqueducs). Quand ce sentier remonte, repérer au premier embranchement (panneau "Aubépine épineuse") un autre sentier qui descend à gauche vers le ruisseau (à gauche d’un muret) : le prendre en aller-retour ; il ramène en effet au lit du Couzon, qu’on franchit à gué pour aller découvrir un peu plus loin à droite, en contre-plongée, l’imposant grand aqueduc sur le Couzon. Cela fait, remonter à l’embranchement et continuer de niveau, à gauche, sur le sentier botanique. Repérer juste après au milieu du chemin, à un autre embranchement, une maçonnerie (regard avec un couvercle de fonte au milieu) : la sente qui part d’ici horizontalement vers la gauche passe sur l’aqueduc de tout à l’heure (et poursuivra rive gauche) : un autre petit aller-retour, sur l'aqueduc, s’impose donc (vue plongeante sur le ruisseau tout en bas !). Une fois revenu à l'embranchement, continuer à gauche sur le sentier botanique devenu bien large, toujours de niveau et très au-dessus du ruisseau. Plus loin, il vire à droite (est) pour longer le ruisseau de Chamerle, un affluent du Couzon. Au carrefour de sentiers suivant, juste avant un panneau à droite "Sentier botanique / Sentier de Chamerle", ne pas continuer tout droit (dir. Chamerle), mais prendre le sentier qui descend franchement à gauche. On longe l’affluent rive gauche, et une fois en bas, on le franchit sur une passerelle, puis on continue à gauche ; on rejoint ainsi la rive droite du Couzon, et on le suit à droite au plus près de son lit (remarquer sur la gauche le goulot d’étranglement par lequel il est passé !). À un moment donné, trois rails rouillés permettent de repasser rive gauche. Là, large sentier ; laisser une trace qui monte à gauche, vers un autre aqueduc, bien plus petit, sur lequel on passera au retour). Peu après, en vue d’une sorte d’échelle métallique posée à gauche sur un talus, repasser rive droite en contournant au mieux un gros arbre qui se dresse au milieu du ruisseau. Puis le sentier va s’élever un peu à droite ; on trouve une vieille marque bleue et un cairn que j’ai posé là, puis de vieux pneus et une inutile barrière métallique : on va repasser ici une dernière fois rive gauche, à gué sur des dalles dans le lit (la passerelle marquée sur IGN n’y est plus). Peu après, on va quitter le lit du Couzon : j’ai mis un autre cairn à gauche, au pied du sentier de remontée (vieux rail inutile posé au-dessus). Il ne reste plus qu’à remonter ce bon sentier qui grimpe plein ouest. A l’intersection au-dessus, prendre à gauche (bonnes dalles), et à la suivante continuer à monter en face. On arrive ainsi à une vaste clairière bien "labourée", dans laquelle se trouve la maison du club de trial de Châteauneuf (ceci explique cela…).Ici commence une belle boucle rive gauche vers le nord : repérer, à droite en bordure de la clairière, derrière et un peu avant la maison, le départ d’un sentier qui va filer vers le nord, parallèlement au cours du Couzon, mais très au-dessus. Il faut alors suivre longuement ce beau sentier, assez fantasque avec ses nombreuses et parfois raides montées et descentes. Il va contourner des falaises par la droite (plongée puis remontée), surplomber le vallon du Couzon (belles vues vers l’est), longer un champ par la droite (repérer plus loin les lignes à haute tension sous lesquelles on passera), etc. À une bifurcation de sentiers, prendre celui de droite. Il va redescendre vers le fond du vallon, mais peu avant qu’il y arrive il faudra prendre à gauche (ouest) un bon chemin remontant. À la bifurcation suivante (murets sur la gauche), continuer sur le chemin en face (sud-ouest, entre un champ à gauche et le bois à droite – la ligne à haute tension est maintenant à gauche). Il débouche sur un grand centre équestre, qu’on va traverser : on est au hameau de Richardon (380m). Là, prendre à gauche la "route du Sorbier" sur quelques dizaines de mètres, puis à nouveau à gauche le large "chemin de Richardon" qui va nous ramener (est puis sud-est, barrière à franchir) au centre de trial de tout à l’heure. Avant de replonger, profiter du panorama vers Rive-de-Gier au nord, les crêts du Pilat au sud et le petit sommet des Tourettes à l’est. Il reste donc à boucler la boucle jusqu’au barrage en descendant une dernière fois dans le vallon du Couzon (rive gauche toujours). Pour cela, prendre, dans le virage à gauche juste avant la maison du trial, le sentier qui descend à droite (plein sud - négliger le premier sentier horizontal juste avant le virage). Après quelques dizaines de mètres, il vire à gauche (marque jaune-blanche) et continue à descendre le long d’un petit affluent à droite. En bas il franchit cet affluent sur un petit pont de pierre : remarquer ici la grosse conduite d’eau (toujours la même !) qui affleure au milieu du chemin (puis s’enfonce juste derrière dans la montagne par un petit tunnel). Notre chemin va remonter la rive gauche du Couzon le long de cette conduite jusqu’au grand aqueduc. Bien balisé, et à nouveau "botanique", il va passer successivement sur le petit aqueduc (bien le guetter !), puis à gauche d’une cabane qui abrite deux grosses vannes sur la conduite, et enfin, quand il s’amenuise en petit sentier (panneau "Cornouiller mâle"), sur le grand aqueduc. Mais juste avant ce dernier, on va prendre le sentier qui grimpe à droite (ouest puis nord-ouest). Au carrefour suivant, virer à gauche (sud-ouest). Il suffit alors de suivre ce sentier qui continue à monter, toujours sud ou sud-ouest, parallèlement aux ondulations du Couzon tout en bas, avant de redescendre progressivement jusqu’au barrage, qu’il rejoint à l’ouest de la digue.

Rive-de-Gier/Châteauneuf
280m R2 icone randonnee

L'itinéraire est très simple. Il faut parcourir le sentier passant par tous les Crêts du Pilat entre le Crêt de la Perdrix et celui de l'Œillon, en suivant une direction Nord-Est. Un petit détour est nécessaire pour les Crêts de le Chèvre et de l'Arnica.Le retour, se fait par la grande "coursière du Pilat", suivant une direction Sud-Ouest.A noter : Cette randonnée, la plus esthétique du Pilat, peut se faire aussi bien au départ des environs de la Jasserie que du parking du Collet de l’Œillon. Ce point de départ, étant plus pratique pour les Lyonnais par exemple.Un seul impératif : il faut parcourir les Crêts, Soleil dans le dos et la coursière, Soleil de face. Pour les photographies, c'est beaucoup mieux.

Le Bessat
10km 325m R1 icone randonnee

DOIZIEUX >>>> CRET DE LA PERDRIXDu parking, se diriger vers le centre du village. Une petite rue, la rue de la Tour, se dirige vers... la Tour.Un panneau est apposé sur un mur et indique la Jasserie à 6,5 Km, en fait 5,5 Km.On passe sous l’église et peu après, on tourne à gauche. Un chemin permet de rejoindre une petite route. Prendre à droite, et suivre la petite route sur quelques mètres.Prendre à gauche, un chemin qui va rejoindre la même petite route à la cote 700. Prendre à droite et remonter cette petite route, qui fait un virage, sur 150m. Prendre à droite un chemin qui va de nouveau rejoindre cette petite route vers 755m d’altitude.Suivre la petite route sur 200m, et prendre à droite le chemin qui va rejoindre une autre petite route, et atteindre le hameau de la Roche. On dépasse les habitations, pour arriver à la cote 942.A la cote 942, prendre à gauche, sur 125m. Quitter la petite route, en prenant à droite un chemin qui atteint la Jasserie.Traverser le parking de la Jasserie, direction sud, et prendre le chemin qui traverse les prairies. Il traverse la route de la Jasserie, monte dans les prairies et atteint la grande coursière, la "Route des Crêtes".Traverser la coursière et prendre le chemin évident qui se dirige vers le Crêt de la Perdrix et sa table d’orientation.CRET DE LA PERDRIX >>>> CRET DE L'ŒILLONRevenir sur la coursière, par le chemin direct ou par le chemin balisé, qui part plein est, puis qui tourne au nord, pour ramener sur la coursièreSuivre la coursière vers l’est, jusqu’au Collet de l’Œillon. On peut aussi passer par tous les crêts ou seulement quelques-uns. Si le temps est lumineux, il faut absolument passer par les Crêts.Du Collet de l’Œillon, prendre le chemin évident qui monte au Crêt de l’Œillon.CRET DE L'ŒILLON >>>> COLLET DE DOIZIEUXDescendre au nord, puis le sentier traverse le chirat sommital vers l’est, avant de reprendre une direction plein nord.On va suivre la ligne de crête, alternant les passages en forêt et les passages à découvert. Par endroits, souches et troncs couchés, nous rappellent la grande tempête de décembre 1999.On traverse le Chaux d’Egallet, une éminence peu individualisée, on descend à la Tréve du Loup à 1219m, avant de remonter au Chaux de Toureyre à 1292m.Pour la descente finale, on peut suivre le balisage blanc/jaune, un parcours assez sinueux, ou rester sur la crête, parcourue par une sente raide et étroite. Celle-ci, très directe, arrive sur une piste. Prendre à droite, sur quelques mètres, puis à gauche, un raide chemin caillouteux jusqu’au Collet de Doizieux.COLLET DE DOIZIEUX >>>> DOIZIEUXTraverser la route, passer devant l’auberge et prendre la piste de gauche, panneaux "Doizieux" (photo). Descendre le large chemin qui arrive sur une petite route, à la cote 761. Prendre à gauche, suivre la petite route sur 115m, puis prendre à droite (photo), un chemin qui va rejoindre la route reliant la Terrasse-sur-Dorlay au Collet de Doizieux.Traverser cette route assez fréquentée, pour prendre un chemin qui regagne le village.

Doizieux
18 Kmkm 1050m R1 icone randonnee

Un superbe circuit dans une des plus belles et secrètes vallées du Pilat - sans village ni route de traverse, elle est presque entièrement boisée. Affluent du Gier, le Ban prend sa source vers 1100m sous le Bessat, et vient alimenter quelque 600m plus bas le lac du barrage de la Rive. Le beau rocher de l’ex-Château du Thoil, qui se dresse un peu en contrebas de sa source, peut constituer un bel objectif à notre circuit du jour. Notez qu’on peut bien évidemment prolonger cette boucle jusqu’au Bessat, ce qui rallonge encore un peu la rando - voir la variante à la fin du topo.MONTÉE : Du parking, faire encore quelques mètres en direction de l’église, et repérer à droite le Chemin de la Croix Rouge (panneaux Barrage de la Rive / Rossillol par les Ponts). Descendre ce chemin dallé jusqu’à ladite Croix Rouge, où on le quitte pour celui qui descend à gauche en épingle (SW, m.b.j.). Cette belle plongée au fond de la vallée du Ban (on distingue le lac de la Rive en bas à droite) s’achève par le franchissement de la passerelle sur le Jarret (530m, point bas de cette rando), un affluent du Ban (la passerelle sur le Ban, elle, est juste un peu plus loin).Remonter le raide chemin en face (NW>S). À la route, la suivre à droite (m.b.j.) en très légère montée, puis la quitter au croisement suivant (pt 633) pour prendre en face le Chemin de la Scie du Coin (panneau, m.b.j.). Ce dernier descend jusqu’au ruisseau du Ban, qu’on traverse sur un joli pont (alt. 590m). Poursuivre alors rive gauche dans la même direction (SSW – impressionnant rocher à droite !) jusqu’aux maisons ruinées de Sordel (616m). Notre chemin longe désormais le Ban, en changeant plusieurs fois de rive, et passe à gauche de la Scie du Coin (belle ferme au bord du Ban,  avec grange et cabanon). À la bifurcation 690, continuer en montée en face sur la piste de droite. Un peu plus haut, on s’éloigne provisoirement du Ban pour suivre un affluent (SW). Mais après une boucle serrée à gauche (760m),  on va retrouver le Ban (pt 751) et le franchir à gué. On le suit désormais fidèlement en rive droite (SE), jusqu’à une nouvelle boucle serrée, vers la droite cette fois (Gourney, 877m). Ici la piste passe au-dessus du Ban, qu’on va alors quitter pour monter en longs lacets en direction du Thoil : autre boucle serrée à gauche (914m), puis une autre encore à droite au croisement de chemins du Gallot, 967m : ici il faudra en effet quitter la large piste qui se poursuit vers le SE (direction qu'on prendra pour la descente) pour s’engager en épingle sur le bon chemin qui monte à droite (NW).  Il reste à le suivre. Il va obliquer à gauche, puis à droite (m.b.j.+ m.b.m.!). Au croisement 916m, le puissant  rocher du Thoil est à droite (panneau explicatif). Le rejoindre et le remonter sans grande difficulté. Au sommet (1024m), beau panorama à 360°, notamment sur la vallée du Ban et les Monts du Lyonnais.DESCENTE : Revenir d’abord au croisement du Gallot par le même itinéraire. Mais là, il faudra poursuivre sur la piste par laquelle on était monté, donc en face (SE). À l’alt. 976m, net virage à gauche : on franchit un ruisselet... notre Ban, sauf erreur de ma part, dont la source doit se trouver quelque 110m au-dessus (cf. IGN). Notre piste s’infléchit peu après vers la droite puis effectue un nouveau franc virage à gauche (avec un nouveau ruisselet, le premier affluent du Ban !?). Juste après ce virage, remarquer à droite le départ d’un sentier raide et caillouteux (NE) : on a intérêt ici à quitter la piste pour remonter ce sentier, qui offre un raccourci très intéressant pour accéder rapidement au col du Rot, notre prochain objectif. Ce sentier débouche bientôt, en haut à droite, au croisement de la Petite Chomienne (1085m). Là, continuer la montée à droite (panneau Le Rot 0,5km). Bien rester sur le chemin principal, et déboucher ainsi au col du Rot (1106m), point haut de la rando. La « vraie » descente débute en fait ici. Son itinéraire file désormais obstinément vers le Nord, sur la crête entre la Vallée du Ban à gauche et celle de la Fare à droite. Et il est à présent parfaitement balisé (m.b.m., vu que c’est un sentier du PNR du Pilat, autrefois nommé « Marcellin Champagnat » du nom du fondateur des frères maristes à la Valla-en-Gier). On commence donc notre descente par la D2, qu’on suit d’abord brièvement à gauche. Plein N donc, avec vue superbe à droite sur les rochers du site d’escalade du Saut du Gier et sur le Grand Chirat. Laisser cette route dès qu’elle oblique à droite pour le Chemin des Trémises qui poursuit vers le N. Et dès que ce chemin vire à gauche, prendre pied sur celui qui garde le N (à sa droite donc). La descente s’accentue progressivement. On passe à la Croix du Sabot (883m), puis aux maisons des Pissorts. Juste après, traverser la D2 et prendre en face le chemin parallèle. Poursuivre (après avoir retraversé la D2) en direction de Luzernod dont on distingue nettement la coupole de l’Observatoire et la Vierge sur son socle. Puis l’itinéraire se faufile astucieusement à flanc (NW) jusqu’à la Valla, avant de plonger jusqu’au parking de départ.VARIANTE : Pour prolonger la montée jusqu'au Bessat, il suffit, à partir du Rocher du Thoil, de s'engager sur le sentier qui monte plein S (puis SSE) et qui mène directement au Bessat (panneau). Arrivé au village, suivre la rue à gauche (SE) sur 120m env., puis prendre à gauche le chemin descendant (NE puis N, balisé et surligné sur IGN) jusqu'au carrefour du Gallot. Là, continuer la descente  comme indiqué dans le topo ci-dessus.

La Valla-en-Gier
18,5km 735m R1 icone randonnee

Un grand classique du Pilat, que ce soit par l'ancienne voie balisée du PNR appelée alors "Sentier Jean-Jacques Rousseau", ou par l'actuelle, quelque peu « réajustée » donc par rapport à JJR… Cela dit, une boucle est aussi possible en redescendant par le plus raide vallon du Bois du Bœuf.MONTÉE : Cet itinéraire JJR du PNR, balisé en effet de bout en bout (m.b.m.) jusque dans les années 2010, a en effet ensuite été à la fois débaptisé et (partiellement) débalisé (tout comme le superbe sentier un peu (trop ?) sportif qui va du Saut du Gier à la Jasserie). Trop cahoteux ? Trop « pilatique » aux goûts de certains ? Je propose ici de le suivre à nouveau. Mais on peut bien sûr aussi choisir de suivre de bout en bout l’actuel balisage du PNR, qui remplace une portion médiane de l’ancien itinéraire (encore signalée en partie par des cairns) par une voie parallèle plus « confortable » (?). Du parking, revenir sur la route et la suivre à gauche jusqu’au centre de Doizieux tout proche. Repérer à droite, un peu avant la fontaine, l’assez pentue Rue de la Tour (panneaux La Jasserie / la Roche, m.b.m.) et suivre ce balisage. Après plusieurs raides lacets (on passe au pied de la tour, puis à gauche de l’église), on débouche au-dessus du village sur  une route peu fréquentée. À partir d’ici et malgré le balisage, l’itinéraire devient un peu plus complexe et demande un peu d’attention.  Donc, suivre cette route à droite, puis repérer presque aussitôt à gauche entre 2 maisons un chemin encaissé et souvent caillouteux, qu’on va emprunter. Plus haut, après le réservoir, on recroise cette route : la suivre brièvement à droite (NW>SW) jusqu’à la reprise de notre chemin sur la droite. Plus haut encore, vers 755m, ce chemin rejoint une autre route qui continue dans la même direction (SW). La suivre jusqu’à ce qu’elle vire à gauche vers 780m (belle ferme) : la quitter ici et poursuivre à droite de la ferme sur le large chemin qui monte en face (SW toujours). Ignorer les voies à droite et à la bifurcation (826m), prendre la voie de droite qui vire à l’W puis au S (celle d'en face mène au vallon du Bois du Boeuf). Lorsqu’elle rejoint une autre route, suivre celle-ci, qui mène aux quelques maisons de La Roche (panneau) puis à une bifurcation (942m), où il faut tourner à gauche. Peu après, repérer sur votre droite le départ d’un chemin caillouteux qui grimpe raide en sous-bois. À partir d’ici, on a le chois entre 2 options :- soit suivre l’ex-Sentier J.J. Rousseau. Il faut alors continuer à monter toujours tout droit, plein S, jusqu’à la Jasserie, en ignorant toutes les sorties à droite ou à gauche, y compris celles balisées blanc-marron par le PNR.- soit suivre l'actuel itinéraire balisé du PNR. Dans ce cas, il suffit de suivre de bout en bout le balisage blanc-marron.   À 1283m, notre itinéraire (devenu commun aux 2 options) est rejoint à sa droite par le GR7, et mène peu après à la fameuse Jasserie du Pilat (1308m) avec sa source du Gier et sa fontaine, son restaurant (très fréquenté !), ses anciens dortoirs, sa chapelle, etc. Il ne reste plus alors qu’à continuer dans la même direction en traversant le large terre-plein, puis les pâturages, en restant bien sur la trace. Celle-ci aboutit à la route d’accès, qu’il faut traverser, puis continue jusqu’au sommet du Crêt de la Perdrix, qui était d’ailleurs bien visible dès l’arrivée de notre chemin sur le vaste terre-plein de la Jasserie.La vue y est magnifique… par temps clair (si vous voyez le Mont Blanc derrière le Crêt de Botte, c’est que vous avez tout bon !). Heureusement une belle table d’orientation permet d’identifier notamment les innombrables et prestigieux sommets lointains des Alpes et d’Auvergne visibles d’ici. DESCENTE :Deux possibilités : 1 : Par l’itinéraire de montée (de l’ex-sentier JJ Rousseau ou de l'actuelle voie balisée du PNR, au choix !)2 : Par le vallon du Bois du Bœuf (plus varié et plus agréable) : Redescendre alors à la Jasserie puis poursuivre en face dans les pâturages (itinéraire de montée) jusqu’à la lisière du bois sur la droite vers 1300m. Là, quitter cet itinéraire et le GR7 pour s’engager à droite sur le bon chemin qui pénètre en sous-bois (E) Vers 1270m, repérer à gauche le départ d’un sentier creux qui descend assez raide dans le vallon. Le suivre au mieux (quelques cairns). Remarquer à droite le lit très caillouteux d’un ancien ruisseau qui descend en parallèle à droite (et qui peut servir d’alternative si on aime…). Mais plus bas, un vrai petit ruisseau qui descend du versant droit vient s’y jeter. Mais il n’est généralement (mais pas toujours !) constitué que d’un mince filet d’eau, qui n’empêche pas vraiment d’y marcher…Le sentier sillonne ensuite dans le bois. Plus ou moins marqué, plus ou moins raide, il va buter sur une très large piste (ouverte en 2019), qu’il faut traverser. Le sentier se poursuit en face, puis finit par rejoindre le ruisseau vers 1090m (petit terre-plein). Traverser alors ce dernier à gué et poursuivre la descente le long du ruisseau, en rive droite. Au point 1039 on croise une seconde piste, plus ancienne, qu’on traverse également (suite du sentier en face). Au croisement 990, quitter ce chemin et prendre celui de gauche.Ce nouveau chemin refranchit peu après le ruisseau à gué puis s’oriente vers le N. Lorsqu’il débouche (pt 933) sur une route, la suivre en face. Après un peu plus de 250m, prendre à droite le tout début d’une autre petite route (elle va rejoindre une maison bien visible à gauche) et la quitter après quelques mètres pour prendre un chemin herbeux qui descend à droite, plein N. Suivre cet agréable chemin bordé de végétation, qui après un crochet vers la gauche (ferme du Bruchet visible en contrebas à droite) repart au N et va rejoindre notre chemin de montée à la cote 826. Désormais balisé (m.b.m.), il ramène sans problème (NE) au point de départ de la rando.

Doizieux
16km 865m R2 icone randonnee

Cet itinéraire est plus sauvage et plus "secret" (et un peu plus raide parfois) que celui, classique et très fréquenté, du sentier du PNR du Pilat (appelé autrefois "Sentier Jean-Jacques Rousseau") balisé marron-blanc de Doizieux jusqu'à la Jasserie. MONTEE : Du parking à l'entrée du village, revenir sur la route et la suivre à gauche jusqu’au centre de Doizieux tout proche. Repérer à droite, un peu avant la fontaine, l’assez pentue Rue de la Tour (panneaux La Jasserie / la Roche, m.b.m.) et suivre ce balisage. Après plusieurs raides lacets (on passe au pied de la tour, puis à gauche de l’église), on débouche au-dessus du village sur  une route peu fréquentée. À partir d’ici et malgré le balisage, l’itinéraire demande un peu d’attention. Donc, suivre cette route à droite, puis repérer presque aussitôt à gauche entre 2 maisons un chemin encaissé et souvent caillouteux, qu’on va emprunter. Plus haut, après le réservoir, on recroise cette route : la suivre brièvement à droite (NW>SW) jusqu’à la reprise de notre chemin sur la droite. Plus haut encore, vers 755m, ce chemin rejoint une autre route qui continue dans la même direction (SW). La suivre jusqu’à ce qu’elle vire à gauche vers 780m (belle ferme). La quitter ici et poursuivre à droite de la ferme sur le large chemin qui monte en face (SW toujours). Ignorer les voies à droite et après le large virage à gauche vers 840m, laisser le chemin du PNR (donc fin du balisage) qui vire à droite. Continuer en face sur le chemin (vague marque de 2 X et vieux balisage blanc-jaune) qui s’élève doucement en lisière du bois et décrit un grand « S », puis rejoint une petite route goudronnée qu’on suit sur 200 mètres à gauche et qui rentre en forêt.Vers 950m, juste après un sentier qui monte en épingle à droite, quitter la route qui descend à gauche et continuer tout droit sur le chemin forestier (m.b.j.) ; d'abord +/- horizontal voire descendant, il remonte ensuite rive gauche d’un ruisseau dont on se rapproche peu à peu. Lorsqu’on le franchit à gué (vers 990m), il reste une trentaine de mètres avant de prendre à droite une voie d'abord plus ou moins dallée qui grimpe plein sud le long du ruisseau, en rive droite cette fois-ci (plus aucun balisage désormais, sauf, plus haut, mes quelques cairns). A partir de maintenant on garde obstinément cette direction, toujours très près du ruisseau, en rive droite. On atteint un grand carrefour de chemins vers 1060m, et on continue de monter en face. Vers 1110m, petite intersection, la suite du chemin est désormais entièrement occupée par le ruisseau, donc on le lui laisse, on refranchit le ruisseau et on repère en face (rive gauche donc) entre 2 sapins mon premier cairn qui marque le départ d’une sente qui surplombe le lit du ruisseau avant de s'en écarter définitivement (dommage, il va nous manquer...).Suivre alors cette sente, assez raide et assez bien repérable, mais parfois bien encombrée de branchages voire de troncs, et qui franchit plusieurs ruisselets secondaires et petits chemins descendant de la droite (j'ai mis quelques autres cairns aux endroits "stratégiques").Vers 1280m, le sentier débouche, sous les pâturages de la Jasserie, sur un bon chemin qu’on suit à droite, et qui rejoint, peu après, la VN balisée du PNR en provenance de Doizieux, elle-même rejointe un peu avant par le GR7 en provenance de Saint-Chamond. Suivre ce chemin à gauche jusqu'à la Jasserie toute proche (1310 m).De là on monte aisément en face (très bonnes traces) jusqu’au sommet du Crêt de la Perdrix (table d'orientation, vue splendide par temps clair, notamment sur les Alpes)DESCENTE : on peut reprendre bien sûr notre voie de montée par le Bois du Boeuf. Mais aussi, si l’on veut faire une boucle, suivre l'itinéraire balisé (marron-blanc) du PNR de la Jasserie jusqu'à Doizieux : il suit brièvement le GR 7 jusque vers 1050m, où il faut continuer à descendre en face (nord, puis nord-est) sur la voie balisée jusqu'à Doizieux.nb : une autre petite boucle par le Bois du Boeuf est possible pour la descente : après la Jasserie, revenir au point 1280. Mais là, au lieu de prendre à gauche (sud) le sentier de montée, on continue (est) sur le chemin forestier horizontal, puis à l'intersection suivante on prend à gauche le large chemin pierreux mais confortable qui descend (sud), parallèlement au sentier de montée donc mais plus à l'est. Après une petite clairière, il plonge vers la gauche et finit par rejoindre notre voie de montée au grand carrefour précité (point 1060). Il ne reste plus qu'à continuer la descente jusqu'au point 990 et au gué, etc.

