Warning: Trying to access array offset on value of type null in /home/jkmvtrm/bivouak/www/lib/header.php on line 168

Warning: Undefined array key "session_club_id" in /home/jkmvtrm/bivouak/www/lib/header.php on line 170
La lumière au bout du tunnel ? (Cascade et vallée de Chorsin) par Geoffroy Rémi

Cascade et vallée de Chorsin en boucle par
les Jasseries de Garnier

Situation

La cascade de Chorsin
  • Altitude départ : 879
  • Altitude sommet : 1362
  • Dénivelé : 510
  • Distance : 13 km
  • Temps de montée : 2h50
  • Temps de descente : 1h40
  • Orientation : Nord
  • Balisage : Marques blanc-jaune sur une bonne partie de l'itinéraire.
  • Itinéraire :
    • possible avec des enfants
    • en boucle
  • Accès : De Chalmazel au Nord, D101>Sauvin, puis Pont de la Pierre ; au carrefour qui suit, D44 jusqu’au hameau du Crozet. De Montbrison au Sud, D69 > Châtelneuf > Courreau ; au grand carrefour peu après, D44 dir. Sauvain jusqu’au Crozet. Se garer en bas du hameau (places de parking à gauche de la route, avant son virage à droite vers le Pont de la Pierre et Sauvain).


Proposé le Geoffroy Rémi
-->

Itinéraire

C'est une belle rando "classique", balisée de bout en bout, dans un des sites emblématiques des Monts du Forez. Mais comme elle n’est pas trop longue, il est possible de faire durer le plaisir, en particulier sur les Hautes Chaumes aux horizons infinis…

Du parking, monter vers les premières maisons du hameau de Crozet, et prendre aussitôt le sentier qui part en épingle à gauche. Dès lors il suffit de bien suivre le balisage blanc-jaune.

On traverse une ferme (bien refermer le portail), puis on remonte un chemin en sous-bois, jusqu’à une piste confortable qu’on suit à droite.

Après avoir traversé le ruisseau de Pierre Brune (petit pont, 979m, source d’eau ferrugineuse Font Fort), on va d'abord s’en éloigner, avant de s’en rapprocher à nouveau (à la bifurcation 1045m, virer à gauche), puis de le suivre en surplomb rive gauche (SW).

Au panneau "Cascade" (vers 1135m), descendre à gauche au bord du ruisseau et admirer la belle cascade dite "de Chorsin" (il faudrait dire "de Pierre Brune" !), plus ou moins fournie selon la saison.

Remonter ensuite sur la piste et poursuivre à gauche dans la même direction (SW). Ignorer peu après un premier pont en bois à gauche sur le ruisseau qu’on continue à longer rive gauche.  À 1209m, bifurcation :

- un sentier part à droite – il peut permettre d’intéressantes variantes de découverte des Hautes Chaumes (Jasseries de Renat, Jasseries et Bois de l’Oule, Jasseries de Colleigne, voire Plateau de Pégrol ou même Pierre-sur-Haute) ; nous en préciserons quelques-unes ci-dessous en annexe à ce topo ; à essayer en fonction du temps disponible, car elles peuvent rallonger plus ou moins l’itinéraire du jour.

- mais notre itinéraire balisé se poursuit, lui, à gauche avec le franchissement du ruisseau sur un pont en bois. Remonter ensuite en lacets le versant rive droite de la vallée de Chorsin, jusqu’à ce que le chemin sorte du bois et débouche sur les immenses espaces dénudés des Hautes Chaumes.

Après notre point haut à 1362m (vue splendide, notamment sur le Pilat et jusqu'à toute la chaine des Alpes du Nord par temps clair), le chemin redescend et rejoint les célèbres Jasseries de Garnier (1342m, parking, restauration possible en belle saison). Continuer la descente sur la petite route d’accès, jusqu’au ruisseau de Chorsin, qu’on traverse (1260m). Juste après, au croisement, s’engager à gauche sur une large piste qui descend doucement en sous-bois vers le NE. Attention, après un peu plus d’un km, à la bifurcation 1185m, il faudra la quitter pour prendre sur sa gauche un chemin en nette descente, plein N. Ensuite, bien suivre le balisage : l’itinéraire change plusieurs fois de direction en passant par de petits hameaux (Palay), des fermes, une scierie…, et finit par aboutir sur la D44 au lieu-dit La Mure. Suivre alors brièvement cette route à gauche jusqu’au parking de départ.

