Col du Béal en boucle depuis Jeansagnière


Col du Béal en boucle depuis Jeansagnière

  • Altitude départ : 1090
  • Altitude sommet : 1434
  • Dénivelé : 700
  • Temps de montée : 2h30
  • Temps de descente : 2h30
  • Orientation : Nord
  • Balisage : aucun, sauf mes cairns pour l'accès au Fossat à partir de Jeansagnière
  • Itinéraire :
    • possible avec des enfants
    • en boucle

Itinéraire

La montée par le versant nord sur les Hautes Chaumes des Monts du Forez depuis le village de Jeansagnière, l’un des plus haut perchés du département de la Loire, est un itinéraire plutôt confidentiel, et la poursuite en traversée directe jusqu’au Col du Béal l’est encore davantage (pas de topo, pas de sentier). Mais il est fascinant de progresser en toute saison, entre ciel et terre, sur les espaces infinis de cet immense haut plateau souvent battu des vents - comme en témoignent les quelques rares arbustes tordus parfois jusqu’à l’horizontale.

De Jeansagnière (lieu-dit "La Chaize" sur IGN), on commence par descendre (sud) sous l’église, puis quand la route bute sur un bâtiment désaffecté (ancienne scierie), on tourne à droite et on la suit jusqu’au fond du vallon du Lignon, qu’on franchit (pont, 962m). Une dizaine de mètres après, quitter ce chemin pour monter à droite sur une piste d'abord peu évidente, herbeuse puis pierreuse, qui monte raide, vire à droite puis à gauche, franchit un chemin forestier horizontal (point 1080) puis continue à monter en face en sous-bois. À partir de là, garder toujours la même direction (sud-ouest). On passe ainsi un premier carrefour de sentiers (1100m), puis un second (1130m) où on quitte le chemin principal qui vire à gauche pour continuer juste en face sur un autre, plus étroit et plus raide (cairn sur une souche à gauche). Vers 1210m, ce chemin en rejoint un autre montant de la gauche et qu’on suit. On sort de la forêt vers 1280m, la trace devient horizontale, longe une clôture et passe à côté d’un jolie petite maison en pierre (lieu-dit "Le Fossat", 1283m). On débouche sur un large chemin horizontal (si on le suit à droite, belle traversée jusqu’au lieu-dit "Les Deux Boules") qu’on franchit pour monter en face, direction sud-ouest qu’on va garder pendant toute la traversée jusqu’au Col du Béal.

Désormais il n’y aura plus de sentier, mais on peut trouver ici ou là, au milieu des bruyères et des airelles, quelques traces du passage de troupeaux à l’estive. Passer la barrière métallique et monter sur la butte à travers les pins clairsemés. Arrivé en haut de la butte, on découvre un vaste panorama avec, de gauche à droite, Pierre-sur-Haute et ses champignons militaires, Peyre Mayou, le Col du Béal (dont on devine la bâtisse dans le creux), la bosse de Roche Courbe, etc. C’est cette dernière qu’il faudra viser, mais pas en ligne droite (sinon on descend dans le creux sur la route venant de Chalmazel) : il faut aller vers Roche Courbe par un léger arc de cercle vers la droite, qui permet de rester le plus possible de niveau à mi-pente, en évitant de plonger dans les petits vallons creusés par les ruisselets qui coulent de la large crête à droite vers le fond de la vallée à gauche. On traverse ainsi sans trop perdre d’altitude plusieurs de ces ruisselets (quelques zones marécageuses), puis, juste avant d’attaquer la montée sur Roche Courbe, la route du Brugeron. Au sommet de Roche Courbe (1433m, table d’orientation, vue panoramique superbe, notamment sur les Alpes et la chaîne des Puys), on descend à gauche (large trace) jusqu’au Col du Béal tout proche (1390m, gîte). Possibilité, selon le temps disponible, de continuer encore en faisant d'ici un aller-retour sur le Peyre Mayou en face (1542m), voire le Procher encore un peu plus loin (1544m) sur l'itinéraire (balisé) de Pierre-sur-Haute.