Doizieux
16km 870m R2 icone randonnee

Du parking, prendre sur quelques mètres, la route de Saint-Chamond, puis prendre à droite, toujours sur quelques mètres, la route qui mène au Chalet des Alpes, et enfin, le large sentier. Panneau indicateur "la Jasserie" et balisage blanc/rouge du GR7.Après une petite montée, le sentier redescend sur la route qui mène à la Jasserie.Longer la route, sans la traverser, sur quelques mètres, et prendre à gauche, une piste forestière. Panneau indicateur, "la Jasserie par le Chemin de Fer".Cette piste ne possède que le balisage VTT (photo), elle se divise ;, prendre la branche supérieure.Elle rejoint une piste d’exploitation récente, et plus large, et va serpenter dans la forêt, en suivant presque les courbes de niveau. On va cependant passer un "point Haut" à 1240m et ensuite un "Point Bas" à 1170m.Après un parcourt d’un peu plus de 4 Km, on rencontre une bifurcation (photo) avec le sentier venant du Saut du Gier et qui coupe la piste.Prendre à droite, le sentier qui monte dans la forêt (photo) par un départ raide. Balisage blanc/marron.On arrive à la Jasserie.Il suffit de traverser les prairies et de monter au Crêt de la Perdrix, doté d’une table d’orientation que l’on atteint en venant de l’Est.RETOURLe retour, va se faire intégralement par le GR7, balisage blanc/rouge.De la Table d’Orientation, descendre au Sud-Ouest. On rencontre presque de suite une bifurcation. Laisser le sentier le plus large, qui mène à la route, pour prendre à gauche le petit sentier balisé du GR 7.On arrive vers un carrefour de cinq sentiers. Prendre celui au Sud, avec le balisage du GR, qui longe une ligne téléphonique.Le sentier arrive en bordure de la route de la Jasserie que l’on va longer.Le sentier va s’écarter de la route, pour couper un virage, avant de la rejoindre au niveau du début du sentier du "Chemin de Fer".Traverser la route et prendre le chemin dans le sens inverse de celui parcouru à l’aller.

Le Bessat
12 Kmkm 350m R1 icone randonnee

De la Croix du Planil, prendre le sentier balisé qui débute avant l’auberge et la longe sur l’arrière. C’est le GR 7, balisage blanc/rouge.Le GR 7 est un sentier de grande randonnée qui suit, en France, approximativement la ligne de partage des eaux, qui sépare le versant mer Méditerranée du versant Mer du Nord-Manche-Atlantique. Il passe par le Ballon d’Alsace, la Loire, l’Hérault, l’Ariège et arrive en Andorre.Le sentier monte en forêt. On traverse une petite clairière, bifurcation de huit chemins différents et qui porte le nom bien de circonstance, de Paumet ou Pomey. Heureusement, le GR 7 est bien balisé. On passe par un chemin très anciennement empierré, sans doute une voie romaine. On traverse une coulée de pierre. C’est le Grand Chirat, l’un des plus grands du Pilat.Le sentier sort enfin de la forêt et arrive dans les prairies de la Jasserie.On longe la Jasserie, pour prendre au sud un sentier à travers les prairies. Ce sentier coupe la route, puis la grande coursière des Crêtes du Pilat, pour arriver au Crêt de la Perdrix reconnaissable à sa table d’orientation.Si le temps est clair, on peut aller au Crêt de la Chèvre, tout proche, et qui offre une vue bien plus dégagée sur la Vallée du Rhône et sur les Alpes.Descente : par le même itinéraire jusqu’à la Jasserie. En suite, reprendre le GR 7 qui pénètre en forêt et arrive vers une grande clairière.- On peut prendre à gauche, c’est le GR 7, que l’on a donc emprunté à la montée.- pour éviter la désagréable descente de la voie romaine, on peut poursuivre à droite.Le sentier, bien caillouteux quand même, longe la clairière et pénètre en forêt, balisage marron/blanc, bien utile car les bifurcations sont nombreuses avec les chemins d’exploitation forestière. On arrive toutefois vers une bifurcation où le balisage est invisible. En fait il se trouve sur le tronc d’un épicéa bien touffu et il faut prendre la branche de droite, qui amène sur une petite route goudronnée.Prendre à gauche, plein Ouest. On longe le hameau de la Roche, il faut continuer au Sud-ouest, cette petite route qui ramène à la Croix du Planil après 2 km de parcours sur cette route goudronnée mais très peu fréquentée.

Saint-Chamond
13km 586m R1 icone randonnee

http://www.altituderando.com/sortie151

Le Bessat
13 KMkm 400m R3 icone randonnee

Prendre la grande coursière qui mène au Collet de l’Oeillon. Du collet, un sentier descend au Col de l’Oeillon à 1230m d’altitude, puis au Col du Gratteau.Sous le col, une piste se dirige vers l’est. On atteint une intersection. Il faut prendre la branche inférieure, plus courte. La piste atteint une route forestière interdite à la circulation car elle n’est plus entretenue. Une petite montée au travers du récent Arboretum et on arrive arrive au Rocher de Dentillon avec sa cabane rudimentaire. Deux bancs, une table, une cheminée mais pas de bat-flanc pour le couchage.Au retour, au lieu de prendre la piste du bas, celle par laquelle nous sommes arrivé, prendre celle qui monte dans la forêt plein ouest. Elle rejoint une autre piste, plus large. prendre plein sud jusqu’à repérer sur la droite, une pancarte indiquant la direction du Pic des Trois Dents.Petit sentier fort raide mais court. Arrivée sous le Pic du Midi. Une petite montée dans un Chirat, et par une petite escalade facile, on aboutit au sommet.Parcourir la ligne de crête très ludique avec ses petits passages rocheux.On arrive au Crêt du Graland puis au Col de L’Oeillon.Remonter au Collet de l’Oeillon.Rentrer par la ligne de crête, toujours aussi belle. Les Crêts de Botte, du Rachat, de l’Etançon et de la Perdrix, point culminant de la randonnée avec 1432m, sont sur le chemin. Du Crêt de la Perdrix, regagner le parking, juste en-dessous.

Le Bessat
16 Kmkm 500m R2 icone randonnee

Balade avec vue à 360° du Puy de Sancy au Mont Blanc en passant par les Ecrins et le Mont Ventoux : c'est assez rare pour être signalé.Partir de la Jasserie direction Ouest vers le Crêt de la Perdrix (point culminant avec table d'orientation), ensuite suivre le Crêt de la Chèvre, revenir sur ses pas pour reprendre le chemin de crête vers le Crêt de Botte (bâtiment militaire), puis le Crêt de l'Oeillon (Relais TV).De là descendre par la route jusqu'au Col de l'Oeillon (snack bar), et suivre à vue les sentiers jusqu'aux 3 Dents qui se montent facilement. Revenir par le même itinéraire. La vue est présente tout le long et c'est une belle balade. A réserver pour les jours de grand beau.On peut rallonger la balade (5 à 6 kms de plus) en partant de la Croix de Chaubouret et en suivant le GR7 vers le Nord, retour par le même itinéraire.

Doizieux
15km 600m R1 icone randonnee

ALLERPrendre la coursière qui traverse au Nord, sous les Crêtes du Pilat et descendre au Col de l'Oeillon. Descendre par la route, en versant Sud, au Col du Gratteau.Un cheminau Sud longe la crête et descend en forêt jusqu'à la Croix de Saint Sabin...Prendre la route en face puis, dans le virage, suivre les panneaux qui guident à la Chapelle de Saint Sabin, promontoire avancé sur les Alpes et la Vallée du Rhône.RETOURPar le même itinéraire jusqu'au parking du Collet de l'Oeillon. On peut faire un aller-retour à la table d'orientation du Crêt de l'Oeillon (1364m), au Nord du relais TDF.Du Collet de l'Oeillon, prendre la route qui monte au Crêt de Botte (1391m), longer la clôture et descendre à l'Ouest.Prendre le sentier qui monte au Crêt du Rachat, en laissant à droite la coursière du trajet "aller".Redescendre au Sud-Ouest sur la coursière, que l'on laisse de nouveau à droite pour prendre le sentier qui mène au Crêt de l'Etançon.Le sentier rejoint la coursière. On laisse à gauche le chemin de Chaumienne et on pénètre dans la forêt.Abandonner la coursière quelques mètres plus loin, et s'enfoncer dans la forêt sur un sentier qui remonte au Chalet Bourguisan.On peut faire un aller-retour au Crêt de la Chèvre.Du chalet, prendre le sentier qui part au Sud, sort de la forêt et atteint les landes et pelouses du Pilat.Se diriger vers le Crêt de la Perdrix (1432m), puis redescendre sur le parking.

Le Bessat
700m R2 icone randonnee

Depuis 2018, cet itinéraire remplace "officiellement" celui, plus direct mais aussi plus sauvage et plus raide, qui permettait de relier la Scie du Bost à la Jasserie, et donc au Crêt de la Perdrix, via le Saut du Gier. Si l’accès au Saut du Gier reste balisé (mais marqué comme "aller-retour obligatoire" !), la suite (comportant le passage le plus raide mais aussi le plus ludique) ne l’est plus, sauf à la toute fin entre la piste supérieure et la Jasserie.Ce nouvel itinéraire de montée vers la Jasserie entièrement balisé par le PNR est nettement plus long (5,3 km au lieu de 2,6) et nettement plus "doux", plus facile… et moins pittoresque que l’ancien ! Il n’est toutefois pas sans intérêt (passage à gué du Gier, superbes chirats, belles fenêtres sur les Monts du Lyonnais…). Pour rester dans la logique de ce nouveau parcours familial "pour tous", je propose ici une boucle avec une descente qui emprunte certes au début l’ancien sentier en partie débalisé, mais qui le quitte ensuite, dès qu’il plonge dans la très raide descente des blocs du chirat à hauteur du Saut du Gier, pour une variante (raccourci) beaucoup plus soft.Montée : Du parking, continuer à monter un peu jusqu’à la maison, derrière laquelle on prend à gauche (panneau) le bon chemin en pente douce. Au panneau suivant, au lieu d’obliquer à droite sur le chemin dallé (ancien itinéraire du PNR vers la Jasserie via le Saut du Gier), on continue en face comme indiqué (nouvel itinéraire du PNR vers la Jasserie ; 5,3km). Il suffit ensuite de suivre le balisage blanc-marron. Ce chemin va traverser le Gier à gué, passer dans ou sous plusieurs chirats. À un carrefour de 5 chemins, continuer en face. Au carrefour suivant de 6 chemins (panneau, Paumet, 986m), on bute sur le GR7, qu’on va suivre dorénavant (à droite, dir. la Jasserie, 3,5km ; double balisage GR+PNR). Nouvelles traversées de chirats. À la fourche 1190 (panneau à gauche ), on a le choix pour rejoindre la Jasserie entre le GR7 en montée à gauche (S, 1,3km) ou le PNR en légère descente à droite (SW, 1,4km) ! On peut préférer le GR, plus direct… A deux fourches suivantes, prendre en montée à droite. On sort peu après de la forêt, face à la Jasserie, qu’on rejoint.Il reste à poursuivre en face jusqu’au sommet du Crêt de la Perdrix (après avoir traversé la route d’accès) bien visible désormais : table d’orientation, magnifique panorama par temps clair sur toutes les Alpes, le Massif Central, le Jura...Descente : Redescendre à la Jasserie. Puis prendre l'ancienne voie classique qui descend (raide) en contrebas de la Jasserie, à gauche (quand on lui fait face). Suivre ce bon sentier, encore balisé, qui va pénétrer en sous-bois, d'abord quasi horizontal, puis descendant, d'abord W, puis NW (garder ensuite cette dernière direction).Quand on croise une première piste  (vers 1190m), poursuivre la descente en face (à gauche d'un poteau) sur un chemin très caillouteux (à partir d'ici le balisage a été effacé). Mais après 80m env. (vers 1160m), il faudra quitter ce large chemin pour prendre à droite une trace d'abord horizontale puis descendante. Plus bas, vers 1130m, on va croiser une seconde piste : là aussi, continuer en face (immense cairn) puis suivre au mieux la trace, pas toujours évidente, entre les arbres. Vers 1040m (belle vue à droite sur les hautes parois du site d’escalade du Saut du Gier), on va quitter notre sentier "classique" (qui plonge en face, de plus en plus raide, vers le pied de la cascade du Saut du Gier) et s’engager à gauche (cairn visible) sur un plus large et confortable chemin descendant. C'est le début de notre variante, en fait un bon raccourci. Il n'a jamais été balisé mais est pourvu de nombreux cairns. On va traverser un chirat (quelques blocs moussus), laisser un vieux chemin empierré qui descend à droite, puis après un cairn on va obliquer à droite et descendre en pleine pente. À partir de là, il suffit de suivre les cairns qui jalonnent cette très agréable sente sur son épais tapis d’aiguilles de pins, toujours dans la même direction. Il longe grosso modo un vieux chemin creux, très pierreux et peu confortable, à gauche (tout en y revenant brièvement). Les deux finissent par rejoindre, vers 900m, le chemin de l’ancienne voie classique (peu avant son virage en épingle au niveau du grand chirat). Il reste à le suivre jusqu'au parking un peu plus bas.

Saint-Chamond
6,5km 640m R2 icone randonnee

Cet accès au sommet du Pilat par son versant Nord, via les vallées de la Sordière et du Dorlay, semble peu pratiqué par les randonneurs, les lieux étant plutôt du genre paumé et sauvage (d’ailleurs ici rien n’est balisé...), mais quelle belle découverte ! Certes, il faut braver les innombrables bouts de pistes, chemins et sentiers non marqués sur la carte IGN, mais ce handicap  (d'ailleurs bien caractéristique du Pilat) une fois surmonté, le jeu en vaut vraiment la chandelle.Montée : du parking, faire quelques mètres vers le hameau, puis sur un bout de route qui part à droite (SW). Poursuivre dans le prolongement sur un joli chemin dallé en sous-bois, rive gauche du ruisseau. Passer la station de pompage à gauche, et s’engager aussitôt sur le chemin de terre qui  monte en épingle à droite (NE - on quitte déjà le ruisseau !). Laisser ensuite un chemin à gauche, poursuivre en face. Le nôtre va obliquer progressivement vers la gauche. À un grand croisement de 6 chemins (!), prendre le 4e en partant de la droite (ou le 2e de la gauche) : il est dallé et monte assez fortement. Peu après, nouveau croisement, de 4 chemins cette fois, prendre celui d’en face (SSW, le 2e depuis la gauche). Laisser ensuite un chemin à gauche, poursuivre sur le chemin dallé.Au croisement 980, on rejoint la piste montant à droite depuis Doizieux et le Bruchet : il faut continuer à monter en face, plein sud, sur le chemin dallé - la suite comme sur le topo Crêt de la Perdrix à partir de Doizieux par le vallon du Bois du Boeuf (en boucle) : suivre d’abord ce chemin en rive droite du ruisseau de la Sordière, et  traverser plus haut une piste (1039m). Là, continuer la montée en face jusqu’à l’endroit où ce chemin se transforme en lit du ruisseau... Traverser alors ce dernier à gué, et poursuivre la montée rive gauche sur une raide sente (cairn), parallèle au ruisseau. Lorsque le ruisseau disparait, on peut alors poursuivre la montée soit sur la sente toujours assez bien tracée et cairnée, soit directement dans la ravine désormais bien sèche mais aussi bien caillouteuse. On débouche vers 1270m sur un bon chemin en bordure du plateau de la Jasserie. Prendre alors ce chemin à droite, puis quand il rejoint le GR7, emprunter ce dernier à gauche jusqu’à la Jasserie toute proche (1308m). Il reste à continuer à monter en face dans les pâturages (nombreuses traces, franchissement de la route d'accès) jusqu’au sommet du Crêt de la Perdrix (table d’orientation) bien visible d’ici.Descente : redescendre du sommet et, comme à la montée, prendre à gauche au premier croisement (1400m). Mais dès le suivant (piste E-W), prendre cette dernière à droite (E). Après 300m env., prendre à gauche (N puis NW) le bon chemin qui redescend à gauche de l’altisurface, jusqu’à ce qu’il arrive à proximité du monument aux victimes du crash du Dakota en 1944 (au bord de la route). Et là, on s’engage à droite sur le chemin ("Sentier Claude Berthet" sur IGN, seul tronçon balisé (VTT et PNR) du jour…) qui se dirige vers l’Est en pente douce, en longeant toujours l’altisurface.Ce chemin va pénétrer en sous-bois et obliquer vers le S. Au pt 1277 il vire à droite. 250m plus loin il faudra quitter ce "Sentier Claude Berthet" pour descendre sur le chemin à gauche, raide et caillouteux (NE puis N). Vers 1120m (j’ai mis un cairn à gauche), il bute sur une très large piste, quasi horizontale (à partir de là ne plus se fier à IGN), qu’on va suivre à droite. Il faudra la quitter après 8’ environ, pour s’engager sur le bon chemin qui s’en échappe en descendant vers la gauche (NE, j’ai mis un second cairn).Descendre ce chemin (ignorer les départs de voies à gauche et à droite) jusqu’à ce qu’il arrive au Chirat des Cassons, 1070m, signalé sur IGN – à partir d’ici la carte est à nouveau fiable). À cet endroit il ne faut pas manquer de grimper sur le rocher à gauche : il offre une superbe vue notamment sur la vallée du Dorlay et les Scies tout en bas, et une autre plus à droite vers le NE sur la crête vers le Chaux de Toureyre, où la forêt est rayée de nombreux chirats. Ce chemin vire ensuite au SE. Au croisement vers 1020 (absent de la carte IGN !), continuer à descendre en face (SE). Et au croisement suivant (980), prendre le chemin de gauche (N). À partir d’ici la descente se poursuit en compagnie du Dorlay, qui coule en contrebas à droite : on entend d’abord son murmure, puis on l’aperçoit et on s’en rapproche de plus en plus, jusqu’à devoir le traverser à gué. On le suit ensuite de très près (une partie de ses eaux envahit même parfois un peu notre voie dallée…), rive droite, puis gauche, puis droite à nouveau, jusqu’au retour à la Scie Granjean, qu’il reste à traverser jusqu’au parking.À noter : 1. Qu’on peut bien sûr faire aussi la boucle dans l’autre sens - mais je conseille vivement de se familiariser d’abord avec les surprises du terrain en la faisant une première fois dans le sens ci-dessus. 2. Que de nombreuses variantes existent assurément (mais là encore sans garanties…). J’en ai pour ma part exploré partiellement deux qui pourraient s’avérer intéressantes ; je les signalerai ici même en commentaires si leur intérêt se confirme…

Doizieux
725m R2 icone randonnee

MONTEE: Du parking, remonter (sud) la route goudronnée le long des jardins, en laissant à droite la route et les maisons de Grange Badet, jusqu’à la dernière maison en haut de la pente qu’on laisse sur sa gauche. Là poursuivre (toujours plein sud) sur le chemin souvent rocheux du « Tour du Parc » qui suit (balisage jaune-blanc).Le chemin monte dans les pâturages, traverse deux fois une route goudronnée (l'altitude indiquée est inexacte...) et se poursuit en face. Il pénètre progressivement en sous-bois. À un carrefour de chemins (point 715), continuer de niveau, en évitant tous les départs (croix multiples…) à droite, jusqu’aux abords du hameau de Chirat.Sous le premier chalet, prendre à droite le chemin qui monte en épingle (panneau "Salvaris par Font Choreyre", nord) puis vire au sud-ouest. Au carrefour suivant, poursuivre dans cette même direction (à gauche). Rester sur le chemin montant en sous-bois, sud puis sud-ouest, en suivant scrupuleusement le balisage des points oranges ; au point 816, prendre le chemin de droite - celui de gauche nous servira pour la descente, bouclant ainsi la boucle.On débouche ainsi finalement à un point haut dégagé (carrefour) à 1054m (*).(*) Petite variante de montée : Vers 850m, on peut aussi quitter (provisoirement) notre chemin balisé pour prendre, à gauche, le départ d’un autre chemin, plus confortable, mais non balisé - j'ai mis un cairn à la bifurcation (il y a d'ailleurs un second départ quelques mètres au-dessus du premier). Plus ou moins parallèle à la voie balisée (SW), mais évoluant un peu au-dessus, ce chemin se transforme bientôt en une piste plus large. On traverse une parcelle de sapins très sombre, et on finit par déboucher vers 960m (joli col en sous-bois) sur la crête du Grand Plâtre. Obliquer alors à droite pour suivre cette très agréable crête vers le SW. Au croisement 996, tourner à droite. Après un parcours plus ou moins horizontal comportant la traversée d'une seconde sapinière, on rejoint alors le chemin balisé ci-dessus que l’on suit désormais jusqu’au carrefour 1054.Continuer 30m. à droite, puis obliquer en épingle à gauche (sud, pylône métallique rouge et blanc). On est alors au-dessus de Salvaris (en contrebas à droite). Pour y accéder, continuer jusqu'au bout du chemin. Puis au carrefour (panneau "Le Muret 1053m"), descendre sur environ 100m à droite, jusqu'au point 1040 (panneau "Le Muret 1040m"). Là, franchir la barrière métallique à droite et descendre à travers prés jusqu'à Salvaris (960m) sur une superbe et moelleuse sente herbeuse (enfin !).A Salvaris, tourner à gauche devant la fontaine, passer devant l'auberge et continuer sur le chemin horizontal qui suit. A la 1ère bifurcation, laisser à droite le sentier (Tour du Parc) qui descend vers Rochetaillée, et poursuivre sur le chemin. A la bifurcation suivante (alt. 971), quitter le chemin pour le sentier qui monte à gauche. Vers 1085m (Le Devet, 1er point culminant de la rando), nouvelle bifurc., tourner à gauche sur la piste qui monte au nord, retrouver le poteau "Le Muret, 1040m" et la barrière métallique qu'on a franchie un peu plus tôt pour descendre à Salvaris. Remonter les 100m. en face, puis au panneau "Le Muret 1053m" prendre cette fois-ci à droite (nord-est) le chemin qui part comme indiqué en direction de la Roche de la Rivoire.Attention, peu après, de ne pas descendre à droite le chemin (non balisé) qui plonge au sud-est... Il faut au contraire continuer dans la même direction nord-est en restant à peu près de niveau (balisage marron-blanc). On passe ainsi sans tarder au 2ème point culminant de la randonnée (1080 m.), et alors seulement on commence la descente, en gardant toujours la même direction générale.DESCENTE : Avec un peu de chance (météo favorable), vous pourrez apercevoir distinctement dans le ciel, en face de vous, entre les pins… le Mont Blanc ! Le sentier bien caillouteux (on est dans le Pilat !) n’en continue pas moins de descendre assez raide (ne pas trop contempler le Mont Blanc en marchant !), toujours dans la même direction, en passant à gauche de la Roche de la Rivoire, puis du Crêt de la Chaume.Au point 811, changement de direction : on oblique à gauche (sud-ouest, poteau) en direction du hameau de Péalussin, bien visible. Traverser Péalussin (nombreux chiens en liberté). À la sortie, prendre à gauche le chemin de terre qui remonte un peu (nord, balisage jaune-blanc), puis poursuivre toujours dans la même direction (y compris au carrefour suivant, sur le chemin horizontal en face), à peu près de niveau jusqu’au point 816, où on rejoint la voie de montée. Il ne reste plus dès lors qu’à continuer tranquillement la descente jusqu’au parking.