Variante 1 par les Jasseries de Renat et la Goutte de l’Oule (plus longue) :

De la cascade, poursuivre comme indiqué dans le topo sur le chemin rive gauche du ruisseau de Pierre Brune, jusqu'à la bifurcation 1209. Là, ne pas prendre à gauche le pont sur le ruisseau, mais continuer à droite sur le chemin qui longe d’abord notre ruisseau vers l’W, avant de s’en éloigner progressivement et grimper en de nombreux et raides lacets vers le N. Vers 1315m, on sort du bois puis vers 1350m on débouche sur l’immense plateau des Hautes Chaumes. Là, à cette intersection, ne pas poursuivre à droite vers le N mais prendre le chemin en face (NW). Il passe peu après à droite des Jasseries de Renat.
Vers 1370m, nouvelle intersection : là, à nouveau, laisser le chemin à droite (N) et prendre à gauche celui qui part vers l’W ; aussitôt après, à la petite Vierge de Renat dressée sur son haut promontoire à gauche, laisser filer le chemin vers l’W (il se dirige vers les Jasseries de Colleigne et Pierre-sur-Haute), et s’engager dans celui qui part SW, puis S. Il va alors descendre en sous-bois et retrouver tout en bas le ruisseau de Pierre Brune, nettement plus en amont que tout à l’heure...
Le franchir alors à gué, au mieux, et suivre assez longuement (1,5km env.) la large piste à peu près de niveau qui se dirige vers le SE. À la cote 1366, très arrosée, franchir à gué deux ruisselets, notamment celui de la Goutte de l’Oule, et poursuivre à gauche, à angle droit, le chemin vers le NE (tourbière de l’Oule). En gardant cette direction on arrive immanquablement à la Jasserie de Garnier.
Poursuivre ensuite jusqu'au parking de départ comme indiqué sur le topo.
Soit en suivant cette variante un total de 17,5km et 580m de D+.

Variante 2 : au départ de la Jasserie de Garnier (plus brève) :

Accéder à la Jasserie de Garnier par le grand carrefour à proximité du village du Courreau (entre Montbrison et Chalmazel) entre la D44, la D20 et la D69. À ce carrefour, continuer brièvement sur la D44 vers le Sud et repérer aussitôt à droite le départ d’une petite route (panneau Jasserie de Garnier). La suivre jusqu’à son terminus à  ladite Jasserie (1342m).
Monter alors sur le plateau par la petite piste (W>SW). Peu après, à la fourche, prendre deux fois à droite : (W>NW) en direction de la forêt.qui tapisse toute la vallée de Chorsin. Descendre ainsi (lacets) jusqu’au fond de la vallée de Chorsin, où on franchit le ruisseau de Pierre Brune sur un pont en bois (1209m). Se diriger alors à droite sur la bonne piste qui surplombe et longe ce ruisseau, rive gauche. Env. 1,2km plus loin, vers 1135m, descendre à droite jusqu’au pied de la cascade de Chorsin (panneau).
À partir de là, suivre intégralement la variante 1 ci-dessus pour rejoindre la Jasserie de Garnier. La boucle est bouclée !
Soit pour cette variante un total de 10km et 315m de D+.


Précautions

A éviter les jours de brouillard ou d'orages (à cause du parcours sur les Hautes-Chaumes). En cas de doute, se contenter du parcours en aller/retour dans la vallée. Eventuellement, carte IGN 2732SB (Ambert, St-Georges-en-Couzan).



Difficultés

aucune

Hébergement(s) associé

Commentaires itinéraire

Sortie : La lumière au bout du tunnel ?