Pour le retour, on peut certes suivre le même itinéraire (nord-est), mais attention, il n’y aura plus cette fois-ci, de bosse en bosse, aucun véritable repère : si vous n’êtes pas familier du coin, seule la boussole (ou le GPS) (ou un miracle) peut vous permettre d’arriver pile poil à la maisonnette du Fossat (excellent exercice d’orientation !). Mais on peut aussi faire une belle boucle en revenant à Jeansagnière par la vallée du Lignon. Pour cela, on va remonter sur Roche Courbe, y repérer au nord le sommet arrondi du Puy Gros (le plus à gauche) qu’on va rejoindre. Redescendre alors de Roche Courbe par le versant opposé (plein nord), traverser la route puis poursuivre, à gauche du GR3, tout droit jusqu’au sommet du Puy Gros, point culminant du jour (poteau, 1434m). En redescendre ensuite nord-est, en tirant peu à peu vers la gauche et la lisière du bois : petite ruine, puis piste qu’on suit jusqu’au carrefour des "Deux Boules" (1325m, poteau). Là on oblique à droite (est puis nord) en suivant une autre piste bien tracée (ski de fond en hiver, marcher à droite au-dessus de la piste) qui se dirige vers les Loges de la Lite. Là, quitter la piste (qui file à gauche vers le Col de la Loge), passer la clôture et rejoindre hors trace la maison des Loges de la Lite, puis descendre à gauche dans le pré (nord), franchir la clôture en-dessous et suivre à droite le bon sentier qui passe là et vous mènera en descente régulière (grande clairière puis sous-bois humide…) jusqu’à un vaste carrefour horizontal traversé par le Lignon. Là 2 possibilités :

- 1. (le plus simple) : prendre le large chemin à droite qui longe le Lignon en rive droite, passe successivement derrière les 2 fermes du "Cheix" et finit par vous ramener au point 1080 (cf. ci-dessus ; ne pas le louper !), où on rejoint l’itinéraire de l’aller ; il ne reste plus qu’à redescendre à gauche et à poursuivre jusqu’au pont sur le Lignon et de là à remonter jusqu’en haut de Jeansagnière ;

- 2. (plus varié) : prendre à gauche le chemin tout aussi large qui traverse le Lignon, le suit en rive gauche cette fois-ci, mais de plus loin et de plus haut, puis passe derrière la 1ère maison de la Loge Neuve. Ici, laisser le chemin qui continue à gauche vers le Col de la Loge et continuer tout droit (vierge dans un oratoire), longer une seconde maison et continuer sur le chemin qui finit par descendre et rejoindre en fond de vallée une autre piste, qu’on prend à droite et qui vous mène au Moulin Pichoir (1028m, 2 bâtiments au bord du ruisseau) : 3 chemins possibles, le plus agréable est le plus à droite, il longe le ruisseau rive gauche et finit par rejoindre l’itinéraire de l’aller un peu au-dessus du pont sur le Lignon en bas de Jeansagnière, où l’on remonte à gauche pour finir.

Cet itinéraire est aussi très beau en hiver à raquettes.

Précautions

carte IGN (à laquelle il faudrait ajouter la TOP 25 2731 E pour la partie comprise entre Jeansagnière et le Fossat) et boussole recommandées.


Commentaires difficultés

aucune difficulté technique, mais orientation pouvant devenir très délicate sur le plateau par mauvaise visibilité, notamment entre le Fossat et Roche Courbe
0.0/5 (0 votes)

Topo créé le :

Accès par l'A72 et/ou la RN89 : Feurs, Boën puis après La Fabrique D6 jusqu'à Sail-sous-Couzan, puis Chalmazel, et de là monter à Jeansagnière via la croix Ladret. Se garer au mieux au bord de la route au-dessus de l'église.