Saint-Chamond
15,5km 850m R1 icone randonnee

Du parking, on passe devant l’ancienne Chartreuse, puis prendre à droite une route, direction Rochassieux.A une intersection, prendre à gauche une piste en lisière d’un bois. On coupe une piste, puis on rejoint une route, avant d’arriver à une autre intersection. Prendre la direction des Roches de Marlin.On monte vers le Nord, puis vers le Nord-Est avant de rejoindre un autre chemin. Continuer plein Nord jusqu’au point 657m.Prendre à gauche, un chemin qui longe les Roches de Marlin avec la Pierre qui Chante. Les roches sont à droite. La Pierre qui Chante est une longue roche couchée.Revenir au point 657m et aller en direction de Marlin. Dans un pré se trouve la Croix de Marlin.Contourner le hameau de Marlin et rejoindre la Croix du Trève.Prendre la direction de Ste-Croix-en-Jarez/la Conty. On traverse la D 8, pour prendre une petite route qui revient à Sainte-Croix-en-Jarez.

Sainte Croix en Jarez
8km 240m R1 icone randonnee

Assurément une des plus belles randos du Pilat ! Certes, ce n’est pas la plus spectaculaire, mais ici, dans ce versant Est doux et lumineux, on évolue presque toujours sur de magnifiques sentiers en balcon au-dessus de la vallée du Rhône, avec selon la météo toute la chaine des Alpes en toile de fond ; on traverse de superbes forêts claires aux essences multiples, avant de s’en extraire ici ou là sur d’étonnants rochers qui offrent des panoramas exceptionnels de part et d’autre.Montée : De la place de la mairie de Véranne, on part vers l’W (à droite de la croix monumentale, m.b.j.) : la chapelle Saint-Sabin est tout de suite visible tout en haut de la montagne en face, au sommet d’un chirat. Au premier croisement (vierge), poursuivre en face. À la Serve (panneau), prendre à droite la Route de Cubusson, puis aussitôt à gauche. Laisser à droite le Chemin du Tout, puis un sentier qui descend à gauche. Traverser la Grange (panneau) puis à la sortie du hameau on quitte la route pour le chemin herbeux qui descend à gauche au milieu des cerisiers (m.b.j.). Franchir le ruisseau et remonter en face. Le chemin vire à droite puis pénètre en sous-bois (Crêt de l’Oeillon à droite). Poursuivre la montée, globalement vers l’W, en suivant les m.b.j., jusqu’à buter vers 790m sur une piste quasi horizontale qu’on va suivre à gauche (W puis S, plus de balisage). Peu après ne pas descendre à gauche, rester sur la piste principale vers le S. On passe les Fayes (ferme) puis la Terrasse (806m, route). Continuer à monter sur cette petite route jusqu’à ce qu’elle se transforme en chemin, dans la même direction (S/SW). À la bifurcation suivante poursuivre en montée à droite (ignorer les chemins descendant à gauche). On oblique au SE (m.r.o. !). Au point haut 888, quitter ce chemin et prendre à droite (W>SW, puis plein W) en légère montée (vue dégagée à gauche vers l’Ardèche). À 925m on croise un chemin herbeux, prendre à gauche, puis à la fourche suivante (belle vue sur Maclas à gauche), à droite (m.r.o.), puis presque aussitôt encore à droite (panneau Saint-Sabin, m.r.o. et m.b.m., sentier du Parc). Suivre ce sentier en lacets jusqu’à ce qu’il croise une piste (vers 1060m) qu’on suit à droite (même balisage). Obliquer à droite à la fourche suivante (1075m, m.b.m., Saint-Sabin). [À noter ici que si on veut éviter de passer par la chapelle Saint-Sabin – ce qui serait dommage ! – il suffit de prendre la branche de gauche de cette fourche, qui mène directement à la Croix de Saint-Sabin].Par un superbe chemin de crête, on arrive ainsi à la Chapelle Saint-Sabin (1120m), un des hauts lieux emblématiques du Pilat d’où la vue plongeante sur la vallée du Rhône et la chaine des Alpes au loin est magnifique. Redescendre ensuite par le sentier à gauche de la chapelle (NW). A la fourche, préférer la branche de gauche, qui mène directement à un parking. De là on poursuit sur la petite route horizontale en face (NW toujours). Elle bute peu après sur la Croix de Saint-Sabin (1057m). Traverser alors la route et s’engager en face sur le chemin montant (N, dir. Col du Gratteau / Col de l’Oeillon, m.b.m.).À la fourche 1140, ignorer le chemin de droite et poursuivre à gauche sur la piste caillouteuse. Au croisement suivant. v.1165m, ne pas continuer à monter en face, mais faire une vingtaine de m. vers la droite et repérer sur la gauche, avant le virage du chemin vers la gauche, le départ d’une sente (flèche vert fluo, cairn juste au-dessus). La suivre (sous-bois, plus de balisage) jusqu’à ce qu’elle débouche au Rocher de Chauchibat (1208m). Bien dégagé, ce rocher peu connu offre de très belles vues vers le N (crêts de Botte et de l’Oeillon, Col du Gratteau, 3 Dents) et l’Est (vallée du Rhône, Alpes).Descente : La sente se poursuit vers le N et rejoint rapidement notre chemin balisé b.m. Après avoir traversé une superbe hêtraie (nombreux bouquets de hêtres à troncs multiples !), ce chemin sort du bois (nouvelle vue sur les Crêts et la suite de l’itinéraire en contrebas des 3 Dents). Juste avant qu’il rejoigne la route et l'esplanade du Col du Gratteau (1204m) (1), s’engager à droite sur le chemin dir. la Croix du Trèves (S, panneau) ; laisser la dir. Croix de St-Sabin à droite et prendre le virage en épingle à gauche (NE, m.b.m.).De ce chemin, belle vue en contre-plongée sur les Trois Dents. Au croisement 1080 (panneau), prendre le chemin balisé qui descend à droite (SE, dir. Roisey, Véranne). Au suivant (1050, panneau), ignorer la dir. Véranne à droite, poursuivre tout droit (dir. La Chanterelle). Au troisième peu après (1045), laisser la dir. la Chanterlle à droite, continuer sur la piste en face (E puis N, pas de panneau). Quand elle rejoint une autre piste plus large, emprunter cette dernière à droite (N) : on distingue alors au sommet de la butte à droite, derrière les sapins, la cabane et le rocher de Dentillon. Avant le virage de la piste, il faut prendre le chemin qui monte à droite (panneau "arboretum"), puis à la fourche celui de gauche. On arrive ainsi au Rocher et à la Cabane de Dentillon (996m) : le panorama, splendide vers l’Ouest (les Crêts et les Trois Dents) et vers l’Est (des Monts du Lyonnais jusqu’au Vercors en passant par toute la chaîne des Alpes), n’a rien à envier à celui de la chapelle Saint-Sabin. Mais ici, en plus, il y a la cabane, où l’on peut se reposer, casser la croute et même passer la nuit (v. ce refuge), une table d’orientation et une table-banc forestière, et ce petit rocher qui permet de dominer la situation d’un peu plus haut encore…Ensuite, on s’engage sur le sentier descendant (S) en lacets face à la cabane. Vers 905m il rejoint une piste qu’il faut suivre à droite sur une vingtaine de m., avant de prendre à droite un chemin qui descend en sous-bois (S, pas de balisage). Arrivé à une route (838m), la suivre à gauche en descente (lacets), laisser deux maisons à gauche (Les Combes) puis un chemin montant à droite (À Chevalet). Après le grand virage à gauche de la route, il faudra prendre le chemin qui descend à gauche (m.b.m). Ensuite, traverser une route, continuer en face sur l’herbe (E) puis virer à gauche, rejoindre la petite route et la suivre à droite, plein S (m.b.j., X b.m.). Dans le virage (692m, "Aux Ollagnières"), poursuivre sur le chemin montant à droite (S, panneau Sagnemorte 1,5km) : suivre les r.o. À la bifurcation 715, prendre à droite en montée (W). Aux deux suivantes, aller respectivement à gauche (sentier), puis à droite (r.o.).On arrive au hameau de Sagnemorte (route, 790m), où il faut suivre la route à gauche vers le S (m.b.j.). À 786m, ignorer le chemin qui part à gauche, poursuivre en montée jusqu’à la Croix du Trève (809m), visible dès la sortie du hameau. À cette croix, il faudra virer à gauche, plein E, dir. Véranne (m.b.m.), en tournant le dos aux Crêts et aux Trois Dents. Suivre alors cet agréable chemin de crête en sous-bois. Après un point haut (855m), il redescend toujours vers l’E. Vers 765m, ignorer un chemin à droite et poursuivre jusqu’au croisement 731. Là, il ne reste plus qu’à prendre la piste qui descend à droite (panneau "Les Besssières") dir. Véranne, m.b.m. Au croisement avec une autre piste (663m), la prendre à gauche. Au Combeau, vers 625m, poursuivre en face en traversant la route, jusqu’à Véranne où on rejoint le parking au pied de l’église.(1) OPTION : Du Col du Gratteau, rejoindre le Rocher de Dentillon via la traversée des Trois Dents :Au Col du Gratteau, rejoindre l'esplanade et la longer à droite jusqu'au départ des marches d'escalier métalliques (panneau Les Trois Dents). Descendre ces marches et suivre le sentier (non marqué sur IGN, non balisé) jusqu'aux Trois Dents. Là, monter sur la crête et la parcourir au mieux sur le fil d'W en E, jusqu'au "Pic du Midi" (1213m). Il faudra parfois mettre les mains, mais cette traversée est beaucoup plus ludique que la sente qui longe les Trois Dents au pied du versant S. Redescendre ensuite de ce dernier sommet, soit en désescalade vers la droite, au mieux, jusqu'à la sente en-dessous ; soit vers la gauche (E, traces, chirat), puis obliquer franchement à droite (SW, traces) jusqu'à rejoindre, vers 1175m, la sente ci-dessus. Dans les deux cas, la suivre alors à gauche (SE : bien garder cette direction). Elle traverse une première piste vers 1105m, puis une seconde à 1O45m, qu'il faudra suivre à gauche : on est alors sur la piste du topo ci-dessus, qu'on suivra comme indiqué (E puis N) jusqu'au Rocher et à la Cabane de Dentillon.Pour ce petit détour, compter environ 30' et 60m. de D+ supplémentaires. Difficulté R2+(si on reste strictement sur le fil des Dents).

Véranne
20km 990m R1 icone randonnee

Roches de la Rivoire en boucle depuis Chirat (9.4.21)Une petite rando en boucle pour découvrir un remarquable promontoire du Pilat : la - ou plutôt les Roches de la Rivoire, superbe et vaste corniche rocheuse. On y bénéficie de vues plongeantes sur  la vallée du Ban, petit ruisseau qui alimente le barrage de la Rive... En toile de fond : la ligne de crêts du Pilat (Chaux de Toureyre, Crêt de l’Oeillon…), voire même, avec un peu de chance, le Mont Blanc ?MONTÉE : Du parking, remonter en quelques enjambées le hameau de (ou du ?) Chirat jusqu’au parking suivant, où on prend à droite le « Chemin de la Croix du Chirat » (N). Après le dernier chalet à gauche, prendre en face le chemin de gauche, en légère montée, panneau « Salvaris par Font Choreyre ». Suivre désormais le balisage (m.b.m. du PNR). L’itinéraire va s’orienter progressivement au S/SE, et passer vers 770m derrière la croix métallique du Chirat (à gauche). À la bifurcation 810, prendre la voie de droite, puis à la suivante celle de gauche (m.b.m.+ ronds orange).Peu après, à 850m, on peut soit poursuivre sur la voie balisée devenue bien caillouteuse, soit (cette variante a ma préférence) obliquer vers la gauche (j’ai mis un cairn) sur un chemin moins pierreux mais non balisé. Il rejoint un peu plus haut une piste confortable récemment tracée qu’on suit en montée. On passe une pinède bien sombre, puis on débouche vers 965m sur la très agréable crête du Grand Plâtre, qu’on suit à droite (SSW). À 996m on croise une piste qu’on emprunte à droite (la branche de gauche, elle, va rejoindre directement le Crêt de la Chaume, en peu en-dessous de notre objectif du jour : raccourci possible donc en cas de retard !). Après avoir traversé une seconde pinède obscure, on rejoint notre sentier balisé de tout à l’heure : le suivre en face (toujours SW).On passe plus loin sous le déco des parapentistes (au-dessus à gauche, position erronée sur IGN !), puis le chemin se redresse avant de déboucher en crête sur une piste : prendre à droite, puis aussitôt à gauche (pt 1054, m.b.m., ronds orange). On passe à gauche d’un pylône puis on poursuit (on est sur les hauteurs au-dessus du hameau de Salvaris, à droite en contrebas) jusqu'au carrefour du Muret (1052m, panneau).Suivre ici à gauche en lisière du bois la direction « Péalussin par la Roche de la Rivoire » (ENE, légère montée puis descente). Vers 1075m à la bifurcation, s’engager en montée à gauche (m.b.m.) jusqu’au point haut du jour, à 1080m (aucune vue). Poursuivre en légère descente, jusqu’à la bifurcation 1065m, où il faut poursuivre la descente à droite (m.b.m). Vers 1005m, repérer à droite un petit cairn : quitter alors le chemin et s’engager à droite en équerre dans le taillis clairsemé (trace) : un beau cairn rond géant a été bâti ici, en arrière de la dalle d’une très belle corniche qu’on peut appeler la Roche supérieure de la Rivoire. On domine de plusieurs centaines de m. la vallée du Ban, face à la Valla-en-Gier et Luzernod, avec tout au fond la ligne de crêts du Pilat à droite de la Chaux de Toureyre bien reconnaissable.Revenir ensuite en arrière sur le chemin et poursuivre la descente à droite. Un peu plus bas, vers 975m, repérer cette fois un bon sentier à droite. Au bout, la « véritable » Roche de la Rivoire (Roche inférieure, donc), offre à nouveau un panorama similaire, avec deux éperons rocheux, l’un à gauche et l’autre à droite (prudence dans l’approche…).DESCENTE : De retour sur notre chemin, on poursuit la descente à droite (NE). On se trouve désormais sur un chemin de crête (le Crêt de la Chaume), qu’on va suivre (toujours NNE) en ignorant les départs à droite ou à gauche : successivement une piste qu’on croise vers 905m, un chemin qui part à gauche à 811m (pylône) vers Péalussin. Vers 720m on croise une piste (menant à Péalussin) : poursuivre la descente à droite, jusqu’à un virage en épingle à gauche (N), suivi d’un « S » (gauche puis droite). Puis quitter presque aussitôt cette large piste pour prendre le chemin qui descend à gauche, plein N (X b.j.). Quelques m. plus bas, ne pas poursuivre en face sur le chemin descendant (N, non marqué sur IGN), mais prendre à gauche (SW) la piste qui se présente. À la bifurcation 678, ne pas monter à gauche mais descendre à droite jusqu’au ruisselet qu’on franchit à gué. Remonter ensuite à droite (NW>N) jusqu’à la route (710m), et la suivre dans la même direction jusqu’à Chirat.

Saint-Chamond - Izieux
8,5km 440m R1 icone randonnee

Voici une randonnée originale, du moins pour son sommet, visiblement très peu fréquenté voire confidentiel vu son accès peu évident. À tort, car de là-haut on bénéficie d’un panorama d'autant plus extraordinaire que son altitude est fort modeste. Il en va d’ailleurs de même tout au long de l’itinéraire, qui voit se succéder les vues lointaines ou plongeantes sur les hautes vallées du Gier et de ses affluents, avec leurs barrages scintillants, leurs versants boisés ou rocheux, leurs divers hauts-lieux, etc.Montée : Traverser la digue. S’engager à gauche du restaurant de la Cascade sur le sentier qui descend (527m, panneaux Sentier du Pouay et L’Hermitage par Pouay). À la route (panneaux), suivre un peu plus bas à droite le Sentier du Parc (panneau Lardière par Pouay, 3km) (m.b.m., qq m.b.j.), puis continuer désormais tout droit, globalement N (ignorer une montée à droite vers 500m) sur ce beau sentier en balcon au-dessus du lac du barrage de Soulages.Après avoir franchi un ruisselet qui va se jeter dans le lac, quitter vers 510m ce sentier (m.b.j.) qui descend à gauche vers le lac pour prendre à droite (N) le Sentier du Parc (m.b.m.). Arrivé au centre du hameau de Pouay (566m, petite croix à gauche), s'engager aussitôt sur le chemin en épingle à droite (S). A la route, remonter sur le chemin à gauche (SE, belle vue plongeante à droite sur les 2 barrages). Un peu après (fourche) prendre le virage à gauche et poursuivre vers le NE. Puis, contrairement à ce qu’on voit sur l’IGN, notre sentier va faire des lacets : à 670m, continuer à monter à droite (E) ; à la fourche 720 prendre à gauche, et à la suivante aller à droite, toujours en montée.À 782m on rejoint le GR7 qu’on va suivre brièvement à droite. Au lieu-dit Gralison (820m, panneau), quitter le GR pour prendre à gauche le chemin qui descend vers le hameau de Chavanol. Peu après, à la fourche, suivre la piste à droite et rejoindre Chavanol (786m). Là, au moment d’entrer dans le hameau, prendre aussitôt la première rue qui monte à droite puis le chemin herbeux qui lui fait suite (SE > S).Garder cette direction. À la fourche 850 poursuivre la montée à droite. Peu après ce chemin va être plus ou moins envahi par la végétation, signe d’une très faible fréquentation. Vers 870m, ignorer la voie en épingle à droite. Parvenu au sommet du chemin, plus de traces. Mais il suffit alors d’obliquer franchement à droite dans la pinède, et de longer en montée douce, au mieux, la clôture à votre gauche. Remonter ainsi sans grande difficulté la crête qui mène au sommet du Châtelard. Après une belle antécime sur la droite (vue à 180°, du N des Monts du Lyonnais aux Crêts de l’Oeillon et de Botte), il reste à surmonter peu après un ressaut rocheux facile (en écartant un peu les branches et les ronces qui l’entourent), et vous voici au sommet du Châtelard, tapissé de genêts.Le superbe panorama est quasi à 360°. Des environs de St-Etienne jusqu'à Lyon et la vallée du Rhône via la vallée du Gier et les Monts du Lyonnais, puis d'un bout des Alpes  (dont le Mont Blanc !) tout au fond jusqu'aux crêts de l'Oeillon et de Botte tout proches... Un vrai régal, surtout par temps clair.Descente(1) :Redescendre du promontoire rocheux et suivre à nouveau la même clôture (qui est maintenant à votre droite) qu'à la montée. Parvenu à la jonction avec l'extrémité du chemin de montée, ne pas le reprendre, mais poursuivre dans la même direction (S) comme si le chemin de montée se poursuivait, mais à présent en descente et sans trace. Il suffit là encore de continuer à suivre la même clôture vers le S. Vers 885m (petit replat), on débouche à 2m du GR qui descend en parallèle juste à votre droite. Franchir alors facilement cette clôture et reprendre pied sur le GR. Le suivre ensuite à gauche jusqu'au grand carrefour de la Croix du Planil (846m).Ensuite, prendre le Chemin du bas Planil, première petite route à droite au débouché du GR 7 (plein W). Très vite, on bénéficie d’une incroyable vue plongeante  sur Luzernod tout au fond (sa vierge surélevée, son dôme-observatoire) et la Valla-en-Gier un peu plus à gauche. Au virage en épingle à gauche (823m), quitter cette route et prendre le chemin de terre qui monte à droite. À la fourche peu après, suivre la superbe voie descendante à gauche (NW), toute bordée de genêts. Elle vire W puis N : remarquer alors sur la gauche tout en bas la digue de l’ex-barrage du Piney, côté amont avec sa monumentale fresque d’Ella & Pitr (on la reverra plusieurs fois encore).Quand on débouche au hameau de la Grenarie (696m), ne pas y entrer mais prendre la route à gauche. Après 40m env., s’engager sur le chemin à gauche. Superbe chemin en balcon (W>S). À la fourche 685, virer en épingle à droite (NW). Vers 650m on franchit une route, on continue (N) après une maison et on traverse le hameau de la Cours (640m).À la dernière maison en bas à gauche (n°259), descendre en épingle à gauche et poursuivre la descente sur un petit sentier (SSW). Tout en bas on revoit la digue du Piney et on entend le clapotis du Gier en contrebas. On accède ainsi à la passerelle sur le Gier (560m).Ne pas traverser cette passerelle, mais s’engager aussitôt sur le sentier rive droite du Gier (remarquer juste après, à votre droite, les ruines de deux anciennes et profondes excavations qui peuvent servir d’abri). Notre sentier va alors évoluer en véritable toboggan (nombreuses montées/descentes parfois raides) au-dessus de l’ancien lac du barrage, devenu aujourd’hui une véritable forêt, jusqu’à sa fameuse digue percée, maintenant ornée de la non moins fameuse fresque.Traverser ensuite cette digue et remonter jusqu’à la D76. Suivre brièvement cette dernière à droite jusqu’au carrefour la Valla/St Chamond, où on poursuit à droite (D2, dir. St-Chamond) sur quelques centaines de mètres jusqu’à la digue du barrage de la Rive, qu'il reste à traverser jusqu'au parking.___________________________________________________________________________________________________(1) Boucle de descente directe (plus brève) :Ce bel itinéraire de descente directe permet de raccourcir sensiblement cette randonnée. Pour cela, une fois descendu du Châtelard et de retour sur le GR7, le suivre cette fois à droite (N). Après être passé sous le Châtelard côté W, on arrive au replat 850, d'où il est possible de faire un rapide et très facile aller-retour sur le petit sommet 862 (sans nom) à droite du chemin. Il offre un panorama certes un peu plus restreint que le Châtelard (qui bouche d'ailleurs la vue vers le S), mais qui reste très vaste (jusqu'aux Alpes, mais sans le Mont Blanc).De retour au replat 850, poursuivre à droite sur le GR jusqu’au proche croisement de Gralison (820m). Là, quitter le GR et s’engager à gauche sur le bon chemin qui descend (SW) vers les Mûres et le lac de Soulages. À la fourche 803, poursuivre en face dans le petit bois (SW puis S). Après la sortie du bois, dans le virage à gauche, quitter ce chemin et prendre celui de droite (W). Ce superbe (mais un peu caillasseux par endroits) sentier en crête et à découvert plonge littéralement sur le barrage de Soulages, en offrant tout du long d’admirables points du vue : sur les deux barrages du fond de la vallée (Soulages et la Rive), mais aussi sur les vallées du Gier et du Ban, sur Luzernod et sa vierge, sur le versant du Crêt de la Chaume en face avec ses fermes et ses hameaux, etc.Parvenu au hameau des Mûres (croisement 610), il reste à virer à gauche au muret (m.b.j.) et à suivre ce bon chemin qui descend, successivement NW puis S/SE puis W.  En bas, au croisement vers 500m, prendre en épingle à gauche le chemin qui va contourner l'extrémité S du barrage de Soulages. Puis, à la fourche suivante, laisser à droite l'itinéraire du tour du barrage, et suivre à gauche (bout de route puis sentier montant à droite) l'itinéraire balisé qui remonte jusqu'à la digue du barrage de la Rive, qu'il ne reste plus qu'à traverser.(topo mis à jour le 17.10.2021)

Saint-Chamond
12,5km 555m R2 icone randonnee

Appelé également « Château du Thoil » - ou du Toil - (et même « le Toile » sur la seule carte IGN !), ce gros rocher qui émerge du flanc nord-est de la haute vallée du Ban était en effet surmonté jusque vers le 17e siècle d’un château dont il ne reste plus rien aujourd’hui. Il est accessible par de nombreux itinéraires, parfois balisés, notamment  à partir du village du Bessat situé en amont.Le circuit proposé ici est un des plus courts. Les passages en sous-bois (pinèdes) y alternent avec de vastes clairières (coupes) ménageant de superbes ouvertures sur l’assez sauvage vallée du Ban ou les plus paisibles Monts du Lyonnais.ALLER : Du parking, revenir un peu en arrière jusqu’au rond-point, et passer à droite de la statue du Christ qui y trône. À partir de là, trois départs sont signalés avec leurs panneaux respectifs. Ignorer le « Chemin des Creux » qui file plein E (voie balisée n°2) et prendre à sa gauche celui orienté NE et marqué « Boucle Chamina n°9 Chemin du Thoil, 4 km, 1h30 », qu’on va suivre dans un premier temps. D’abord herbeux et assez peu marqué, ce chemin devient vite un bon sentier. Non balisé, il va plonger dans le vallon du Ban. Ignorer un chemin à gauche, continuer à descendre. Après une boucle vers la gauche, le sentier s’oriente au Nord. On traverse un premier puis un second chemin, et vers 970m (lieu-dit le Gallot), juste avant de déboucher sur une vaste piste en-dessous à droite, prendre à gauche un large chemin en très légère montée (NW). À partir d’ici notre chemin est désormais balisé (m.b.j. + parfois m.b.m.) car on rejoint la voie balisée n°2. Après un peu plus de 350m, ne pas poursuivre en face (non marqué sur IGN) mais virer à gauche (S) en montée. Au panneau 996, prendre à droite vers le Rocher du Thoil bien visible. Remarquer les ruines d’une des nombreuses fermes (aujourd’hui toutes ruinées) qui avaient été construites dans les environs avec les pierres du château ! On arrive au pied du rocher (996m, panneau explicatif) Grimper (quelques blocs faciles) jusqu'au sommet du rocher principal (il y en a deux autres) de l’ex-château du Thoil (1024m). De là-haut, très belles vues sur la vallée du Ban et vers Saint-Chamond / Monts du Lyonnais.RETOUR : Une fois redescendu du Rocher, on a le choix entre plusieurs itinéraires. Plutôt que la voie la plus directe en face (panneau Le Bessat, 1,9km), il vaut mieux prendre à sa droite la suite de la voie n°2, toujours balisée blanc-jaune, qui paraît plus sympathique et variée, panneau Les Railles, 1,3 km – éviter la voie la plus à droite qui file vers la Barbanche ! Il suffit donc de suivre les m.b.j. de cet itinéraire montant en forêt en plusieurs grands lacets. Au pt 1132 (les Railles), on sort du bois pour rejoindre et suivre le GR42 vers la gauche (SE). Cet agréable chemin file tout droit vers le Bessat, en passant d’abord en lisière du bois, puis devant les belles résidences du quartier du Mort (point haut du jour à 1180m).NB : On peut aussi suivre de bout en bout l'itinéraire balisé n° 2. C'est alors un peu plus long, compter 2h30 pour 7km environ, v. http://pilat-rando.fr/api/fr/treks/272/les-ruines-du-chateau-du-thoil-le-bessat-n-2.pdf