Depuis ma sortie du 18 septembre 2021 dans le Pilat , où j’avais été bloqué par une soudaine et vive douleur à une hanche, je n’ai cessé de m’interroger sur ma capacité à reprendre un jour mes randonnées en montagne. Mais lorsque j’ai constaté la concomitance de ce handicap avec plusieurs autres symptômes tout aussi nouveaux pour moi (forts vertiges, multiples affections cutanées…) survenus eux aussi près de 3 semaines après ma seconde dose de vaccin anticovid, cela a encore aggravé mon coup de blues.
Bref, je m’enfonçais de plus en plus profondément dans un tunnel…
Et puis, récemment, ces symptômes se sont peu à peu atténués. Y compris mes douleurs à la hanche, toutefois sans disparaître entièrement. Alors je me suis pris à espérer : un jour, peut-être, qui sait…

Ce superbe 31 décembre 2021, malgré mon appréhension je propose  à Sylviane, ainsi qu'à ma soeur et mon beau-frère venus d'Alsace passer le nouvel an à Jeansagnière, de tenter une petite rando du côté des Hautes Chaumes du Forez. Comme dans la vallée le Lignon est très largement sorti de son lit (conséquence probable de la fonte des neiges), la cascade de Chorsin me tente. Je me dis que vu les masses d’eau prévisibles, elle doit valoir le coup d’œil. Mais étant donné mon problème de hanche, je préfère partir de la Jasserie de Garnier : nettement plus court et moins de dénivelé, quitte si ça se passe bien à prévoir une boucle sur le plateau pour le retour.
Donc nous partons vers 11h du parking (vide) de la Jasserie de Garnier. Et aussitôt, de remettre le pied sur ces espaces illimités des Hautes Chaumes, sous ce ciel d’un bleu intense, nous remplit d’un plaisir lui aussi sans limite. Nous voici à nouveau envahis par cette mystérieuse sensation d’infinie liberté, celle de pouvoir aller partout sans la moindre entrave aux quatre coins de l’horizon...
Funky, l’adorable golden retriever, parait fou de joie lui aussi, il court de tous côtés, aboie de plaisir, bondit, se roule par terre…

Mais hélas il nous faut bientôt obliquer vers la vallée boisée à notre droite, au fond de laquelle coule le ruisseau de Pierre Brune. Premier changement de décor, le sentier s’enfonce dans le Bois de l’Oule. Et à peine arrivés au fond, nous voici bloqués par un petit torrent : le ruisseau de Pierre Brune ? De mémoire il se traverse sur un large pont en bois, non ? En fait il s’agit d’un affluent, la Goutte de l’Oule, que l’on franchit d’ordinaire sans même s’en apercevoir tant il est modeste. Aujourd’hui son franchissement à gué est loin d’être évident, il y a énormément d’eau et le courant est rapide et tumultueux. Avec Jean-Louis on réussit finalement à passer de l’autre côté (un peu acrobatique !) et à constituer un mini-pont précaire avec deux petits troncs. Tous les cinq (dont Funky !) une fois passés, on continue jusqu’au fameux pont en bois qui enjambe le ruisseau de Pierre Brune un peu plus loin. Que d’eau ! C’est magnifique, ce torrent bouillonnant qui fonce à toute allure dans le bois au fond de la vallée ! On a hâte de voir la cascade...
Vers midi et demi, nous y voici. Tout seuls, c’est rare, face aux trombes d’eau qui se jettent dans le vide à grand fracas. Sans doute la cascade a-t-elle doublé de volume par rapport à mon dernier passage, c’est impressionnant. On a bien fait de venir ici ! Au moment de remonter, un 4x4 arrive, une petite famille en sort, descend jeter un œil sur la cascade puis repart. Tiens, je croyais que l’accès était interdit aux véhicules à moteur ? Ahlala…
Quant à nous, moins pressés, ce n'est qu'une fois rassasiés du spectacle que nous remontons sur notre chemin d’accès. Nous le reprenons donc en sens inverse jusqu’au niveau du pont en bois de tout à l’heure. Et là on se pose la question : et maintenant, que faire ? Retourner directement à la Jasserie à gauche par le sentier de ce matin (un aller/retour complet donc), ou monter sur le plateau par le sentier de droite pour aller y faire une belle boucle, nettement plus longue mais assurément plus stimulante, sur les Hautes Chaumes ? J’hésite un moment, mais vu que ma hanche a bien tenu le coup jusque là, je cède à la tentation : va pour la boucle !

