La Belle Traversée - Rochers de la Peyrouse
et du Ranc Traversier : dans le sens nord - sud

La Belle Traversée - Rochers de la Peyrouse
et du Ranc Traversier : dans le sens nord - sud

  • Altitude départ : 1020
  • Altitude sommet : 1900
  • Dénivelé : 1000
  • Distance : 5 km
  • Temps de montée : 5 h
  • Temps de descente : 2 h
  • Orientation : Est
  • Balisage : Aucun balisage, mais bonne trace de chamois (voire très bonne par endroits).
  • Itinéraire :
    • en boucle

Itinéraire

Cet itinéraire a ceci de particulier qu'il consiste en l'addition de 3 itinéraires, un peu à la manière d'un " tour de massif " qui additionne plusieurs étapes. La différence c'est que dans le cas d'espèce il s'agit non pas d'une cercle à faire mais d'une ligne droite à parcourir, sur la même falaise, et ce presque "sans toucher le sol".
Le point de départ est choisi à l'abri de la Peyrouse, abri qui en est aussi le point de retour : l'itinéraire permet donc ainsi de revenir facilement à la voiture.
Le parcours est donné dans le sens "nord – sud" comme pratiqué lors des successives premières fois. Il est certainement possible de le faire dans l'autre sens : c'est un peu au goût de chacun.


Depuis l'abri de la Peyrouse monter en diagonale sous le couloir Dérobé pour atteindre le pas Dérobé :
http://www.bivouak.net/topos/course.php?id_sortie=10922&id_sport=2
(il aussi possible de faire le tour par le pas Morta et les crêtes, ce qui est plus long).

De là, suivre l'itinéraire de la vire des rochers de la Peyrouse :
http://www.bivouak.net/topos/course.php?id_course=5135&id_sport=2
jusqu'à la fin de son descriptif.

Continuer alors horizontalement vers le sud en empruntant la bonne trace toujours visible et franchir un éperon rocheux aigu (100 m environ). Traverser le petit cirque herbeux qui fait suite, en remontant progressivement (100 m environ, versant raide au début). Retrouver une trace horizontale plus nette et la suivre jusqu'à une petite croupe à côté d'une pointe rocheuse ( 50 mètres environ). De là, soit franchir directement un passage rocheux qui fait suite (10 m en diagonale descendante), aérien mais en bon rocher, soit revenir légèrement en arrière pour passer l'obstacle en passant par dessous la pointe et en remontant ensuite. Après ce passage rocheux, monter droit vers le haut, dans un vague couloir (30 mètres environ). Rejoindre une épaule, sur la gauche, qui permet de retrouver le couloir de la Peyrouse, à hauteur de la vire suivante. Descendre au fond du couloir.
Nota : ce bout de parcours fournit plusieurs possibilités de passages : il faut trouver celle qui convient le mieux à son goût. Par exemple on peut, 50 mètres après le tout début, choisir une escalade en III de 10 mètres, qui amène de suite à la trace horizontale supérieure, trace que l'on peut alors suivre jusqu'à la petite croupe.


Emprunter maintenant l'itinéraire de la vire Haute du Ranc Traversier :
http://www.bivouak.net/topos/course.php?id_course=5124&id_sport=2
qui vous laisse au début de la vire de Serre Brion.

Emprunter enfin la vire de Serre Brion, puis le couloir qui suit, pour arriver au pas de Serre Brion.
http://www.bivouak.net/topos/course.php?id_course=1460&id_sport=2

On redescend à l'abri de la Peyrouse, par ce même chemin que l'on vient de prendre en final.

Précautions

Casque, piolet, baudrier et matériel d'assurance sont nécessaires.


Commentaires difficultés

Randonnée du vertige nécessitant l'usage de la corde pour certains passages, et demandant une grande habitude de se déplacer à côté du vide
0.0/5 (0 votes)

Topo créé le :