Le Bessat
5,5km 230m R1 icone randonnee

L’intérêt de cette randonnée "pour tous" est moins son point sommital, peu marquant, au SW de Sainte-Croix, que la boucle qui y passe. Celle-ci offre en effet de très beaux parcours de crêtes, certes d’altitude bien modeste dans ce versant nord du Pilat, mais surplombant toujours d’amples vallées constellées de myriades de fermes, hameaux, villages voire villes (Saint-Chamond, Rive-de-Gier…), ainsi que de quelques lacs, et bordées à perte de vue d’élégantes lignes de montagnes (le Pilat Sud, les Monts du Lyonnais…). Le point de départ, magnifique monastère chartreux transformé en village à la Révolution et assez bien conservé jusqu’à nos jours, vaut la visite (et même le voyage…) à lui seul (voir chartreuse-saintecroixenjarez.com/) ! Du parking, continuer vers le sud, traverser le ruisseau et prendre la route à gauche de la croix, dir. Grange Rouet. Laisser la route de Seyoux à droite et juste après, remonter le sentier rocheux à droite (SW, Croix de Carementrant). Traverser dans la même direction un chemin, puis la route (marque X j.b.) : la trace monte alors à la ferme des Joannes, avec sa Croix du Sud où on va tourner à droite (trace herbeuse). Traverser ensuite la route et continuer en face (crête, belles vues des deux côtés). Rester sur le chemin principal, qui va descendre vers le ruisseau et la route, qu’on longe sur 25m à gauche pour poursuivre sur le chemin en face (N, panneau Seyoux, Croix du Cersier ; m.m.b. du PNR). Bien le suivre quand il vire par deux fois à gauche. Il débouche sur la route, qu’on va suivre à droite jusqu’à Seyoux. Traverser ce village d’E en W (m.m.b.) et à la dernière maison, suivre à gauche la direction "Croix du Cerisier" (peu après, vue sur le lac de Couzon). Après un bref sous-bois, le chemin monte en crête, jusqu’au croisement de la Croix du Cerisier (535m, petite croix de bois).Là, prendre la piste de droite vers le N. Cette excellente piste monte en crête (panorama à gauche sur la vallée du Gier, et plus près sur la crête qu’on va parcourir tout à l’heure en sens inverse ; vue arrière sur la piste qui file vers le sud avec le sommet du Crêt de Montivert tout au bout). A la lisière de la forêt, un chemin part en sous-bois vers la gauche - on peut le suivre, en ignorant alors tous les départs de sentiers vers la droite ; il rejoint la large tranchée de la ligne Haute Tension, puis se poursuit en face. Mais je conseillerais plutôt de continuer encore un peu sur notre beau chemin de crête vers le N (avec cette fois des vues plongeantes sur la vallée de droite et le lac de Couzon), jusqu’à ce qu’il arrive en sous-bois sous la ligne H.T. Là, il va falloir virer à gauche sous cette ligne, en en suivant la très large tranchée rectiligne, montante puis descendante, vers le SW. Certes c’est pas top, mais ça permet de profiter dans la descente en forêt d’une vue royale parfaitement dégagée sur la vallée ! A la fin de la tranchée, continuer encore un peu dans la même direction (env. 20m. après le pylône), et prendre un sentier qui descend à droite (W) dans les genêts puis en sous-bois. Après quelques lacets il traverse le ruisseau d'Egarande, remonte en face et finit par déboucher au village de Farnay (455m). Prendre alors la route à gauche (S ; re-suivre dorénavant les m.b.j.). On va s’engager ainsi en montée progressive sur la belle et longue crête vers le S, aperçue tout à l’heure après la Croix du Cerisier. A l’intersection qui suit, faire quelques mètres à gauche puis monter à droite sur le chemin (Impasse de la Sainte). Laisser ensuite à gauche le chemin de Ban et (toujours plein S) passer les captages à gauche. On accède à la Vierge de Farnay (570m). Au point haut 605 qui suit, allez jeter un œil à gauche sur le gros rocher planté là : c’est la roche de "Tétrette" (c'est-à-dire "le Téton" - en effet…), remarquable par ses cupules, et qui fait penser à un site mégalithique (comme, non loin d’ici, au NE, celui des Roches de Marlin, encore bien plus imposant) ; à ses pieds, une autre roche nettement plus petite est littéralement criblée de cupules. Étonnant… De surcroit, la vue panoramique qu'on a d'ici porte de Saint-Etienne jusqu'à Lyon, avec toute la ligne des Monts du Lyonnais en face ! Après "L’arbre à Jacques" (table+bancs de pique-nique), on continue en remontée vers le S (dir. Croix du Mazet). Vers 700m, nouveau superbe panorama arrière (des environs de St-Etienne jusqu’à Rive-de-Gier, avec le lac de Couzon… Devant, au SW, le lac du Dorlay, etc.). Le chemin oblique vers le SE. Juste après le lieu-dit "Le Sud" (nouveau banc), on arrive à la bosse verdoyante du Crêt de Montieux, légèrement décalée vers la droite. Problème : ce petit sommet (764m, pas vu de borne) est entièrement clôturé... Vue au SE notamment sur le Crêt de Montivert (955m), et au NW vers les Monts du Lyonnais.Le chemin redescend ensuite toujours SE (m.j.b.). Lorsqu’il s’infléchit progressivement vers le NE, au carrefour 669, poursuivre à gauche, plein N donc, dir. Croix du Cerisier. A l’intersection suivante (Neufond, 661), prendre en épingle à droite (SE, marque X j.b.), c’est parti pour la redescente vers Sainte-Croix… Aux croisements suivants, s’engager respectivement à gauche (N) puis à droite (chemin herbeux, NE) : il faut garder cette direction, d’abord entre des haies, puis quand toute trace a disparu, en longeant un champ à gauche de la haie. On rejoint bientôt un chemin en bas (455m) : le prendre à droite (SE). Lorsqu’il traverse le ruisseau du Grand Valluy (435m), il faut ensuite remonter à gauche (E) jusqu’à une route, qu’on suit brièvement à gauche. On retombe alors sur l’itinéraire du départ : au bout du sentier qui part à droite dans le virage, on retourne à la ferme des Joannes (Croix du Sud), d’où il reste à redescendre à gauche jusqu’à Sainte-Croix.

Sainte-Croix-en-Jarez
720m R1 icone randonnee

Du parking prendre le GRP (attention balisage Blanc Marron propre au Parc du Pilat) et descendre jusqu'au hameau du Mantel. Continuer le sentier pour rejoindre une route et atteindre la Croix de Saint Sabin. Monter à la chapelle du même nom, redescendre pour prendre la direction Col de Grateaux puis col de l'Oeillon. Prendre alors les crêtes. Au chalet Bergason descendre à droite pour rejoindre la Jasserie. Là continuer sur le GR7 jusqu'à un embranchement à la cote 986, prendre alors à gauche le GRP qui dessert le pied du Saut du Gier. Monter alors au Saut du Gier, et par le GRP rejoindre la Jasserie, puis le Crêt de la Perdrix, et par le GR7 revenir au parking.

Le Bessat
21km 1075m R1 icone randonnee

La randonnée commence en partant vers le sud, en passant à gauche de trois hêtres immenses.L’itinéraire est particulièrement sinueux. Le sentier rejoint une piste forestière, la quitte, en rejoint une autre etc. Changements de direction, nombreuses bifurcations sont au menu. Il faut donc suivre le balisage en place blanc/jaune.On arrive ainsi au Chaux de Toureyre. Cette montagne était entièrement boisée et ne présentait aucun point de vue aux randonneurs, rien que des arbres.Fin décembre 1999, une grande tempête a décoiffé la montagne. Aujourd’hui, la forêt a été replantée avec un forte proportion de mélèzes. Mais il va s’écouler quelques années, avant que de la vallée, la montagne offre des couleurs rousses en automne. Et plus de temps encore avant que la vue ne soit bouchée de nouveau.Après le Chaux de Toureyre, le sentier redescend de 80 m, avant de remonter au Chaux d’Egallet où se trouvait autrefois un grand hôtel de luxe.Le sentier continue et par un dernier passage en cailloux dans un Chirat, on atteint le Crêt de l’Oeillon.

Doizieux
11Kmkm 625m R2 icone randonnee

De tous les circuits que je viens de faire dans ce secteur du Pilat Nord, c’est sans doute le plus beau et le plus varié (et le plus en altitude – on frôle les 1000m !!). Qu’ils soient en sous-bois ou (le plus souvent) en crête à découvert, les sentiers et les chemins sont tous très agréables et offrent des vues, parfois panoramiques, de toute beauté, que ce soit sur les Monts du Lyonnais voire les Monts d’Or, le Pilat Sud, la vallée du Rhône ou la chaîne des Alpes (par temps clair). Le circuit, qui démarre du splendide village et ancienne Chartreuse de Sainte-Croix (à visiter absolument si vous ne connaissez pas), peut se décomposer en quatre tronçons successifs.1 - MONTEE VERS LE SUD JUSQU'AU CRËT DE MONTIVERT : Du parking, revenir à la croix et prendre la route à droite, dir. Grange Rouet (S), en laissant à droite la route de Seyoux. Peu après, s’engager à droite sur le sentier rocheux montant, dir. Croix de Carèmentrant. C’est le début d’une belle montée continue et progressive de plus de 500m de dénivelé. Après avoir traversé un chemin puis une route, on poursuit dans la même direction (SW, marque X) jusqu’à la ferme des Joannes. Là, à la Croix du Sud, continuer en face (le long de grands hangars) jusqu’à la route (pt 532, croix) qu’on prend à gauche, plein S (direction qu’on va garder jusqu'au sommet). À la croix bleue, quitter la route et continuer en face. Après une intersection puis une très belle montée en crête entre des haies, on bute à nouveau sur une route (pt 683) : la suivre à gauche sur une bonne centaine de m., ignorer un vieux tunnel à droite, puis prendre en épingle à droite un large chemin qui va rejoindre la crête puis la suivre à gauche en sous-bois. Continuer toujours à monter au S en ignorant les départs de pistes à gauche et à droite. À l’intersection 893, laisser la piste principale qui oblique à droite et continuer en face. Au pt 935, le chemin vire brièvement à gauche (E) puis revient au S : on aperçoit le pylône du Crêt de Montivert : vues partielles vers le N (Lyon…) et l’E (les Alpes). Passer le pylône (à droite) et trouver le gros cairn sommital (à gauche). 2 - CRËTE VERS L'EST JUSQU'AU CRËT DE BARONNETTE : suivre vers la gauche (E) le sentier qui redescend en sous-bois. Une trace à droite (en aller-retour) permet une première belle vue vers le S et l’E (vallée du Rhône). Quand le sentier débouche sur un vaste terre-plein très dégagé, on bénéficie là d'une vue superbe sur cette même vallée du Rhône et le Pilat Sud (les 3 Dents, le Crêt de l’Oeillon) à droite. Ensuite, ne pas continuer sur la large piste à droite, mais sur le joli sentier qui descend en épingle à gauche (E) sous le terre-plein (m. m.b. + VTT). À l’intersection 833, panneau "Crêt de Quatregrains", suivre en face la dir. "Château de Bélize, 1 km". Le sentier remonte et aboutit en effet en pleine forêt à un panneau "Château de Bélise, 844m". Le mystère de ce vaste amoncellement de pierres granitiques et moussues, éparpillées sur une éminence, reste entier : vestiges d'un site (murs, bâtisse ?) médiéval (on a trouvé sur place des outils de cette époque) voire antique ? En tout cas, on retrouve vers la droite une très belle vue plongeante sur la vallée du Rhône… Continuer ensuite sur la trace balisée qui s’oriente vers la gauche (NE). Mais il faudra quitter peu après ce balisage, qui accompagne un sentier qui descend à gauche vers la Grange Rouet, et poursuivre en face (NE toujours, marque X m.b.) sur la sente qui suit la crête (arbres superbes !) et monte jusqu’au Crêt de Baronnette (890m). Ce sommet n’est pas indiqué, mais correspond au point haut du sentier (quelques beaux et gros rochers à gauche du sentier, et une petite trouée entre les arbres vers le N).3. BOUCLE VERS L'OUEST JUSQU'A LA GRANGE ROUET : Le sentier redescend ensuite doucement, toujours NE, dans un paysage de landes et de genêts, jusqu’à un chemin qu’on va prendre à gauche. Mais, hésitant, j’ai voulu explorer un peu la suite de la crête à droite (on pourrait d'ailleurs continuer sur ce chemin, qui finit par rejoindre plus à l'E la large piste forestière qui fait le tour du Crêt ; mais cela rallonge inutilement, me semble-t-il), et je suis tombé presque aussitôt sur le point de vue le plus magnifique du jour : la chaîne des Alpes tout au fond, la vallée du Rhône dans toute son immensité et le Pilat sud bien sûr). Un tout petit aller-retour à ne pas manquer ! De retour au croisement, continuer donc en face (N) en sous-bois. Quand ce chemin bute sur la large piste forestière (800m, panneau "La Grand Brache"), ne pas prendre le chemin balisé qui descend juste en face vers Pavezin, mais suivre la piste à gauche (W puis SW) jusqu’à ce qu’elle rejoigne la route du Col de Pavezin. Il reste à suivre brièvement cette route sur la gauche. Ignorer à gauche le départ d’un chemin qui monte vers le château de Bélize, et s’engager peu après, toujours à gauche (dir."Les Farges"), sur le chemin qui monte parallèlement à la route (W puis SW) vers la Croix de Montvieux (m.m.b et j.b.). Il va passer au-dessus d’une étonnante sculpture dans un tronc d’arbre, à droite en contrebas (j'ai cru en distinguer d'autres plus bas dans le bois). Un peu plus haut, on aperçoit à droite les maisons de la Grange Rouet : s’y rendre par un chemin descendant entre deux pâturages clôturés (bal. VTT) : auberge, ferme, panneau "Grange Rouet, 790m".4 - REDESCENTE VERS LE NORD JUSQU'A SAINTE-CROIX-EN-JAREZ PAR LE SENTIER BEATRICE DE ROUSSILLON. Descendre à droite jusqu’au poteau 774m, et là prendre la direction "Sainte-Croix-en-Jarez". On est sur le sentier Béatrice de Roussillon du PNR du Pilat, qui descend en ondulant vers le N jusqu’à Sainte-Croix. Comme il est parfaitement balisé de bout en bout, il n’y a plus qu’à ! Rien à rajouter donc, si ce n’est que ce très beau chemin, le plus souvent parfaitement à découvert, offre en permanence de superbes vues : sur la vallée du Gier, Lyon et les Monts d’Or, ainsi que les Monts Ministre et Monnet plus à droite (sans parler des vues arrière sur nos deux sommets du jour)… puis Sainte-Croix bien sûr - la Chartreuse vue d’en haut, dans son écrin de verdure, quelle merveille !

Sainte-Croix-en-Jarez
690m R1 icone randonnee

Parmi les quelques belles boucles réalisables à la journée entre le paisible "camp de base" de Doizieux et les principaux sommets de la crête du Pilat (Crêts de la Perdrix et de la Chèvre, de l’Oeillon et de Botte), celle-ci est peut-être la plus belle. Elle associe en effet la longue et superbe crête de la Chaux de Toureyre (à la montée) à la secrète et peu fréquentée vallée du Dorlay (à la descente).Sur la place centrale de Doizieux, s’engager derrière l’ancien restaurant dans la montée de la rue de la Chenée (NW), qui passe sous l’école communale. Tout en haut de la rue, aller à droite (m.b.j. et b.m.). Plus loin, traverser la route et poursuivre en face, puis rester sur ce chemin principal (E). Au croisement suivant (panneaux), prendre le chemin de droite (mêmes balisages, sentier du Parc n°1) dir. "Collet de Doizieux". À la route (750m, panneau), la suivre brièvement à gauche ("Collet de Doizieux à 2,2 km"), et après une minute env., la quitter (pt 761m) pour prendre en épingle à droite le bon chemin qui va mener en pente douce (E) jusqu’au Collet de Doizieux (946m).Au Collet (première vue plongeante sur la vallée du Rhône), repérer sur la route à droite (D 120 vers Doizieux), entre deux panneaux routiers, le chemin qui grimpe en sous-bois plein S – direction qu’il faudra suivre dorénavant jusqu’au Crêt de l’Oeillon ! C’est là qu’il faut monter. Au "Y" peu après, prendre la branche de  droite (marquée XX), puis, plus haut, celle de gauche (la voie devient plus étroite et raide, quelques marques oranges puis, plus haut, blanches). Il s’agit de l’ancien sentier d’avant la tempête de décembre 1999, et qui est bien plus pittoresque  et sauvage que le morne (la piste !) et  zigzaguant itinéraire balisé (m.b.m.) qui lui a été substitué par le PNR sur le versant E. Seul petit problème, ce superbe sentier qui grimpe droit dans la pente est parfois encombré de genêts et autres branchages (un bon sécateur serait utile…).Il traverse plus haut une large piste (il sera dès lors bien moins encombré), puis un chemin herbeux : la pente s’adoucit, continuer toujours en face. Puis, vers 1260m, on récupère un large chemin balisé (m.b.j.) qui vient de la gauche. Peu après, on sort du bois et notre chemin devient presque horizontal : le paysage s’ouvre alors progressivement de chaque côté (merci la tempête de 1999 !), c’est superbe. Puis surgissent en face les Crêts de l’Oeillon et de Botte : vous êtes alors au sommet de la Chaux de Toureyre (1292m).On redescend ensuite fortement jusqu’au creux dit de la Trève du Loup (1219m) (tout près un panneau à peine lisible indique "Croix de Louis 1214m") – ici à gauche débouche l’itinéraire balisé "officiel" du PNR issu du Collet (m.b.m.). Puis notre toboggan monte à nouveau, jusqu’à une sorte de vaste replat vers 1260m : c’est la Chaux d’Égallet (1266m), où s’élevait autrefois le luxueux Grand Hôtel des Monts du Pilat (construit fin 19e et entièrement détruit lors d’un incendie en 1931 (panneau un peu plus loin).  Puis l’itinéraire rentre en sous-bois et se redresse à nouveau. L’arrivée au Crêt de l’Oeillon (1364m), à travers un magnifique chirat, est le clou du spectacle : vue grandiose sur les Trois Dents tout proches, les sommets du Massif Central, l’immense ruban de la vallée du Rhône, les Alpes… ; table d’orientation très détaillée, monumentale croix en pierre, et bien sûr la fameuse "fusée" dressée du relais de télévision.Passer ensuite le relais par la droite, puis redescendre sur la trace vers la route, qu’on traverse. Passer derrière la balustrade en bois où une petite sente vous mène en bas jusqu’au parking. De là on peut :- soit monter directement au Crêt de Botte (1391m, massif bâtiment militaire) par le petit bout de route en lacets (interdit aux véhicules non militaires). Du Crêt (déco parapentistes à gauche), continuer sur la sente vers l’W jusqu’au Col de Botte proche (1342m)- soit prendre le chemin de terre qui remonte en face : il passe à droite sous le Crêt de Botte et mène directement au Col (de ce col on peut alors, si l’on veut, faire un aller-retour jusqu’au Crêt).Juste avant le Col de Botte, repérer à droite le départ du sentier n°4 du Parc marqué "La Jasserie" (N, puis W). Le suivre en descente douce, passer une stèle en mémoire d’un avion américain qui s’est écrasé là (un de plus !) en 1944, et au croisement suivant (1290m), prendre à droite en épingle le chemin caillouteux (non balisé) qui descend NE, puis N. Vers 1120m (j’ai mis un cairn à gauche pour ceux qui feraient la boucle dans l'autre sens), il bute sur une très large piste quasi horizontale (non marquée comme telle sur la carte IGN, ne plus s’y fier à partir de là) et non balisée. La suivre à droite (E puis N/NE). Il faudra la quitter après 8’ environ, pour s’engager sur le bon chemin qui s’en échappe en descente vers la gauche (NE, j’y ai également mis un cairn).Descendre ce chemin (ignorer les départs de voies à gauche et à droite) jusqu’à ce qu’il arrive au beau Chirat des Cassons (1065m, signalé sur IGN – à partir d’ici la carte est à nouveau fiable !), qui dévale de la pente à droite. À cet endroit il ne faut pas manquer de grimper sur le gros rocher à gauche : il offre au bout une superbe vue notamment sur la vallée du Dorlay et les Scies tout en bas, et plus à droite sur la Chaux de Toureyre, dont la forêt est rayée de nombreux chirats. Ce chemin vire ensuite au SE. Au croisement vers 1020m (absent de la carte IGN), continuer à descendre en face (SE). Et au croisement suivant (980m), prendre le chemin de gauche (N). À partir d’ici la descente se poursuit en compagnie du ruisseau du Dorlay, qui coule en contrebas à droite : on entend d’abord son murmure, puis on l’aperçoit et on s’en rapproche de plus en plus, jusqu’à devoir le traverser à gué. On le suit ensuite de très près (une partie de ses eaux envahit même parfois un peu notre voie dallée… qui peut alors devenir glissante !), rive droite, puis gauche, puis droite à nouveau, jusqu’au hameau de la Scie Granjean (760m).Après les toutes premières maisons, repérer, juste avant un transformateur sur la gauche, un chemin qui monte assez raide à droite (N) sous les arbres : il part à angle droit puis s’infléchit aussitôt à gauche (IGN le mentionne, mais la suite du chemin n’y figure pas). Plus ou moins dallé, il faut le remonter puis laisser une première puis une seconde piste d’exploitation (plantation d’arbustes) qui partent à gauche du chemin. Mais moins de 10m après cette seconde piste, vers 815m, repérer toujours à gauche le départ d’une vague trace horizontale : il faut quitter ici le grand chemin montant pour s’engager dans cette trace. Elle devient herbeuse, puis se poursuit (sente) le long d’une clôture, pour aboutir aux quelques maisons du lieu-dit le Maupas. Suivre le chemin désormais goudronné (en rouge sur IGN) ; il redescend et s’oriente au NW. Quand il débouche sur une petite route (panneau "Le Maupas" vers l’arrière), la traverser et poursuivre en face dans les arbres, sur le chemin qui descend au-dessus des maisons de la Balaterie (m.b.j. qu’il faut suivre désormais). On arrive plus bas sur une petite route qui mène  à Grosmont (suivre le panneau) ; juste avant ce hameau, prendre la branche de gauche puis le traverser entièrement. Vers 700m, à un gros mélèze, quitter la route et poursuivre la descente à gauche (N). Vers 630m, on accède à la route au-dessus de Doizieux : il reste à descendre à droite dans le village, et à rejoindre la place de la mairie et son parking.