Elle sera encore parfois encore mouvementée mais toujours superbe. Car une fois de retour sur nos espaces infinis, la magie s’installe à nouveau. Nous y resterons pendant près de 3 heures, alternant contemplation de paysages sublimes et lutte contre les éléments… Très vite, la chaine éclatante de blancheur des Alpes du Nord, du Mont Blanc au Vercors, s’affichera distinctement à l’horizon. Puis, passées les Jasseries puis la gracieuse Vierge de Renat, dont la présence soudaine au milieu de nulle part est assez surprenante, il nous faudra parfois "ramer" dans de vastes névés où le pied s’enfonce soudain jusqu’au genou, ou sur des chemins tout ruisselants d’eaux de fonte.
Passé 13h, on s’octroie quand même une petite "pause banane" comme dirait Christian (on n’avait pas prévu de pique-nique !), assis sur des souches au bord du chemin. Puis on se remet en route, on est loin d'être arrivés ! Mais un peu plus loin, voilà que soudain un torrent nous barre à nouveau le chemin : c’est - encore lui ! - le ruisseau de Pierre Brune, plus en amont bien sûr, et heureusement ici moins fourni (il n’a pas encore "avalé" la Goutte de l’Oule !) et un peu moins encaissé que tout à l’heure à la cascade. Sa traversée à gué nous donnera quand même, à nouveau, du fil à retordre, et nécessitera encore quelques acrobaties - j’ai ainsi pu rattraper in extremis un bâton de Sylviane que le torrent avait emporté ! Mais cette fois chacun se débrouille comme il le sent, tantôt en essayant en deux grandes enjambées (assez risqué !) de prendre appui sur un petit rocher qui affleure au milieu du courant, tantôt en dénudant au moins un pied pour le plonger à l’endroit le plus large et donc le moins profond du gué ou, tant pis, en gardant les deux chaussures quitte à repartir les pieds mouillés (ils finiront bien par sécher tout seuls !).
À peine remis de nos émotions, et alors qu’on s’était déjà pas mal rapproché de notre Jasserie, voilà-t-il pas qu’on va butter à nouveau sur un vrai festival de ruisseaux entrecroisés : "C’est normal me dit Jean-Louis qui ouvre la voie avec son GPS, on recroise notre premier ruisseau". En effet, revoilà cette fois, un peu plus en amont là encore, notre Goutte de l’Oule, qui se goinfre juste ici de plusieurs petits affluents... Qu’à cela ne tienne, bof, on a l’habitude ! Et avec une eau qui gicle de partout sur cet espace presque plat, on se débouille maintenant comme des chefs, ou presque, on va dire…

Et notre petite rando du jour va se terminer en apothéose : plus aucune difficulté sur cette belle piste toute droite qui file vers la Jasserie, et dans laquelle une main anonyme et délicate a gravé ses meilleurs vœux pour la nouvelle année, merci à elle. Mais une dernière et magnifique surprise nous attend dès qu’on s’approche du point haut de notre boucle : toute la chaine des Alpes du Nord, déjà entrevue ce matin, réapparait sous nos yeux ébahis, mais cette fois toute nappée des couleurs roses-orangées du crépuscule. Comment ne pas être saisis par la magie de cette apparition flamboyante ?

Allons, me dis-je à notre retour vers 17 heures à la Jasserie de Garnier : c’est là, peut-être bien, la lumière au bout du tunnel ?


Départ de la Jasserie de Garnier (dans le rétro)
  • Date : 31-12-2021
  • Durée : 6h
  • Dénivelé : 315 m
  • Distance : 10 km
  • Participants : Sylviane, Agnès, Jean-Louis, Funky

Sur le haut-plateau après la Jasserie
Début de la descente dans le Bois de l'Oule et la vallée de Chorsin
Traversée de la Goutte de l'Oule sur notre petit pont précaire
Solide pont en bois sur Pierre Brune
La cascade de Chorsin
Le Mont Blanc depuis les Hautes Chaumes
Et la suite...
La Vierge de Renat
Chemin enneigé
Chemin mi-neige mi-ruisseau...
Sauvetage de bâton au 2e passage à gué du ruisseau de Pierre Brune
Au 2e passage à gué sur la Goutte de l'Oule
Regard vers la vallée de Chorsin et Pierre-sur-Haute en fin d'après-midi
Voeux gravés sur le chemin du retour
Retour vers la Jasserie de Garnier
Du point haut, un bout des Alpes au crépuscule

Autres sorties

Date Titre Auteur
17-05-2020

Déconfinement dans l'infini des Hautes Chaumes

Geoffroy Rémi
Identification

Social Media