Monestier de Clermont - Saint Andéol - Bourg Menu


Situation




Sortie du 21-06-2014

La grande traverse

Bourgmenu, 5h du mat un frisson me parcourt. Frisson de froid et (ou) d’appréhension car je vais m’attaquer à un gros morceau de la rando vertige. L’objectif est une traversée sur les vires de la barrière est, du pas Morta au col 2012 juste au nord de Malaval. C’est vires je l’ai connais déjà mais je n’ai encore jamais enchainé le tout pourtant d’une belle logique.
Une fois partit les frissons laisse vite place à chaleur, c’est le premier jour de l’été, normal donc.
6h45 je quitte le sentier du pas morta et prend pied sur la vire qui m’emmène au couloir six et demi. (Cette vire set sans grand intérêt et je conseil plutôt une attaque par le couloir six et demi)
7h10 je commence la montée du couloir, je ne suis pas au meilleur de ma forme déjà que j’ai trouvé la première vire moins commode que dans mes souvenirs voilà maintenant que j’hésite sur certain pas, mais bon je suis déjà passé deux fois par là et finalement ça ne se passe pas si mal.
7h19 je prends pied sur la grande rampe de la 7ème tour. Là c’est plus cool et tellement beau que je reprends du poil de la bête.
7h25 je fais une pose au sommet de la rampe, un passage fabuleux m’attend.
7h30 tourne l’angle de la 7ème tour sur un trottoir perché à plus de 150M du sol. 2 minutes plus tard j’en termine avec cet extraordinaire passage et attaque les grands espaces où paissent quelque chamois, ils détalent tranquillement et me tiennent à l’œil.
7h40 au premier éperon la vue est magnifique sur la suite mais aussi sur le chemin parcouru.
7h45 je descends un petit couloir et rejoins le deuxième en peu de temps.
7h54 traversé du pas Etoupe direction le couloir dérobé.
7h59 je m’échappe du dérobé et entame la vire de la Peyrouse bien belle est sans souci. La forme est revenue, je me régale.
8h22 je suis dans la partie du parcourt la moins belle, du terrain à chamois un peu trop ouvert, du coup pas de belle trace et c’est un peu pénible
8h50 je suis en pose sur un promontoire qui domine le couloir de la Peyrouse, je suis en avance sur mes estimations et commence à songer à demander du rabe à ce festin alors que je termine juste l’entrée. Me prendrai bien un petit gorille moi. Gourmant !
9h00 Après avoir traversé le couloir et pris pied sur le plat de résistance, à savoir la vire haute du Ranc Traversier, je m’offre un petit bonus par un aller-retour à cette superbe arche qu’est l’œil du Gorille.
9h45 je reprends la vire haute est c’est passage anthologique.
10h15 sur cette vire un passage délicat car un peu péteux demande la plus grande prudence, est même si je l’ai déjà fait en solo ce coup-ci je ne le sens pas alors je sors la quincaillerie du sac pour m’assuré, c’est un peu contraignant et oblige à parcourir trois fois c’est trente mètres mais bon j’ai pas envie de m’en coller une.
10h38 je suis en vue de la vire du pas de Serre-Brion mais il reste une bricole ou deux pour l’atteindre.
11h03 après la formalité de cette vire je prends pied par un rappel sur la vire sud du Ranc Traversier, direction la rampe Pagran.
11h19 au pied de la rampe un névé pas gênant me fournit de l’eau fraiche bien venu.
11h30 pose casse –croute au sommet de la rampe.
12h20 un petit tour de montagne russe (non vertaco.) me sort au point 2012. Objectif atteint
12h31 à la borne 2090 je me dis « un petit dessert ? » Aller soyons fou on fera un régime une autre fois.
« Garçon ! Une vire aux ancolies » Là je pars dans l’inconnu juste avec le souvenir des devinettes Biwouakiène. Merci Glag Et SebL
12h58 le dessert est gobé est vu que c’est la fête, au lieu de rejoindre le plateau je pars sur son prolongement vert le nord dans l’inconnu (j’adore) l’ambiance change la vire plonge et s’éloigne de la crête, au-dessus maintenant ça surplombe. C’est étroit bien tracé et ça file à perte de vu. Je fonce, au pire il faudra revenir.
13h15 au détour d’un angle je vois le panneau du pas de Serre-Brion de l’autre côté du couloir qui me fait face
13h20 j’ai pris pied sur le plateau par des gradins à l’extrême rive droit du couloir.
14h19 j’arrive au pas Etoupe et je descends par son couloir dérobé bien plus fréquentable.
15h30 Bougmenu j’ai les pieds qui fume et des images plein la tête. Des images plein l’APN aussi.

Tous les topos sont sur le site sauf la partie pas Morta couloir six et demi ni les vires emprunté au retour entre le point 2090 et le pas de Serre-Brion.

http://www.bivouak.net/topos/course-id_course-5164-id_sport-2.html


http://www.bivouak.net/topos/course-id_course-5116-id_sport-2.html

Photos de la sortie

Commentaires

anonynmous
24-06-2014 19:33:52

Raf, en + de s'y connaitre grave en botanique, il tutoie les vertiges !!! Raf, chapeau bas !!!