Doizieux
16km 975m R1 icone randonnee

Du parking dans le virage, prendre la petite route qui part au sud-est en traversant le hameau. Après la dernière habitation, qui est sur la gauche, la route n’est plus revêtue.Prendre le chemin qui longe le ruisseau. On le traverse et on le retraverse. On laisse un chemin partir à gauche. Plus haut, on rencontre une bifurcation avec deux larges chemins. Prendre la branche de gauche. Le chemin, qui montait plein nord, va prendre une direction sud, pour arriver sur une large piste d’exploitation venant du Planil.Traverser la piste et prendre tout de suite, un chemin montant dans une forêt clairsemée. A partir d’ici, l’itinéraire devient complexe à décrire, tant les pistes et chemins se croisent.On rencontre une bifurcation, prendre à gauche. Plus loin, le chemin devient herbeux, on rencontre une autre bifurcation, prendre à droite. Puis une autre, prendre à gauche.On va encore rencontrer plusieurs croisements. Il faut passer sous le Crêt de l’Œillon, bien visible, pour atteindre le Collet de l’Œillon, entre le Crêt de Botte et le Crêt de l’Œillon.Atteindre le Crêt de l’Œillon par le sentier bien évident.De toute manière, si on se trompe, tous les chemins finissent par arriver sur la crête d'où il est facile de se repérer.Redescendre au Collet de l’Œillon et gravir le Crêt de Botte (1391m) par la route.Longer la clôture vers l’ouest et descendre au Col de Botte, à 1342m.Prendre le chemin qui descend au nord-est, panneau la Jasserie. On arrive dans un virage en épingle. Quitter le sentier, pour prendre au nord-est, une sente qui se dirige vers les ruines de la ferme de Botte.Dépasser les ruines et prendre une sente qui rejoint un chemin. On arrive sur la piste d’exploitation venant du Planil. Prendre cette piste à gauche, sur environ 1Km. La piste fait une courbe, dans un petit vallon occupé par un ruisseau. Quitter la piste, pour prendre, avant le ruisseau, un chemin qui descend en rive droite. On arrive sur un replat. Prendre le chemin de droite, qui descend pour traverser un ruisseau à gué. Continuer le chemin qui passe devant le séquoia géant et arrive au hameau des Scies.

Doizieux
9,5 Kmkm 691m R2 icone randonnee

Mini-rando familiale pour deux sommets de l’extrémité Nord du massif du Pilat, qui offre ici son visage le plus doux et le plus modeste (quant à l’altitude). Mais quels superbes belvédères au prix d’un tout petit effort !C’est à mon avis le "noyau minimal" à partir duquel on pourra rallonger sans difficulté ce circuit – par ex. en partant du Col de Pavezin, de Chuyer ou de Longes, et en y incluant le Mont Ministre ou encore le Crêt de Baronnette (sommets intéressants à gravir mais sans vue panoramique à leur point culminant)…MONTÉE : Du parking, suivre le bout de route puis chemin balisé montant vers le NE (panneau) : il mène sans encombre au Mont Monnet (beaux houx sous le sommet). Au sommet, belle table d’orientation, et un peu plus loin, chapelle (fermée) et vierge sur son piédestal. Par beau temps clair, vue fabuleuse sur la vallée du Rhône, toute la chaîne des Alpes, le Diois, le Ventoux…, le Haut Pilat (3 Dents et Crêt de l’Oeillon…), les Monts du Forez, etc.Poursuivre ensuite sur le chemin toujours bien balisé qui redescend en virant progressivement NW, W puis SW en direction du hameau de Rémillieux. Ignorer les départs de sentiers à droite et à gauche, notamment vers 690m celui qui file à droite (N) vers Chassenoud. Puis le chemin fait place à une petite route : peu après (premières maisons de Remillieux, panneau "Remillieux 641m" à gauche), quitter cette route et s’engager sur le chemin qui monte à droite en face du panneau.Il mène à travers champs et pâturages à la robuste Croix de Longes (715m, belles vues notamment sur Lyon au NE). De là, contourner le captage à gauche et suivre (W) l’agréable chemin herbeux qui monte (en suivant le tracé d’un gazoduc) jusqu’au sommet du Crêt de Longes (775m) : là encore, on bénéficie d’un superbe panorama, même si la vallée du Rhône est largement masquée par le Crêt de Chassenoud et la chaîne des Alpes un peu fragmentée (le Mont Blanc lui est toujours là !), mais les Monts du Lyonnais s’invitent en plus…DESCENTE : Revenir ensuite sur ses pas jusqu’à la Croix de Longes, puis à Rémillieux. Au panneau 641m, poursuivre brièvement à droite dans le hameau, et à la croix tourner à gauche, mais ne pas descendre à droite dans le village : continuer en face (S) sur le chemin de terre (chemin du Pontet).Suivre ensuite ce chemin qui descend vers le S/SE, jusqu’à ce qu’il bute (pt 621) sur une petite route. Il reste à prendre cette dernière à droite. Elle mène rapidement au Col de Grenouze, point de départ de cette courte rando.

Longes
5,8km 280m R1 icone randonnee

C'est là sans doute un des plus beaux itinéraires du Pilat : il permet de survoler en quelque sorte d'abord la vallée du Gier au-dessus de St-Chamond et l'ensemble des Monts du Lyonnais au Nord, puis de dominer la superbe haute vallée du même Gier à l'Ouest, avant de s'y plonger avec la boucle de la descente - sans parler des belles échappées vers l'Est - les Crêts du Pilat et au-delà - qu'offre l'accès au Col de la Croix du Planil...MONTÉE : Notez le départ du GR7 vers le S au croisement au-dessus du parking (croix, panneau d’info). Ne pas le prendre, mais revenir au parking et quelques mètres en-dessous, suivre à droite la rue JB Rivory en direction de la Ravacholière (E, panneau). Un peu plus loin, après les maisons, repérer et suivre une sente qui monte à droite (S, vieille croix en fer forgé) entre deux « murs » végétaux. Quand elle traverse la D36-2 (alt. 517), poursuivre en face dans la même direction. À la fourche 560, prendre le sentier toujours en montée à gauche (N>NE>S). On débouche ainsi au très beau belvédère de la Croix de Paraqueue (632m), avec sa croix, ses rochers (dont certains à cupules, en contrebas côté NE de la colline – ce serait là un des sites mégalithiques du Pilat…),  sa vue à 360° notamment sur St-Chamond, la vallée du Gier et la totalité des Monts du Lyonnais, les Crêts du Pilat, etc. Remarquer, tout proche au SSW, un petit sommet arrondi et innommé, qui culmine à 698m. Poursuivre ensuite en descente sur la bonne trace qui fait suite (toujours S), et qui va un peu plus bas longer une clôture en bordure d’une prairie. En bas, franchir cette clôture et continuer sur le chemin à droite. Au croisement tout proche (615m), on pourrait certes poursuivre plein S jusqu’à une petite route qu’on prendrait à droite (maisons de Trémolet) ; puis toujours S (chemin puis petite route) jusqu’au croisement (655m) où on poursuivrait tout droit jusqu’au GR7 tout proche. Mais il me semble bien plus intéressant de profiter de l’occasion pour aller gravir le petit sommet 698m qu’on a pu voir depuis la Croix de Paraqueue. Pour cela, il faut au croisement 615 faire quelques pas à droite puis obliquer à gauche sur le chemin montant qui part (SW puis W) rejoindre le pied du sommet 698 avant de le contourner (clôtures à franchir). Pour cela, il va falloir remonter, dès la sortie du bois, la pente à votre gauche. Longer alors à gauche le bord de la très vaste prairie qui mène au sommet. De là-haut, la vue est encore plus plongeante et plus belle (pas de pylône haute tension !) qu’à la Croix de Paraqueue, notamment sur cette dernière ! Pour la descente, revenir en arrière en se tenant bien à gauche de manière à apercevoir le bas du versant W où passe le GR7. Et dès que vous avez repéré une zône bien dégagée jusqu'en bas (à droite d'un épouvantable maquis qui a colonisé toute une partie de ce versant W), entamez la descente, hors trace évidemment. La pente est un peu raide, mais très facile : au bas d'une zone herbo-broussailleuse, on distingue un pâturage bien entretenu suivi plus bas encore d'une prairie bien verte : c'est au pied de cette prairie que passe le GR7, de gauche à droite (N-S). Dès que vous tombez (c’est inévitable !) sur le sentier du GR (après avoir franchi une clôture), le suivre à gauche… jusqu’à la Croix du Planil (il suffit de suivre le balisage). Au passage, très beaux points de vue bien dégagés vers l’W puis vers l’E.  À noter qu’on va monter jusqu’à un point haut (885m) à gauche du sommet du Châtelard, avant de redescendre jusqu’au vaste carrefour du col de la Croix du Planil (846m). Et là, s’il vous reste du temps, rien ne vous interdit de poursuivre encore sur le GR… et pourquoi pas jusqu’au Crêt de la Perdrix ( https://www.bivouak.net/topos/topo-4835-cret-de-la-perdrix-depuis-la-croix-du-planil-sport-2.html ) ?!DESCENTE : Deux possibilités :1. Par l’intégralité du GR7 : cette option n’est pas à négliger, car cette partie du GR7 entre St-Martin-en-Coailleux et la Croix du Planil, par les vues dégagées qu'elle offre tout du long sur plusieurs vallées et crêtes du Pilat, est vraiment très belle.2. Par la haute vallée du Gier : un peu plus long, cet itinéraire est à lui seul un petit régal, parfaitement complémentaire de celui de la montée. On y découvre en effet encore un autre visage du Pilat, celui, magnifique, de la haute vallée du Gier "vue d'en haut" en quelque sorte.Et ça commence fort, avec le « Chemin du bas Planil », première petite route à droite au débouché du GR 7 (plein W). Très vite, on bénéficie d’une incroyable vue plongeante  sur Luzernod tout au fond (sa vierge surélevée, son dôme-observatoire) et la Valla-en-Gier un peu plus à gauche ! Au virage en épingle à gauche (823m), quitter cette route et prendre le chemin de terre qui monte à droite. À la fourche peu après, suivre la branche descendante à gauche (NW), toute bordée de genêts : magnifique ! Elle vire W puis N : remarquer alors sur la gauche tout en bas la digue de l’ex-barrage du Piney, avec sa monumentale fresque d’Ella & Pitr (on la reverra plusieurs fois encore !).Quand on débouche au hameau de la Grenarie (696m), ne pas y entrer mais prendre la route à gauche. Après 40m env., s’engager sur le chemin à gauche. Superbe chemin en balcon (W>S) ! À la fourche 685, virer en épingle à droite (NW). Vers 650m on franchit une route, on continue (N) après une maison et on traverse le hameau de la Cours.À la dernière maison en bas à gauche (n°259), descendre en épingle à gauche et poursuivre la descente sur un petit sentier (SSW). Tout en bas on revoit la digue du Piney et on entend le clapotis du Gier en contrebas. On accède ainsi à la passerelle sur le Gier (560m).Ici, ne pas traverser cette passerelle, mais s’engager aussitôt sur le sentier rive droite du Gier (remarquer juste après, à votre droite, les ruines de deux profondes excavations qui peuvent servir d’abri…). Notre sentier va alors évoluer en véritable toboggan (nombreuses montées/descentes parfois raides) au-dessus de l’ancien lac du barrage, devenu aujourd’hui une véritable forêt, jusqu’à sa fameuse digue percée et maintenant ornée de la non moins fameuse fresque !Traverser ensuite la digue et remonter jusqu’à la D76. Suivre brièvement cette dernière à droite jusqu’au carrefour la Valla/St Chamond, où on poursuit à droite (D2, dir. St-Chamond) sur quelques centaines de mètres jusqu’à la digue du barrage de la Rive.Ne pas traverser cette digue, mais s’engager juste après le restaurant de la Cascade sur le sentier qui descend à gauche (527m, panneaux Sentier du Pouay et L’Hermitage par Pouay). À la route (panneaux), suivre à droite le Sentier du Parc (panneau Lardière par Pouay, 3km, m.b.m.), puis continuer désormais tout droit (en ignorant une montée en épingle à droite) sur ce sentier en balcon au-dessus du lac du barrage de Soulages. Vers 510m, suivre le Sentier du Parc à droite (N). Arrivé au hameau de Pouay (566m), on entame la toute dernière partie, un peu moins intéressante, de notre itinéraire. Poursuivre dans la même direction (N>NW, m.b.m. et m.b.j.), et à la fourche, s’engager sur la petite route de droite (NW>N). Après un grand virage à gauche, elle va passer au Devey 560m), puis au croisement de Lardière (540m). Là, quitter cette route et prendre celle de droite dite « Chemin de Lardière » (plein E). Quelques mètres plus loin (2 panneaux), on peut soit rejoindre à droite (S>E) le GR7, qu’on suit ensuite au N jusqu’à St-Martin-en-Coailleux, soit (plus direct)  suivre en face (>E) la direction « Saint-Martin-en-Coailleux par le Vernat ». Dans ce cas, après les maisons, un bon chemin (NE>E>N) mène comme indiqué à la ferme du Vernat, d’où une dernière petite route file au N et rejoint notre point de départ.

Saint-Chamond
18,6 km 715m R2 icone randonnee

Cette boucle paisible et variée sur le haut plateau du Pilat Sud, où alternent forêts de résineux, landes, champs et prairies, relie les deux villages caractéristiques de Saint-Genest-Malifaux et de Marlhes. Elle commence par le tour du très beau lac du Sapt (ou des Plats), un lac de barrage récent à l’histoire pour le moins mouvementée (v. le lien), et se poursuit par la montée au Crêt de Chaussitre, l’un des plus remarquables crêts du Pilat. S’ensuit une large boucle sur le plateau valonné au pied et à l’ouest de Chaussitre. Elle offre des points de vue variés sur ce sommet, mais aussi sur les monts du Velay, et permet au passage quelques aperçus sur la vie quotidienne, présente et passée (les Maristes au Rozet, la Béate à l’Allier...), des habitants des quelques fermes et hameaux épars dans ces vastes espaces.1.Tour du lac du Sapt :Du parking, revenir vers l’auberge, et au croisement suivant descendre à gauche au bord du lac, qu’on suit à droite (panneau "Retour par la queue du barrage"). On traverse la Semène (petit pont) en amont du lac, puis on monte à gauche en direction du Quéret (S, panneau, m.b.j.). Ensuite, le sentier vire au NW et suit la rive droite du lac, qu’on aperçoit en contrebas entre les arbres et dont on distingue bientôt la digue. Passer les maisons du Quéret, ignorer le chemin à droite. Peu avant la digue, bref aller/retour possible au bord de l’eau. Puis descendre à gauche jusqu’à la digue (X jaune), mais l’accès à la digue proprement dite est interdit. Poursuivre encore un peu vers le SW, et à la Boëla (panneau), refranchir la Semène sur un autre petit pont. (À noter que juste avant ce pont, on peut continuer à longer la Semène rive droite sur un chemin puis, au croisement, redescendre à gauche vers la Scie Neuve jusqu’au bord de la Semène, mais on bute alors en bas sur une propriété privée ; il y a bien là de vieux rails parallèles d’une ancienne passerelle sur le ruisseau, mais son franchissement, acrobatique, est dissuasif !)Donc à la Boëla, poursuivre en face, en montée, rive gauche du lac, dir. l’Allier par le Bois de la Trappe (E puis SE, suivre les marques b.m.). Après 800m env., je conseille de quitter ce chemin pour un sentier qui descend à gauche (X b.m.) et va longer le bord du lac au plus près, avant de remonter vers le chemin (je déconseille de continuer au bord du lac : terrain marécageux). Poursuivre ensuite le tour du lac et boucler la boucle en passant sous l’auberge du Sapt pour rejoindre la D 501, d’où on rejoint à droite l’auberge toute proche (on peut aussi y monter directement par le pré à droite de l’auberge).2. Crêt de Chaussitre :À l’auberge, traverser la départementale et prendre à droite du grand chalet en bois le chemin qui monte au SE (pas d’indication) vers le hameau du Sapt. Traverser le Sapt et prendre à gauche (lavoir) puis à droite (m.b.j., panneau "Valadon") la petite route montante (toujours SE, puis S). À l’orée du bois du Sapt, face à plusieurs chemins, poursuivre la montée en face (toujours S/SE) en direction de Valadon, en suivant de préférence l’itinéraire balisé b.j.À Valadon (1080m), suivre un bout de route à gauche puis, au terre-plein en face (panneau informatif sur Chaussitre), prendre le chemin de gauche, dir. la Pierre Saint-Martin (panneau, 1,2km). Vers 1115m, ignorer le départ d’un chemin à droite, mais repérer peu après, toujours à droite, le départ d’un sentier vers le SSW (panneau peu évident "Pierre Saint-Martin, Croix de Chaussitre"). Après un premier passe-clôture, on aboutit à la Pierre Saint-Martin (la plus imposante des grosses pierres disséminées dans la superbe lande qui recouvre ce crêt, et qui fait l’objet d’une légende extravagante). Après deux autre passe-clôtures, le sentier finit par accéder à proximité de l’immense croix en bois et de la table d’orientation du Crêt de Chaussitre. La vue vers l’W notamment est très belle, d’abord sur les nombreux villages et hameaux du plateau de Saint-Genest Malifaux (par lequel on reviendra), puis, derrière, du Gerbier de Jonc et du Mézenc jusqu’aux sommets du Meygal, puis jusqu’aux Monts du Forez et au Pilat. Pour une éventuelle vue partielle vers les Alpes à l’E, il faudra se déplacer derrière le grand pylône qui s’élève à côté du point sommital du Crêt.3. Retour à Saint-Genest-Malifaux par le Rozet, Marlhes et l'Allier : De la croix, prendre le chemin qui file, E puis S, jusqu’au grand pylône (sommet 1245m, peu marqué, en lisière du bois). S’engager dans la descente à droite du pylône (SW), et vers 1210m quitter ce chemin pour prendre le sentier à droite (portail, dir. Tendron, m.b.m.). Après un 3ème portail, tourner à gauche (S, dir. Bourgaud des Prés). On passe la vieille bâtisse de la Rochette, puis on traverse une route (on suit le Chemin de Pétaloup). Continuer toujours dans la même direction (SSW, m.b.m.), jusqu’au Carrefour de Pétaloup (panneau), où on oblique à droite, dir. le Rozet. Plus bas, prendre à gauche (on aperçoit Marlhes à droite), puis traverser la route et continuer sur le chemin en face (W, toujours m.b.m.). Au croisement suivant, on prend à droite et on arrive au hameau du Rozet (ou Rozey), haut lieu de la congrégation des frères maristes : voir au passage la maison natale de Marcellin Champagnat, fondateur de cette congrégation, et la chapelle moderne des maristes en granit de Chaussitre. Face à cette chapelle, s’engager dans la rue à gauche (S, m.b.j.) puis vers la droite dans la rue Saint François Régis. Il reste à poursuivre sur la petite route qui rejoint directement le village de Marlhes tout proche.À Marlhes, passer devant le gymnase et continuer jusqu’à la D 501 (croix, Stop) que l’on suit brièvement à droite (NE) jusqu’à la sortie du village. Peu après, prendre à gauche le "Chemin de Grangeage" (vue sur Chaussitre) qu’on quitte presque aussitôt (il oblique à gauche) pour le très agréable sentier qui poursuit dans la même direction (NE). On va le suivre, toujours à découvert, pendant 3 km, dans de belles prairies le long d’un petit vallon du haut plateau, jusqu’au hameau de l’Allier. Quand il passe à proximité (à gauche) de la ferme des Granges (943m, croix), on suit très brièvement la route d’accès vers la droite, avant de reprendre pied sur le sentier à gauche. De même un peu plus loin, à 951m, il rejoint une route dans un virage : la prendre en face puis la quitter au virage suivant, peu après, pour reprendre le sentier dans le prolongement (m.bj.). Après le franchissement du ruisselet du fond du vallon (un affluent de la Semène), on passe rive droite, le sentier monte vers un hameau bien visible.En arrivant au hameau de l’Allier, prendre la route à droite, passer les premières maisons puis s’engager dans la rue qui monte à gauche (panneau "Maison de la Béate"), puis à droite à la bifurcation. La très belle "maison de la Béate" avec sa clochette est tout de suite à gauche : parfaitement conservée, elle ne se visite qu’en été ou alors seulement les dimanches (dans nombre de hameaux du Velay et du Pilat, la Béate enseignait aux enfants dès le 17e siècle les bases de l’instruction et le catéchisme, et rythmait la vie des habitants).Puis on poursuit sur le chemin qui passe derrière la maison de la Béate et va rejoindre (NW puis W, m.b.m.) la lisière de la forêt (très belles vues sur Chaussitre, mais aussi sur les monts du Velay). Là, obliquer à droite le long de la lisière, puis quand ce chemin vire à droite, poursuivre en sous-bois dans la même direction (N, m.b.j.& b.m.). À une route (les Fournaches), la suivre d’abord brièvement en face (m.b.m.) puis prendre la branche de droite ("Chemin des Fournaches, NW, m.b.j.), et poursuivre dans cette direction. Le chemin re-rentre alors en forêt, et descend progressivement jusqu’à rejoindre le chemin du tour du lac, que l’on reprend alors à droite jusqu’au parking.n.b.1 : cette boucle peut aussi bien être réalisée à partir de Marlhes.n.b.2 : Dans sa version initiale, les amis qui l'ont mise au point et me l'ont fait découvrir avaient conçu des parties 1 et 3 sensiblement différentes (v. ma sortie du 27 mars 2019).

Saint-Genest-Malifaux
24,5km 510m R1 icone randonnee

Tous les Stéphanois connaissent ce site exceptionnel, sauvage et grandiose, qui se trouve aux portes de leur ville, dans l’étroite vallée du Furan. Deux barrages successifs y ont été aménagés au 19e siècle, afin d’alimenter en eau potable et industrielle l’agglomération stéphanoise : en 1866, celui du Gouffre d’Enfer dans la partie la plus rocheuse et encaissée des gorges du Furan (c'était alors la plus haute digue du monde !), puis en 1878, environ 2km en amont, celui du Pas du Riot en complément du premier devenu rapidement insuffisant. Le premier, vidé de son eau depuis 2003, sert aujourd'hui de modérateur des crues. Le second, réhabilité et consolidé en 2018-2019, alimente toujours en eau l'agglomération de St Etienne, avec celui, beaucoup plus grand, de Lavalette près d'Yssingeaux.En fonction du temps disponible, le tour de ces deux barrages sur le Furan pourra être complété à mi-parcours par la poursuite (en aller-retour) de la remontée de la vallée du Furan jusqu’au Pont Souvignet, escapade qu'on peut encore prolonger jusqu’au fameux "Sapin géant" un peu plus haut (cf. le "Circuit long" en annexe ci-dessous).Aller : Du parking (710m), partir à droite le long du Furan, en légère descente puis remontée (cascade sur la gauche). Laisser à droite les départs vers les deux vias ferratas du site. Après quelques escaliers, suivre l’étroit chemin dallé (rampe métallique) taillé dans la roche au-dessus du fond des gorges, qu’on va traverser sur une petite passerelle. On débouche ensuite sur une allée encaissée bordée d’arbres, qui mène au pied du barrage  du Gouffre d'Enfer (ambiance…). La remontée des 52m de la digue se fait par un spectaculaire escalier sinueux de près de 250 marches astucieusement disposées sur son flanc gauche. Au sommet de la digue (787m), on découvre l’impressionnant piton rocheux du Belvédère, qu’on peut "escalader" à partir d’ici avant (ou après) le tour des deux barrages. C'est bref mais raide (merci les marches), et la rampe métallique n'est pas superflue. Mais il y a plus sportif encore : c'est d'y accéder depuis le village de Planfoy (sur le versant opposé) par une tyrolienne de 200m de long ; installée en 2014 et bien visible depuis la digue, elle traverse les gorges du Furan. Du haut du Belvédère (831m), superbes vues sur ce qui reste du lac du Gouffre d'Enfer en contrebas, et de l'autre côté sur Roche Corbière (LE rocher d'escalade des Stéphanois, avec plein de voies équipées de 15 à 90m, du 3a au 8+) et sur le village de Rochetaillée au fond.Une fois redescendu du Belvédère, traverser la digue vers la droite et s’engager à gauche sur le chemin qui va longer le lac (ou plutôt le Furan, vu que ce barrage est désormais quasi vide) en rive gauche. D’abord en montée douce, ce chemin va s’éloigner un peu de l'ancien plan d’eau et se redresser jusqu’à la bifurcation (855m) avec le large sentier qui monte à Planfoy. Continuer alors à gauche sur la voie d’abord descendante. À la bifurcation suivante (880m, parking pour les voitures venant de Planfoy par la route à droite), poursuivre en face sur une route interdite à la circulation. Elle mène à la digue du barrage du Pas du Riot (864m).Ne pas traverser la digue et poursuivre en face sur le chemin rive gauche. On va alors longer le lac au plus près sur ce bon chemin horizontal. Au bout, franchir la passerelle sur le Furan au lieu-dit "Lerque de Biez" (panneau, 855m).Nous sommes ici à la moitié du tour des deux barrages : après en avoir longé la rive gauche, il reste à revenir rive droite jusqu’au point de départ de la rando.=> c'est donc ici, à mi-parcours de notre topo, qu'on peut continuer à remonter le vallon du Furan jusqu’au Pont Souvignet, et poursuivre  encore dans la même direction jusqu’au "Sapin Géant" (avant de revenir en aller/retour à la passerelle sur le Furan). Mais cela rallonge notre rando de deux bonnes heures et d'un peu plus de 7km. Voir ci-après notre "Circuit long". Retour : La passerelle sur le Furan franchie, notre circuit "normal" du tour des barrages se poursuit donc en obliquant à gauche sur le bon sentier qui va longer le barrage du Pas du Riot en rive droite. Parvenu à proximité de la digue, ce sentier fait un crochet vers la droite jusqu’au pont de la Barbarie (qui franchit le ruisseau éponyme, affluent du Furan) avant de revenir vers la digue. À ce point, le sentier en lacets qui permettait jusqu’en 2017 de descendre en rive droite du haut de la digue jusqu’à son pied n’existe plus.Pour poursuivre notre tour des barrages, on pourrait certes traverser la digue et s'engager juste après à droite sur le sentier en épingle qui descend vers l'aval en nombreux lacets (il va rejoindre un peu plus bas le pont de l'aqueduc évoqué ci-après). Mais depuis la fin des travaux en 2019 le plus simple est à présent de continuer rive droite sur le large chemin en face. Puis à la première bifurcation prendre à gauche en descente (lacets). On débouche ainsi tout en bas à un pont sur le Furan par lequel l'aqueduc dit "des Sources et des Fontaines" passe de la rive gauche à la rive droite (panneau au bout du pont - l'aqueduc de 17km de long reliait le Bessat à la ville de Saint-Etienne !).Puis, à partir de là, deux possiblités :- 1 : rester rive droite et suivre le beau sentier en balcon, quasi horizontal, qui évolue dans une superbe hêtraie. Il surplombe le Furan (et le sentier qui le longe en bas, parallèle au nôtre mais une trentaine de m. en-dessous), puis les méandres de l'ex-plan d’eau du Gouffre d’Enfer : belles vues plongeantes, particulièrement en automne et en hiver. Il redescend enfin vers la digue. Ne pas reprendre pied sur celle-ci (sauf si vous n’êtes pas monté au Belvédère à l’aller !) et prendre aussitôt à droite le large chemin qui redescend vers le parking ; laisser un point de vue à gauche, passer devant la maison du garde, suivre le bout de route goudronné bien pentu, puis laisser à droite le rocher de Roche Corbière (superbes et immenses séquoias au passage).-2 : franchir le pont (panneau explicatif au bout) puis s'engager à droite sur le sentier qui va d'abord suivre le Furan rive gauche, au fond du vallon. On arrive bientôt à un étonnant vestige appelé "La Ventellerie" (panneaux explicatifs) : ce pont à 10 arches avec 10 vannes surmontées de treuils a permis au 19e siècle de gérer l'eau du site et d'écréter les crues. Toujours acompagné désormais du canal de dérivation et d'une conduite forcée, on va repasser ensuite rive droite du Furan... qui ne se jette plus dans le lac, mais qu'on retrouvera à la digue et en-dessous (finies les superbes vues à gauche sur les eaux du lac toutes proches !). Laisser à droite un pont métallique. Puis, une fois qu'on a rejoint ainsi la digue et le belvédère du Gouffre d'Enfer, il reste à retrouver, comme indiqué ci-dessus, le parking de départ.Topo mis à jour le 4.5.2021----------------------------------------------------------------------------------------Annexe : Circuit long vers le Pont Souvignet et le Sapin géantPour ce supplément, compter donc 2h et 7 km de plus, et rajouter 155m de dénivelée, soit un total de 5h, 15km et 425m de D+.Comme dit, on peut éventuellement prolonger le plaisir du topo ci-dessus à mi-parcours. Pour ce faire il suffit, une fois la passerelle sur le Furan franchie au lieu-dit Lerque de Biez (854m), d’obliquer à droite et de remonter (sud-est) la vallée du Furan (rive droite au début), en direction du Pont Souvignet (panneau). Le chemin en pente douce est paisible, et change parfois de rive (à noter vers le milieu, sur la gauche du chemin (panneau) 2 vieux pins Douglas en référence à l'écrivain local Charles Exbrayat). Un peu plus de 3 km plus loin, on arrive au Pont Souvignet (955m) sur le Furan, que l’on quitte ici.Traverser alors la D37 et prendre à droite, puis à gauche le chemin qui se dirige vers le "Sapin géant" (panneau). Plus haut, à un carrefour de 3 pistes, prendre celle qui monte en face légèrement vers la droite (marques bleues), puis ensuite franchement à droite (pont ; marques blanc-marron du PNR). Poursuivre ensuite sur cette piste jusqu'à atteindre le Sapin géant, à droite du chemin en contrebas (1010m env., sente, panneaux) : né au début du règne de Louis XV, il fait plus de 43m et sa circonférence à 1,3m du sol est de 4,3 m. Pas mal, l’ancêtre…Reste à faire demi-tour et à redescendre par le chemin de la montée, jusqu’au Pont Souvignet d’abord, puis le long du Furan jusqu’à Lerque de Biez. De là, suivre l'itinéraire du retour indiqué dans le topo ci-dessus, rive droite de nos deux lacs.