Situation




Sortie du 25-02-2015

Col du Béal

Sur les Hautes Chaumes 1

Cette rando, je l'ai faite et refaite depuis plusieurs années, seul, en toutes saisons, dans les deux sens, et toujours avec une rare délectation, sans jamais me lasser. Et je n’ai jamais encore pu me résoudre à en faire le topo – comme si je voulais me la garder pour moi tout seul ! Mais cette fois-ci, alors que pour la seconde fois j’y mène un petit groupe, à raquettes au cœur de l’hiver, je me décide enfin à partager ce petit secret sur bivouak…

En fait, nous avions prévu de monter ensemble ce mercredi à la Tête Chevalière, mais le temps maussade annoncé dans le Vercors et les chutes de neige prévues la veille au soir m’ont finalement fait renoncer, et proposer in extremis cet objectif plus modeste et plus proche comme rando de remplacement, malgré le mauvais temps prévu ici aussi…

Mais ce mercredi il ne fait pas si mauvais que ça ! A une heure de St Etienne, nous démarrons de Jeansagnière vers les 10h, avec une bonne neige dès le pont sur le Lignon au bas du village. Les presque 400m de montée parfois assez raide sur le plateau, en forêt puis à découvert, nous réchauffent. Et l’arrivée sur les hauteurs avec la vue qui soudain se dégage vers les lointains, dans la lumière blanche et douce d’une belle journée d’hiver sous un ciel gris mais clair, nous enchante. Nous voilà partis, dans la neige épaisse vierge de toute trace (humaine...), vers Roche Courbe, là-bas tout au fond. Je ne peux m’empêcher de penser à cette même rando, début 2013, lorsqu’au même endroit nous nous étions retrouvés noyés dans un brouillard à couper au couteau ; il a fallu tout faire à la boussole, pas si évident que ça malgré l’apparente simplicité de l’itinéraire qui s’étale aujourd’hui sous nos yeux : creux et bosses se succèdent, comme à l’infini, sans aucun repère distinctif auquel s’accrocher (redoutable !). Certes nous avions bien fini par y arriver, au Col, mais non sans avoir légèrement dévié de la trajectoire prévue. Heureusement, aujourd’hui, rien de tel, et l’arrivée à la table d’orientation (pas de Mont Blanc ni de Sancy aujourd’hui, tant pis) puis au Col, un peu plus de 3h après notre départ, juste à l’heure du déjeuner, sera un vrai bonheur : le gîte du Col – on n’y croyait pas – est ouvert (il était fermé il y a 2 ans), et nous accueille dans sa grande salle bien chauffée (merci pour le hors sac, devenu rare ces derniers temps !).

Après le vin chaud, la soupe maison, ou le café, c’est selon, la boucle, on la fera aujourd’hui par Puy Gros, les Deux Boules, la Lite, puis (faut bien choisir) le chemin "du haut" par la Loge Neuve, le Moulin Pichoir et le chemin (encore bien enneigé) le long du petit affluent du Lignon qui nous ramène au bas de Jeansagnière. Pas de regret, puisque c’est là en bas que nous rencontrerons, in extremis, les seuls êtres vivants croisés au cours de notre rando d’aujourd’hui : 2 chevreuils bondissants au-dessus de nous, puis un 3ème vers le ruisseau… on a bien fait de passer par là ! Et c’est au café "chez Fleur", le seul, le dernier commerce du village, que nous terminons, comme il se doit, notre journée sportive "alternative".

Photos de la sortie

Commentaires

ced
06-03-2015 19:03:06

Ben en fait je ne connais qu'un tout petit peu, et depuis peu... Mais il me semble y avoir un beau potentiel effectivement ! :wink:

Geoffroy Rémi
06-03-2015 15:21:41

Merci ced. Je suppose que, vu que tu es (presque) voisin, tu connais un peu (ou très bien ?) ces vastes espaces si fascinants ?


ced
04-03-2015 21:41:48

Bonjour, Sympa comme tout ton CR, merci !



  • Horaire : 3h10
  • Dénivelé : 700 m
  • Participants : Dominique, Eliane, Odette, Sarah, Daniel, Jean-François

Autres sorties

Date Titre Auteur
10-03-2016

Re-blanc

7 Geoffroy Rémi

Identification

( ) bivouak.net

Social Media