Rafaël Rodon
24-06-2014 19:05:56

En effet c’est assez improbable comme parcours, à première vue au moins. Mais quand on regarde de plus près ou plus attentivement, en variant les angles du vus, en prenant du recul, en examinant des photos avec de la neige, on repaire bien les belle traces des chamois et bouquetins, on voit ou devine bien les cheminements. Après bien sûr il reste des points flous ou des choix à faire. Finalement on va voir, et là on confirme les hypothèses, on affine, on est parfois voir souvent agréablement surpris dans les passages les plus improbables. Bref on ne peut jamais juré de rien sans être allé voir sur place, et même avec le nez dessus il y a des passages pas faciles à comprendre. C’est passages sont souvent à plusieurs options, ou plus large, du coup la trace est mauvaise, multiple, compliqué. Il nous faut alors plusieurs essais et parfois utiliser des techniques d’assurages pompé sur l’escalade, et bien sûr parfois renoncer. Il et bien évidant que pour cette sortie tout était connu et déjà parcouru, car c’est vite 3ou 4 fois plus long au premier passage. Tout non en fait seulement le sens nord sud, la vire aux ancolies je ne l’avais jamais parcouru, je n’y pensé même pas aux départ. C’est une fois sorti que j’ai repensé à cette vire qu’avaient présentée Glag et SebL. Quand j’ai vu qu’elle se prolongé vers le nord je n’ai pas pu résister et finalement c’est là dans l’inconnu que j’ai pris le plus grand plaisir.


ced
23-06-2014 22:52:11

Il n'y a pas à dire, c'est impressionnant, ne serait-ce que par la simple existence d'un parcours aussi long... Merci pour la balade en images et texte !


Luc
22-06-2014 23:29:55

Il a une belle plume ce François.... +1 ;-)


François LANNES
22-06-2014 22:55:54

. Bon, et bien voilà : Raf l'a fait ! Franchement, chapeau, Raf, pour cette belle et remarquable randonnée du vertige. Car il s'agit bien là d'une grande performance que tu viens de réussir – ce que peu de personnes peuvent percevoir – et surtout que peu de personnes sauraient reproduire, aussi facilement que tu y es arrivé. Bravo ! Les à peine 6 heures que tu as mises pour ce parcours - sur la vire seule - et sans compter ni l'accès ni le retour, inspirent un vrai respect. Je crois que tu atteints ici un sommet qui mérite bien des compliments. Cet enchaînement, qui cumule 3,5 km de longueur, quasiment tout le temps sur des vires, c'est à dire dans des passages exposés, voire très exposés pour deux d'entre eux, avec quelques pas d'escalade-simple intercalés à l'occasion, constitue l'une des plus fantastiques randonnées du vertige que nous connaissions dans le Vercors, le Dévoluy et probablement de la Chartreuse aussi. La longueur est déjà un premier paramètre qui la fait sortir du lot. Elle dépasse en cela la sortie (Fouda Blanc + Pinet). Elle est également plus longue que la vire du Pierroux, dans le Dévoluy. La difficulté est le deuxième critère qui rend cette randonnée du vertige tout à fait sérieuse. La corde est nécessaire, non seulement pour s'assurer dans des passages à l'horizontale, mais aussi pour faire un rappel de 25 mètres. Longueur plus difficulté demandent d'être en très grande forme physique, car il faut tenir le tempo qui permet d'en arriver au bout en toute sérénité. Le moral doit également être tout à fait rodé afin de maintenir, tout le temps, la concentration à un niveau très haut qui évite le trébuchement, et l'erreur d'équilibre. Mais, ce qui fait que cette randonnée-là est un souvenir encore plus grand que d'autres, ce sont les paysages qu'elle permet de voir, les contextes vraiment hors du commun dans lesquels elle vous plonge. Par endroit, c'est un balcon plat, calcaire, d'un mètre de large. Ailleurs c'est un tapis d'herbe large de 3 à 4 mètres, incliné à 45°, fendu par la trace rectiligne et horizontale des bêtes, le tout suspendu à cent mètres du sol. Plus loin encore, c'est la succession de plusieurs éperons qui vous font découvrir, l’un après l'autre, des cirques incroyables de beauté et de sauvagerie... Chaque section de ce parcours peut vous laisser de quoi rêver pour de nombreuses nuits. Le plus beau du plus beau, ce qui à lui seul mérite les efforts d'y aller, c'est le promontoire au sommet de la rampe Pagran... Là, sur une avancée de rochers aigus, sur une strate calcaire qui vous éloigne à 30 mètres des falaises principales, et vous place en plein Espace tout au sommet d'une haute falaise, là alors vous vous dites que cette randonnée du vertige est vraiment unique ! Raf, encore bravo ! Félicitations d’avoir osé, d’avoir réussi cette magnifique randonnée du vertige, avec toute l’élégance et la maîtrise qui sauront maintenant la mettre en valeur définitivement. .



  • Horaire : 10 h
  • Dénivelé : 1000 m

Autres sorties

Date Titre Auteur
11-08-2015

La Belle Traversée

32 bacalao
02-10-2012

Les différentes reconnaissances de cet été 2012, faites tout au lon...

1 François LANNES

Identification

( ) bivouak.net

Social Media