Saint-Etienne
8km 270m R1 icone randonnee

Cette assez courte randonnée familiale permet de découvrir l’étonnant et mystérieux site mégalithique des Roches de Marlin, tout en sillonnant cette partie nord-est peu élevée et moins connue, et cependant très spécifique, du massif du Pilat (au-dessus de Rive-de-Gier, face aux Monts du Lyonnais). Retraverser la route et remonter la rue en face, le long des villas, jusqu’au panneau "Croix de Crème 3,4km – Roches de Marlin 5,4km". Suivre alors à gauche (sud) le chemin balisé du "Tour du Parc" (on passe sous la ligne HT). Beau panorama arrière sur les Monts du Lyonnais, vers Mornant etc. Arrivé au carrefour de chemins 585, tourner à droite, puis très peu après, à nouveau à droite (nord-ouest) : on est sur le chemin en montée douce vers les Tourrettes. Le remonter jusqu'à son point haut vers 600m (où il s'incurve vers la droite). Là, remonter à droite à angle droit (plein est), hors trace, un bois très clairsemé (suite à un gros incendie qui a ravagé tout le secteur en août 2015), jusqu'au sommet tout proche, peu marqué mais évident, des Tourrettes (621m, dalle à petites cupules au sol, borne juste à côté). Le site, assez fascinant, est fantomatique avec ses arbres morts dressés ou couchés, ses dalles, ses mousses, ses genêts..., et la vue s'y ouvre assez largement vers l'ouest et la vallée du Gier.Revenir ensuite au carrefour 585, et reprendre, à droite, le chemin du Tour du Parc. On arrive ainsi un peu plus loin au carrefour de la Croix de Crème (ex-"Chrême", 584m, la croix a disparu dans l'incendie de 2015, ne reste que le socle en pierre…). Quitter ici le chemin du Tour du Parc pour prendre à droite, puis aussitôt à gauche, celui qui va descendre sud-ouest, puis sud. Il traverse un ruisselet (souvent à sec) puis, lorsqu’il remonte (pt 564), on prend la branche de gauche et on continue (sud-ouest) jusqu’à un autre croisement (vers 560m). Là il faudra prendre le chemin montant en épingle à gauche (nord-est puis plein est), qui mène aux Roches de Marlin. Celles-ci se trouvent un peu plus loin dans la pente à gauche du chemin. Il reste à les explorer : elles sont disséminées dans les genêts et les pins, et sont parfois reliées par des sentes. Elles présentent parfois une ou plusieurs cupules, voire un petit bassin comme le massif rocher de "La Proue" (le plus à l’ouest). Repérer en particulier la fameuse "Pierre qui chante", la plus belle de toutes, et encore un peu plus à l’est, la pierre du "Dauphin" : toutes deux sont posées là en oblique, comme en équilibre, et présentent une forme allongée caractéristique, en amande (voir ci-dessous, mes photos, et pour rêver un peu à leur propos, les liens internet …).Pour le retour, poursuivre plein est sur le chemin (panneau "Marlin, Croix de Crème"). On peut s’écarter un peu, à droite du chemin, pour aller jusqu’au pied de la grande Croix de Marlin, qui domine tout le versant Sud (vers Sainte-Croix-en-Jarez, autre haut-lieu du Pilat avec sa monumentale ancienne Chartreuse). Du pied de la croix, revenir sur le chemin au nord (trace) et le suivre à droite (est) jusqu’à l’intersection 610, où on tourne à nouveau à droite (Tour du Parc), direction la Croix du Trève. On peut alors soit faire un petit crochet vers la droite pour traverser le hameau (surprenant...) de Marlin puis revenir à gauche sur le chemin de la Croix du Trève, soit continuer (sud-est) sur le chemin jusqu’à la Croix du Trève en laissant Marlin à droite. Au grand carrefour de la Croix du Trève (527m), traverser la route départementale et s’engager à gauche (avant la croix) sur le chemin qui s’engage en descente progressive au nord-nord-est et poursuit globalement vers le nord. Il rejoint les maisons de la Balasserie (445m), franchit le ruisseau éponyme, descend encore jusque vers 380m, puis remonte en direction de Dizimieux. Il franchit la départementale vers la Grand Croix au pt 423, puis oblique à gauche sur la route via les Sagnes jusqu’à Dizimieux, qu’on traverse (rue des Sagnes, puis rue du Village) jusqu’au parking après l'église.

Dizimieux
360m R1 icone randonnee

A Véranne, suivre la D 34 vers l’ouest. On voit très vite apparaître au fond la chapelle St Sabin au sommet de sa montagne. Sortir de Véranne et un peu plus loin, après le pont sur le Charamel, quitter la D 34 pour prendre à droite la direction de La Prat (poteau). Passer la ferme et continuer sur le chemin de terre. Entrer dans la forêt et toujours monter. Vers 740m, à La Selle, monter à droite (NW) en suivant le balisage VTT marron. Le sentier passe successivement aux maisons de Michodon, La Ligue, et débouche à l’auberge de St Sabin. Prendre alors la sente en face qui longe la rangée d’arbres et monte (panneaux explicatifs) à la jolie chapelle de St Sabin (1058 m). Là, très belle vue sur Pélussin, la vallée du Rhône et le Vercors tout au fond. Revenir sur ses pas et, au 1er poteau "Croix de St Sabin", prendre à gauche, puis à droite pour rejoindre la route qu’on traverse : le chemin se poursuit en face (Nord, panneau) et rentre en forêt. Garder alors cette direction et ce chemin - on laisse bientôt le balisage VTT à droite, il est relayé plus haut par le balisage blanc et marron du PNR du Pilat. On passe à la croix votive de J.M. Odouard ; au fond, bâtisse du Crêt de Botte à gauche et "fusée" du Crêt de l’Oeillon à droite. On débouche ainsi au Col du Gratteau (1205, panneau), et on rejoint la route goudronnée.Si on ne veut pas monter au Crêt de l’Oeillon, on peut prendre directement, depuis ce Col, la direction des 3 Dents (panneau : on descend une échelle métallique et on suit le sentier en bas).Pour monter au Crêt de l’Oeillon, rejoindre d’abord le Col de l’Oeillon par la route (c’est le plus simple et ce n’est pas long !). Au col on prend d’abord le début du sentier qui monte en face de l’Auberge dans le bois (direction "La Jasserie/ Collet de Doizieux") puis les traces plus à droite (NNW) qui coupent tous les lacets de la route du Crêt pour monter directement à ce dernier. La trace bute sur le chirat : le longer (trace) puis monter directement dans les blocs jusqu’à la croix et la table d’orientation du Crêt de l’Oeillon (1364 m). Vue superbe, en particulier sur les 3 Dents… et le Mont Blanc !On revient sur ses pas jusqu’au Col de l’Oeillon, où il faut prendre, de l’autre côté de la route de Pélussin, le sentier (descente raide) marqué "Roisy par les 3 dents" puis "Collet de Doizieux" (dir. E-SE). Au point 1180 (poteau), prendre à droite (SE, pas d’indication) la trace horizontale qui rentre dans la forêt et débouche sous les Dents. Laisser un premier et beau gros rocher à droite (mais si on a le temps, ne pas hésiter à monter dessus) et continuer vers les 3 Dents (en fait elles sont 4... mais la première, plus petite, ne compte pas ?!) toutes proches. Le sentier toujours balisé passe au pied des dents, mais il serait très dommage de ne pas y grimper ! Donc, pour profiter du court mais sympathique petit parcours de crête, monter aussitôt (trace) sur la 1ère dent, puis dans la foulée sur les 3 autres, en restant le plus possible sur le fil (montées et descentes, suivre la trace). De la 4e, ("Pic du Midi", rien que ça, 1213 m) on redescend ensuite sur le sentier balisé qui passe derrière la dent avant d’entamer la descente, toujours balisée.Le sentier traverse 2 chemins (suivre la direction "Chanterelle". Au point 1005 (carrefour de 5 voies), prendre la 3e voie en partant de la gauche (descente raide en lisière de forêt). Aux carrefours suivants prendre respectivement à droite, puis à gauche (chemin goudronné). La suite est sans problème : plein est en passant successivement aux fermes de Maisonneuve et Cubusson, puis au carrefour 810 (croix – puis ça remonte un peu dans la forêt en face) jusqu’aux Bessières, où on oblique au sud, comme indiqué sur le panneau, jusqu’à Véranne.

Véranne
16km 950m R2 icone randonnee

Du parking inférieur du Collet de Doizieux, prendre à droite de la route forestière de Neufond, un chemin qui descend au NE.Après 200m, prendre à droite. Environ 150m plus loin, le chemin effectue un virage à gauche.Au bout de 30m, une sente part sur la droite. On revient sur le chemin principal. Prendre à droite, remonter pour rejoindre la D 63.Traverser la RD et prendre le chemin en faceRemonter le chemin, qui rejoint la D 63 à la cote 1050. A la cote 1050, commence une route forestière rejoignant Pélussin. Prendre cette route, direction Chapelle de la Madeleine.On va passer au-dessus de la chapelle, puis on continue cette route jusqu’au pied du Rocher de Dentillon. Au pied du Rocher de Dentillon, prendre à droite, le sentier d'accès.Redescendre sur la route forestière et la remonter vers le S, en sens inverse de l’aller, sur 175m environ, jusqu’au carrefour de la cote 978.Prendre la piste de gauche, S. Elle va contourner le Pic des Trois Dents par le S. On rencontre plusieurs bifurcations. Toujours prendre la direction du Col du Gratteau, panneaux à chaque intersection.Au Col du Gratteau, longer la route vers le N, jusqu’au chemin qui passe devant l’auberge et arrive au Col de l’Œillon.Au col, traverser la route et laisser le large sentier qui monte au Collet de l’Œillon. Prendre plus à droite, au N, un étroit sentier, balisé blanc/jaune et qui monte directement au Crêt de l’Œillon. En sortant de la forêt, le sentier contourne la base du chirat sommital par le N, avant de le traverser.Descendre au N. Le sentier traverse le chirat sommital vers l’E, avant de reprendre une direction N. On va suivre la ligne de crête.On traverse le Chaux d'Egallet, avant de remonter au Chaux de Toureyre à 1292m.Pour la descente finale, on peut suivre le balisage blanc/jaune ou rester sur la crête, parcourue par une sente raide et étroite. Celle-ci, très directe, coupe une piste, puis reprend entre les genêts jusqu’au Collet de Doizieux.

Doizieux
14,5 Kmkm 740m R1 icone randonnee

Au parking de la Croix de Chaubouret, prendre le sentier du GR7 et le suivre jusqu'au Crêt de la Perdrix (1432m).Au Crêt, descendre à la Jasserie (toujours GR7).Au parking de la Jasserie, quitter le GR7 pour emprunter le sentier qui mène au Saut du Gier et à sa cascade (très bien indiqué).De là, suivre le balisage blanc et marron jusqu'à la cascade.Retour par le même itinéraire.------------------------------------------------------------------------------------------------------------Précisions de la modération suite au débalisage, début 2018, de l'itinéraire entre la Jasserie et le Saut du Gier :Descendre (raide) en contrebas de la Jasserie, à gauche quand on lui fait face (le panneau a été enlevé). Suivre ce bon sentier, bien visible d'en haut, qui va pénétrer en sous-bois, d'abord quasi horizontal, puis descendant, d'abord W, puis NW (garder ensuite cette dernière direction). La trace, parfois un peu moins évidente, n'en reste pas moins toujours visible (vu que cet itinéraire reste heureusement toujours bien fréquenté).Quand on croise une première piste, poursuivre la descente en face sur un chemin très  caillouteux ; mais après 80m env., il faudra quitter ce large chemin pour prendre à droite une petite sente d'abord horizontale puis descendante. Plus bas, on va croiser une seconde piste : là aussi, continuer en face (gros cairn) et suivre la trace entre les arbres.A une fourche vers 1040m, prendre la branche de droite. De plus en plus raide, ce passage d'une petite centaine de m de dénivelé dans les blocs demande de l'attention, surtout si le rocher n'est pas entièrement sec (c'est sans doute à cause de ce passage que cette partie de l'itinéraire a été débalisée).En bas, on arrive ainsi au niveau du Saut du Gier (au pied de la cascade, à droite).

Le Bessat
12km 695m R2 icone randonnee

Sur les pentes Sud du Pilat, sillonnant l’immense et splendide forêt de Taillard, ce circuit permet d’accéder à deux sommets, de visiter quelques sites remarquables et de bénéficier au passage d’exceptionnels panoramas sur la chaîne des Alpes…Du point 846, laisser la route à gauche et emprunter (SW) le chemin de terre (panneau Abri d’Aiguebelle, GR65, on est sur le chemin de Compostelle). Il entre bientôt en sous-bois, puis vire à gauche (915m), et rejoint le petit abri d’Aiguebelle (abri non fermé en bois, à gauche du chemin, 960m). A quelques mètres, une balustrade protège l’accès au sommet du rocher d’Aiguebelle (site d’escalade). Il est intéressant de se rendre au pied de cette falaise verticale, par une trace raide qui descend à droite de la balustrade (beau rocher équipé, avec un gros surplomb vers le haut).De retour à l’abri, prendre la piste de droite (toujours GR 65, panneau Le Tracol) ; voie de gauche à la bifurcation suivante. À l’intersection 1045, laisser le GR et le chemin de St Jacques à droite, et prendre la route à gauche (panneau Rocher de la Garde), mais la quitter après 60m env. pour s’engager sur le chemin à gauche (non balisé). Il monte raide plein S, puis s’adoucit, avant de déboucher au sommet du rocher de la Garde (à gauche, 1122m, panneau) : vue plongeante à l’E sur la forêt et un vallon encaissé, et au N sur St-Sauveur-en Rue et les crêts du Pilat.Poursuivre ensuite sur le chemin, on prend à droite à l’intersection juste après et on débouche aussitôt (lieu-dit Chavojou) sur un carrefour de 4 chemins : prendre le 2ème en partant de la droite, panneau "Tour du Parc, Foyer de ski de fond de Burdignes", et suivre alors le balisage blanc-marron du PNR (ignorer les bifurcations à droite ou à gauche). Le chemin se redresse, devient caillouteux. Vers 1320m, à une sorte de col, le suivre à gauche, il devient horizontal et herbeux. Quand on arrive au lieu-dit le Gros Besset (bifurcation), continuer en face (dir. Maison dans la Nature), mais quelques mètres après quitter ce chemin du Tour du Parc pour prendre celui, non balisé, qui part à gauche (N) dans une plantation de pins. Peu après, repérer et prendre à droite (en face d’un panneau "Domaine de Burdignes") une petite sente qui monte, rectiligne, dans les genêts : elle mène droit au sommet peu marqué mais assez bien dégagé Les Cimes (1360m). Il suffit de continuer un peu sur cette sente pour jouir pleinement, vers l’Est, de la vue spectaculaire sur les Alpes (du Mont Blanc jusqu’au-delà des Ecrins) au-dessus de la bosse du Suc des Trois Chiens qui se trouve juste en face. Au sommet, un peu à droite de la sente, un panneau informe actuellement (été 2017) sur une enquête publique concernant l’implantation d’un parc d’éoliennes sur ces deux sommets…Poursuivre ensuite sur cette sente, toujours rectiligne et toujours plein Est. Elle descend vers une plantation de mélèzes, traverse plusieurs pistes (on peut d'ailleurs prendre la 3ème à gauche puis monter à droite jusqu’au sommet du Suc) et remonte vers le Suc des Trois Chiens, dont on rejoint le sommet (1331m) après un virage à gauche (N) et un court bout de piste. Peu avant, belle vue arrière sur les Cimes, mais hélas cette fois les arbres bouchent la vue vers l’Est et les Alpes (patience…).Suivre ensuite la piste (panneau Burdignes – La Faye – Maison dans la Nature) qui redescend, NE puis SE. Quand vers 1280m elle sort de la forêt et longe une  vaste clairière avec une maison à gauche, on bénéficie soudain d’une nouvelle vue saisissante, du Mont Blanc jusqu’à la Meije ! Au carrefour 1265m, continuer brièvement sur la route en face, où on retrouve le balisage du Tour du Parc ; après une centaine de mètres, quitter cette route pour s’engager sur la piste à droite (S). Prendre à gauche aux deux bifurcations suivantes (SE, puis NE), puis à 1211m, en épingle à droite (S, chemin herbeux). Lorsque ce chemin se perd (3 grands sapins), obliquer franchement (angle droit) à droite (j’ai mis un cairn, mais…), plein W entre des arbustes, où on peut supposer une très vague trace ? Toujours est-il qu’on finit ainsi par déboucher sur un amas de gros rochers : c'est la Roche du Loup (1243m), d’où on bénéficie encore une fois d’une vue panoramique aussi incroyable qu’inattendue, de la Vanoise aux Écrins et au-delà, et jusqu’à la forêt de Taillard , avec Vanosc en contrebas… Que cet itinéraire qui mène jusqu’ici soit, visiblement, si totalement délaissé et à ce point dépourvu de toute indication parait incompréhensible !Il faut ensuite revenir sur ses pas jusqu’à la bifurcation 1211, où il suffit de continuer dans la même direction (N). On débouche ainsi (point 1195) sur une route, qu’on prend à gauche jusqu’à la "Maison dans la Nature" (foyer de ski de fond de Burdignes), où on tourne à droite avant de reprendre, encore à droite (NE), le chemin du Parc (marques blanc-marron) – carrefour d’où l’on bénéficie une dernière fois de la fameuse vue panoramique complète (Mont Blanc inclus) sur toute la chaîne alpine ! Au carrefour suivant (1178m, ruines du Diable juste après à droite), on s’engage enfin à gauche sur la large et longue piste du retour, qui va nous ramener, globalement W, vers notre point de départ. À deux reprises, il faudra être un peu vigilant : la première, à la fourche 1189 (prendre la piste de droite), la seconde, à la fourche 1100 (prendre également la piste de droite). Mais là, un peu plus de 100m après la bifurcation, quitter cette piste pour un sentier qui descend à droite, va passer à côté dudit "Sapin Géant" (tronc et hauteur impressionnants), puis continuer dans la même direction (NE, puis N). À l’intersection 984, continuer en face (N, puis NW, puis W) jusqu’au hameau de Montgilier. Là, il reste à s’engager sur la route d’accès en face, qui mène directement à l’intersection 846, point de départ de la rando du jour.

Saint-Sauveur-en-Rue
660m R1 icone randonnee

Pour commencer, merci à André et Thérèse pour ce très bel itinéraire, qu’ils ont élaboré et réalisé ensemble, et que je viens seulement de découvrir (après 50 ans passés à Saint-Etienne !). Il pénètre au cœur des profondes forêts du Pilat qui s’élèvent entre Saint-Etienne et Saint-Genest-Malifaux, en raflant au passage la célèbre vue plongeante sur notre ville depuis le Guizay, ainsi que les deux beaux lacs de barrage sertis dans ces forêts.MONTÉE : Du parking, on pourrait bien sûr se rendre aussitôt au barrage de l’Ondenon par le chemin qui y monte en épingle à droite, puis s’engager dans le sentier qui démarre à l’autre bout de la digue, à gauche (panneau "Le Guizay") ; mais, visiblement désaffectée, cette sente est tellement encombrée de genêts et de fougères qu’elle en devient assez vite quasi impraticable.Mieux vaut donc, du parking, remonter à gauche, l’ "impasse de l’Ondenon", puis poursuivre la montée à droite de la dernière maison (sentier herbeux après 2 gros blocs posés en travers). Cet agréable sentier en balcon (NW, un peu en-dessous du précédent et bien moins encombré) offre lui aussi de belles vues sur la Ricamarie et, tout au fond, les monts du Forez. Lorsqu’il arrive à une route (encore 2 gros blocs), il faut la prendre à droite sur 50m environ, puis la quitter pour celle qui monte à droite (E) en direction d’un pylône. Vers 800m, continuer sur le chemin de gauche (E>SE). Vers 850m, contourner les pylônes par la gauche (1ères vues sur Saint-Etienne), et poursuivre sur la route (SE toujours) jusqu’au fameux point stratégique du Guizay, où un immense Christ (et non pas une Vierge !) se dresse face à la ville derrière une table d’orientation (bancs, panneaux). D’ici, la vue mythique sur tout Saint-Etienne (avec au milieu sa grand-rue rectiligne de 6 km en enfilade) s’élargit des Monts du Forez (à gauche, W) jusqu’à Rochetaillée / Salvaris (à droite, E) en passant par les Monts du Lyonnais (Crêt Malherbe) etc.De retour sur la route juste derrière, continuer dans la même direction (SE), et au carrefour de la Croix du Guizay (870m), poursuivre sur le "Chemin des Crêtes" (panneau, m.b.m.).  Passer les maisons du Guizay, on atteint un point haut (910m), et au carrefour suivant (croix, 905m, panneau), prendre le "Chemin de la croix" qui descend à droite, puis à gauche le "Chemin des Sources" (X b.m., fin du balisage). À la dernière maison continuer en face sur le chemin de terre. À la bifurcation 917, changement d’orientation : prendre à droite (W) sur le versant d’en face, puis monter en sous-bois (SW). À 955m, la piste devient sentier et se dirige vers l’E (bordure de dalles à droite). À 980m, ce sentier rejoint un chemin montant qu’on prend à gauche (ici la carte IGN est très simplifiée !). À 1015m, on rejoint une large piste en très légère montée (Tour du Parc, m.b.m., lieu-dit "Farronde", panneau) qu’on suit à droite, plein S. À la bifurcation suivante, prendre à droite (m.b.m.) puis toujours tout droit (S). À 1060m, prendre la piste à droite, laisser la suivante à droite et arriver à la Croix de Pauzoux (croix en bois, 1058m).On évolue maintenant sur une sorte de vaste plateau boisé (+/- 1050m) qui constitue le point haut de notre rando du jour.  Poursuivre en face (SE) jusqu’au grand carrefour de routes (D501 et D33) de la Croix du Trève (1040m). Traverser et continuer en face, dir. Tourbière des Vernels (on contourne maintenant le Grand Crey). Suivre cette piste, qui va tourner à gauche (E). Puis, au sortir de la forêt (premier raccourci hors trace !), remonter au mieux à droite (S>SE), côté forêt (passages humides de type tourbière), le long de la clôture qui la sépare d’une prairie. Plus haut, on sort du bois et on débouche sur une vague trace herbeuse (marquée sur IGN) entre deux clôtures. Elle croise au point 1050 un bon chemin (ferme d’Épagne à gauche) qu’on prend à droite. Peu après prendre encore à droite (NW), et rester sur ce chemin horizontal jusqu’au croisement avec la D501 (1051m). La traverser à nouveau, faire quelques m. à droite et prendre en face bonne la piste à gauche (SW). Non balisée, elle file quasi horizontalement d’abord W puis S/SW, en sous-bois puis à découvert. Elle devient goudronnée sur la fin (ferme visible à droite, continuer plein S). À la bifurcation suivante, aller à droite (vers l’antenne-relais) : on arrive ainsi au vaste croisement de la Croix Verte (1055m (1061 sur IGN), panneaux, croix, bancs, piste de bicross), point le plus au Sud de notre rando. [À noter qu’ici on est tout proche de Saint-Genest-Malifaux, qu’on pourrait rejoindre le cas échéant par un petit chemin plein S].DESCENTE : Continuer à la droite du site de bicross, dir. "la Gamponnière" (NW, m.b.j.). À la bifurcation qui suit (1050m), continuer tout droit (toujours de niveau), laisser la piste qui monte à gauche. À la suivante encore, prendre à droite (laisser la dir. de la Gamponnière en face) et commencer la descente (m.b.j., NW, puis SW). Bien suivre ce balisage et garder la dir. SW, puis S. À la route (1006m, maison), continuer brièvement sur cette route en face et prendre à droite le chemin herbeux (m.b.j., VTT), plein W. Au carrefour suivant (949m), s’engager sur la piste à droite (NW, m.b.m. du PNR). Mais dès le croisement suivant (encore 949m), il faudra quitter ce chemin du PNR pour celui qui part à droite (plein N ; ignorer ensuite les départs à gauche ou à droite).  Au carrefour suivant (930m), ne pas continuer sur la route en face, mais quelques dizaines de m. sur la route transversale à droite, et prendre ensuite à gauche le chemin du Tour du Parc (N>NW, m.b.m.). Au lieu-dit "Fontbonne" (930m, panneaux), suivre la dir. "Barrage du Cotatay par le Briat" (m.b.m.) ; idem au carrefour de route suivant (888m).Au hameau Le Briat (855m), prendre la route de gauche (sens interdit) puis le chemin qui fait suite (N). Descendre ce chemin qui devient pierreux et, vers 775m, prendre à droite le chemin qui descend en forêt (lacets, m.b.m.). On arrive ainsi à la digue du lac de barrage du Cotatay (730m). Ici, le tour (bien tracé) de ce lac (qui alimente toujours en eau potable la commune du Chambon-Feugerolles) s'impose. On peut l’effectuer dans l’un ou l’autre sens (1h maxi). Si on commence par la rive gauche (quasi horizontale), franchir au bout la rivière du Cotatay, qui alimente le lac avec quelques autres ruisselets qu'on franchit en rive droite (plus accidentée, plusieurs montées/descentes à distance du lac).Une fois de retour à l’extrémité N de la digue (maison de garde), remonter la petite route d’accès. Au carrefour avec la D33 (810m), un 2ème raccourci hors trace va nous permettre de rejoindre rapidement le chemin de crête. Il suffit de traverser la départementale puis de remonter la prairie en face, droit dans la pente (N, en direction de la ligne H.T.). Sur la crête, on croise alors forcément le chemin du Tour du Parc (m.b.m.), qu’il suffit de suivre à droite jusqu’au hameau de la Chaumette.Repérer alors, dans ce hameau, le départ du chemin de descente à gauche (890m, panneau "Barrage de l’Ondenon", N puis NW). Le suivre et, à l’altitude de 790m, laisser le sentier qui descend à gauche vers la digue du barrage, et poursuivre la descente sur le chemin qui vire au SE. À 730m, on rejoint ainsi le ruisseau de l’Ondenon en amont du lac. Le jeu consiste alors à le suivre à gauche, sur un peu plus de 600m, jusqu’à ce qu’il débouche sur le lac du Barrage de l’Ondenon (qui alimentait en eau potable la commune de la Ricamarie jusqu’en 2002, et ne sert plus aujourd’hui qu'à réguler les crues). Cette descente sauvage le long du ruisseau est un enchantement : coincé au fond d'une espèce de jungle, vous devrez trouver votre chemin (la trace est ténue mais elle existe !), en changeant plusieurs fois de rive (dès le début il faut passer rive droite puis gauche...). Une fois parvenu au lac, il reste à le longer en rive gauche jusqu’à la digue, puis à poursuivre dans la même direction sur le chemin qui descend jusqu’au parking. 

La Ricamarie
25km 635m R2 icone randonnee

Cette sortie facile se déroule dans le cadre magnifique de deux lacs de barrage consécutifs dédiés à la production d’eau potable, et où tout est calme et volupté... Ce "classique" tour des deux lacs fait d'ailleurs écho à celui, encore plus connu des Stéphanois, des deux lacs du Gouffre d’Enfer et du Pas du Riot au sud de Rochetaillée. Il est ici agrémenté d’un final original autour d’un impressionnant troisième barrage, mais désaffecté, lui, où la nature a donc repris ses droits. Et le départ se fait à partir d’un étonnant point haut – le minuscule observatoire de Luzernod derrière une vierge sur son piédestal – ce qui offre de belles vues plongeantes sur les lacs et permet de réaliser un petit dénivelé positif tonifiant en fin de circuit…De la vierge, retrouver à droite le chemin qui passe derrière l’observatoire (et sous la ligne électrique) et va plonger tout droit, nord puis nord-ouest, vers les barrages (superbes vues tout du long sur celui de Soulages). Il traverse des pâturages, enclos en saison, rejoint une route au niveau d’une chapelle, continue en face à gauche du cimetière (mais là il est envahi de végétation), traverse la D2 et se poursuit en sous-bois à droite de la maison-poterie (nord-ouest). Il débouche enfin, après quelques escaliers, sur le barrage de la Rive (527m, à gauche du restaurant de la Cascade).On peut alors commencer par faire le tour du barrage de la Rive. Mis en service en 1870, il est alimenté par le Ban, un affluent du Gier. Si l’on choisit de commencer par sa rive gauche, il va falloir traverser vers la gauche la digue du barrage, prendre ensuite brièvement la D37 à gauche, puis presque aussitôt encore à gauche le chemin du tour du lac (panneau, balise). Ce très beau chemin va désormais surplomber en permanence le lac de quelques mètres. Quasi horizontal, il ménage toutefois, surtout rive gauche, de fréquentes possibilités d’aller-retour au bord de l’eau (le paradis des pêcheurs !). Au bout, le lac se rétrécit et laisse place au ruisseau du Ban qui l’alimente. On franchit ce dernier sur une passerelle (ou à gué si le débit le permet). Suit une seconde passerelle sur un affluent du Ban ; ne pas prendre les sentiers qui montent à droite avant et après cette passerelle, mais "tenir la gauche", rester sur le sentier le plus proche du lac (une règle générale qui vaudra pour le tour des deux lacs…). La balade, toujours aussi paisible et bucolique, se poursuit donc rive droite, sans histoire, jusqu’au retour à la digue de départ (petite montée/descente à la fin).On poursuit la virée du jour par le tour, légèrement plus long, du barrage de Soulages en aval du précédent. Mis en service en 1972, il est alimenté par le Gier, qui dévale depuis la Jasserie, à 1300m, où il prend sa source… Première étape donc : rejoindre le débouché du Gier. Pour cela, traverser la route et repérer à gauche du restaurant le départ d’un sentier (panneau "L’Hermitage") : il descend, rejoint une route, qu’on traverse. Si l’on veut commencer le tour par la rive droite du lac, ne pas prendre à gauche la direction "Barrage de Soulages 1,6km", qui fait le choix de la rive gauche, mais à droite le chemin de "Lardière". Il descend jusqu’au pont sur le Gier (485m), qu’on franchit, avant de remonter au-dessus du lac qui se forme. Ce dernier n’est pas toujours bien visible, car on est d’abord en sous-bois. Rester toujours à gauche, donc au plus près du lac (ne pas prendre les chemins à droite). A une intersection vers 515m, emprunter le sentier descendant à gauche du chemin malgré la croix jaune et blanche : il mène à une première "plage" (env. 485m) au bord du lac. De là, on peut soit remonter en arrière sur le chemin, soit (nettement plus sportif !) poursuivre sur une sente en bout de plage à droite qui va surmonter les falaises qui suivent : passages très pentus, franchissement d’un petit ressaut rocheux… Possibilité, lorsqu'elle redescend, d'une échappatoire en prenant une trace qui fait un coude vers la droite et s'en va rejoindre le chemin au-dessus. Sinon, continuer sur la sente descendante parfois très raide (on peut s'aider des troncs d'arbres...). Elle débouche un peu plus loin sur une autre longue et belle "plage". Puis on rejoint le chemin, qui passe juste derrière et va franchir un épisode rocheux, avec deux passages câblés pour rassurer les personnes peu familières de ce type de terrain (pour les autres, le câble est superflu !). La suite est plus calme, on évolue quelques mètres au-dessus de l’eau. On rejoint ainsi facilement la digue du barrage, curieusement et joliment festonnée, avant de la traverser. Le retour rive gauche est paisible, et contrairement aux montées-descentes de la rive opposée, quasi horizontale. Vers le milieu du parcours, prendre le sentier qui descend à gauche, et qui poursuit au plus près du lac. À proximité de la Rive, on butte sur un affluent surmonté d'une arche : ne pas y descendre (délicat !), mais prendre l’escalier qui remonte à droite sur la route : la boucle est bouclée (on retrouve le panneau "La Rive, 500m"). Il suffit de remonter à droite sur le chemin jusqu’à la digue du barrage de la Rive.Reste enfin à retourner – remonter ! – au parking de départ… Pour faire une belle boucle (petite marotte…), on va donc se payer un troisième barrage, mais désaffecté celui-là : celui du Piney, qui était lui aussi alimenté par le Gier, en amont du précédent (mis en service en 1956, il fut abandonné en 2000). Il faut d’abord s’engager pour cela sur un bout de la D2 qui monte à gauche (devant le restaurant de la Cascade) vers la Valla-en-Gier. Au carrefour suivant, laisser la D2 monter à droite vers la Valla et continuer en face sur la D76, direction la Croix du Planil (non indiquée). Prendre peu après un chemin herbeux qui descend à gauche (sens interdit) : il mène au pied (515m) du barrage du Piney qui barre tout le vallon (impressionnant). A partir de là, deux possibilités : la plus sportive consiste à remonter à droite (rive gauche donc) en pleine pente (herbo-caillouteuse, très raide mais sans danger) jusqu’au sommet de la digue (se tenir plutôt sur la droite). Sinon, faire demi-tour jusqu’à la route, qu’on reprend vers la gauche ; on y trouve presque aussitôt un second chemin qui descend lui aussi à gauche (pas de panneau), et qui mène, plus aisément, au sommet de la digue du barrage (565m)… La traverser (à droite, à la place du lac, une forêt touffue s’est développée !), puis s’engager au bout sur le bon sentier qui monte à droite. Le suivre longuement (est puis sud). Ici, pas ou peu de parcours horizontal, les montées et descentes se succèdent… Une fois parvenu au ruisseau d’alimentation (le Gier), le franchir sur un petit pont (565m) et continuer en face (nord, rive gauche). On aboutit à une route (poteau, 587m). La suivre à droite sur quelques mètres jusqu’au croisement, où il faut prendre le chemin herbeux qui monte en épingle tout à gauche. Un peu plus haut, ne pas prendre à gauche le sentier qui mène à des ruches, mais continuer à monter tout droit sur un sentier à l’abandon, peu visible dans les herbes. Il monte plein sud, puis en lacets (faut deviner...) vers l’ouest (dans la pente à droite ; clôture à franchir). Au débouché en bas d’une prairie, repérer au-dessus à droite la ferme des Cottes (672m). Le sommet de l’Observatoire qu’il faut rejoindre, non visible d’ici, est tout en haut au-dessus de la ferme. Pour s’y rendre, ne surtout pas monter droit dans la pente derrière la ferme (un épouvantable maquis de ronces occupe le terrain là-haut !). Le mieux est de contourner la ferme par la droite moyennant un arc de cercle. On atteint alors (barbelés...) la route d'accès à la ferme ; la prendre à gauche et, juste après la ferme, s'engager à droite sur le chemin qui monte en pente douce (nord). Dès que la pente à votre gauche est bien dégagée, la remonter hors trace pour rejoindre le bon chemin de crête qui relie le hameau du Piney à l’Observatoire et à la Vierge. Il suffit de le remonter à gauche jusqu’en haut, le parking est tout près...

La Valla-en-Gier
550m R2 icone randonnee

Prendre la route au Sud, jusqu'au Châtelard. suivre la piste de gauche jusqu'à une bifurcation, indiquant toutes les 2, la direction du Collet de Doizieux.Suivre la piste de droite, qui monte dans les plantations récentes. En haut du plateau, on arrive dans une grande clairière, entourée de grands arbres. prendre un chemin à gauche, à 180°. Presque plat, il file au Sud puis à l'Est.Il atteint le sommet du Bois de Neufond, peu individualisé, puis il arrive au Chirat Rochat, 1047m), qui lui, est largement ouvert au Sud et à l'Est. Le panorama est remarquable.Descendre le long du Chirat, sur la droite. Au bout de quelques mètres, une sente raide, descend en forêt, pour rejoindre un chemin plus large. Ce chemin arrive sur une piste. Suivre cette piste à droite, pour atteindre le Collet de Doizieux.Reprendre la piste en sens inverse, et la suivre jusqu'à la Croix de Montvieux.

Doizieux
9,5km 250m R1 icone randonnee

Suivre le chemin qui passe devant le parking de l'auberge. 450m plus loin, prendre à droite. Le chemin suit la crête jusqu'au Crêt de Montivert, passe aux ruines du Château de Bélize, vestiges d'une enceinte antique, et passe au Crêt de Baronnette 890m.En bout d'une jeune cédraie, prendre à gauche pour rejoindre une large piste d'exploitation qui va faire le tour de la montagne.On rejoint la route de Pélussin. la descendre sur 300m pour prendre à droite, un chemin qui remonte au Parking.

DOIZIEUX
11 Kmkm 460m R1 icone randonnee

PREMIERE PARTIEPrendre la piste qui part vers l'est. A la bifurcation de Beau Girard, suivre "St-Sabin par le Mantel". Plus loin, se présente une autre bifurcation. A gauche, la piste, balisage point orange, se dirige vers "le Mantel". Prendre à droite, balisage blanc/jaune, jusqu'à la Croix des Loges.Traverser la route, la suivre à gauche sur quelques mètres et prendre à droite, une piste qui passe devant une grosse étable. On fait un virage à 180° pour arriver à la ferme du "Prince du Vernay". Vente directe de produits.De la ferme, prendre le chemin très évident qui traverse une belle pâture et arrive vers " l'Auberge de Vernelon".Prendre le chemin qui s'engage au Sud-Est, jusqu'à sa jonction avec une petite route, à proximité du hameau de Mamey.Suivre cette petite route au Nord, jusqu'au hameau de Girodet. Traverser la départementale, la longer sur 50m, et pénétrer dans le hameau, par une ruelle avec à gauche, une murette de soutènement.Continuer, jusqu'à la maison isolée de Pré Bayard, que l'on évite, par un chemin qui débute en-dessous.Ce chemin, va traverser le Dorlay et remonter sur une petite route, au niveau de la ferme de la Couette.Suivre cette petite route à droite, jusqu'à un carrefour. Prendre la branche montante, jusqu'au parking de Saint-Sabin.Prendre en face,le chemin (balisage, panneaux) , à une intersection (1), tourner à droite te atteindre la Chapelle, sur son promontoire, face à la Vallée du Rhône et aux Alpes.SECONDE PARTIERevenir à l'intersection (1). Prendre à face, jusqu'à l'auberge, puis à gauche, jusqu'à la Croix de St-Sabin.Prendre à droite, le chemin qui remonte au Col du Gratteau. Ce chemin, se divise en 2 branches qui arrivent au col.Remonter la route, puis le raccourci qui passe devant l'auberge et atteindre le Col de l’Œillon. Traverser la route et prendre dans le bois, le sentier qui remonte au Collet de l'Œillon.Prendre au Sud-Ouest, la coursière du Pilat. Quand on arrive en vue du crêt de la Perdrix (1432m), quitter la coursière pour atteindre le point culminant du Pilat.Descendre au Sud-Ouest. On rencontre une bifurcation. Laisser le sentier le plus large, qui mène vers la route de la Jasserie, pour prendre à gauche le sentier balisé (blanc/rouge) du GR 7.On arrive vers un carrefour de 5 chemins. Prendre au Sud, celui qui longe une ligne téléphonique et atteint le point de départ.Plus sur le Pilat :http://www.altituderando.com/Mont-Pilat-ou-le-Pilat

Le Bessat
18 Kmkm 610m R1 icone randonnee

Dans le hameau de la Scie du Bost, un panneau indique le Saut du Gier. Le chemin, d’abord plat, devient très raide en forêt. Il coupe de nombreuses pistes d’exploitations forestières et le balisage blanc/marron, a un peu vieilli.On s’approche d’un Chirat , l’un des plus grands du Pilat.Les Chirats sont des coulées d’éboulis rocheux, qui peuvent parfois atteindre plus d’un kilomètre de longueur. Ils se sont formés lors de la dernière grande glaciation.Après quelques raides lacets en forêt, on revient près d’un autre Chirat et on atteint le Saut du Gier.Le Gier, qui prend sa source à la Jasserie, s’encaisse dans une gorge, atteint une zone de gneiss gris-rose clair qu’il franchit par une cascade de 120m en plusieurs ressauts. En hiver, avec son orientation nord-ouest, la cascade gèle en partie, rarement totalement. Le site est magnifique et d’une grande sauvagerie.Du pied de la cascade, on revient de 100m sur ses pas, pour suivre le panneau qui indique la direction de la Jasserie.Après avoir gagné 150m de dénivelée, le sentier devient plus humain. Dans ce versant nord-ouest, la montée en forêt, en cette saison, se fait toujours à l’ombre et la randonnée est une course vers la lumière.On sort de la forêt en arrivant à la Jasserie, baignée de lumière, ce qui la rend encore plus sympathique.Il suffit de traverser les prairies et de monter au Crêt de la Perdrix, doté d’une table d’orientation.Plusieurs variantes d’itinéraires sont possibles pour le retour. Le plus simple est de reprendre l'itinéraire de l'aller, ce qui permet d'admirer le Saut du Gier avec une lumière différente.===========================================================Attention : Début 2018, cet itinéraire a été débalisé par le PNR du Pilat entre le Saut du Gier et la Jasserie !   Lire à ce sujet les commentaires et les précisions ajoutées ci-dessous par Geoffroy Rémi ("Variantes de montée et de descente")

Saint-Chamond
8km 630m R2 icone randonnee

Du parking, remonter la route jusqu’au monument érigé en hommage aux victimes du Dakota qui s’est écrasé sur le Pilat le 01 novembre 1944.De suite après le monument, prendre le chemin à gauche. Il traverse les prairies et pénètre en forêt. Il descend jusqu’à 1277m, pour traverser l’un des ruisseaux qui forment le Dorlay. Chemin souvent humide.Le chemin, remonte ensuite lentement, passe devant la stèle marquant le lieu de l’accident du Dakota, puis sort de la forêt et arrive dans les prairies vers les ruines de la ferme de Botte.Avant les ruines, le chemin effectue un virage à droite, à 180° et atteint la grande coursière du Pilat au col de Botte.Prendre à gauche, nord-est, passer sous le crêt de Botte, jusqu’à trouver un chemin à droite.Prendre ce chemin, qui remonte pour rejoindre la route militaire qui dessert les installations.Remonter cette route et longer la clôture par la gauche.On arrive de nouveau au col de Botte. Prendre le sentier à gauche de la coursière, qui monte au pylône désaffecté du crêt du Rachat. Puis, continuer le chemin qui va atteindre une selle entre le crêt du Rachat et celui de l’Etançon.Rejoindre le Col de l’Etançon, soit par la coursière, soit par le sentier de crête qui passe au crêt éponyme.Au col de l’Etançon, prendre le sentier à gauche de la coursière et le suivre jusqu’au chalet Bourguisan, panneaux.Au chalet, prendre le sentier de crête jusqu’au crêt de la Chèvre.Revenir au chalet par le même sentier et prendre à gauche. On traverse un bois, puis on arrive dans les prairies. Remonter le sentier évident qui atteint le Crêt de la Perdrix..Du crêt de la Perdrix, revenir à la cote 1400. Prendre à gauche et traverser la grande coursière. Le sentier descend rejoindre la routeTraverser cette route et, par un sentier qui descend dans les prairies, rejoindre l’auberge de la Jasserie, puis le parking.

Le Bessat
8,5km 300m R1 icone randonnee

Je me décide finalement à faire de cette "variante" d’accès au Crêt de la Perdrix depuis la Scie du Bost un topo à part entière. Il s’agit en effet d’une tout autre course à partir du Saut du Gier, largement hors trace et nettement plus exigeante. Plusieurs parcours sont envisageables. En voici deux, un troisième suivra peut-être (encore à explorer...).Montée : Pour le début de l’itinéraire, jusqu’au Saut du Gier, il suffit de suivre le "Chemin du Saut du Gier" balisé (m.b.m.) et fléché à partir du hameau de la Scie du Bost (810m). Parfois un peu caillouteux, il passe au bord d’un très grand chirat, effectue une série de lacets, puis s’approche de la belle cascade dite du Saut du Gier moyennant le franchissement d’une série de blocs sur le chemin : on aborde ici un second chirat, celui du Saut du Gier.Environ 80m avant cette cascade, repérer à droite le départ d’un raide sentier rocheux : c’est l’ancienne voie normale d’accès à la Jasserie depuis la Scie du Bost, toujours praticable mais qui a été débalisée en 2018 (niveau R2) : pas difficile, mais bien raide sur env. 80m, elle demande toutefois un peu d’attention, surtout à la descente si le terrain est humide – une glissade n’est pas exclue.Les variantes de montée proposées à partir d'ici demandent évidemment encore plus d’attention : la remontée intégrale et cette fois hors trace des blocs du chirat à partir du pied de la cascade n’est pas non plus très difficile, mais elle est plus longue, plus sportive et plus exigeante, et demande un minimum d’habitude de ce type de terrain :Remontée simple du chirat avec sortie à droite : Pour une première tentative, je conseille de remonter ce chirat puis de rejoindre le sentier de l’ex voie normale. On peut choisir son terrain préféré : très gros blocs à droite, de taille moyenne au milieu, caillouteux à gauche, voire blocs moussus et un peu d’herbe tout à gauche). Arrivé en haut au niveau des premiers arbres, obliquer franchement à droite et poursuivre brièvement dans la même direction (quelques buissons) jusqu’à buter sur le bon sentier de l’ex voie normale, que l’on suivra alors en montée à gauche jusqu’à la Jasserie.Remontée intégrale du chirat par la gauche et poursuite jusqu’à la Jasserie : on va remonter notre chirat par la gauche jusqu’aux arbres du haut, puis poursuivre au mieux dans la même direction. Vers 1120m, on trouve un sentier qu’on suit vers la gauche en descente. Quand il bute sur le Gier vers 1115m, on longe brièvement ce dernier (rive gauche) avant de le franchir en continuant de monter en rive droite (Nord). Vers 1150m, le sentier s’élargit : poursuivre sur ce chemin qui oblique vers la droite (Est). Vers 1180m il rejoint la piste du GR7, qu’on suit dans la même direction jusqu’au vaste terre-plein (1190m, panneau à gauche). Plutôt que de poursuivre la montée à gauche sur le GR7 jusqu’à la Jasserie, il est bien plus intéressant de continuer quelques dizaines de mètres sur le chemin balisé horizontal, jusqu’au virage où il franchit le Gier. Là, ne pas le franchir mais obliquer à gauche pour suivre une trace peu marquée qui monte rive droite le long du Gier. Vers 1205m on traverse une piste. Continuer à longer le Gier rive droite dans les herbes. À une clôture, ne pas la franchir, mais traverser le Gier et poursuivre la montée à droite (rive gauche donc) en longeant la clôture. On débouche ainsi directement sous la Jasserie, qu’on rejoint par les derniers mètres de l’ancienne voie normale (1300m). De là, on peut monter à droite jusqu’au Crêt de la Perdrix bien visible (1432m).Descente :  Face à la Jasserie, reprendre à gauche de la fontaine l’ancienne voie normale dont on a emprunté les derniers mètres à la montée. Quoique débalisée, elle est facile à suivre, la trace étant toujours bien marquée (en cas de doute quand parfois elle se subdivise, tenez la gauche comme disent les GPS).Vers 1185m, le sentier va déboucher sur une première piste (panneau) : continuer en face. Peu après, vers 1155m, quitter ce large chemin caillouteux pour le bon sentier qui s’en échappe à droite (cairn). Vers 1120m, on bute sur une seconde piste, qu’on traverse également (énorme cairn en face). Vers 1035m, on arrive à une fourche. Là, deux possibilités :- 1. La plus stimulante et la plus sportive: c’est la partie la plus raide de l’ancienne voie normale, qui demande un peu d’attention (R2, à éviter si le terrain est humide ou enneigé). Continuer sur le sentier en face (branche de droite), la trace plonge dans un amas de blocs du bord gauche du chirat du Saut du Gier, et rejoint en bas le bon chemin horizontal de la voie normale, encore balisée ici, qui relie la Scie du Bost au Saut du Gier. Il reste à le suivre à gauche (à droite on arrive au pied de la cascade) jusqu’à la Scie du Bost.- 2. La plus facile : non balisée, cette trace (parfois empruntée par des deux roues ?) est toutefois bordée par des cairns (que j'ai posés). Donc prendre la branche de gauche, et poursuivre dans cette direction (ignorer un vieux chemin en épingle à droite) jusqu’à ce quelle oblique à droite (cairns) et descende en pleine pente sur un doux tapis d’aiguilles de pin entre les arbres. Elle suit alors grosso modo une piste raide, encombrée et encaissée qui descend à sa gauche (on pourrait aussi la suivre mais elle est pénible) qu’elle rejoint brièvement avant d’en ressortir à droite. On rejoint ainsi très aisément le bas de la voie normale qu’on suit à droite jusqu’à la Scie du Bost.

Saint-Chamond
640m R3 icone randonnee

Du parking, suivre la route de St-Sauveur jusqu'au parc acrobranche, les Acrobois.Traverser le bas du parc et prendre le GR7 et le suivre jusqu'aux Chaumasses.Remonter la route au Sud, pendant 300m et prendre à gauche la piste indiquée Pierre des Trois Evêques.Suivre le balisage blanc/jaune. On arrive à un croisement. Faire l'aller/retour jusqu'à la pierre.Revenu au croisement, continuer le sentier jusqu'au Bossu. Prendre la petite route qui passe devant les Ecrinelles, centre équestre. Après les Ecrinelles, prendre à gauche un sentier qui aboutit sur la route de Gimel, au parking du sentier découverte de la Tourbière de Gimel. Le tour fait 800m et est agrémenté de nombreux panneaux d'information.Revenu au parking, prendre la piste qui monte au Sud. On passe entre une maison et un court de tennis, puis on rejoint le GR7. Prendre à gauche.On arrive à un carrefour. Prendre la branche de droite, montante. Croix de balisage sur la clôture, c'est cependant le chemin à prendre.On passe en lisière de forêt, au sommet de Panère, puis on descend sur une carrefour. On retrouve le GR7. Prendre à gauche et le suivre jusqu'au parking.Plus sur le Pilat : http://www.altituderando.com/Mont-Pilat-ou-le-Pilat

Planfoy
14km 260m R1 icone randonnee

Du parking, traverser la route et suivre la direction indiquée par la pancarte de droite. Nous reviendrons par le sentier de gauche.Après une montée forestière, on arrive sur le plateau du Mont Ministre.Possibilité de faire un détour par la Grotte des Fées. Pas de balisage. descendre jusque sous une table posée sur un rocher. Prendre à gauche, jusqu'à la grotte qui est un profond abri sous roche.Remonter sur le plateau et continuer le sentier vers l'Est. On arrive au cairn du Mont Ministre, 766m.Descendre au Nord-Est. On va rencontrer de nombreuses bifurcations. Toujours prendre au Nord, pour arriver au Col de Grenouze, 625MTraverser la route et suivre la pancarte qui indique : Mont Monnet.Vaste panorama, Table d'Orientation, Madone, Chapelle.Revenir au Col de Grenouze. Reprendre dans la forêt, le chemin qui a permis d'arriver au col.On parvient à une bifurcation. Prendre tout droit. Le chemin est balisé blanc/marron (sentier du Parc Naturel Régional du Pilat) et permet de revenir au départ, sans passer par le Mont Ministre.

Pavezin
8 Kmkm 350m R1 icone randonnee

Prendre la petite route en cul-de-sac, dans le virage, jusqu'à la dernière maison. Peu après, un chemin monte raide à droite. On rencontre deux bifurcations. A la première, prendre à gauche, à la seconde prendre à droite, pour passer au pied d'un séquoia haut de plusieurs dizaines de mètres.On va franchir un ruisseau, puis monter sur une crête et changer de vallon. Le chemin, ascendant, va presque rejoindre le lit de ce ruisseau en atteignant une piste forestière.Prendre à gauche et suivre la piste. On va rencontrer quatre chemins qui vont partir sur la droite. Prendre le quatrième. Ce chemin va devenir une simple sente et arriver vers la source (encore active) de l'ancienne ferme de Botte.Dépasser les ruines pour arriver sur le chemin venant de la Jasserie. Continuer à monter pour atteindre la coursière des crêtes au Col de Botte.Monter au Crêt de Botte par le sentier évident dans les pelouses et landes.Retour par le même itinéraire.Sur le Pilat en général : http://www.altituderando.com/Mont-Pilat-ou-le-Pilat

Doizieux
11 Kmkm 650m R2 icone randonnee

Partir sur la route, en direction de Saint-Sauveur-en-Rue. Quelques mètres plus loin, prendre en droite, le chemin en direction de Prélager.On arrive sur la route que l'on traverse pour prendre la direction du Crêt de Chaussitre.On traverse le hameau et on suit le sentier jusqu'à la Clairière. Prendre le sentier montant en forêt jusqu'au sommet, puis descendre légérement pour atteindre la Croix, très imposante.Partir au Nord, balisage jaune, en direction de la Pierre Saint-Martin.Continuer le sentier. A une bifurcation, prendre à droite en direction de la Clairière, où l'on retrouve l'itinéraire "aller".

Planfoy
11 Kmkm 260m R1 icone randonnee

Au col du Gratteau, prendre le sentier de droite, qui est parallèle à un chemin légèrement descendant. Le sentier passe près de la Croix de St-Laurent et arrive à la Croix de St-Sabin. Prendre la petite route au sud-est qui aatteint le parking de Saint-Sabin.Prendre au nord-est, sur 130m environ, un chemin avec quelques panneaux d’interprétation. On arrive vers une bifurcation. Tourner à droite, au sud-est, et prendre un chemin qui atteint la Chapelle de Saint-Sabin.De la chapelle, prendre le sentier de crête, au sud-ouest. On arrive au carrefour de la cote 1075 , où l’on rejoint une piste, panneau. Prendre au sud, la direction du Buet, balisage blanc/marron. Après 200 mètres, on quitte la piste, pour prendre à gauche, un chemin qui descend en forêt. (photo)On sort de la forêt, pour arriver à un carrefour dans les prairies. Panneau "Ici Buet 935m". Prendre à droite, le chemin qui va atteindre le hameau du Buet.Descendre au bas du hameau. On arrive à un carrefour avec un calvaire à droite et un bachat à gauche. Prendre la piste de gauche, plein est. On laisse partir une piste à gauche, puis au bout de 200 mètres, on quitte la piste qui tourne à gauche, pour prendre le chemin qui descend à travers la forêt en prenant une direction nord.On rejoint d’autres pistes, mais continuer au nord, jusqu’aux fermes de la Terrasse. Le chemin passe entre deux fermes, aucun panneau.Sous la seconde ferme, rénovée, une petite route part plein est et descend fortement. Prendre le chemin, qui part au nord et qui, lui, est presque horizontal.On passe au-dessus de la ferme isolée des Fayes, puis on arrive dans une zones de prairies au carrefour de la cote 787, panneau "Nordet 785m". Le panneau indique deux directions : la Camière et Saint-Sabin. Ne prendre ni l’une ni l’autre, mais le chemin qui se dirige plein nord vers la ferme de la Nordet.Après la ferme, on trouve une petite route qui mène au carrefour de la cote 774. C’est la jonction avec la route venant du village de Véranne. Prendre au nord-ouest, la route montante, qui passe sur le ruisseau du Fayon et atteint le hameau de Cubusson. On dépasse le hameau, pour arriver au carrefour de la cote 815.Prendre à gauche, une petite route qui passe sous la ferme de Maisonneuve. La route passe devant une autre ferme et devient un chemin. Dans une côte, le chemin est de nouveau asphalté . Un chemin pavé lui succède Balisage blanc/marron. On arrive dans une clairière où se rejoignent de nombreuses pistes et chemins. L’endroit doit aussi servir de plate-forme pour l’exploitation forestière. Le balisage a disparu. Il était sans doute sur un arbre coupé. Prendre à gauche, puis à droite, un chemin qui monte fortement et qui revient sur la droite, de façon à dominer la plateforme. On retrouve alors le balisage blanc/marron.On arrive à une bifurcation. A gauche, nord-ouest, un panneau indique "Col du Gratteau". Prendre à droite un chemin qui passe au-dessus de la ferme isolée, et à peine visible, des Trois Dents. On arrive sur une piste forestière, panneau "Ici 1050m". Prendre à droite sur 170 mètres. On arrive vers un autre panneau "Ici 1050m". Prendre la raide sente, qui quitte la piste et monte au nord-ouest, direction "Col de l’Œillon par les Trois Dents". La sente rejoint une autre piste forestière, que l’on traverse pour prendre une autre sente raide également, panneau "Ici Altitude 1100m". On arrive sous le Pic du Midi, la plus orientale des Dents.Par une sente, se diriger vers la droite , puis revenir à gauche pour escalader les rochers faciles de la petite face sud.La traversée rocheuse du Pic des Trois Dents, n’est pas obligatoire. Un sentier contourne les rocher en passant au pied du versant sud.Traverser les "quatre dents" du Pic des Trois Dents, jusqu’à une selle où l’on trouve un panneau "Col du Gratteau 1 Km - Sentier non balisé". Prendre à gauche, plein sud, ce sentier bien marqué jusqu’au parking.Plus sur le Pilat : http://www.altituderando.com/Mont-Pilat-ou-le-Pilat

Le Bessat
12,5 Kmkm 600m R3 icone randonnee

Un peu méconnu, le Chirat Rochat est pourtant l’un des plus remarquables sommets du Pilat. Situé en versant Est vers le nord du massif, dépassant légèrement les 1000m d’altitude, c’est l’un de ses plus magnifiques chirats : son ascension est très ludique et à son sommet le panorama, par temps clair, est époustouflant.Du centre de Doizieux, s’engager dans la rue qui monte en face de la fontaine (N, m.b.m.,X b.j.). À la première intersection prendre à gauche, traverser la route (m.b.j), continuer en face, puis à la bifurcation prendre à droite (m. b.j.). À l’intersection suivante poursuivre en face (au retour, on reviendra par le chemin de droite venant des Hermeaux). Peu après, au départ de 3 sentiers en face, s'engager sur celui du milieu, dir. Collet de Doizieu (m.b.m.). On arrive à une route, qu'on va prendre à gauche. Mais peu après (pt. 761), ne pas aller à droite en épingle sur le très fréquenté chemin J.J. Rousseau qui mène au Collet de Doizieu, mais sur celui qui part en face, légèrement vers la droite (N). Il faudra quitter ce chemin à la bifurcation suivante pour celui qui monte à droite, globalement vers l’E (innombrables marques blanches (?)). Sur cet agréable chemin de crête en sous-bois, garder toujours la même direction jusqu’au point haut (979m, carrefour de pistes). Au passage, peu avant un petit sommet intermédiaire très peu marqué (957m sur IGN), une plateforme à droite est en réalité le sommet d'un très gros rocher, la Roche Beurlant (panneau un peu en retrait) : belle vue vers la vallée et, en face, la crête de la Chaux de Toureyre.Au point 979, changement de direction, prendre la piste de gauche en descente, dir. Croix de Montvieux, et garder cette direction (NE,m.b.m., X b.j.). Vers 870m, on passe à droite d'une bâtisse très bien rénovée (superbe vue vers les Monts du Lyonnais et au-delà). Poursuivre alors la descente sur la petite route jusqu’aux maisons et chalets de Veylon qu’on laisse à gauche (encore une belle vue lointaine vers le NW). La descente continue ainsi (NE toujours) jusqu’au hameau du Châtelard. Là, au croisement (827m), il faudra obliquer en épingle à droite, dir. Collet de Doizieu (chemin montant, SE). À la bifurcation 853, deux pistes mènent au Collet de Doizieu, il faudra prendre celle de gauche, un peu plus longue.Commence alors le large tour du Chirat Rochat, d’abord vers le S/SE, puis vers l’W. Cette confortable piste en sous-bois est appelée "Sentier Odouard" sur IGN (m.b.m.). Elle est d’abord quasi horizontale puis en montée très douce. Elle ménage quelques superbes fenêtres côté E, par ex. sur le Crêt de Baronnette ou Pélussin, voire sur les Alpes par temps clair. A droite, des chirats descendent parfois jusqu’à la piste. Une fois que la piste aura viré franchement à droite (W), ignorer un chemin qui descend à gauche, admirer la belle vue sur la crête de la Chaux de Toureyre et l’Oeillon, puis remarquer à votre droite, vers 920m. env., un énorme chirat. Au tout début de celui-ci, un sentier grimpe à droite en épingle : c’est par là qu’il faut aller (X b.m., m.b.j.).Remonter alors ce sentier, toujours NE, en suivant bien le balisage b.j. (ignorer les sentiers à gauche). Quand il va buter sur le Chirat Rochat, remonter ce dernier dans les blocs en suivant (ou pas d’ailleurs : ça passe partout !) les m.b.j. et en tirant vers la gauche. On découvre bientôt tout en haut le gros cairn sommital (1047m), qu’on rejoint. De là, panorama fabuleux sur la vallée du Rhône, toute la chaîne des Alpes au fond (par beau temps clair), du Mont Blanc jusqu’aux Écrins et au Diois, et à droite sur les 3 Dents, l’Oeillon, etc.Passer ensuite derrière le cairn et prendre la sente qui fait suite (W, m.b.j.). À la bifurcation, prendre à gauche dir. Collet de Doizieu et poursuivre la descente sur le sentier, parfois raide et cahoteux.Au Collet de Doizieu (946m, dernière vue sur la vallée du Rhône et les Alpes), on peut bien sûr revenir à Doizieux par le très classique sentier J.J. Rousseau qui démarre à droite de l’auberge (m.b.m.) : c’est la voie la plus directe et la plus courte, mais à part ça son intérêt est limité… Il m’a donc paru plus intéressant et amusant, pour changer, de suivre une voie bien plus pittoresque qui fait un crochet vers le Sud en passant par divers hameaux ou fermes caractéristiques. Pour cela, s'engager sur le petit chemin qui, à gauche de l’auberge, longe d’abord la route vers Doizieux sur sa gauche (SW puis NW, pas de balisage). Le suivre ensuite en descente en prenant à chaque intersection la voie la plus à droite (ignorer tous les chemins à gauche). On rejoint ainsi la D120 (pt 880), mais c’est pour la quitter aussitôt en montant à gauche (SW) vers Luclas ; passer sur cette petite route entre deux maisons (très belle vue lointaine à droite) et poursuivre jusqu’à Luclas, impressionnant complexe de vieux bâtiments très bien restaurés. Ne pas y pénétrer sous l’arche mais emprunter, à droite des bâtisses, un chemin herbeux descendant (W>SW, m.b.j.) qui débouche à nouveau sur la D120 au hameau de la Bonnetanche.Dans ce hameau, repérer vers la gauche, de l’autre côté de la rue, un chemin qui descend à droite en épingle derrière une maison. Le prendre et poursuivre la descente dans la même direction, plein N (belle vue sur Doizieux à gauche en contrebas). On débouche ainsi vers les maisons des Hermeaux (m.b.j.), où on va tourner à gauche sur la route pour prendre un petit raccourci sympa par rapport au tracé en rouge sur IGN. Repérer alors à droite un chemin d'abord herbeux qui descend (N) au-dessus de (puis entre) deux murets. Il va obliquer vers la droite, puis franchir un ruisselet à gué (670m) avant de remonter en face vers la gauche. Vers 710m, il rejoint notre itinéraire de montée (panneau Les Hermeaux). Il ne reste plus qu’à suivre cet itinéraire en descente à gauche (m.b.m.) jusqu’à Doizieux.

Doizieux
14,5km 725m R2 icone randonnee

Cette belle boucle permet d’engranger d’un coup d’un seul plusieurs lieux emblématiques de ce haut-plateau du Pilat Sud (quatre, en y rajoutant la Pierre des Trois Évêques !). À choisir, mieux vaut la réaliser par un temps clair assurant une vision optimale des lointains, vu que deux d’entre eux (Panère et Chaussitre) offrent au visiteur ébahi de superbes panoramas (complémentaires : respectivement vers l'Est et vers l'Ouest) illustrés par de non moins superbes tables d’orientation…Du parking de Valadon, s’engager en sous-bois dans le sentier herbeux (puis chemin) de gauche, dir. "Pierre St-Martin/Prélager" (m.b.j. au premier croisement). Après 1 km (1100m), continuer en face dir. "Prélager" (on reviendra par la voie de droite). Le chemin oblique vers la droite (SE), puis dépasse deux chemins venant de droite. Suivre la dir. "Aire de pique-nique de Prélager" (+m.b.m. du PNR). On continue à découvert, en face (E) jusqu’à Prélager (coquettes maisons de pierre) qu’on traverse. Laisser une route à droite, continuer en face (NE, croix), puis ignorer le chemin à gauche et poursuivre jusqu’au carrefour avec la D28, qu’on traverse. Continuer sur le large chemin forestier (et équestre) en face (sous-bois, NE, ronds orange). Au croisement 1177 ("Bois Frison", croix), continuer sur le chemin équestre à droite (dir. "Les Chaumasses", SE). À l’intersection avec le GR7, poursuivre en face sur l’itinéraire équestre qui va s’orienter plein S (+ m.b.m.). Au carrefour suivant (1162), prendre le chemin immédiatement à gauche, dir. "Pierre des 3 Évêques/Tourbière de Gimel". Continuer SE, et suivre les panneaux. À une bifurcation en "V" sans panneau, prendre le chemin de droite, rectiligne (m.b.j.). Au bout (tout petit panneau), tourner tout à fait à gauche : la Pierre, remarquable témoin historique, est tout près, posée au sol à gauche du chemin.Revenir en arrière au petit panneau tout proche, et reprendre à droite le chemin d’arrivée. A la bifurcation 1169 (panneau), quitter ce chemin pour prendre à gauche la dir. "le Bossu/Gimel" sur 40m env., puis la quitter pour tourner à droite sur un très large chemin (SW), qui mène au grand carrefour de la Croix de Caille (1181m). Là, traverser la route et prendre le chemin en face, toujours SW. Peu après, on traverse un ruisselet : s’engager alors à gauche sur une petite sente qui grimpe en sous-bois, et finit par rejoindre une piste (1220m) : la prendre à gauche. On arrive peu après à la superbe et très bien aménagée tourbière de Gimel (1200m). Il ne faut pas hésiter à en faire le tour (boucle de 800m), par ex. dans le sens horaire : il suffit pour cela de suivre à gauche l’excellent chemin sur caillebotis, jalonné de panneaux explicatifs, et qui vous ramènera automatiquement au point de départ (vous serez forcément plus savant au retour…).De retour, prendre en face la dir. "Domaine de St-Régis…/Table d’orientation de Panère, 1km". Après un croisement avec le GR7 (1245m), la large piste en face (SW) mène sans difficulté jusqu’au sommet de Panère. Sommet modeste certes, mais remarquable : d’une part parce qu’il s’agit d’un site mégalithique (dit du "Gnaorou"), redécouvert en 2011 après débroussaillage, dégagement et réempilage de blocs rocheux parfois écroulés (par une association de bénévoles de la région) ; et d’autre part parce qu’il bénéficie par beau temps limpide d’une vue panoramique fabuleuse sur les Alpes, de la Tournette jusqu’au Glandasse ! Celle-ci a été matérialisée sur une immense table d’orientation en lave de Volvic, réalisée en 2016 par la même équipe par juxtaposition de photos panoramiques prises d’ici, un vrai petit chef-d’œuvre !Pour la descente, on peut soit faire demi-tour et redescendre jusqu’au croisement 1245 (si on est pressé…), soit continuer sur la piste vers le SW jusqu’à ce qu’elle bute, après un virage, sur le GR7, qu’on prend alors à gauche (N). Après un virage à angle droit vers la gauche, il rejoint le croisement 1245. On poursuit ensuite sur ce GR dir. "Croix de Caille". Laisser un premier chemin à gauche (avant un virage à droite), et au carrefour suivant (1228m), quitter ce chemin pour prendre à gauche (W) une vague trace dans l’herbe (rester sur la voie la plus à gauche), qui va se transformer en un capricieux chemin en forte descente (toujours W, avec un gros crochet vers la droite au milieu). À 1105m, on croise une piste qu’on prend à droite et qui débouche à la maison de la Scie de Gimel, puis sur la D28. La prendre à gauche, puis s’engager sur la deuxième route à droite (1075, dir. "Le Champ/le Creux", puis panneau "Bourgaud"). Passer ce hameau, puis tourner à droite, dir. "Les Ollagnières". Là, aller jusqu’à la dernière bâtisse au N, puis monter à gauche (W) dans les herbes (vague trace) ; on suit un ruisselet, puis une clôture, puis un champ. Après une petite boucle vers le S, on rejoint ainsi à l’W la route qui monte au hameau du Creux, qu’on atteint à droite en quelques enjambées (pas de panneau). Traverser ce hameau jusqu’en haut, puis poursuivre sur le petit chemin (SW) qui prolonge la montée. Il va continuer à grimper à droite en lacets dans les pâturages, puis déboucher sur le vaste plateau du Crêt de Chaussitre.On passe d’abord derrière la solide bâtisse de la ferme de Chaussitre, bien visible, puis on rejoint une piste qu’on suit à droite jusqu’au grand pylône sommital (le vrai sommet, 1245m, est légèrement plus loin, en bordure de la forêt). De là, revenir un peu en arrière sur cette piste et prendre à droite en épingle (panneau "Croix de Chaussitre/Table d’orientation") le bon sentier qui descend en effet jusqu’à une immense croix en bois et à la table d’orientation de Chaussitre (1216m) : vaste panorama vers l’W sur les villages environnants et la bourgade de St-Genest-Malifaux, et tout au fond sur le Pilat, les Monts du Forez, le Mézenc, le Meygal, le Gerbier de Jonc, etc.Pour le retour au point de départ, rien de plus facile : de la Croix, une sente part au N, qui offre deux possibilités : un retour par un sentier à gauche (NW) qui descend rapidement et directement à Valadon (c’est son principal intérêt) ; ou par un autre à droite (NE, dir. "Pierre St-Martin", fortement conseillé) qui musarde dans les belles landes du plateau, puis en sous-bois, et passe à côté de plusieurs empilements de gros rochers caractéristiques. Chemin faisant, on peut donc s'échapper à droite vers les rochers de Pierre Pingaule, puis plus au N vers ceux de Pierre Carriole. Enfin, de retour sur le sentier, on passera au rocher mythique de la Pierre St-Martin (panneau), avant de poursuivre et de rejoindre au N le chemin de l’aller, qu’on empruntera à gauche jusqu’au parking de Valadon.

St-Genest-Malifaux
450m R1 icone randonnee

Légende

icone refuge Refuge
icone sommet Sommet
icone col Col

© 2021 bivouak.net, ainsi que tous ses membres, ne sauraient etre tenus responsables en cas d'incident. Sachez faire preuve de discernement et de prudence en toutes circonstances. Soyez responsables..

Identification

( ) bivouak.net